MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Bruny Payet lé toujours vert...


Par - Publié le Mardi 12 Octobre 2010 à 22:31 | Lu 3240 fois

Bruny Payet lé toujours vert...
En pastichant Charles Aznavour, je pourrais écrire : "Il s'agit d'un homme que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre"...

Qui se souvient encore de Bruny Payet, 82 ans, compagnon de lutte de Paul Vergès, engagé dans les Français Libres à 21 ans, et qui a été à la tête de toutes les luttes syndicales du temps où il était secrétaire général de la CGTR ? Bruny Payet fut également entre autres conseiller général communiste et directeur du journal Témoignages.

Ce matin, contrairement à Paul Vergès qui paradait devant les caméras et les appareils photos, Bruny Payet était un anonyme parmi les anonymes. C'est là que nous l'avons surpris. A sa place, parmi les siens, parmi les travailleurs en lutte...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Bayoune le 13/10/2010 07:54


Effectivement, comme dirait Aznavour, si li té koze kréole, marmay zordi i pé pa konète de gran bononm ke lété Monsieur Bruny Payet, qui fut le fondateur de la CGTR avec beaucoup d'autres de jeunes, vieux aujourd'hui camarades de sa classe. Bruny, un combattant infatigable, dans les luttes syndicales, politiques à coté de son "kamarade Paul Vergès" qui l'a renier au profit d'avantages plus lucratifs. Mr Payet anonyme zordi, toujours à coté des travailleurs, toute une vie"d'engagé", si l'on peut dire konmsa, et, plein de sacrifices, Mr Bruny Payet, c'est cet homme honnête, combattant de la liberté contre le nazisme, ingénieur, secrétaire général de mairie à St André - qui a refusé tout le luxe accepté par un Paul Vergès plus attiré par les ors et les honneur de la République française. Un Bruny Payet qui n'a jamais renier la classe ouvrière qu'il défendait avec sincérité et dévouement, et aujourd'hui à 88 ans, ce grandmoune léla anonyme parmi les travailleurs en lutte, comme il a toujours été.
Merçi Mr Pierrot de montrer, de faire ressortir, une figure légendaire de l'histoire syndicale et politique réunionnaisedu XXème siècle,. Cet homme présent dans la manifestation, anonyme parmi les travailleurs anonymes en lutte, des travailleurs qu'il défendit pendant toute sa vie de militants, comme tant d'autres militants du pPcR ( petit parti communiste réunionnais) sacrifié sur l'hôtel Vergésien du profit , des avantages et des honneurs que peuvent retirés tous les renégats, prostitués d'un système colonial honni - qui sacrifie des milliers de travailleurs - Encore en 2010, un système colonial toujours vénéré par les Vergès - consorts et clique qui ruinent notre pays depuis plus d'un demi siècle.
Il en faudrait que naissent d'autres hommes sincères, génreux de la classe de Mr Bruny Payet, comme l'étaient les Léon Félicité, les Lucas, les J.Baptiste Ponama, les Serge Sinamalé, les Gervais Barret, les Boris Gamaleya, les Max Rivières, Quasimodo et tous les autres que ma mémoire i fé défo - ceux là, qui à une période de leur vie se sont battus sacrifiés pour un meilleur être du peuple réunionnais., et connu le banissement pour la défense de leur idéal VRAI dans l’intérêt de la population.
.



2.Posté par Omar Mathieu le 13/10/2010 10:30

Et ou Bayoune ?
Dia nou ki sa ou lé. Peutét out nom i doit rejoindre toute sat' boug ou la cité.
Mi pense ou lé comme toute band domoun que la pas eu un' promotion dans le pcr. Lé vrai que band dirigeants la "serre" la clef, mais c'est po évite la dispersion sinon léna longtemps le parti té existe plus.
Vi rappel a moin un camarade Aniel Boyer la été lontemps avec le pcr (peut-être c'est ou même :-)
Ce boug là la jamais admit band na la bord' ali. Parce que li voulé mét ali en avant sans écoute personne.
Ou parle un boug comme Gamaleya comme exemple, mais ce boug la té i viv comme un ti bourgeois loin des préoccupations band travailleurs. Li dit li lété "poête". Ca i suffisait pas laisse a li tranquille. Li voulé avoir à la Réunion le rôle Aragon lavé en France. Mé li lé loin d'être Aragon.
Lé vré le pcr sé pu un parti i représente plus vraiment la classe ouvrière et que lé devenu un appareil de propagande piloté par Ary, Jean Saint-Marc et Jean Max Hoarau (d'ailleurs ce dernier sé un boug la jamais été vraiment à gauche, personne la jamais compris comment un boug comme ça la pu devenir un dirigeant pcr - peut-être à cause li la ramène l'argent?).
Mais quand zot i critique, essaye d'être un peu "constructifs". Zot y passe zot temps à salir les bougs. I fait pas avancé le débat ça.
Zordi à la Réunion, le terrain politique lé tellement en friches i faudrait carrément reprendre tout' à zéro. I faut tout' domoun léna vraiment la volonté change les choses i réunit zot force. Au lieu d'ça, c'est à qui s'ra plus "corrosif"... c'est à qui i "totoche" le plus.
Continu comme ça et pendant longtemps encore band boug i sort dehors va prendre à nous pod' couillons et va dirige zaffaires la Réunion sans nous !

3.Posté par Gil Xavier le 13/10/2010 13:32

Bonjour,

J'ignore pourquoi Monsieur Bruny Payet est devenu un anonyme : je m'abstiens donc de tout commentaire. Mais cet écho de mon bon ami Pierrot (nous avons fait nos classes ensemble) m'a donné l'occasion de réécouter une très belle chanson de Charles Aznavour (paroles de Jacques Plante - musique de Charles Aznavour) intitulée "Camarade", et dont voici les paroles (source Abazada.com) :

Camarade
Tu étais mon seul ami, mon camarade
Tous les deux nous avons fait des barricades
Les maquis, les commandos, les embuscades
Mon camarade

Camarade
Un dimanche en défilant à la parade
Je t'ai vu soudain là-bas sur une estrade
Tu étais visiblement monté en grade
Mon camarade

Camarade
Les plus grands venaient te donner l'accolade
Ce n'était que mains serrées et embrassades
Ça donnait une impression de mascarade
Mon camarade

Camarade
Moi ici j'ai pris mon parti des brimades
Nous dormons tout habillés, les nuits sont froides
L'important c'est de ne pas tomber malade
Mon camarade

Camarade
Je ne vois qu'un petit coin de ciel maussade
Et les murs qui défieraient toute escalade
Ce n'est pas une prison d'où l'on s'évade
Mon camarade

Camarade
Le matin c'est la relève des brigades
A midi c'est l'heure de la promenade
Et la nuit on fait des rêves d'escapade
Mon camarade

Camarade
J'ai appris qu'ils t'ont donné une ambassade
Quelque part à Caracas ou à Belgrade
Plus tu montes plus, tu vois, je rétrograde
Mon camarade

Camarade
C'est fini j'arrête ici mes jérémiades
À bientôt qui sait dans une ou deux décades
Et je signe comme au temps de nos gambades
Ton Camarade

Tu étais mon seul ami, mon camarade
Tous les deux nous avons fait les barricades
Les maquis, les commandos, les embuscades
Mon camarade.

4.Posté par Bayoune le 13/10/2010 15:20

"Et ou Bayoune ?
Dia nou ki sa ou lé. Peutét out nom i doit rejoindre toute sat' boug ou la cité.
Mi pense ou lé comme toute band domoun que la pas eu un' promotion dans le pcr. Lé vrai que band dirigeants la "serre" la clef, mais c'est po évite la dispersion sinon léna longtemps le parti té existe plus.
Vi rappel a moin un camarade Aniel Boyer la été lontemps avec le pcr (peut-être c'est ou même :-) - Ce boug là la jamais admit band na la bord' ali. Parce que li voulé mét ali en avant sans écoute personne. " - èk out pétèt Omar, na lontan mon kabri i tète pi

Omar, ma di aou in nafère, minm si out soidizan pcr, té i donne in plass, lété pou miyé étrang aou answite. ou di bannla la sère la klé, lé vré, solman dan lo kof avan la sère la klé na mon larzan lé pétèt dodan konm la vote osi, lé pa pou sa lo parti i yekziste pi, Vergès la tiyé lo parti èl son bann konplis, sirtou, sirtou kan li la anbrass Debré, le minm ki voulé ferme bann kominis la Plaine des Cafres, J. L Debré le fils de celui qui fit exilés de bons militants du PcR, toute sat mwin la sité. Wi lo parti? Vergès la vire bonpé domoune té i zinn ali pou li anrisir ali dosi lo do bann ti maléré, son viniète, son foto, lo disk Firmin Viry, la koute 3 francs français, la été rovandi 60 francs, kalkile lo bénèf tousa navé in prix, lo ti maléré té yasète sa an kriyan " Vive Vergès", ceux là même aujourd'hui i krève dans la misère, ou la finn arzwin le boulevard des allongés, Vergès paye linpo dosi la fortune la sorte dann noute poss, la vote osi sandoute...
Ou di amwin, Boris Gamaleya té i vie an pti bouzwa, konm Aragon an Franss, Vergès lé lo Arpagon de Molière - ou krwa Vergès i vive an boug oki èk son pipe dan la gèl, Tipiyère dé galet, èk sigare la grosèr in baro la sèze, i vive an boug oki, la prinsèss Franswaz lé oki osi èk son salère de la MCUR virtuelle, ou sé in kasèr lo kuy Omar, out bann kamarade la mète aou in zeyère konm bourike.

"Lé vré le pcr sé pu un parti i représente plus vraiment la classe ouvrière et que lé devenu un appareil de propagande piloté par Ary, Jean Saint-Marc et Jean Max Hoarau (d'ailleurs ce dernier sé un boug la jamais été vraiment à gauche, " -
Mi konpran pa ou Omar, ou yékri in soz é son kontrère, dan so fraze là ou na rézon, le PcR des vieux de Mr Bruny, de J. Baptiste Ponama, de Léon Félicité é lé zot viyé, zordi, lé pi sà ditou. Le Pcr a vu Vergès l'enlevé son âme, les trwa kloun ke ou la sité, ne sont ke lé zanfan de kèr a koté de sak Vergès la fé pour détruire cette arme de la classe ouvrière, cette arme contre le colonialisme, mais dès le début, lors de sa création en 1959, Paul refusait le mot d'ordre de l'indépendance, nou wa ousa sa la aminn anou zordi. C'est que Mr Vergès Paul nourrissait l'ambition de devenir ministre de la" République coloniale" - après que son papa lété Consul en Asie.

"Mais quand zot i critique, essaye d'être un peu "constructifs". Zot y passe zot temps à salir les bougs. I fait pas avancé le débat ça. "... "Au lieu d'ça, c'est à qui s'ra plus "corrosif"... c'est à qui i "totoche" le plus. " – In boug konm Verzès i ginye pi salir, li la finn fé li minm. Ma di aou ziste in nafère ke nout kamarade Ponama la di « wouè té mon kamarade, poupète la fé amwin sà » ce qui a été fait là,est inomable de la part swa dizan kamarade de combat.
Zordi lo mur gauche la Kaz la Réniyon, lé pouri, i fo le dire, i fo détruyre ali pou arfé in ot, minm sat i rosanm bare de fer dodan la finn ète attaké èl larzan kapitalis la rouye, i fo fou toute atèr pou arkomsé, an rotar pétèt, mé nou na pi loswa, oliyé rode kisa mi lé, anon mète la min ansanmb, wa trouve amwin dann santiyé, pétèt mi marss koté de ou, ou wa pa mwin. Ou koné Omar, na in ta de kamarade lété o Pcr, zordi lé mor, la parti dann témwin Zéova, omwin pou sov zot lame, na éfèktivman dot la rozwin bann ti parti politik, lo NPAR, L.O épi, épi na in pakass la parti koté Aniel Boyer, A. Boyer lé kanmin pa lo diab. Pou lo salu out lame èk out léspri, ou dévré prann kontak koté Boyer, wa débride aou inpé, ou nora in ote viziyon dosi lavenir nout péi, biyin antandu san out kamarade Verzès- consort et clique ...
"Continu comme ça et pendant longtemps encore band boug i sort dehors va prendre à nous pod' couillons et va dirige zaffaires la Réunion sans nous ! " -
Omar oulé an rotar, na lontan Vergès la finn lo vers dan lo frwi, agarde èk kisa li la fé son liste o Régionale, les six premiers, lété dé FOC. ( des français d'origine controlés" ) konmdi mon viyé kamarade Zozèf. Na lontan lo boug lavé pi konfianss dann réniyoné, lété servi par li konm bèf sarèt...

5.Posté par sudiste le 13/10/2010 16:57

tiens donc, ya bien un lien entre la CGTR et le PCR.... je me disais bien que c'est bizarre que la CGTR ne grèvait pas à la Région pendant tout ce temps...

6.Posté par gilbert le 13/10/2010 19:08

Chapeau bas, Mr Bruny Payet

7.Posté par bonjour Mr PAYET le 14/10/2010 09:14

BRUNY PAYET,l'homme du PCR a ce jour ce monsieur payet et un homme oublié du parti un combattant au coté deJean Panon,Clarl Fruteau,Clovis Amourgom,Raphael Singainy,Ary Payet, Mara,Amouet,Serge Sinamalé ect.....et bien bonne santé Mr payet plaisir de voir ta photo

8.Posté par Nour le 14/10/2010 11:57

Bruny Payet sé in gran kamarad sindikaliss…Personn i oubliy pa li dann mouvman popilèr…Mi di sa pou bann malolé i koz la boush rouvèr.
Paul Vergès sé in gran politik. Sé pa mèm zafèr, pa mèm komba; sé pa lo mèm fason mèn la batay… Mèm kan i marsh ansanm.
Zot i rod tèlman fé la divizion, zot lapré di nimport koué !
«…Paul Vergès qui paradait devant les caméras et les appareils photos…» Bann kaméra èk bann fotograf lété pa oblizé arèt dovan li ! Ma la vi ali, li lété si bord shomin, in pé komm Bruny Payet… normal ! Si bann fotograf i arèt dovan Paul Vergès, na in rézon pou sa ! Zot i kroi pa ?
Arèt èk so kouyoniss-la : Bruny Payet, Paul Vergès, sé in mèm famiy, lo famiy bann travayèr. Shakinn i défann lo zafèr son manièr. Sèlman, pou konprann azot, i fo èt dann konba-la. Azot èk zotbann lèktèr… zot lé pa la èk sa, andiré. Arèt fé sanblan !

9.Posté par Bayoune le 14/10/2010 20:13

Nour oufé rire la bouss, kan ou di lé de boug lé parèy, na inn, Mr Bruny Payet, i vive o minm nivo ke travayèr li la défann, li la zamé été in patron i pèye lino dosi la fortune, lot wi.

10.Posté par Zkaèl le 15/10/2010 12:14

I fé plézir voir mon dalon ... na désertin la ésey fé kroir lu té "plus de ce monde" !!!
Tiynbo mon kamarad mi espèr na gingn rovoir anou vitman ...

11.Posté par berael le 27/10/2010 14:42

le texte de la chanson de Charles Aznavour donné par le poste 3 résume bien de ce que vaut le PCR et surtout le chef . Les hommes de main deviennent de la m...... pas de problèmes, je suis au pouvoir et je tiens à y rester.Tous les mentors actuellement sont en costume cravate avec gros tralala, mais les vieux syndicalistes qui osent encore brandir leur carte du parti, ceux qui ont mis au pouvoir la famille Vergès, au fond de leur coeur doivent se morfondre de tant de lutte pour sortir en bleu de travail avec une tente sous le bras. M. Payet dis merci à ton papa Paul qui t' a rendu plus pauvre qu'auppravant.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie






Publicité


 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes