MENU ZINFOS
Politique

Budget primitif de la Région: Près de 250 millions d'euros de moins pour 2020


Par - Publié le Mercredi 29 Janvier 2020 à 17:11 | Lu 4653 fois

À la veille de l'Assemblée plénière de la Région, Didier Robert a dévoilé les grandes lignes pour l'année 2020 à venir. En ce 29 janvier, Didier Robert dévoile un budget primitif de 2020 en nette diminution par rapport à 2019, qui s'élève à 810 millions d'euros. On note une baisse de recettes de près de 85 millions d'euros par rapport à 2019. 

100 millions d'euros de moins pour la section fonctionnements 

Mais cette diminution a ses explications. Ceci est dû à une volonté de recentralisation des actions de la part de l'État, "c'est historique", déclare Didier Robert. On note tout d'abord moins 100 millions d'euros pour la section fonctionnement. Ceci est dû notamment au fait que l'État ait retiré la compétence "Apprentissage" aux régions. La Région devra ainsi compenser 12,3 millions d'euros pour l'année à venir. 

Toujours dans cette même section, la Région Réunion avait demandé à l'État d'aligner la convention de la formation professionnelle, au même titre que cela a été fait pour la région Bretagne. Ce que l'Etat a refusé, mais il a demandé à ce que la Région continue à pré-financer les formations. Or la Région a décidé d'arrêter de pré-financer en 2020, sous conseil notamment de la CRC. La collectivité continue son programme de formation, mais n'en fera pas de supplémentaire, celui-ci sera ainsi directement géré par Pôle Emploi. Ce qui induit un fort impact budgétaire, alors que 39,2 millions d'euros ont été déboursés à cet effet en 2019.

La question des PEC entre également en jeu. Alors que la Région avait un budget de 19 millions d'euros, avec lequel elle espérait offrir au moins 2500 contrats aidés, la collectivité n'en a utilisé que 8 millions, car l'Etat ne lui a accordé que 1000 contrats aidés. C'est pourquoi la Région a décidé de ne prévoir que 8 millions euros pour 2020 pour les PEC. 

Suite au mouvement des gilets jaunes, la Région avait décidé de réduire la taxe sur le carburant. Ce qui induit une baisse des recettes pour la collectivité. Pour 2020, la Région renonce donc à 14 millions d'euros. 

Ce qui explique la baisse significative pour la section de fonctionnements. Alors que les années précédentes la Région a toujours maintenu ses dépenses de fonctionnements, sous ordre de la CRC, elle note une baisse de 16% par rapport à l'année dernière. En 2019, le budget pour la section de fonctionnements était de 487 millions d'euros, il sera de 409 millions d'euros pour 2020. 

150 millions d'euros de moins pour la section investissements 

Le budget investissements aussi sera amoindri pour l'année 2020. Ceci est dû notamment à la fin du chantier de la NRL. On note 112 millions d'euros de moins par rapport à 2019. Alors que le budget accordé pour la NRL en 2019 était de 240 millions d'euros, il sera de 128 millions d'euros cette année. De manière plus générale, la Région réduit également de 16 millions d'euros son budget pour le programme routier.

Les 10 millions d'euros accordés aux TPE suite au mouvement des gilets jaunes ne seront pas renouvelés. Les 10 millions d'euros concernant le programme des communes ne seront également pas d'actualité en 2020. En effet, il n'y aura pas de nouvelle opération au vu des élections municipales de mars.  

Ce qui réduit les investissements, hors NRL donc, à 208 millions d'euros en 2020, contre 288 millions d'euros en 2019. Au total, le budget de cette section passe de 528 millions d'euros à 336 millions d'euros. En effet, les projets ferroviaires, tels que le Run Rail et le Tao, sont encore en phase d'études et ne sont donc pas encore pris en compte dans le budget investissements. Ils le seront à partir de 2021, voire 2022. 

Un taux d'épargne qui s'améliore 

Bien que le budget primitif de 2020 soit en baisse par rapport à 2019, la Région n'en met pas pour autant ces objectifs premiers de côté. Elle compte continuer notamment à accompagner les entreprises, à maintenir les efforts en termes de politique d'égalité des chances, d'un point de vue de la collectivité territoriale, des actions d'éducation ou de formation professionnelle. Elle prévoit notamment de réaligner le budget de 2020 sur celui de 2019 pour l'éducation et la culture. 

Alors qu'elle entre dans une fin de cycle, en dévoilant l'un des derniers budgets de la mandature actuelle, la Région se félicite d'afficher une baisse significative du chômage sur son territoire. Alors qu'en 2010, il était de 30%, il a récemment été révélé qu'il était actuellement de 20%. 

Bien qu'il soit moins élevé qu'en 2019 (120 millions d'euros), la Région se dit "fière d'afficher une épargne de 113 millions d'euros en 2020". Ce qui signifie que la "collectivité est capable d'épargner pour réinvestir". "Elle est prise au sérieux et ainsi autorisée à emprunter, car elle a les ressources nécessaires pour rembourser", a indiqué la collectivité. Alors que la limite d'endettement est fixée à 12 années, la Région se donne à 11,5 années pour rembourser, contre 11,4 en 2019. 

Le taux d'épargne s'améliore par rapport à l'année dernière et passe de 20% à 21,7%. Ce qui signifie également, grâce à ce taux d'épargne, que la Région est capable d'investir des fonds exceptionnels, en cas de dégâts routiers par exemple.


Charline Bakowski
J'adore voyager, découvrir de nouveaux paysages ,de nouvelles cultures, marcher dans la nature...... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Eh oui le 29/01/2020 17:48 (depuis mobile)

Comment être positive dans tous ces éléments négatives

2.Posté par La coure des contes le 29/01/2020 17:57

- D’après les organisateurs : TOUT EST SOUS CONTROLE, DORMEZ



- D’après la police : La dette de la Région Réunion a explosé entre 2015 et 2018. la Cour des Comptes dans un récent rapport consacré aux finances publiques locales. La dette de la collectivité régionale a augmenté de 108% sur la période, passant de 588 millions d'euros en 2015 à plus de 1,2 milliard d'euros en 2018. Une augmentation essentiellement due aux dépenses relatives au chantier de la Nouvelle route du littoral comme le souligne la CRC. Ces travaux affectent la capacité de désendettement de la collectivité qui est de 9,7 années. Cela signifie qu'en tenant compte de ses capacités financières et à supposer qu'elle mobilise toute son épargne, la collectivité régionale mettra 9,7 années à solder sa dette. Un délai qui devrait encore s'allonger en 2019 selon les projections de la Région elle-même. Cette situation interroge quant aux marges de manœuvre de Didier Robert, président de Région, à pouvoir mener à bien ses projets d'investissement à venir, notamment la poursuite du chantier de la NRL et la construction du Run Rail




3.Posté par Cimendef le 29/01/2020 18:38 (depuis mobile)

Publireportage ?

4.Posté par Bleu outre mer le 29/01/2020 19:31

"Mais cette diminution a ses explications."
Ben oui tout est sous controle, après il faut savoir de qui .............
Ce qui est sur que suite au mouvement des gilets jaunes, il a été obligé de réduire son salaire, d'ou la diminution. ce qui explique tout. Au juste nous en sommes ou des sommes perçues??????

5.Posté par GIRONDIN le 29/01/2020 19:55

Perso, je suis rassuré, on retrouve notre didier robert.
Aucun problème, l'augmentation de la baisse est maîtrisée. Pas de dépassement du plancher.
L'important c'est de tenir compte de la réalité des choses en étant dans une logique de juste baisse....

6.Posté par klod le 29/01/2020 19:57

zinfos , bien que piérrot dit Dupuy soit pote au "didier robert " y laisse kosé ……………… "en nou allé" comme disent mes frères martiniquais :


a ouais , le robert de la reugion la choisit de ne pas faire le tout viaduc , sous la pression des "transporteurs" , quitte à défigurer nout péi ek des "carrières"
et lu présente à lu à sindni ………………. a ouais ………………. trop gaillard , si tan kontan , vivement le choix des "électeurs" ……………….. et cela recule cette route INDISPENSABLE , certes, de 3 ans …………………….. a ouais ?


ben , certains aiment , bien kontan pour eux


"des choix des infrastructures par les régions outre -mer depuis la décentralisations , essai sur les "lobby" outre -mer français depuis 1982, thèse soutenu en 2019,académie des outres mers français(sic!) , depuis la départementalisation des ex colonies d'outre-mer , dites "4 vieilles"
à paraitre avant les élections municipales de 2020, à compte d'auteur .

7.Posté par C'est à s'est le 29/01/2020 20:02



ACTUS REUNION
VOLCAN
GRAND RAID
REQUINS
CULTURE
SOCIAL
SPORTS
COURRIER DES LECTEURS
FRANCE - MONDE

Accueil
Actus Reunion
Région : baisse drastique du budget culture, le CCEE se dit "sidéré"

Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement
Région : baisse drastique du budget culture, le CCEE se dit "sidéré"
Publié il y a 43 minutes / Actualisé il y a 38 minutes
photo RB imaz press
Ce mercredi 29 janvier 2020, la veille de l'assemblée plénière du Conseil régional sur le vote du budget primitif 2020, le Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement (CCEE) donne son avis (consultatif) sur le projet. Le coup de rabot sur le budget culture envisagé par la collectivité fait bondir l'institution qui exprime sa "sidération" et s'inquiète de "la violence de l'impact que ces mesures ne manqueront pas d'avoir sur la vie associative en général et sur le champ culturel du territoire est incommensurable".
Le Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement est une institution propre aux régions d’outre-mer, c'est une assemblée consultative chargée d’éclairer l’exécutif dans sa réflexion et la mise en œuvre des politiques régionales. Il compte vingt-cinq membres représentant la société civile.

La commission, qui, comme son nom l'indique suit de près le domaine de la culture a tenu à exprimer "sa sidération" à la lecture du budget primitif pour l'exercice 2020 présenté par la collectivité régionale. Selon le CCEE, la collectivité n'aurait pas tenu ses engagements "dans les orientations budgétaires 2020 de la Région, la commission avait relevé, avec satisfaction, une continuité dans la volonté de la collectivité de considérer la culture comme un vecteur incontournable de cohésion sociale. Elle avait également relevé la mise en œuvre de nouveaux projets d'envergure dans son Projet régional d'éducation culturelle, artistique et patrimoniale (PRECAP). Ainsi, dans ses orientations budgétaires, la Région indiquait un budget revu à la hausse pour les structures associatives. Or c'est l'inverse qui est constaté, à savoir une baisse qui atteint quasiment les 3/4 de la subvention allouée aux associations en 2019."

Le CCEE détaille ensuite les conséquences de cette coupe budgétaire "la baisse conséquente du budget de la culture pour cette année 2020, de presque un tiers en investissement et de plus de 40 % en fonctionnement, atteignant même pour la vie associative ou l'enseignement artistique les -72,5 % (Autorisation d'Engagement de 1 446 000 euros en 2019 - 397 294 euros en 2020) contredit radicalement l'affirmation de la collectivité, dans ses orientations pour cette année, selon laquelle la culture était au coeur de son projet de développement pour La Réunion."

Selon l'institution, le tissu associatif de l'île paiera le plus lourd tribut "la violence de l'impact que ces mesures ne manqueront pas d'avoir sur la vie associative en général et sur le champ culturel du territoire est incommensurable. Le risque est grand d'assister à une fragilisation, voire un délitement du lien social déjà mis à mal dans un contexte où les inégalités et les frustrations sont croissantes."

Le CCEE dont l'avis est consultatif se fait encore plus véhément "La commission, composée de membres représentants les champs de la vie culturelle du territoire (littérature, arts visuels, musique, danse, théâtre, patrimoine, langue et culture régionale) a mené au cotes de l'année 2019 une série de rencontres avec les acteurs de ces domaines, ainsi que ceux de l'audiovisuel et a recueilli leurs préconisations et attentes pour une meilleure organisation d'un projet de développement culturel. Les choix opérés par la collectivité s'inscrivent sans conteste, dans une démarche de régression de cette dynamique et ne peuvent en aucune manière recueillir, en l'état, l'assentiment de notre commission."

L'institution est sur la même longueur d'onde que Kolet' Réunion. Ce mardi 28 janvier, le collqectif qui rassemble des acteurs culturels du spectacle vivant de l'île, dénonçait dans un communiqué, un "budget inique".

8.Posté par C''''est à s''''est le 29/01/2020 20:05


Ce mercredi 29 janvier 2020, la veille de l'assemblée plénière du Conseil régional sur le vote du budget primitif 2020, le Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement (CCEE) donne son avis (consultatif) sur le projet. Le coup de rabot sur le budget culture envisagé par la collectivité fait bondir l'institution qui exprime sa "sidération" et s'inquiète de "la violence de l'impact que ces mesures ne manqueront pas d'avoir sur la vie associative en général et sur le champ culturel du territoire est incommensurable".
Le Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement est une institution propre aux régions d’outre-mer, c'est une assemblée consultative chargée d’éclairer l’exécutif dans sa réflexion et la mise en œuvre des politiques régionales. Il compte vingt-cinq membres représentant la société civile.

La commission, qui, comme son nom l'indique suit de près le domaine de la culture a tenu à exprimer "sa sidération" à la lecture du budget primitif pour l'exercice 2020 présenté par la collectivité régionale. Selon le CCEE, la collectivité n'aurait pas tenu ses engagements "dans les orientations budgétaires 2020 de la Région, la commission avait relevé, avec satisfaction, une continuité dans la volonté de la collectivité de considérer la culture comme un vecteur incontournable de cohésion sociale. Elle avait également relevé la mise en œuvre de nouveaux projets d'envergure dans son Projet régional d'éducation culturelle, artistique et patrimoniale (PRECAP). Ainsi, dans ses orientations budgétaires, la Région indiquait un budget revu à la hausse pour les structures associatives. Or c'est l'inverse qui est constaté, à savoir une baisse qui atteint quasiment les 3/4 de la subvention allouée aux associations en 2019."

Le CCEE détaille ensuite les conséquences de cette coupe budgétaire "la baisse conséquente du budget de la culture pour cette année 2020, de presque un tiers en investissement et de plus de 40 % en fonctionnement, atteignant même pour la vie associative ou l'enseignement artistique les -72,5 % (Autorisation d'Engagement de 1 446 000 euros en 2019 - 397 294 euros en 2020) contredit radicalement l'affirmation de la collectivité, dans ses orientations pour cette année, selon laquelle la culture était au coeur de son projet de développement pour La Réunion."

Selon l'institution, le tissu associatif de l'île paiera le plus lourd tribut "la violence de l'impact que ces mesures ne manqueront pas d'avoir sur la vie associative en général et sur le champ culturel du territoire est incommensurable. Le risque est grand d'assister à une fragilisation, voire un délitement du lien social déjà mis à mal dans un contexte où les inégalités et les frustrations sont croissantes."

Le CCEE dont l'avis est consultatif se fait encore plus véhément "La commission, composée de membres représentants les champs de la vie culturelle du territoire (littérature, arts visuels, musique, danse, théâtre, patrimoine, langue et culture régionale) a mené au cotes de l'année 2019 une série de rencontres avec les acteurs de ces domaines, ainsi que ceux de l'audiovisuel et a recueilli leurs préconisations et attentes pour une meilleure organisation d'un projet de développement culturel. Les choix opérés par la collectivité s'inscrivent sans conteste, dans une démarche de régression de cette dynamique et ne peuvent en aucune manière recueillir, en l'état, l'assentiment de notre commission."

L'institution est sur la même longueur d'onde que Kolet' Réunion. Ce mardi 28 janvier, le collqectif qui rassemble des acteurs culturels du spectacle vivant de l'île, dénonçait dans un communiqué, un "budget inique".

9.Posté par Bleu outre mer le 29/01/2020 22:06

Nous allons avoir un retour en arrière qui est que le budget ne va pas bouger..
Cela montrera ine fois de plus que rien n'est sous controle..........
Surtout les paroles de Sieur Robertix..........

10.Posté par Stan le 29/01/2020 22:07 (depuis mobile)

Il y a des économies à faire. C'est ainsi partout en France et pour tout le monde. La Région s'y plie. La Culture ne périra au moindre feu de broussailles. Stop aux grandes dépenses fastueuse en billets d'avion et frais d'hébergement.

11.Posté par Kréol le 29/01/2020 22:10 (depuis mobile)

Na kréol na pwin manzé et la inn pe i fé bann apar la pou pléré parske tété zot i gaigne lapasé i fo mèt cérélac andan. Fors tan alé dan lo, la korde la kasé.

12.Posté par Juan des pierres le 29/01/2020 22:12 (depuis mobile)

Pour une fois qu'on annonce des économies dans cette île, y en a toujours pour gueuler. On veut des économies mais sur le dos des autres. De parfaits petits français!

13.Posté par Tikaf le 30/01/2020 06:33 (depuis mobile)

Té seulement i brasse l'argent ici, arrête DÉCONNÉ DONT!? Domoune va gagne encore allez en vacances avec la continuité,mi trouve que la dessus na un peu d'abus!

14.Posté par Bleu outre mer le 30/01/2020 07:35

Comme je le disais
https://www.clicanoo.re/Politique/Article/2020/01/30/Region-le-budget-culture-retrouvera-son-niveau_598256
Plus de changement et hop pirouette de Sieur Robertix. Nous avons La Girouette Dindar pour les partis politiques et nous avons Sieur Robertix "Tout est sous controle" en fonction du vent.........
La credibilité cela se gagne certains l'ont déjà perdu depuis longtemps........

15.Posté par gongon le 30/01/2020 07:41

On annonce pas des économies.Comme d'habitude il a plombé son budget , depuis 5 ans il essaye de trouver des solutions pour sortir la tête de l'eau.Il faut vraiment être couillon pour présenter un budget de la sorte à 1 mois des élections.Doit être fâché avec son chargé de com ou sa chargée. .Le chaos total,ses opposants de la mairie de St Denis se frottent les mains et il faut qu'il cherche du boulot dès maintenant.Avec une annonce pareille surtout sur la culture il va perdre 50% des voix des jeunes qui lui avaient donné confiance.La région sera dans les mains d'une autre personne aux prochaines élections...Les paris sont lancés .Si il n'est pas au deuxième tour à St Denis,il ne sera pas non plus au deuxième à la Région.Le grand sud se prépare à prendre la Région.Qu'il continu à soutenir Bassire ça arrange tout le monde,elle perdra plus facilement son poste de député et au Tampon avec son soutien elle sera comme d'hab en troisième ou en quatrième position.

16.Posté par Didier robert dans toute sa splendeur. Surtout restez à St denis. le 30/01/2020 07:57

Didier robert dans toute sa splendeur.
Surtout restez à St denis.

17.Posté par L. Dijoux le 30/01/2020 08:01 (depuis mobile)

Quand y dépenses trop le pas bon quand i fait économies le pas bon... C''est quoi un bon gestionnaire pou zot quelqu''un qui fait rien comme certains au pouvoir ? Ou un homme qui construit et après i Di bon la nou la atteint nos objectifs ?

18.Posté par ZembroKaf le 30/01/2020 08:20

Tout est "sous contrôle"...grâce à DiDix le chômage à baissé...!!!
Lu lé fière de son épargne !!!

MiLike..le budget de DiDix !!!

19.Posté par DOGOUNET le 30/01/2020 08:31

Excellentes toutes ces économies sur dépenses bidons ou somptuaires. Nous attendons leur traduction sur nos contributions fiscales !

20.Posté par Didier rend l''argent ! le 30/01/2020 09:11 (depuis mobile)

Il est où le renouveau, la nouvelle vision, le changement, l''après Vergès ? Une tromperie, on s''est laissé avoir, on s''est fait arnaquer! Moi, c''est sûr !!! Que peut espérer la Réunion de tels spoliateurs? Que peut espérer l''île de ces médiocres ?

21.Posté par justedubonsens le 30/01/2020 09:27

Coïncidence ? On constate que la coupe sombre des "près" de 250 millions d'euros correspond à la provision des accords récents avec le groupement de la NR et en même temps au montant de la perte des taxes sur les carburants décidée au mouvement des gilets jaunes pour une année pleine.

22.Posté par Chambon le 30/01/2020 11:16 (depuis mobile)

Par contre le cadeau aux transporteurs sur le gazole routier et la NRL en digues, ça, le budget reste bien grassouillet bizarrement...

23.Posté par vince le 30/01/2020 12:23

et sa i veut rent st denis ??? pitier noooonnn

24.Posté par Joel le 30/01/2020 14:07

Bizarre juste la somme qu’il fallait à Didier Robert pour la NRL et encore plus bizarrement Mr. Dupuy ne relève même pas la relation ,décidément se Monsieur à vraiment un manque de discernement par rapport à la mairie de Saint Dénis???

25.Posté par Philibert le 31/01/2020 03:37

La masse salariale de la Région est sûrement adossée aux budgets « riches » des années précédentes. La probabilité d’un plan de réduction des moyens humains est assez forte. D’autre part, la chute des investissements aura un impact majeur sur l’emploi du secteur des TP et du bâtiment et des financements attribués aux communes.

A l’échelle de la Reunion, nous entrons clairement dans une période de récession...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes