Courrier des lecteurs

COSALADI : Lettre ouverte aux candidats aux élections européennes du 26 mai 2019

Jeudi 9 Mai 2019 - 14:04

Das le cadre de la "déclaration de guerre" de Cosaladi au diabète, l'association a fait parvenir une lettre ouverte à l'ensemble des candidats aux élections européennes des 28 pays de l'union. Ce courrier a pour but de les "alerter sur l'expansion dramatique de la maladie à La Réunion" et demande aux députés européen d'agir en faisant de notre île un territoire d'expérimentation dans le développement de nouveaux moyens pour lutter contre le diabète. "Si la santé publique relève de la compétence interne des États, l'action de l'Union européenne peut compléter ces politiques nationales", estime le vice-président. Voici le courrier :


Chers candidats aux prochaines élections européennes ,                                       
 
« En 2018 à la Réunion, 4600 personnes sont devenues diabétiques, 240 en sont mortes et 200 autres ont dû être amputées. Les prévisions pour 2019 ne sont pas meilleures. Nous ne pouvons rester insensibles. »
 
Notre association “COSALADI” (Coordination pour la surveillance l’action et la lutte anti-diabète) est une toute nouvelle association lanceuse d'alerte, fondée par des personnes de la société civile, La Mutualité de la Réunion, L’Association des Diabétiques Juniors, L’association Diabète Nutrition 974 et l'UCOR. Elle a décidé de déclarer la guerre au diabète.
 
La Réunion, région ultrapériphérique de l’Océan Indien, est touchée par une véritable pandémie. En tant que futurs législateurs, vous devez être alertés.
 
Le diabète est une des principales causes de mortalité dans le monde : 442 millions de personnes en souffrent ; 1,5 million en meurent chaque année. En Europe, on compte 60 millions de diabétiques, dont 3,5 millions en France, soit près de 5 % de la population du pays.
 
Mais notre île bat tous les records à l’échelle nationale. Près de 10 % de la population est touchée. Le plus inquiétant, c’est l’expansion que prend cette maladie. En 2002, moins de 30 000 Réunionnais étaient touchés, contre 80 000 aujourd’hui. En moins de vingt ans, on dénombre presque trois fois plus de victimes !
 
En tant que député européen, vous pourrez agir. Si la santé publique relève de la compétence interne des États, l’action de l’Union européenne peut compléter ces politiques nationales.
 
L’article 168 du Traité sur le fonctionnement de l’UE permet d’intervenir dans :
  • L’amélioration de la santé publique ;
  • L’information et l’éducation en matière de santé ;
  • La prévention des maladies et des causes de danger pour la santé physique et mentale ;
  • La lutte contre les grands fléaux, en favorisant la recherche sur leurs causes, leur transmission et leur prévention, etc.
L’UE agit aujourd’hui dans le cadre d’une programmation pluriannuelle et met en œuvre, par l’intermédiaire de l’Agence exécutive pour les consommateurs, la santé et l’alimentation (CHAFEA), un Programme Santé pour la période 2014-2020, doté d’un budget de 449,4 millions d’euros, en poursuivant « quatre objectifs spécifiques dans 23 domaines prioritaires » :
  • « Prévenir les maladies et favoriser des modes de vie sains » ;
  • « Protéger les citoyens des menaces transfrontières graves » ;
  • « Contribuer à des systèmes de santé innovants, efficaces et viables » ;
  • « Faciliter l’accès des citoyens à des soins de santé sûrs et de qualité ».
C’est pourquoi, nous souhaitons que vous fassiez du diabète une priorité au sein du programme de santé de l’UE. Nous vous demandons de mettre en place, en relation avec l’Organisation mondiale de la Santé, un vaste plan opérationnel d’éradication du diabète, dans lequel la Réunion pourrait être le territoire pilote.
Nous demandons votre soutien en :
  1. signant la pétition le Diabète, la Maladie du Siècle (Change.org),
  2. proposant que la Réunion soit un laboratoire d’expérimentation sur de nombreux domaines :
    1. Transparence et fin de l’opacité sur les données chiffrées du diabète et ses actions de repérage comparées aux zones les plus touchées en Europe : information, éducation, dépistage, complications, soins.
    2. Réglementation permettant de diminuer ce risque pour la population en général et plus particulièrement chez les jeunes et les bébés (risque sanitaire liée à une consommation excessive de sucre, etc.).
    3. Un programme européen permettant d’expérimenter une stratégie et des actions de prévention d’ampleur pour le territoire de La Réunion.
 
Mesdames, Messieurs les candidats, il est de votre responsabilité d’agir pour que La Réunion devienne un modèle pour l’Europe en matière de prévention et lutte contre le diabète.
 
Nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs les candidats, l’expression de notre haute considération.
Éric Magamootoo, Vice-Président Délégué
Lu 615 fois



1.Posté par Bruno Bourgeon le 09/05/2019 17:14

Beaucoup de choses inexactes, M. Magamootoo. Pour n'en citer qu'une : manger du sucre n'a jamais provoqué le diabète. En revanche, être diabétique doit dispenser de manger trop de sucre d'absorption rapide. Rejoignez les vrais combats : la génétique, on n'y peut mais; la lutte contre les perturbateurs endocriniens, cela, c'est du concret.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie