Courrier des lecteurs

CAFECO 235 : "Comment les citoyens peuvent décider du bien commun"

Vendredi 24 Novembre 2017 - 09:23

Vidéo de Jacques TESTART et débat avec Michel ROULLOT à Saint Denis à « L’Arbradélis ». Mardi 28 Novembre 2017 de 18h00 à 20h30


CAFECO 235 : "Comment les citoyens peuvent décider du bien commun"
Michel, membre de DEMORUN, association pour la participation citoyenne, l’éthique et le tirage au sort en politique. Merci à Bruno Bourgeon et à l’Association AID de nous accueillir à « l’Arbradélis », dans ce site très ouvert et aéré par les idées émancipatrices qui le traversent régulièrement dans le cadre des « caféco » et du repaire de « là-bas si j’y suis ». Justement ce soir il va être question d’émancipation politique par rapport à la question de la démocratie.
 
Nous avons choisi de vous présenter cette vidéo « les conventions de citoyens » parce que nous sommes convaincus à DEMORUN que les propositions de Jacques Testart ouvrent une possibilité de participation aux processus décisionnels et peuvent s’appliquer dans de nombreux domaines.
 
Un petit mot pour présenter Jacques Testart : il est biologiste de la procréation et directeur de recherches honoraire à l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Il est connu pour son analyse critique de la science et des technosciences et il est très impliqué dans la réflexion sur la nécessaire démocratisation des choix sociotechniques.
 
Déjà en 2011 il écrit en collaboration avec Agnès Sinaï et Catherine Bourgain « Labo-planète. Ou comment 2030 se prépare sans les citoyens », titre qui traduit bien ses préoccupations. Son livre « L’humanitude au pouvoir. Comment les citoyens peuvent décider du bien commun » en 2015 va vous être présenté dans le film de ce soir…
 
Qui est DEMORUN : nous avons présenté une liste de citoyens tirés au sort aux élections régionales de 2015,(cette liste a obtenu 3895 voix soit 1,47 % des suffrages exprimés) à la suite desquelles nous nous sommes constitués en association. Motivés par l’intérêt suscité par cette démarche, le constat du désintérêt grandissant des électeurs dans les différents scrutins électoraux (taux des abstentions, votes blancs et nuls) et l’impasse du fonctionnement politique actuel nous proposons de réfléchir à de nouvelles pratiques impliquant le citoyen à savoir, contrôler, opiner, proposer, juger, ou même décider.
 
 
 la suite sur : http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1574
AID974
Lu 309 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?