Santé

CHU: 250 postes menacés

Jeudi 9 Février 2017 - 18:29

10 millions d’euros d’économies pour une suppression de 250 postes, c’est l’équation à laquelle doit faire face le CHU.
 
Selon le Journal de l’île, le comité interministériel a formulé cette requête au Centre Hospitalier Universitaire. Les postes seraient menacés à l’horizon 2021 sur les hôpitaux de Saint-Denis et Saint-Pierre.
 
Cette mesure est déjà vivement critiquée par le corps médical, qui a saisi l’agence Régionale de Santé. 300 médecins ont envoyé un courrier à l’ARS, dénonçant un désengagement vis-à-vis de la communauté médicale et le manque de considération des spécificités sociales de notre territoire.
 
Les médecins craignent une diminution de la qualité des soins. Avec le développement des soins ambulatoires de jour, les hospitalisations longue durée se verront menacées avec la suppression de 50 à 70 lits, toujours selon le Jir.
 
Lu 1974 fois



1.Posté par Marx le 09/02/2017 18:54

L'Etat qui commence enfin a reduire la gaberie de l'hopital public, enfin une bonne nouvelle!
C'est tout de même plus intelligent que de sur-taxer les cliniques qui fond le boulot mieux et moins cher, sauf a etre un communiste ou faire partie de la nomeklatura de la fonction public hospitalière. ..

2.Posté par klod le 09/02/2017 19:34

gouvernement dit socialiste ?

3.Posté par Ma sonnerie le 09/02/2017 21:43

comment l'Etat peut il faire coexister sur un caillou, à l'instar de la Corse, des structures privées lucratives qui encaissent la T2A au même titre que les hôpitaux publics, qui prennent donc des parts de marché sur les spécialités éventuellement concurrentes aux hôpitaux publics, et qui savent parfois mieux tirer profit de certaines spécialités médicales extrêmement rémunératrices (oncologie,...), afin de préserver :
1/ certains équilibres et réseau d'amitié;
2/ la concurrence à laquelle est attaché bien imbécilement parfois l'usager;
3/ la concurrence qui permet d'entretenir les déséquilibres économiques comme dans le cas présent, et qui fabrique les chômeurs de demain du secteur public sur rémunéré, mais salariés du privé au rabais demain..

Que les journalistes aillent sur certains sites spécialités (il en existe) qui permettrait de comparer justement les activités du CHU à celles des cliniques privés (groupe Deleflie, Aurar,...) concurrentes.

La Corse est également dans cette problématique, de concurrence privé / public (certes, le public n'est pas rémunéré +35% comme à la Réunion dans la fonction hospitalière) avec une logique du public (rôle social dans un territoire sinistré par le chômage) identique à la Réunion. Résultat ? un déficit abyssal dans les années 2005/2010.

Alors peut on et selon quel mécanisme, assurer le maintien de ces postes ?? Peut on maintenir ces postes ?

Oui au maintien de ces postes. Oui à la répartition de la sur rémunération (+7 ou +28% par rapport à la Métropole ? on s'y perd aussi à l'INSEE) qui doit permettre la pérennisation de ces 250 postes.

On diminue aussi du côté du personnel médical (médecin) afin que toute raison puisse être gardée dans l'opposition que ne manqueront pas de souligner, les connaisseurs des niveaux de rémunération des PM et PnM.

Ces postes peuvent être sauvés, à condition d'une solidarité locale qui existe déjà dans bien des secteurs dépendant principalement des ordonnateurs publics (la fiscalité locale comme variable d'ajustement des budgets communaux plutôt que dotation de l'Etat dite DGF dans les communes).

Que les fonctionnaires du CHU montrent leur capacité à mettre la main à la poche directement par une gestion raisonnable des composantes certaines exotiques de la masse salariale et de sa répartition.

Chiche messieurs du conseil de surveillance qui sont les décisionnaires ? d'ailleurs, si l'on pouvait avoir le nom des membres éminents et leur compétence, du dit conseil..Cela servirait utilement le lecteur ...



Think out of the box lionel...

4.Posté par davd le 10/02/2017 08:53

A Marx, de quel gabegie parlait vous ? Si les höpitaux publique étaient si mauvais pourquoi dont nos hommes politiques ont une sérieuse maladie de santé ne vont ils pas se faire soigner dans les cliniques??

5.Posté par pfff le 10/02/2017 08:53

a poste 1
à toi Marx, aux personnes à qui tu tiens le plus, et à vous tous qui crachez sans arrêt sur le service public hospitalier, je vous souhaite de tout coeur de vieillir bien et sans problèmes de santé surtout...

6.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 10/02/2017 10:08

*La qualité des soins au CHU dépend des services; et de la qualité de ceux qui les encadrent...

7.Posté par ZembroKaf le 10/02/2017 10:38

Il y a un qui se frotte les poches...c''est Deleflie de CliniFutur !!! Ce groupe a pratiquement la main mise sur les spécialités lucratives (oncologie, cardiologie interventionnelle...) en plus ce groupe veut TOUT la cancéro de l'Ouest !!!!
Où sont les politiques qui ont "lobbyer" pour Lionel Calenge ???
La population "réunionnaise" augmente...même timidement...la population vieillit...les soins/les techniques deviennent de plus en plus pointus....comment peut on soigner les personnes si le nombre des personnels médicaux et de soins sont de moins en moins nombreux ???
Comment faire si déjà aux urgences (7h/8h d'attente) CHU Sud avec moins de personnes dans quelques années ???
Comment faire et de temps d'attente pour avoir un RDV déjà avec le peu de spécialistes qu'on a à La Réunion ???
ON NE SOIGNE PAS LES GENS AVEC UNE CALCULATRICE !!!!
Le CHU de La Réunion ne sera jamais attractif si on supprime des lits ou des services...pour les étudiants et professeurs...l'Etat a crée ce CHU "politique"...maintenant à l'Etat de la faire grandir avec les moyens financiers et humains qu'il faudra !!!

8.Posté par Pierre Balcon le 10/02/2017 11:38

Ah ! et si Fillon avait raison !
Il n'y a plus d'argent dans les caisses !

Quand le virtuel du discours est rattrapé par le réel .

Et au fait qui a été nommé nouveau directeur du CHU ?
Eh bien celui qui a plongé l'établissement dans ce désastre .
Vive la préférence régionale et que les citoyens passent à la caisse sans aucune préférence ..

A post 3 .

Je partage votre avis il faut en finir avec la concurrence entre le privé et le public . SUPPRIMONS LES HOPITAUX PUBLICS , sauf si "ma sonnerie" nous démontre que les hôpitaux publics sont plus efficaces et productifs que les établissements privés . Avez vous à ce sujet des indicateurs de performance et est ce que les salariés du secteurs privés sont indexés ?

9.Posté par Marie le 10/02/2017 22:05

Quel que soit le secteur d'activité le privé travail au rendement uniquement dans une logique de rentabilité.

10.Posté par CHR97441 le 10/02/2017 23:27 (depuis mobile)

N''en déplaise à certains, l''hôpital public est rempli d''agents compétents et consciencieux. Je suis sûr que ceux qui se permettent une critique facile ne tiendraient pas une journée entière...

11.Posté par Pierre Balcon le 11/02/2017 07:17

à post 10
je connais plein de chômeurs qui n'attendent que d'y rentrer .
Si on assurait la relève : les employés actuels , fatigués, au repos du chômage pour 3 ans et les chômeurs après une courte formation au CHR.
D'accord ?
Je vous fournis une première liste de 100 noms

12.Posté par el che le 14/02/2017 16:02

l' hôpital public est le seul à avoir un service d' urgence !

l' hôpital public accepte tout le monde sans différenciation de classe, donc d' argent !

l' hôpital public s' occupe de toutes les maladies, alors que le privé ne s' occupe que des maladies

rentables!

l' hôpital public est de par sa fonction déficitaire, alors que le privé et de par les théories capitalistes

rémunérateur des actionnaires !

il ne faut pas oublier que tous les médecins ont été formé gratuitement dans les écoles de la république !

n' abdiqué pas, soyer solidaire et pas corporatiste, vous pouvez agir sur votre avenir dans deux mois !

alors votez et voter bien cette fois ci! posez vous la question : que vous est il arrivez de bien depuis 20 ans?

vive la révoluchon de la france insoumises, une autre politique est possible et facile à mettre en place !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter