MENU ZINFOS
International

Budget de l'Union européenne : "Il y a urgence à trouver un accord", selon Herman van Rompuy


Par S.I - Publié le Jeudi 7 Février 2013 à 15:56 | Lu 970 fois

Budget de l'Union européenne : "Il y a urgence à trouver un accord", selon Herman van Rompuy
Les négociations sur le budget de l'Union européenne 2014-2020 débutent aujourd'hui à Bruxelles. Les chefs d'Etat des pays de l'Union vont tenter de trouver un compromis, entre les tenants d'une politique de relance européenne et ceux partisans de l'austérité.

Tout le monde s’attend à de longues et difficiles négociations jusqu’au bout de la nuit de jeudi à vendredi, voire jusqu'à samedi. Elles risquent de faire passer à la trappe les autres sujets inscrits à l’ordre du jour du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement.

Pour le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, "il y a urgence à trouver un accord". Il a appelé les dirigeants nationaux à dépasser leurs considérations nationales afin de doter le budget européen de moyens suffisants pour financer des investissements créateurs d'emplois à l'orée 2020.

Il compte proposer une enveloppe de 960 milliards d'euros pour les crédits d'engagements, et 900 milliards pour les crédits de paiement. Par rapport à sa dernière proposition, datée de novembre, les coupes sont sévères : 13 milliards en moins sur les engagements et 43 milliards en moins pour les paiements.

De quoi ravir Angela Merkel et David Cameron, qui ne raisonnent qu'en termes de crédits de paiements, plus faciles à faire passer auprès de leurs concitoyens. Le camp de l'austérité regroupe, outre le Royaume-Uni et l'Allemagne, les Pays-Bas et les pays nordiques, qui sont parmi les plus gros contributeurs au budget de l'UE.

A l'inverse, les pays du Sud de l'Europe rechignent à accepter une réduction du budget, synonyme de récession pour la Grèce, la Pologne, l'Espagne, le Portugal et l'Irlande.

La France, elle, tente de trouver un compromis. François Hollande a affirmé, lors de son discours devant le parlement européen le 5 février dernier, qu'il fallait "éviter que les coupes budgétaires finissent par mettre en cause la croissance".

Outre l’image désastreuse pour l’Europe, un nouvel échec ferait des perdants, à commencer par l’Allemagne qui joue un milliard d’euros, soit le montant du rabais obtenu sur sa contribution pour la période 2007-2013.

En revanche, la France et le Royaume-Uni pourraient se satisfaire d’une absence d’accord. Le rabais obtenu par Londres est inscrit dans les traités. Pour Paris, ce serait l’assurance de conserver le même niveau pour les aides agricoles, ce qu’elle n’a pas obtenu avec le projet de compromis sur la table.



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes