Société

CHGM: "Dans un an et demi, on ouvre le nouvel hôpital"

Vendredi 3 Novembre 2017 - 14:06

L'établissement s'étend sur 28.900 m2 de surface sur cinq niveaux
L'établissement s'étend sur 28.900 m2 de surface sur cinq niveaux
"On ne va pas ‘déménager’ Gabriel Martin, on va ouvrir un véritable nouvel hôpital". Laurent Bien, directeur du CHGM* et de l’EPSMR**, a donné ce jeudi matin une conférence de presse pour présenter l’établissement destiné à remplacer le structure sous-dimensionnée du centre-ville.
 
Le nouveau site – situé à Cambaie, sur près de 28.000 m2 partagés en trois bâtiments – proposera "une offre de soins nouvelle", avec notamment la "diversification des disciplines de médecine" (comme la neurologie-neurovasculaire), mais aussi des modes de prise en charge. 
 
35 salles de consultations externes


"On a mis l’accent sur le virage ambulatoire", fait savoir le directeur. Les places consacrées à ces activités seront en effet doublées, et une "unité Post-urgences 72 heures" sera créée. Autre nouveauté : le service des urgences se scindera en deux, avec d’un côté celles pour les adultes, de l’autre les urgences pédiatriques.

Laurent Bien (au premier plan) annonce l'ouverture pour mars 2019, "comme prévu initialement"
Laurent Bien (au premier plan) annonce l'ouverture pour mars 2019, "comme prévu initialement"
Au total, 310 lits se répartiront dans 251 chambres."90% des chambres seront individuelles" souligne Laurent Bien. Avec "la télévision dans toutes les chambres, mais aussi le wifi pour tous". 

Par ailleurs, le nouvel hôpital entend favoriser "la coopération", avec 35 salles de consultations externes dédiées aux professionnels extérieurs et l'accès de ces derniers au bloc opératoire (composé de six salles). Pour le service imagerie, deux IRM et deux scanners sont attendus.

Également au programme, l'extension du service des soins critiques, avec 8 lits supplémentaires (soit 14 au total). L'établissement espère en outre obtenir sa reconnaissance en tant que service de réanimation. Et en termes d'offre complémentaire, un centre de dialyse devrait voir le jour, et l'hôpital "encourage l'installation d'un pôle de cancérologie". 
 
Pas de retard

"L’ouverture de l'établissement aboutira à la création d’une cinquantaine d’emplois. On se donnera ensuite le temps de voir l’évolution des activités pour envisager un ajustement", tient à préciser Laurent Bien, soulignant que la préparation des plateaux repas se fera désormais à l’extérieur et que le brancardage sera assuré par des équipes spécifiques.

Crédit photo : D&B
Crédit photo : D&B
Niveau accessibilité, la question est "à moitié réglée", à en croire le directeur. "Il y aura une desserte dédiée en venant du Sud, et des aménagements depuis le nord pour faciliter l’accès, en attendant une solution plus pérenne". Une fois sur site, les visiteurs bénéficieront d'un parking de 564 places. 
 
Fait assez rare pour être souligné, le chantier n’accuse pas de retard significatif. "La réception est prévue pour septembre 2018 et l’ouverture en mars 2019" annonce fièrement Laurent Bien. "L’enveloppe budgétaire initiale, de 127 millions d’euros, est également respectée", précise-t-il. "Dans un an et demi, on ouvre le nouvel hôpital".

--
*Centre hospitalier Gabriel-Martin
*EPSMR Etablissement public de santé mentale de la Réunion

Images d'architectes - Crédit : AIA
Images d'architectes - Crédit : AIA
MA - marine.abat@zinfos974.com
Lu 8728 fois



1.Posté par Grangaga le 03/11/2017 15:33

Y mank' ènn' ti tré zonn' o........milié po fé lo "H", l'opital' kan l'ikop'tèrr' là.......................

2.Posté par Amoinsa le 03/11/2017 16:20

CHU , Pole Sanitaire ouest, GHER ...; Pour tous les problèmes qu'on leur connait depuis .... La Réunion na "le zieu plu gros ke le ventre " ... Vaut mieux être petit en bonne santé , que grand et malade ....

3.Posté par Etrange le 03/11/2017 16:33 (depuis mobile)

Bizarre que cet article paraisse juste le jour ou le personnel du CHGM est en greve en raison de problemes lies a l ouverture du nouvel hopital et notamment sur la degradation des conditions de travail... bizarre.

4.Posté par Grangaga le 03/11/2017 16:34

Lo "H", konm' kan l'ikop'tèrr' y poz' déssi là.............

5.Posté par Kaloupillé le 03/11/2017 22:57

Enfin une bonne nouvelle sur ce petit Caillou ....

6.Posté par Bertrand GERARD le 04/11/2017 08:22

Je me mets à rêver qu'un jour la sécurité sociale ne devienne plus obligatoire pour les gens qui ont les moyens de cotiser dans un organiste privé: cela permettrait la construction d'hôpitaux privés dernier cris comme cela se fait dans les pays anglo saxon et asiatiques qui nous soigneraient à la hauteur de ce que nous avons cotisé (what you get is what you paid). Le système de santé actuel nous tire vers le bas puisque le nombre croissant de cmu sans compter les gaspillages creusent le déficit de notre système de santé. Avant que ce dernier explose séparons les cmu afin de nous permettre et pour ceux qui ont les moyens de cotiser et de se faire soigner ailleurs: les génériques pour les cmu et les marques pour les cotisants.

7.Posté par Jean Claude le 04/11/2017 10:46

L’admiration devant la métamorphose du nouvel hôpital de l’Ouest.

En fait, il faut remonter un peu dans le temps pour mieux comprendre l’histoire de ce « papillon ». Bien que ce fût un 4 février 2014 que la Ministre de la santé Marisol Touraine posa la première pierre de ce nouvel hôpital, après une dizaine années de démarches, pour le voir enfin se concrétiser.

Á l’époque, la Député-maire de St-Paul Mme Huguette Bello avait déclaré « C’est un beau projet, cohérent et solide, répondant à l’ensemble des besoins de la population ». Pourtant, il a fallu attendre, que le 22 septembre 2015 pour apercevoir l’arrivée des premiers engins de terrassement et un début des travaux, sur ce site du Domaine de la Poncetière du grand pourpier.

C’est ainsi, sur un « cocon » de trois hectares et demi, que la « chrysalide » commença sa transformation, dans une démarche certifiée de haute qualité environnementale (HQE) de niveau exceptionnelle précise t-on du côté M. Laurent BIEN Directeur Général.

Le nouvel hôpital, construit pour une capacité de 310 lits, reparti sur cinq niveaux, va offrir un large éventail de soins, de très haut niveau et disposant d’un plateau d’équipement de dernière technologie, la télémédecine, prés 600 places de parking gratuites aux visiteurs, jardin arboré, maison des usagers... etc. Un cadre vraiment idyllique et reposant proposé aux patients, en dehors la qualité de soins prévue !

Tout cela pour vous raconter que cette semaine j’admirais encore, à côté de la grande passerelle reliant l’Établissement Public de Santé Mentale (EPSMR) et le nouvel hôpital, hauteur dominant qui s’offre à mon regard, ce vaste paysage de teintes chatoyantes, du grand jardin au cœur du domaine de la Poncetière, tout autant élégant que somptueux, ce magnifique papillon d’une couleur jaunâtre de ses deux ailes, sortant au fur et à mesure de sa chrysalide.

Cette belle réussite architecturale pour illustrer la métamorphose du nouvel hôpital de l’Ouest, de la chenille en papillon, dont l’éclosion est prévue au premier trimestre 2019.

Mais la meilleure et belle expression revient à Mme Touraine l'ancienne Ministre de la santé dans son discours du 4 février 2014 à Cambaie : « Il en va des hôpitaux comme des enfants, ce sont ceux qu’on attend le plus longtemps qui nous rendent le plus heureux et nous apportent les plus de bonheur… ».

Alors, vivement mars 2019 pour la naissance ou l’éclosion de ce beau papillon voulu et attendu par tous, particulièrement par la population du bassin Ouest mais aussi je crois, par tout le personnel hospitalier et aussi du Directeur !


Jean Claude

8.Posté par Toto974 le 05/11/2017 03:04

D’accord avec Bertrand Gérard : où est la liberté puisque nous ne pouvons pas choisir notre régime de sécurité sociale : on dira que c’est la solidarité notre système

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 17:36 Huit petites tortues vertes relâchées en mer