MENU ZINFOS
National

Bernard Cazeneuve : "Nous sommes face à un terrorisme en libre accès"


Par S.I - Publié le Mardi 30 Septembre 2014 à 12:04 | Lu 547 fois

©RTL
©RTL
Invité de RTL ce mardi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est revenu sur la menace jihadiste qui pèse sur la France, à quelques heures de son discours sur la sécurité.

Le locataire de la place Beauvau a indiqué qu'il y avait "une augmentation de 74% des ressortissants français qui sont partis, sur le chemin du retour, sur le chemin de la Syrie ou ont émis le souhait de partir". "Nous sommes face à un terrorisme en libre accès (…) Je rappelle la nécessité de la mobilisation totale (…) Nous devons faire trois choses : empêcher les départs, faire en sorte que ceux qui reviennent soient signalés et démanteler les filières", a-t-il ajouté.

Pour empêcher le retour sur le territoire français de jihadistes, le ministre a indiqué qu'il travaillait actuellement sur deux dossiers, à savoir le signalement de combattants étrangers dans le système d'identification Schengen et la mise en place d'un système d'identification des passagers à l'échelle de l'UE.




1.Posté par La vox populi.com le 30/09/2014 13:39

Notre général des Fazsoi, ne contredit-il pas notre ministre? (voir ses propos sur ce site)

2.Posté par Antiflic le 30/09/2014 13:58

C'est plus facile de mettre des PV aux voitures mal garées que de stopper les terroristes

3.Posté par VALERIA le 30/09/2014 14:19

Du n'importe quoi

4.Posté par Gloseur sensE le 30/09/2014 16:25

Monsieur le ministre de l'Intérieur,
Suite à la diffusion le 25/09/2014 par le ministère des Affaires étrangères, d'une liste de pays déconseillés aux touristes Français comprenant les Comores.
D'une part, s'il-vous-plaît, M. le ministre, pouvez-vous nous préciser s'il s'agit de l'Union des Comores ou de l'Archipel des Comores.
D'autre part, s'agissant de Mayotte, pouvez-vous nous assurer de la sécurité des Français souhaitant se rendre à Mayotte non seulement pour le tourisme, mais surtout pour y vivre et y travailler en paix et en sécurité avec leur famille.
Puis, quelles mesures concrètes sont actuellement en vigueur, dans le cadre du plan vigipirate rouge ou écarlate, qui devrait logiquement et par principe de précaution être appliqué à Mayotte et aussi sans doute à La Réunion ?
Ensuite, les mesures de sécurité toujours dans le cadre de vigipirate rouge ou écarlate, sont-elles réellement appliquées dans tous les lieux de culte, mais également pour les écoles privées, les associations sociales, humanitaires ou culturelles à La Réunion et à Mayotte ?
Enfin, en cas d'imprécision ou de silence de la part de votre cabinet ou de votre ministère, devrions-nous alors interroger Monsieur le Premier ministre ?
En vous remerciant par avance de votre réponse que nous espérons précise, veuillez agréer, Monsieur le ministre de l'Intérieur, l'expression de notre haute considération.

5.Posté par stormbridge le 30/09/2014 19:14

.....C'est déjà trop tard ....le vers est dans le fruit.........

Ayez du courage Mr le ministre : faites voter une lois pour déchoir de la nationalité française tout individu qui part faire le jihad et traduisez les pour haute trahison , et passez les par les armes.


6.Posté par Gloseur sensE le 01/10/2014 02:56

Un rappel à l'Histoire et au Droit s'imposent :
De prime abord, ce sont les vichystes et les collaborationnistes qui sous le régime de Vichy, firent déchoir début 1942 les Juifs Français de leur nationalité Française, pour pouvoir les arrêter sommairement et les déporter à l'étranger.
Ainsi, sous la V e République, nul Français ne peut être déchu de sa nationalité Française, autrement, il se retrouverait apatride, ayant souvent qu'une seule nationalité.
Si tel était le cas, l’État serait aussi en infraction au droit de l'Union Européenne, au droit international, et en plus sanctionné par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
Relevons que les mêmes qui à l'extrême droite veulent comme les vichystes et les néo-vichystes, déchoir un Français de sa nationalité, sont également opposés à la double nationalité.
Ce qui les place donc en contradiction avec leur idéologie malsaine et dans une impasse Constitutionnelle.
Sauf à revenir, comme ils le veulent, à un régime autoritaire, à une junte militaire comme celle du traître maréchal Pétain, qui alors ne serait donc plus la République.
Concernant la haute trahison, elle relève d'une 'faute extrêmement grave et inséparable de la fonction occupée' (jurisprudence Maurice Papon), qui serait commise par le chef le l’État au cours de ses fonctions, par un haut fonctionnaire de l’État ou un officier militaire, et portant atteinte à la sûreté de l'Etat. En référence, par exemple, au traite Commandant Ferdinand Walsin Esterhazy (Affaire Capitaine Dreyfus, Paris, 1895), et aussi au traître maréchal Pétain (décision de la Haute Cour de justice, Paris, 1945).
Enfin, depuis l'abolition de la peine de mort, entrée en vigueur le 9 octobre 1981, nulle personne Française ou étrangère ne peut être en France, condamnée à la peine de mort, ni exécutée, ni fusillée.
Enfin, rappelons que toute incitation ou apologie de la violence, de la haine, du crime ou de la guerre, constitue une grave faute morale et une infraction pénale.

7.Posté par polo974 le 01/10/2014 15:29

Pourquoi empêcher le départ?
Il faut repérer le départ, suivre à la trace, et une fois la personne en pays de non droit, lui faire définitivement comprendre ce que ça veut dire...

8.Posté par Gloseur sensE le 01/10/2014 17:42

En droit, le principe est d'empêcher qu'une personne commette une infraction, un crime.
C'est pourquoi, tout Etat est responsable de ses citoyens civils ou militaires qui voudraient à l'étranger, commettre un délit, un crime, faire des victimes civiles etc.
En droit international, ceci étant d'ailleurs autant valable pour un Etat à l'égard de ses civils que de ses militaires ou encore de ses espions.
Il est donc de la responsabilité de tout Etat, sur la base d'éléments solides, d'empêcher le départ à l'étranger d'une personne qui s'apprêterait à commettre un délit, un crime.
Sachant qu'en droit international, un Etat peut aussi, dans certains cas, refuser le retour de ses citoyens civils ou militaires expulsés par un autre Etat.
Ce qu'il faudrait, ce sont d'abord des mesures de prévention et aussi une éducation aux principes civils et civilisés, qui sont à la base de toute civilisation, de tout pays civilisé, démocratique et libéral.
Tout ceci s'apprend normalement à l'école publique ou privée.
D'où l'importance en France de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur.
Il conviendrait également que les services de l’État expliquent calmement, précisément et en prenant le temps nécessaire en argumentant ; en quoi une idéologie ou les convictions d'une personne seraient contraires au droit en vigueur dans ledit État.
Car très souvent les personnes sont ignorantes ou alors ledit Etat permet de manière contradictoire sur son territoire, d'autres idéologies également malsaines et dangereuses, comme c'est le cas, par exemple aux USA, des idéologies de l'extrême droite et du satanisme. A titre d'exemple, le Ku Klux Klan et l’Église de Satan sont toujours honteusement autorisés dans plusieurs Etats Américains.
D'où une profonde incohérence de la part des USA et tout d'abord chez eux !
Enfin, il conviendrait aussi de, notamment, faire lire à l'école et y compris aux militaires : « L'histoire du soldat » d'Igor Stravinsky.

9.Posté par Gloseur sensE le 30/10/2014 14:55

Post Scriptum :

Une semaine après la diffusion de l'information par le journal mahorais France Mayotte Matin (édition du 23/10/2014), qui nous annonçait que : « "Quatre jeunes hommes mahorais auraient pris le chemin de la Syrie en passant par les Comores, puis la métropole pour s’envoler vers la Turquie et atteindre la frontière syrienne... »
A ce jour, cette information de France Mayotte Matin n'a toujours pas été démentie par les services de l’État à Mayotte ni à Paris.
Sachant que le principe est que si une information de ce genre s'avérait erronée, l’État a pour obligation, dans le but de rassurer les citoyens, de la démentir au plus vite.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes