Economie

Bouclier qualité-prix 2018: Un chariot comptant 109 produits pour 288€

Vendredi 23 Février 2018 - 16:19

Bouclier qualité-prix 2018: Un chariot comptant 109 produits pour 288€
Amaury de Saint-Quentin, préfet de La Réunion, a signé vendredi 23 février l'accord de modération sur la nouvelle liste des produits du bouclier qualité-prix (BQP) avec les représentants des filières de la production locale, de la grande distribution et des importateurs. Celle-ci comporte 109 produits, pour un prix global de 288 €. Les 109 produits de cette nouvelle liste seront tous disponibles en rayon dans les 53 magasins participant à l'opération à partir du 20 mars prochain.

Conformément à l'article 61 de la loi n°2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer, en plus des partenaires habituels (représentants du secteur du commerce de détail et fournisseurs, qu'ils soient importateurs, grossistes ou producteurs), les entreprises de fret maritime, les manutentionnaires et les transitaires ont également été conviés à participer pour la première fois à cette négociation annuelle.

Les négociations entre les services de l'État et la fédération régionale des coopératives agricoles (FRCA), l'association réunionnaise interprofessionnelle de la pêche et de l'aquaculture (ARIPA), l'association pour le développement industriel de la réunion (ADIR), fédération du commerce et de la distribution (FCD) et le syndicat de l'importation et du commerce de La Réunion (SICR) ont pris en compte les principales préconisations formulées par l'Observatoire des prix des marges et des revenus (OPMR).

La place des produits locaux est confortée dans le dispositif avec l'ajout de 2 unités de besoin supplémentaires, permettant ainsi de franchir pour la première fois depuis le lancement du BQP en 2013 la barre symbolique des 50 % (55 produits locaux contre 54 produits importés).

Un effort de modération de prix particulièrement important est consenti avec une diminution du coût global de la liste de 1 euro (288 € pour le BQP 2018 contre 289 pour le BQP 2017) malgré l'ajout de ces deux produits locaux supplémentaires et des modifications de grammage revues à la hausse pour 3 produits de la liste :
  • petit pot bébé salé de 2 × 200 g au lieu de 1 × 200 g
  • biscuit fourré chocolat de 294 g au lieu de 166 g (+ 75 %)
  • jus d'ananas victoria en brique de 1 litre au lieu de 75 cl (+ 33 %)

Plus en détail, trois produits locaux sont retirés de la liste BQP 2018 :
  • steak haché 15 % de matière grasse ;
  • jambon de dinde ;
  • haricots blancs en sachet de 1 kg.

Inversement, 5 nouveaux produits locaux sont ajoutés :
  • filet de poulet nature (produit local) ;
  • pain au lait choco pépites (produit local) ;
  • pain de mie complet (produit local) ;
  • carri poulet (produit local) ;
  • lentilles grises (produit local).

Les propositions de modifications de conditionnement portent sur les produits suivants :
  • petit pot bébé salé (marque nationale) de 2 × 200 g au lieu de 1 × 200 g ;
  • biscuit fourré chocolat (marque nationale) de 294 g au lieu de 166 g (+ 75 %) ;
  • jus d'ananas victoria (production locale) en brique de 1 litre au lieu de 75 cl ;
  • batavia, feuille de chêne et autres salades, selon saison, de 280 g à 180 g.

Au sujet des produits de la gamme économique, leur nombre est maintenu à 30 unités de besoin en 2017, sans modification de conditionnement.

Enfin, l'effort particulier de modération de prix effectué l'an dernier sur une liste de 10 produits de 1ère nécessité, est maintenu cette année avec une stabilité des prix en 2017 compte tenu de l'inflation. Cette liste comprend 7 produits locaux : poule entière, riz jasmin (10 kg), pâtes fraîches (500 gr), farine ménagère Type 55 (1 kg), huile de tournesol (1 l), lait demi-écrémé vitaminé (1l), œufs frais gros calibre datés du jour de ponte (x 12). Elle comprend en complément 3 produits de gamme économique : tomates pelées en boîte 4/4, sardines à l'huile (boîte1/4), beurre doux (plaquette 250 g).

Bouclier qualité-prix 2018: Un chariot comptant 109 produits pour 288€

 

Bouclier qualité-prix 2018: Un chariot comptant 109 produits pour 288€
L.G
Lu 2347 fois



1.Posté par Veridik le 23/02/2018 17:30 (depuis mobile)

Lol .
Les produits locaux les "nou la fé" , fé par nous , fé pour nous et ...? Fé plus cher que les produits importés

2.Posté par noe le 23/02/2018 19:29

Ce sont les produits de bas de gamme (bons pour les animaux) qui sont dans cette liste pour les plus démunis !
Et je vois qu'on ne propose rien pour l'apéro ...

3.Posté par tiyab le 23/02/2018 21:54

à Veridik

malheureusement lé comme sa meme, les produits "nou la fé" lé fai ici, mais en "petite quantité" par rapports aux sites de productions de la metropole ou d'autres pays, qui produi en masse, et plus i produit un tas, plus i gagne tire le prix vers le bas, pour les produits "nou la fé" lé dur fé sa !!

4.Posté par môvélang le 23/02/2018 22:34

'''''' 1.Posté par Veridik le 23/02/2018 17:30 (depuis mobile)

Lol .
Les produits locaux les "nou la fé" , fé par nous , fé pour nous et ...? Fé plus cher que les produits importés ''''

heu!!!, les produit ""nou la fé """sont pour la plupart juste nou la emballé à la Réunion , si les consommateurs lisent bien les étiquettes , ce panier ne contient pratiquement que des cochonneries bourrés de produits nocif à la santé! ex: , viande et lait de boeuf péi malade qu'ailleurs ne donnent même pas aux animaux !
non merci!!!!!!!!!!!

5.Posté par Menfin le 24/02/2018 09:05

Nou la fé.. Et ça se voit!

6.Posté par Le Jacobin le 24/02/2018 12:34

Bouclier qualité-prix 2018: Un chariot comptant 109 produits pour 288€

Irez vous vérifier les prix pratiqués par les bazardiers, sur les marchés, une véritable raquette du porte monnaie est organisé à chaque annonce d'une forte pluie, comme de bien entendu les produits viennent de:

CHINE
TURQUIS
AFRIQUE DU SUD
AUSTRALIE
INDE
NOUVELLE ZÉLANDE

Arrête baise à nous.... BOYCOTTAGE DES PETITS MARCHES A DES PRIX INACCESSIBLES.

7.Posté par Sio le 24/02/2018 14:11 (depuis mobile)

Dans hygiène il y a déodorant femme ...c'est à dire que les hommes n'ont pas le droit d'avoir un déodorant ?!?!

8.Posté par Moi président le 24/02/2018 15:57

Parlons concrètement.

J'ai sous les yeux un paquet de steacks hachés surgelés de la marque "Eleveurs de la Réunion".
100% boeuf élevé et abattu à la Réunion, moins de 15% de matières grasses.
Rapport collagène/protéines animales inférieur à 15%.
Le collagène est cette substance naturelle qu'on a tous dans le corps, et qui fait office de colle entre les cellules. Quand on manque de vitamine C, on manque de collagène, et à terme ça donne le scorbut (le sang gicle par nos pores, nos dents se déchaussent, et on meurt dans des conditions atroces - maladie répandue chez les navigateurs dans les anciens temps).

Je serai honnête quand même : ce ne sont pas les steacks hachés les plus tendres que j'ai connus.
Mais j'ai encore des dents et des muscles masticateurs, et c'est à ça que ça sert. C'est tout de même autrement plus tendre que la plupart des viandes de boeuf non hachées.

Niveau goût, rien à redire : c'est bien du boeuf. J'ai l'impression que sur ce point, le goût est plus pur que ce que j'ai pu goûter auparavant en termes de steack haché.

Phénomène intéressant : à la cuisson ça ne rétrécit vraiment pas autant que les autres marques de steacks hachés que j'ai connues jusqu'alors.

Niveau prix, ils sont moins chers que la plupart des autres steacks hachés vendus par 4. De plus, chaque steack est pesé à 120 grammes au lieu de 100 comme c'est le plus souvent le cas.

Retenons également que chaque steack est protégé par un emballage individuel, et qu'en plus le fabricant (du carton) a pris la peine de nous dire dans quel bac on doit jeter ci, et dans quel autre on doit jeter ça.

Pour toutes ces raisons, maintenant je n'achète plus que cette marque de steacks hachés.

J'espère qu'un jour cette marque sera vendue par lots de 10 (même à 100 grammes par steack), pour avoir un prix au kilo un peu moins cher.

9.Posté par Alain BLED le 24/02/2018 18:45

post 8 : ce serait parfait si la plupart des boeufs-pays n'avaient pas une maladie, la leucose bovine, qui entraine l'abattage des bêtes en métropole mais pas ici, puisqu'il parait que le cancer de la vache n'est pas transmissible aux humains (tout au moins à la Réunion). De toute façon, avec tous les médicaments qu'ils rajoutent dans l'alimentation de ces pauvres vaches pour qu'elles survivent, on doit être protégés aussi :))

10.Posté par Moi président le 25/02/2018 03:09

@9 : on risque d'attraper quel cancer ?

11.Posté par Moi président le 25/02/2018 16:40

Si le cancer des animaux est transmis à l'homme quand il les mange (au moins les parties infectées), alors autant arrêter de manger des produits de la mer. On ne fait pas de tests sur les poissons, zourites, moules, qui pourtant peuvent aussi avoir des cancers.
Pareil pour les escargots, le gibier en général (les tangues peuvent certainement avoir le cancer aussi).

Bref, la meilleure façon de ne pas mourir d'un cancer, c'est de mourir d'autre chose.
En attendant je mange avec plaisir sans me ruiner, en attendant la faim et la fin.
Advienne que pourra.
Amen

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous servirons à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie