Zot Zinfos

CAF’ECO n°203: Le Septième Continent

RDV à "La Casa Nostra" Mardi 24 Février 2015, de 18h à 20h30, 163 Rue Jules Auber (entre rue Général de Gaulle et Rue Monseigneur de Beaumont) Tel 0262 200944. Repas partagé pour ceux qui désirent continuer à échanger

Mercredi 18 Février 2015 - 08:41

Diaporama et débat par Bruno BOURGEON

Laissez-nous, ce soir, vous conter l’histoire de ce continent perdu. Un continent capable de remplir les ventres des animaux marins, sans les nourrir. Un continent perdu au milieu des océans, créé de la main de l’homme et des forces giratoires de la Nature. Un continent plus large que six France réunies, mais invisible des satellites. Un continent formé de déchets. De centaines de milliers de tonnes de déchets microscopiques accumulés, et qui représentent un désastre écologique. L'expression "septième continent", ou "continent de plastique", est utilisée pour alerter la population. Une métaphore pour désigner des nappes de déchets de plastique. Une pollution, résultat de l'effet des courants qui, influencés par la rotation de la Terre, s'enroulent et forment un gigantesque tourbillon d'eau océanique appelé gyre. Lors d'une régate trans-pacifique, le skipper américain Charles J. Moore tomba sur ces micro-déchets du Pacifique Nord. Surpris par sa découverte, il alerta des océanographes avant de s’engager lui-même. Des solutions, pour nettoyer l’océan, ont germé dans l’esprit d’inventeurs : l'idée d'un aspirateur sous forme de drone marin a été imaginée par des étudiants en design de Valenciennes. Objectif : repêcher les plastiques grâce à un engin de 5 m de haut et 3,6 m de diamètre. Le projet est resté au stade expérimental. Le cabinet d'architectes néerlandais WHIM travaille à la construction d'une île à partir de la récupération des déchets, en bordure de Rotterdam (Pays-Bas), à l'embouchure de la Meuse. Plus récemment, une initiative d'un jeune homme de 19 ans, Boyan Slat, a permis d'explorer une nouvelle piste : capter les déchets grâce à des barrages flottants auto-alimentés par le soleil et la houle de l'océan. Son projet serait même rentable car le recyclage des matières plastiques récupérées pourrait rapporter 500 millions USD. Mais la récupération de ces déchets s'avère complexe : profondeur, investissements, menaces sur la faune et la flore, durabilité, éloignement des gyres situés dans les eaux internationales. Entre la distance et l'impossibilité de pointer un responsable du phénomène, rien ne pousse les Etats à trouver des solutions. Et pourtant, la mort des océans pourrait préfigurer la mort de l’humanité. La suite sur le site AID: http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1353
JMT97400
Lu 920 fois




1.Posté par KLD le 18/02/2015 21:45

c'est sur l'Atlantide ? come tout le mode le sait , la Réunion est une sous ile de l'Atlantide , Homère était meme passé par là ......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >