Courrier des lecteurs

CGTR educ'Action : Blanquer, c'est Bla Bla !!!!

Jeudi 17 Août 2017 - 16:14

CGTR educ'Action : Blanquer, c'est Bla Bla !!!!
Le sieur Ministre Blanquer a fait son pti tour de représentation puis sa conférence de presse pour vendre les mesures gouvernementales en matière d'éducation.

Au delà du bla bla d'usage et des pseudos bienfaits que celles ci sont censées apporter en terme d'amélioration éducative et pédagogique, il suffit de gratter un peu pour s'apercevoir  que ces mesures sont loin d'aller dans le bon sens 

Ainsi,  le dédoublement des classes en zone éducation prioritaire tant vanté par le ministre se fera à moyens constants à coup de redéploiement et sabordage des remplacements et autres dispositifs existants de soutien scolaire sans compter sur les difficultés matérielles de mise en place par les communes.

Certaines  communes ont déjà idée de mettre des paravents ou des cloisons pour séparer les classes. Alors que la dotation nationale baisse chaque année pour les communes, c’est encore à elles de financer les mesures décidées à la « va vite » du gouvernement. Alors que certaines d’entre elles n’arrivaient tout simplement pas à faire construire les écoles nécessaires pour leurs habitants.

Si la CGTR Educ’action est favorable depuis toujours sur le principe de la baisse des effectifs, du 1er au 2nd degré, elle ne peut se satisfaire de cette mesure décidée de manière hâtive, sans aucune étude de faisabilité, sans aucune anticipation des moyens et sans aucune concertation des partenaires sociaux, des enseignants, des parents d’élèves et des collectivités locales.

Sur la question des dédoublements , La CGTR Educ’action dénonce donc :

- Une mesure qui, en fin d’année, déstabilise les équipes des écoles classées en REP+
- Une mesure qui détruit le dispositif des PDMQDC dont les retours sont plutôt positifs
- Une mesure qui tourne le dos aux équipes qui se sont engagés dans ce nouveau dispositif en travaillant sur plusieurs années parfois pour la validation d’un projet.

La CGTR Educ’action s’inquiète :

- de la ponction dans les brigades de remplacements qui risquent d'aggraver le non remplacement des enseignants absents.
- de l’embauche massive d’enseignants contractuels qui va développer la précarité dans l’éducation nationale au détriment des élèves et des personnels.

Pour la CGTR Educ’action, cette mesure éclair est de la poudre aux yeux tout comme les rythmes scolaires et ses dérogations qui vont aggraver les inégalités territoriales . Idem pour la réforme du collège qui ne rompt  pas fondamentalement avec la politique passée 
Ainsi le ministre de l’Education nationale sous couvert de souplesse  affirme t'il  que « ceux qui souhaiteront rester dans le cadre actuel de la réforme du collège le pourront".

Nous  constatons tous dans notre quotidien , les conséquences souvent désastreuses des réformes mises en place ces dernières années, qui sont soit déconnectées de la réalité et des besoins du terrain, ni financées, ni anticipées.

Assurément ,  les mesures Blanquer vont  amplifier la territorialisation et la charge des académies et des directions, ce qui renforce l’autonomie des établissements ou plutôt l’autonomie des chefs.

Rien de bon dans tous les cas pour une académie sinistrée comme la notre.

Loin de mettre en place un plan d'urgence éducatif pour répondre aux difficultés de notre territoire , l'austérité budgétaire annoncée et les mesures en chantier vont aggraver l'existant.

Pour la Cgtr educ'action , il n'existe qu'une seule voie pour que la Réunion se fasse enfin entendre :

- Celle d'une riposte collective des personnels des parents et de l'ensemble de la population 

Ce n'est que de cette façon que le gouvernement prendra la mesure que rien ne va plus en particulier dans notre Ile. Il est urgent que des réformes de bon sens soient enfin prises dans une large concertation avec tous les acteurs.
CGTR educ'Action
Lu 728 fois



1.Posté par Filet de Bave le 17/08/2017 18:03

Le personnel communal commence déjà à se plaindre. J'en connais un qui m'a dit :

" Ils ont réduit les effectifs. Maintenant on est seul pour servir une table qui compte quand même 6 gamins !"

No comment !

2.Posté par Gérard Jeanneau le 17/08/2017 21:21

Et qui est le sieur président de la CGT educ-action ?

3.Posté par L'Ardéchoise le 17/08/2017 23:10

Lorsque l'on lit ce texte, on se dit que les difficultés engendrées pour les enfants par diverses réformes ne datent pas d'hier : en effet, lorsque l'on veut combattre l'EN, on se débrouille pour faire écrire les "papiers" par des gens qui maîtrisent la langue de Molière, et pas par ceux qui la maltraitent et ont certainement souffert sur les bancs des écoles...

4.Posté par MICHOU le 18/08/2017 09:02

Ce matin, après tout le désordre du aux contrats aidés, des enfants restent sur le trottoir faute de bus pour une 1ère journée de classe, laissant des mamans désemparées, obligées de gérer en urgence avant d'aller travailler.
Comment se fait il que sur une si petite île, une rentrée scolaire se passe dans de telles conditions, avec du personnel payé plus cher, compétent paraît il, puisque recruté hors place et qui a de l'ancienneté dans le métier?
Les transports continuent à ne pas assurer et répondre aux réels besoin des citoyens mais ce n'est pas grave, n'est ce pas, on oublie jusqu'à la prochaine fois.Peu importent les heures d'attentes, les retards, les angoisses...

5.Posté par Usager le 18/08/2017 10:40

CGT = Cancer Généralisé du Travail
S'ils en sont réduits à faire appel à ces gens-là dans l'Education Nationale, c'est vraiment la fin !
Post 3 : vous avez raison vu le niveau de la prose, il y a de quoi s'inquiéter.
Partout où la CGT s'est mêlée de quelque chose, ça n'a été que blocage, perte de temps et d'argent. Impossible de discuter avec ces personnes adeptes de méthodes révolutionnaires. C'est leur technique syndicale. Ils ne proposent jamais rien de constructif et sont dans l'opposition systématique même lorsqu'une idée est intéressante Ce sont des intégristes qui ne sont pas là pour faire avancer le monde du travail mais qui sont restés figés dans le passé, nostalgiques d'une époque communiste révolue.
Dommage car l'Education Nationale est en crise depuis des décennies et ne joue plus son rôle. Plus personne ne pense aux élèves et ce ne sont pas les réformes débiles de ces dernières années qui arrangeront la situation !

6.Posté par vanille le 18/08/2017 13:15

- de la ponction dans les brigades de remplacements qui risquent d'aggraver le non remplacement des enseignants absents.

N'importe quoi, quand on sait qu'un remplaçant ne travaille pas 2 jours par semaine !

7.Posté par PATRICK CEVENNES le 18/08/2017 18:14

fukcd473
Dites-moi chers lecteurs et chères lectrices, c'est un enseignant ayant passé un concours national, et qui se prend pour un "Seigneur" qui a rédigé cette bafouille ? Pdr !

Et bien si c'est bien le cas, je lui proposerai volontiers d'aller rapidement faire un stage de remise à niveau en "culture générale et expression". Tant de fautes ! Et cela se prend pour un Seigneur. Pdr !

Si ce Seigneur a en plus utilisé un texteur, je lui proposerai volontiers d'aller faire un stage de découverte sur texteur et d'apprendre les fonctionnalités basiques et notamment l'emploi du correcteur d'orthographe et de grammaire.

Sinon, à cette feignasse de rédacteur, au lieu d'aller se dorer la pilule à la plage ou d'aller siroter au bistrot du coin au prétexte d'une mission syndicale, d'aller en cours et instruire les apprenants.

8.Posté par Mimi le 24/02/2018 01:26 (depuis mobile)

Toi aussi c bla bla bla et pire encore .....on entend pas une mouche volée

Sieur c’est toi ou ton chef académique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?