MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

CO2 ou PIB, il faut choisir !


Par Bruno Bourgeon - Publié le Mardi 1 Mars 2022 à 17:49

Régulièrement, je reviens sur cette proportionnalité inébranlable, sans aucun découplage, ni absolu, ni relatif, entre la pollution environnementale, plus particulièrement les émissions de CO2, et la croissance du PIB. Tant que l’on n’aura pas compris cela, je crains fort que nous nous dirigions vers un changement climatique bien plus dramatique qu’escompté. Le graphique ci-dessus illustre parfaitement l’étroitesse du lien entre le PIB (GDP en anglais), et la dépense énergétique, et donc, puisque cette énergie est essentiellement basée sur les énergies primaires fossiles, les émissions de CO2. La seule petite encoche sur le graphe date de 1973, moment où la consommation énergétique a décru alors que la croissance se poursuivait : premier choc pétrolier. Seul moment de l’Histoire où s’est déroulée un découplage absolu entre consommation énergétique et croissance du PIB.

Or donc, le PIB. De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, doit être détrôné. En Allemagne, les dirigeants veulent ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier plus finement l’état du pays et optimiser les investissements pour atteindre bien-être et neutralité carbone.
Une petite révolution ! Les Allemands pensent que le PIB n’estime plus suffisamment bien leur économie. En France, une étude du ministère de la Transition écologique publiée récemment s’appuie sur 10 indices pour établir la place de la France dans le monde en matière environnementale : prémisse d’une révision de la place du PIB ?

En effet, l’un des objectifs du PIB, qui mesure les échanges de biens et de services entre les personnes, les entreprises ou les administrations publiques, est de comparer la prospérité des nations entre elles et leur évolution. Toutefois, cet indicateur semble de moins en moins pertinent. Même la recherche en économie l’utilise de moins en moins.

La pandémie a accéléré la remise en cause du PIB. Certaines richesses ne sont pas mesurées par cet indice. Dans l’économie du PIB, on maximise la production et la consommation ; or produire et consommer toujours plus accroît les inégalités et les externalités négatives liées au climat, au chômage, à la pollution, et à la précarité. Ainsi, le PIB ne rend pas compte de la réalité sociale, écologique, ne prend pas en compte la crise climatique, ne mesure pas ce qui est détruit, ni la qualité de ce qui est produit. Par exemple, une inondation sera créatrice de valeur d’un point de vue strictement comptable. Dans une conférence intitulée « CO2 ou PIB il faut choisir », vue près de 3 millions de fois sur YouTube, Jean-Marc Jancovici alertait déjà, dans une leçon inaugurale le 29 août 2019 à Science Po : « si vous voulez plus de PIB vous aurez plus de CO2… » (https://www.youtube.com/watch?v=Vjkq8V5rVy0&t=7774s). L’ingénieur estime ainsi que la décarbonation de l’économie ne va pas de pair avec la course au gain de PIB, graal des économies occidentales. Le cofondateur de Carbone 4 appelle ainsi à revoir la place de cet indicateur. Le Shift Project, think tank qu’il a cofondé également, espère peser dans le débat de l’élection présidentielle avec son plan de transformation de l’économie française fondé sur la sobriété et la décroissance.
Le règne du PIB nonagénaire fragilisé par la crise de la Covid est-il terminé ? Sans doute. Le PIB sera inopérant dans 5 à 10 ans et les économistes orthodoxes se refusent à le voir. L’expérience de la pandémie enterre la culture du PIB au cimetière des indicateurs. Désormais, place aux nouveaux indicateurs prenant en compte, entre autres, le développement humain.

Avant l’Allemagne, d’autres pays : la Nouvelle-Zélande, la Finlande, ou l’Ecosse, ont instauré des indicateurs alternatifs. Même les entreprises font évoluer leur comptabilité et adoptent des approches dites en « triple capitale » où elles quantifient la richesse créée dans un cadre écologique et social. Mais, en cas d’évolution vers un tableau de bord composé de plusieurs indicateurs, la difficulté sera d’avoir des données transparentes, comparables et basées sur des critères objectifs. C’est l’OFSE, Observatoire français des structures économiques, qui le dit.




1.Posté par A mon avis le 01/03/2022 20:19

Bruno Bourgeon, votre graphe est-il écrit à l'encre sympathique ?

2.Posté par A mon avis le 01/03/2022 20:32

" Le Shift Project, think tank qu’il a cofondé également, espère peser dans le débat de l’élection présidentielle avec son plan de transformation de l’économie française fondé sur la sobriété et la décroissance. "


Doux rêve que de croire. que l'écologie va peser dans la campagne électorale.

Zemmour, chef d'orchestre de la campagne électorale n'a pas cette partition à son récital !


Et ce n'est pas la folie poutinienne qui va recentrer le débat sur l'écologie. Qui a encre envie d'entendre les rapports alarmistes du Giec ? Ce n'est plus ("pas" serait plus juste !) la priorité dans l'ordre des catastrophes ?

3.Posté par Saucratès le 02/03/2022 19:23

Bonjour Bruno. Bonjour AMA. La sortie du rapport du GIEC a relancé les publications sur le climat, des différentes chapelles écologistes. Comment l’écologie pourrait-elle peser dans la campagne électorale vu son éclatement, vu les comportements de certains écologistes s’ils construisent des piscines en zone protégée.

L’écologie étant une religion sectaire et extrémiste, je ne pense pas qu’il faille qu’un écologiste accède aux plus hautes responsabilités. Regardez Lyon. L’extrémisme écologiste obligeait à l’utilisation de voitures électriques pour une réunion intergouvernementale. Mais l’insuffisance de bornes électriques disponibles a conduit à faire tourner des groupes électrogènes au gasoil pour recharger lesdits véhicules. Comble de l’absurde non ? Saucratès

4.Posté par Saucratès le 02/03/2022 20:35

Poursuite de mon commentaire sur le fond du sujet développé par Bruno, à savoir le PIB ! Que le PIB soit un indicateur insuffisant pour mesurer le bonheur d’un peuple, sa richesse, son niveau de développement, je n’en disconviens pas. Que la recherche économique soit du même avis ou non est selon moi un faux débat. Le principe du PIB n’intéresse plus les économistes depuis longtemps.

Selon moi, la liaison entre PIB et émission de gaz à effet de serre est évidemment vraie, mais elle continuera très longtemps à exister même lorsque les politiques ne prendront plus le PIB comme objectif de politique économique. Ce n’est pas parce qu’on casse un thermomètre, ou qu’on décide d’arrêter de le regarder, que la température baisse, n’est-ce pas ?

Ce n’est pas la mesure ou l’objectif qu’il faut changer. C’est le mode de développement économique, son intensité en carbone. Pas juste la mesure. Et la raison pour laquelle je ne crois pas en l’action des écologistes au poste suprême, c’est l’impact de leur religion sur les pauvres gens, sur les particuliers. C’est sur les entreprises que l’effort doit porter, que la pression devra être répercutée, pas sur les particuliers. Et la religion des écologistes ne fera aucune différence entre eux. Punir les pollueurs, point à la ligne. Amitiés. Saucratès.

5.Posté par A mon avis le 02/03/2022 21:06

@ 3.Posté par Saucratès
Sau-cratès et ses "sau-tises" habituelles !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes