MENU ZINFOS
National

Besançon: L'anesthésiste mis en examen pour empoisonnements de nouveau remis en liberté


Par - Publié le Samedi 18 Mai 2019 à 11:07 | Lu 718 fois

Twitter
Twitter
L'anesthésiste bisontin Frédéric Péchier est accusé au total de 24 cas d'empoisonnements de patients, dont neuf mortels. 

Le médecin était sous contrôle judiciaire depuis sa première mise en examen en 2017, pour 7 cas d'empoisonnements. Il a de nouveau été mis en examen ce jeudi pour 17 cas supplémentaires. Sur ces 17 personnes considérées comme "vulnérables", 7 en en sont décédées. 

L'accusé continue de nier toute implication. Alors que le Procureur de la République avait demandé la détention provisoire, l'anesthésiste a été une nouvelle fois remis en liberté, sous contrôle judiciaire. Il lui est toujours interdit d'exercer sa profession et a désormais l'interdiction de se rendre à Besançon ainsi que dans la commune voisine, où il réside. 

"Le parquet de Besançon a annoncé ce vendredi qu'il allait faire appel de la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Frédéric Péchier", précise BFM TV.


Charline Bakowski
J'adore voyager, découvrir de nouveaux paysages ,de nouvelles cultures, marcher dans la nature...... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Aristochat le 19/05/2019 11:11

Une fois de plus une justice sans couilles...

2.Posté par Dr Anonyme le 19/05/2019 12:59

Je note, à l'écoute du procureur de Besançon, l'existence de conflits entre les anesthésistes et les chirurgiens dans cette clinique, ce qui reste assez méconnu de la population et qui se développe un peu partout. Et pourtant ces conflits se multiplient !

L'Ordre devrait imposer des échanges plus courtois entre ces deux spécialités. Au moins que les anesthésistes qui récusent une indication chirurgicale écrivent une lettre au chirurgien désemparé justifiant leur refus.

Les dosages de K (pourtant mortel à fortes doses) n'ont pas été révélés par le procureur de Besançon. Quant à la lidocaïne je ne connais que le cas du décès d'un jeune enfant de 18 mois après ingestion d'une quantité 'non déterminée' (sic) de lidocaine visqueuse à 2%.

Ce que j'ai vu, c'est de l'insuline à trop fortes doses dans une perfusion post-opératoire. Mort avec convulsions d'une fillette opérée sans problème.

Vous me direz : des infirmières spécialisées surveillent des anesthésies quand l'anesthésiste inducteur est occupé dans une autre salle d'opération. Pourquoi ? Pour doubler son CA, alors que le chirurgien lui ne peut pas se dédoubler.

D'ailleurs, avant 1960, le métier d'anesthésiste n'existait même pas, sauf dans quelques CHU. Les chirurgiens apprenaient et faisaient les inductions, intubations, insufflations, les trois I en un an et passaient la main pour la surveillance à de bonnes infirmières 'pousse-seringues' ou 'employées du gaz', selon le vocabulaire assez carabin de l'époque.

Les anciennes sont restées au bloc avec un diplôme IADE accordé sur acquisition de connaissances.

Henri LABORIT, par exemple, était chirurgien de la Marine en 1940 quand il a voulu améliorer les procédés lamentables de l'anesthésie au masque de l'époque. En 1940 : pas d'anesthésistes.

De venu anesthésiste cela a fait de lui un spécialiste de la pharmacologie et rédacteur de la revue AGRESSOLOGIE, inventeur à BOUCICAUT de très nombreux médicaments.

Les ampoules de CLK, il y en a partout. Cela faisait toujours partie des perfusions non seulement en réanimation, mais même en service. De là à ce qu'une pharmacienne (d'officine ?) en fasse le décompte pour un établissement, il ne faut pas compter sur elle pour aider le juge d'instruction.

Si le CLK est en cause, reste que le procureur n'a pas donné un seul exemple de dosage excessif dans le sang ou dans la perfusion des survivants. Peut-être pour réserver certaines rares données au juge qui doit établir les preuves, ce que nous attendons tous.

Pas de précipitation !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes