MENU ZINFOS
Société

Bouclier Qualité-Prix: Les citoyens associés à l’OPMR dénoncent l’absence de négociations


Ce n’est pas la première fois que les citoyens tirés au sort pour siéger à l’Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) montent au créneau. Cette fois, ce sont les négociations autour du Bouclier Qualité-Prix de 2020 qui sont pointées du doigt: manque de transparence, rejet de certains produits sollicités par les Réunionnais ou encore absence d’engagement écrit de la part des acteurs impliqués, provoquent la colère de ces bénévoles qui interpellent le préfet par le biais d’une lettre ouverte.

Par - Publié le Jeudi 5 Mars 2020 à 10:49 | Lu 2718 fois

Photo d'archive
Photo d'archive
Alors que le Bouclier Qualité-Prix aurait dû être fixé le 29 février dernier pour l’année 2020, les négociations se poursuivent au sein de l’OPMR. Présente durant ces négociations avec tous les acteurs de la filière, la délégation de citoyens dénonce aujourd’hui le flou dans lequel les décisions y sont prises.
 
Pour la première fois cette année, l’observatoire a choisi de lancer une consultation citoyenne sur les produits à intégrer dans le BQP 2020, à partir d’une sélection de 250 produits les plus vendus en grande surface. Réalisée par la société IPSOS il était possible d’y participer jusqu’au 4 février, via un questionnaire en ligne.
 
Les choix des Réunionnais ignorés
 
"Vous n’avez pas permis aux citoyens d’élaborer avec vous cette proposition de consultation citoyenne", indique la délégation dans un courrier adressé au préfet de La Réunion. Ils regrettent également que IPSOS n’ait pas été présent pour présenter les résultats de cette consultation et ainsi répondre à leurs interrogations.
 
Plus grave encore, ils dénoncent la suppression de plusieurs produits pourtant votés à plus de 50% par les Réunionnais consultés, et ce malgré leurs objections durant les négociations.
 
Aucun engagement n’est écrit noir sur blanc
 
S’il n’existe aucun compte rendu des réunions de négociations organisées depuis le 7 février, les engagements pris par les différents acteurs ne font pas non plus l’objet d’une contractualisation ou de quelque forme d’officialisation écrite.
 
La lettre des citoyens rapporte notamment l’exemple d’un représentant de la filière des transitaires, qui explique durant une réunion, ne pas avoir tenu son engagement sur l’année 2019 parce que "personne n’est revenu vers lui".
 

Dénonçant cette absence de trace écrite, les citoyens se heurtent à un mur: le secrétaire général des affaires régionales, qui représente île préfet durant ces négociations, assure qu’aucun compte rendu n’est nécessaire, car il existe un protocole d’accord.
 
"Nous constatons donc que les acteurs principaux de l’élaboration des prix des denrées alimentaires à la Réunion se réunissent autour d’une table depuis 2013 […] et pourtant nous déplorons l’absence de professionnalisme, car mis à part les paroles aucun écrit, aucune trace de notification des engagements pris par les différents acteurs. Ce fonctionnement est caractéristique d’un total mépris pour le peuple réunionnais", indique notamment le courrier adressé au préfet.
 
Aucune information sur la qualité ou sur les prix des produits
 
"Pour rappel, nous avons assisté à quatre réunions où nous n’avons jamais abordé la question du prix", indique les citoyens rattachés à l’OPMR. Alors que le BQP aurait dû être fixé il y a presque une semaine, comment expliquer que les citoyens n’aient toujours pas eu accès au prix des produits ?
 
D’autre part, les produits du BQP sont simplement décrits par leur nom et leur marque durant ces réunions. Difficile dès lors d’en évaluer la qualité sans les avoir entre les mains: "une marque de serviette hygiénique a notamment été choisie, mais une fois que j’ai pu voir le produit, j’ai vite compris qu’il s’agissait de serviette très bas de gamme…", nous confie notamment l’une des citoyennes tirées au sort.
 
Par ailleurs, les citoyens questionnent également le préfet sur la mise en place du "Panier Peï" annoncé par la ministre des outre-mer Annick Girardin durant la crise des Gilets Jaunes, et destiné à favoriser la consommation de produits locaux pour les foyers les plus défavorisés.
 
Les contours de ce "panier peï" auraient dû être dessinés par la préfecture en décembre 2018, pour une mise en place en 2019, mais depuis, "nous n’avons encore eu aucune assurance quant à la faisabilité de la mise en place de ce panier", expliquent les citoyens.

Ci-dessous la lettre ouverte adressée au Préfet de La Réunion:

Monsieur le Préfet,

Vous avez accepté notre demande d’associés des citoyens aux négociations du nouveau Bouclier Qualité Prix 2020 et nous vous en remercions car il est évident qu’une telle négociation en faveur des réunionnais doit se faire avec les citoyens.

Nous avons été mis en place dans le cadre de la transparence afin de travailler à vous faire remonter les différentes problématiques que rencontrent la population. L’objectif étant de collaborer à trouver des solutions et à apporter les éclairages nécessaires dans le cadre de la transparence à l’ensemble des réunionnais.

A ce titre la délégation citoyenne ne vous servira pas de faire-valoir et refusons toute instrumentalisation.
Cette notion de faire valoir et d’instrumentalisation est bien réelle dans le cadre de nos échanges et nous allons vous les développé sous quatre points :

 
• Le choix de la méthode du sondage : Vos services ont reçu le top 300 des ventes de la grande distribution, vous avez fait un écrémage en enlevant (sodas, alcool…) puis vous avez composé la liste de produits et vous avez choisi la société IPSOS pour la mise en œuvre d’un sondage.
Vous n’avez pas permis aux citoyens d’élaborer avec vous cette proposition de consultation citoyenne. Nous avions pourtant suggéré à l’OPMR et au SGAR que ce sondage soit réalisé par des citoyens dans le cadre d’un diagnostic cela aurait permis de toucher l’ensemble des réunionnais qui n’ont pas accès ou la possibilité de répondre à un sondage en ligne.
D’ailleurs, nous avons constaté et nous avons fait remonter le fait qu’un réunionnais sur deux n’avait pas accès à l’ensemble des familles de produits lors de cette consultation.


• L’accès aux résultats du sondage : Vos services nous ont présenté une liste correspondant d’après leurs dire aux résultats de ce sondage en ligne et au résultat du panel de 500 personnes questionnés par téléphone.

Nous nous étonnons que IPSOS qui a réalisé ce sondage n’était pas présent pour nous présenter le résultat de leurs travaux. Car des questions subsistent et il est dommage qu’un institut qui a été payé pour faire un sondage ne présente pas ses travaux et en conséquence ne peut nous répondre aux interrogations sur l’interprétation de leurs résultats.


• Le respect du choix des réunionnais : Monsieur le Préfet, vous avez lancé cette négociation BQP le 31 janvier 2020, c’est d’ailleurs la première fois que vous nous avez fait l’honneur de votre présence dans un cadre de travail collaboratif.


Outre les deux dernières visites ministérielle et présidentielle qui ont eu lieu en 2019, nous vous remercions pour cet acte de présence. Depuis, une équipe du SGAR vous représente, nous comptabilisons trois réunions de négociations depuis le 7 février (outre la réunion de lancement de la négociation du 31 janvier) où nous ne faisons qu’énumérer la liste des produits choisis à plus de 50% par les réunionnais et déplorons la suppression de plusieurs produites votés à plus de 50% par la population et cela malgré nos objections.


• Aucun compte-rendu : Nous sommes exaspérés de constater l’absence de compte-rendu dans le cadre des négociations du BQP.
Prenons pour exemple flagrant quand nous entendons en réunion de négociation, Mr le Préfet, qu’un représentant de la filière des transitaires (manutention) avance qu’il a l’habitude de participer au dispositif BQP pour la campagne de communication.

Une citoyenne l’interpelle sur le fait que cela a été contredit par différents acteurs présents autour de la table lors des précédentes rencontres de négociation. Il précise alors qu’il s’était engagé l’année dernière.

Nous lui demandons pourquoi cet engagement n’a pas été tenu il répond que personne n’est revenu vers lui. Nous lui disons que nous n’avons pas la même notion de l’engagement et nous demandons au SGAR pourquoi n’y a-t-il pas eu de compte-rendu et de contractualisation.

Le SGAR informe que le problème n’est pas là et qu’il n’y a pas besoin de compte rendu car il y a un protocole d’accord.

Nous insistons sur le fait qu’il y a un problème, un engagement pris et pourtant pas tenu, qui peut-être solutionné cette année par la mise en place de compte-rendu et de contractualisation.

Le SGAR reste sur ses positions en rappelant que si la filière n’a pas participé l’année dernière c’est qu’il n’y avait in finé aucun accord.

Nous constatons donc que les acteurs principaux de l’élaboration des prix des denrées alimentaires à la Réunion se réunissent autour d’une table depuis 2013 pour une baisse des prix en faveur des ménages réunionnais en présence de la Préfecture.

Ce dernier est censé représenter l’intérêt des réunionnais en menant une négociation dans le cadre du BQP et pourtant nous déplorons l’absence de professionnalisme car mis à part les paroles aucun écrit, aucune trace de notification des engagements pris par les différents acteurs.
Ce fonctionnement est caractéristique d’un total mépris pour le peuple réunionnais.

Nous remettons en cause le terme de négociation, car il nous semble que nous ne sommes pas écoutés sur les sujets suivants :

• Concernant la qualité : Lors de ces réunions, nous n’avons pas connaissance de la qualité des produits qui seront proposés en grande distribution alors que le sujet de la qualité est un élément capital pour la santé des réunionnais.


Nous constatons malheureusement que la majorité des fruits/légumes frais et des viandes fraîches à la coupe sont supprimés.

Pour rappel, des produits demandés à plus de 50% par les réunionnais qui seront peut être dans le futur panier péî qui doit être mis en place depuis l’année dernière, nous n’avons encore aucune assurance quant à la faisabilité de la mise en place de panier. Les réunionnais n’ont donc pas droits à des produits de qualité ?


• Concernant le prix : Pour rappel, nous avons assisté à quatre réunions où nous n’avons jamais abordé la question du prix.
Nous espérons que notre avis vous intéressera et que vous n’allez pas laisser ce choix décisif à la grande distribution. Nous voulons une baisse de 30% sur l’ensemble des produits proposés car cela consiste à une réelle refonte du dispositif du BQP, correspondant au mieux aux réunionnais.

Pour la première fois, il est envisagé d’augmenter le nombre de produits au sein de la liste BQP 2020 et pourtant le plus difficile reste à faire car la valeur moyenne du bouclier qualité prix 2019 est de 2,32€ par produits.

En conséquence une réévaluation de cette valeur de prix par produits est indispensable afin de garantir l’accessibilité du nouveau bouclier qualité prix à tous. Nous souhaitons que cette valeur soit à 1.70€ pour 204 produits hormis le futur BQP Péi.

Monsieur le Préfet, vous avez pris récemment vos fonctions et nous vous demandons de prendre vos responsabilités. Nous vous demandons d'appliquer les lois notamment l’article 410 du code de commerce sur l'encadrement des prix/concurrence.

Monsieur le Préfet, ne faîtes pas comme nos élus qui ont conditionné le problème de vie chère à la Réunion laissant notre île et son peuple agonisant. Leur responsabilité est engagée, car c’était à eux que les Réunionnais ont confiés la responsabilité de penser et structurer l’économie locale dans l’intérêt du développement de notre territoire en la faveur de chaque réunionnais.

Force est de constater l’état actuel dans lequel la population réunionnaise se trouve, 38% de pauvreté, un taux de chômage important et aussi des travailleurs pauvres à cause de revenus injuste. Tous, devons pourtant faire face à un coût de vie plus chère qu’à l’hexagone. Le peuple réunionnais est en souffrance, ouvrez les yeux, écoutez-nous et travaillez réellement à nos côtés.

Nous voulons redéfinir un nouveau schéma de vie sociale, économique et dynamique réalisé par les réunionnais et pour les réunionnais. Ceci n’est pas un jeu pour nous, non, il s’agit de l’avenir de nos enfants et nous vous le répétons, Monsieur le Préfet, à vous et aussi aux politiques ayants eu un mandat, ceux qui sont encore actuellement en place ou ceux qui seront bientôt en place, venez travaillez avec et pour votre peuple car vos prises de décisions génèrent un impact direct sur nous population réunionnaise que nous subissions depuis bien trop longtemps.

Sachez et n’oubliez pas Mesdames et Messieurs les Elus, sachez vous aussi Mr le Préfet, que nous, réunionnais, prendrons nos responsabilités là où vous n’aurez pas su prendre vos responsabilités.

Nous sommes lassés d’être méprisés et d’être obligés de mendier nos droits, les réunionnais sont capable de réfléchir et construire un avenir meilleur.

Selon les acteurs de la négociation, maintenir la totalité des produits demandés par les réunionnais serait une mise en danger des emplois liés à la production locale et favoriserait une hausse du prix du BQP 2020.

Monsieur Le Préfet, favorisez l’émancipation des producteurs locaux car quand la grande distribution nous expose ceci, tout en éludant le problème de la compétitivité de nos entreprises locales, qui eux font face aux grandes chaînes de distribution nationale qui sont importés massivement sur notre île et cloisonne en conséquence nos producteurs locaux dans une précarité dont la grande distribution détient les clés.

Toutefois, malgré le travail de manière bénévole que nous portons actuellement, nous savons que le BQP n'est pas la solution à la baisse des prix de manière générale, et en conséquence, nous demandons à vous entendre, Monsieur le préfet ainsi que vos services dans le cadre de la création d’un nouvel atelier "action de l'état contre la vie chère et la pauvreté" afin de mesurer l'impact des décisions spécifiques prises depuis 20 ans à la Réunion sur cette thématique.

Pour conclure sachez Monsieur le Préfet, que nous restons mobilisés pour travailler réellement ensemble dans un cadre transparent pour les réunionnais et avec les réunionnais. Les citoyens associés aux travaux de l'OPMR.
 


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Nono2 le 05/03/2020 11:02

Je suis sûr et certain qu'ils ont oublié le champagne … On peut être "pauvres" mais on aime aussi les bonnes choses et non des manger-cochons farcis !

2.Posté par MARIE le 05/03/2020 11:47

Pas d'alcool ni soda me semble une bonne chose non??


3.Posté par Pierre Balcon le 05/03/2020 11:53

Enfin les citoyens se rendent compte de l'arnaque que constitue ce BQP.

Ce qu'il y a de plus grave c'est que pour couvrir cette mystification il a fallu une complicité du silence entre les acteurs : administration , professionnels et politiques ( 1).

Espérons que nous allons en tirer les leçons et sortir de cette farce .

(1) devinez qui parmi les politicien(ne) s a joué le premier rôle pour enfumer l'opinion .

4.Posté par Réveillez vous le 05/03/2020 12:31

C est très....étonnant ......

5.Posté par olive le 05/03/2020 13:22

du blabla.
supprimez l'octroi de mer, c'est tout ce qu'il y a à faire.

mais ça finance les communes qui en ont besoin car cela permet aux maires d'avoir plein d'employés communaux (en CDD car la précarité rend plus servile), premiers partisans du maire (car dépendants de lui financièrement). L'ETAT permet donc en toute connaissance de cause, le maintien des réunionnais dans la main des maires. Bien sages les employés communaux, on obéit à monsieur le gouverneur (euh pardon monsieur le maire).
le bon temps des colonies continue, seul le casque colonial a disparu

6.Posté par LAMPION le 05/03/2020 14:01

Et comment luté contre la discrimination positive, cautionné par l'état, la région le conseil général et les communes, et aussi par les syndicats. Pourquoi certaines personnes touches 30, 45 % de vie chère.

7.Posté par GIRONDIN le 05/03/2020 16:00

Ils sont mignons. Il en faut aussi!

8.Posté par LAMPION le 05/03/2020 16:37

POSTE 5.
Il faut savoir que tout produit expédié chez nous venant de quelque pays que se soit, n'est soumis à aucune taxe et que le taux de tva appliqué chez nous est beaucoup moindre en métropole et la différence permet de payer le transport. Si vous enlever l'octroi de mer et appliqué le taux de tva métropole tous produits seront plus cher. C'est le monopole qui est en cause.

9.Posté par GIRONDIN le 05/03/2020 17:14

8.Posté par LAMPION
...... Il faut savoir que tout produit expédié chez nous venant de quelque pays que se soit, n'est soumis à aucune taxe ....

C'est depuis le 05/03/2020 à 16:37?

Ok, les droits de douane sont un droit et non une taxe.
Octroi de mer qui varie de 0 à 64% ce n'est pas une taxe.
Les droits antidumping qui ne sont pas une taxe mais des droits.

10.Posté par Gigi le 05/03/2020 17:20 (depuis mobile)

Et ça ne va pas s arranger si HAYOT rachète tout.. il n y aura plus de concurence car tt lui appartiendra fabrique ici les yaourts et il les vend 🤷‍♀️.il a sa boîte de transit qu il utilise pr faire venir ses produits🤷‍♀️, il loue les voitures qu il vend🤷‍♀️

11.Posté par Modeste le 05/03/2020 17:27

à en juger par la population au quotidien dans les grandes surfaces et le contenu des chariots, j'ai du mal à croire que ce BQP soit vraiment d'un intérêt pour une catégorie de consommateur.....beaucoup de liquides sucrés, alcoolisés .....!

12.Posté par Citoyen associé aux travaux de l’opmr le 05/03/2020 20:43

Je ne me suis pas proposée pour faire partie des 50 citoyens associés aux travaux de l’OPMR pour ceux qui remplissent leur chariot toutes les semaines ni pour ceux qui peuvent se permettre tout et n’importe quoi... c’est plutôt pour ceux qui font que notre île détient un record national 38% en dessous du seuil de pauvreté
je pense aussi aux travailleurs dont les revenus sont plus faibles qu'à l'hexagone ainsi qu'au artisants qui n'ont aucune aide (apl cmu...) et doivent tout payer pleins pots alors qu'ils sont déjà sous-payés eux même (cotisations, loyers plus chers que dans ll'hexagone..), nos retraités, nos agriculteurs...

Par contre il serait plus intéressant pour les réunionnais que les acteurs de la grande distribution fasse la lumière et commence à dire la vérité sur les profits inconsidérés qu’ils font sur le dos des réunionnais. Car là ce n’est toujours pas le cas en 2020 et l’État continue à ne rien faire et laisse gangrener ces agissements dédaigneux est irresponsable.

13.Posté par Agir par nous même pour nous même le 05/03/2020 21:32

me semble t il que depuis quelques années, les propositions sont faites..mais aucune analyse concrète..

faudrait il un nouveau sursaut réunionnais ? la cession de VINDEMIA est l'occasion rêvée..

14.Posté par Demago le 06/03/2020 04:03 (depuis mobile)

12.
Aucune crédibilité..

15.Posté par PIGEON le 06/03/2020 22:58 (depuis mobile)

De la fumisterie tout cela . Beaucoup de bla bla dans vos reunions pour au final que dalle.

16.Posté par Citoyen associé aux travaux de l’opmr le 07/03/2020 09:20

Se cacher derrière des commentaires anonymes quand les marges sont abusives et que la situation de monopole et d’oligopole gangrène la Réunion , en effet ce n’est pas votre commentaire qui va faire évoluer la situation dans le bon sens. J’ai comme l’impression que vous asistez en première ligne aux. réunions. C’est d’ailleurs peut-être vous qui nous empêchez d’avancer n’est ce pas?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes