Courrier des lecteurs

"C’est dans un sentiment d’indignation profonde que nous nous exprimons"

Vendredi 23 Novembre 2018 - 13:52

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs nos élus, cher(e)s concitoyen(ne)s,

Permettez-nous, en ces heures de manifestations, de nous adresser à vous en tant que citoyens et citoyennes français(e)s afin de vous faire part de nos inquiétudes sur cette situation que vivent en ce moment même une large majorité des français, qu’ils se trouvent en France métropolitaine ou ici, sur l’île de la Réunion. En tant qu’étudiant(e)s réunionnais(es) de nationalité française, c’est dans un sentiment d’indignation profonde que nous nous exprimons face à la crise qui frappe actuellement notre pays.

Aujourd’hui, nous écrivons pour soutenir le mouvement pacifiste des « gilets jaunes » qui perdure depuis ce samedi 17 novembre 2018, et qui est perturbé par des casseurs qui ne vont pas dans le sens du mouvement. En outre, nous sommes profondément touchés qu’une telle manifestation n’ait pas amené un seul représentant de l’Etat à répondre de manière claire et honnête aux attentes d’une population qui semble aujourd’hui désespérée. La seule réponse qu’ont obtenue les français jusqu’à présent n’est qu’un silence profond de la part de nos élus ou, lorsqu’il y a eu une réaction, celle-ci n’a été que méprisante face à l’expression d’un réel malaise de la part d’un grand nombre de citoyen(ne)s. La France gronde, et les élus ne veulent pas l’écouter.

Mesdames, Messieurs, membres du gouvernement, vous ne cessez de détourner les questions. A quand les réponses claires ? À quand le soutien ? À quand les vraies solutions ? L'idée vous est-elle réellement venue à l’esprit que ces manifestants sont des pères et des mères de familles, des retraité(e)s, des étudiant(e)s, en d’autres termes des français de la classe moyenne qui bien souvent finissent le mois avec un fond de riz dans le coin d'un placard ?

Comprenez la peine et même la misère dans laquelle vit la majorité des français au quotidien. Ceux qui ont de l'argent ont tout et ceux qui n'ont rien sont ceux qui se lèvent chaque matin pour essayer d’arriver au bout du tunnel.

Face à cela, nous accusons la politique sociale et économique du gouvernement : c’est bien celle-ci, notamment l’augmentation de la taxe sur l’essence, qui est la cause première du mouvement des « gilets jaunes ». Mais elle est surtout la façade derrière laquelle se cache une vérité plus insidieuse, celle d’une suite de réformes, comme celle des retraites, qui a été votée malgré le désaccord d’une majorité des français(e)s, et qui ne sont en réalité que la partie émergée de l’iceberg des mécontentements qui ont menés à la
situation actuelle.

Nous accusons l’injustice de ces réformes qui favorisent une fois de plus les plus riches, malgré les valeurs de réussite par le mérite que prône le gouvernement depuis la IIIe république. Mais quelle chance avons-nous, étudiant(e)s, si nous travaillons d'arrache-pied pour notre avenir, pour relever notre île sans pouvoir subvenir à nos besoins vitaux ? Allez-vous réellement rester de marbre devant une population victime de la baisse de leur pouvoir d'achat ?

Nous accusons l’inégalité des réunionnais et des français devant les impôts, mais plus encore l’aveuglement du gouvernement face à l’évasion fiscale.

Ramenez l’égalité au sein du peuple et faites payer ceux qui en ont réellement les moyens et non pas ceux qui triment !

Nous accusons enfin, de manière plus large, le gouvernement français de prôner des valeurs prétendument républicaines tout en s’obstinant à nous prendre comme simple moyen d’accès au pouvoir. En effet, sur l’île de la Réunion, comme en France métropolitaine, le peuple n'est plus souverain, il n'est plus qu'un instrument que le gouvernement utilise à sa guise, et l’appel de détresse ne sonne plus que comme un écho prêt à disparaître.

La plupart des réactions ayant fait suite aux manifestations n’ont concerné majoritairement que les « débordements urbains ». Le refus de distinguer ce mouvement populaire du vandalisme égoïste de certains est frappant. Ceci explique sûrement que la seule véritable réponse que nous ayons eue jusqu’à présent soit l’envoi des forces de l’ordre. Malgré ce que certains médias et politiques aimeraient nous faire croire, le mouvement des « gilets jaunes » ne perd pas en puissance, et l’ouverture d’un dialogue équitable est une urgence.

Comprenez, mesdames et messieurs les élu(e)s, que l’attention que l’on porte au peuple, plutôt que l’ignorance et le mépris, est le meilleur moyen d’obtenir des résultats. A l’heure qu’il est, nous sommes profondément inquiets pour notre avenir. Comment évoluerons-nous dans un monde où le coût de la vie ne cesse d’augmenter ? Si la violence est inacceptable, la manifestation, elle, reste légitime : les « gilets jaunes » sont les bras, par leur courage et leur motivation, d’une lutte qui est celle de tout un peuple. Peut-être sommes-nous jeunes, mais nous avons déjà bien appris que c’était sur de tels épisodes et de telles valeurs défendues par le peuple que s’est construite la République. Il serait temps que nos gouvernants s’en souviennent. Cela est entre vos mains.

Et surtout, pour les « gilets jaunes », n’oubliez pas que derrière vous il y a des jeunes comme nous, mais aussi sûrement une masse silencieuse, admirative de votre engagement, de votre courage, de votre abnégation et de votre pacifisme. Vous êtes les citoyens qui permettront de changer la société pour qu’elle soit plus juste et solidaire, « gardez le cap ». Tien bo larg pa !

Citoyens, citoyennes, exprimez-vous !
Groupe d’étudiant(e)s de prépa Lettres de l’Île de la Réunion
Lu 1368 fois



1.Posté par Claudine C. le 23/11/2018 17:38

Je suis particulièrement touchée par ce que vous avez écrit. Il est important que vous, les jeunes, vous puissiez vous exprimer car oui, la société de demain c'est vous et nous vous faisons un "cadeau" empoisonné.
Je suis consciente que la jeunesse est inquiète et révoltée. Nous, les plus vieux, parlons souvent à votre place. J'ai souvent entendu beaucoup de jugements négatifs à votre égard et je réponds à chaque fois que nous, parents, citoyens sommes responsables de nos jeunes.
Vous avez mille fois raison de vouloir une société plus juste et solidaire car c'est votre avenir qui est en jeu.
Je sais qu'il y a plein de belles initiatives émanant de jeunes et je suis très triste qu'on ne se focalise que sur les actes malveillants et violents (qui sont bien sûr inadmissibles et condamnables).
Sachez que je pense à vous qui êtes un peu plus jeunes que mes enfants.
Essayez d'être moins égoïste que nous l'avons été, essayez de bâtir un monde plus équilibré.
Il est urgent que nous vous fassions confiance et que nous parvenions à vous accompagner, à vous aider, à vous écouter.
Une société qui néglige et/ou rejette sa jeunesse est une société suicidaire.

2.Posté par Modeste le 23/11/2018 18:06

oui et bien sur quand les petits retraités ont subi la hausse de la CGS, là tout le monde s'en foutait, et personne n'en parle du reste.... c'est normal!
et ces petits vieux qui ont bossé toute une vie pour un salaire de misère pour bien plus de 8heures par jour et parfois même le samedi et dimanche et sans jamais se plaindre, mais malheureusement pour eux à cette époque n'existait pas la caisse de retraite....en tout état de cause à l'heure actuelle c'est avec de bien maigres retraites qu'ils vivotent dans la discrétion et l'indifférence totale, alors qu'il aurait été bon de demander pour ces "vieux travailleurs" un minimum de 1000€ pour leur permettre de finir un peu mieux leur vie et cela ne serait que juste récompense vu qu'ils sont peu nombreux sur cette génération.....au lieu de distribuer à flots des aides à tort et à travers à des jamais contents paresseux pour la plupart.....!

3.Posté par L'Ardéchoise le 23/11/2018 18:15

Joli texte, bien écrit MAIS !
En tant qu'étudiants en prépa lettres, comment se fait-il que vous ignoriez une règle essentielle en ce qui concerne les noms d'habitants, en l'occurrence l'utilisation de la majuscule lorsque ce n'est pas un complément de nom ?
Les Français parlent français avec leurs amis français, les Réunionnais parlent français ou créole avec leurs amis réunionnais, qui sont leurs amis français aussi, mais pas forcément des Créoles...

4.Posté par y.féry le 23/11/2018 21:08

à l'Ardéchoise
Vous vous rappelez lorsqu'on a essayé de faire admettre cette règle à un certain " prof "? C'était vers mai ou juin 2017 je crois. C'était sous un article ayant comme titre " les français veulent un roi... " ou quelque chose comme ça. On a dû renoncer.

5.Posté par Et le fond du sujet ? le 23/11/2018 21:34 (depuis mobile)

L’Ardéchoise , et l'orthographe de Nivet votre maître à penser, on en parle ? Rien d’autres à dire que ces niaiseries pointilleuses ?

6.Posté par Nana le 23/11/2018 21:38 (depuis mobile)

BRAVO les jeunes! Je suis très touchée par votre rédaction. Vous vous exprimez tellement bien et avez analysé à la perfection la crise que rencontre actuellement La Réunion.
Vous êtes un exemple à suivre. Encore BRAVO jeunes citoyens et citoyennes!

7.Posté par ASSOCIATION INJUSTICE 974 le 23/11/2018 22:42

Bravo , très bien résumé , malgré quelques imperfections .

stop-injustice974.fr

8.Posté par L'Ardéchoise le 24/11/2018 11:39

A 5, le fêlé au mobile : vous dites juste n'importe quoi ! Je n'ai nul besoin de "maître à penser", mes neurones sont capables de fonctionner seuls et si c'était A.N. qui les dirigeait, cela se saurait car je ne suis pas toujours d'accord avec lui, sauf que quand je le lui dit, je ne l'insulte pas...

Autrement, prépa lettres, cela vous dit quelque chose ?
Le niais, c'est vous !
Quand allez-vous cesser de me poursuivre, vous devenez plus que ridicule mon pauvre ami !
D'autant que votre commentaire, comme bien d'autres de votre part, sous un pseudo ou autre, n'est que (et rien de plus), une attaque à mon encontre sans le moindre mot concernant le fond ou la forme de ce courrier...

A y.féry : cette règle-là à l'entêté de service, et bien d'autres à des réfractaires à la langue de Molière...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 14:24 Ensemble vivons la paix

Lundi 16 Septembre 2019 - 12:13 Pourquoi la ville devient insipide