Société

Berguitta: Le Gouvernement reconnaît l’état de catastrophe naturelle

Jeudi 1 Février 2018 - 10:25

Le gouvernement a reconnu ce mercredi l'état de catastrophe naturelle pour les communes les plus touchées de La Réunion par le passage de Berguitta. Les territoires concernés sont mentionnés en annexe de l'arrêté du 31 janvier 2018.

Pour les innondations et coulées de boue du 17 janvier 2018 au 18 janvier 2018, les communes mentionnées sont les Avirons, l'Entre-Deux, l'Étang-Salé, Petite-Île, Saint-Joseph, Saint-Leu, Saint-Louis, Saint-Pierre et Le Tampon. Pour les mouvements de terrain (hors sécheresse géotechnique) du 18 janvier 2018 figurent les Avirons, l'Entre-Deux, l'Étang-Salé, Petite-Île, Saint-Leu, Saint-Louis, Saint-Pierre, le Tampon  et Cilaos.

Une décision dont se félicite Nathalie Bassire, qui rappelle avoir été "la première à demander publiquement jeudi 18 janvier que l'état de catastrophe naturelle".

"La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet une indemnisation accélérée et obligatoire des dommages par les assureurs, sous un délai de trois mois pour les entreprises et particulier assurés", indique la députée, remerciant le gouvernement "au nom de nos sinistrés, au nom de nos agriculteurs et de nos entreprises, pour cette sage décision et son écoute"

N.P
Lu 4083 fois



1.Posté par Jean le 01/02/2018 10:36 (depuis mobile)

Bon voilà une bonne nouvelle , espérons que nous serons vite indemnisés .

2.Posté par Samwinsa le 01/02/2018 10:46 (depuis mobile)

A lire lartik, sé komsi Bécassine té contan le passage Berguitta: la fé sa com.

3.Posté par Marine le 01/02/2018 11:01 (depuis mobile)

Cette reconnaissance de catastrophe naturelle est normale , merci pour la réactivité .

4.Posté par Marine le 01/02/2018 11:02 (depuis mobile)

Cette reconnaissance de catastrophe naturelle est normale , merci pour la réactivité . Ćet épisode cyclonique laisse des traces

5.Posté par Citoyen le 01/02/2018 11:02

"Nathalie Bassire, qui rappelle avoir été "la première à demander publiquement jeudi 18 janvier que l'état de catastrophe naturelle".
Traduisons la : "Je suis la première à me servir de votre detresse à des fins électoralistes."
La politique c'est sale, mais ici on a de sacrés champions.

6.Posté par ti kreol le 01/02/2018 11:29

Une décision dont se félicite Nathalie Bassire, qui rappelle avoir été "la première à demander publiquement jeudi 18 janvier que l'état de catastrophe naturelle".


L'ego surdimensionnés de cette dame. Mais si vous ne l aviez pas demandé tous le monde l aurait demandé.

Il faudra un jour que ses politiques arrête de se prendre pour des dieu vivants. Madame Bassire devrait être un peu plus humble et travailler les nombreux dossiers qui concerne l'avenir de la réunion.
Que pense t elle faire pour faire baisser le chômage?
Que pense t elle de la suppression de l'amendement Virapouillé?
est elle de gauche , de droite, en marche???

Etc. Bref au lieu de jouer a la madone, quelques clarification et bosser un peu plus serait nécessaire.

7.Posté par mortier le 01/02/2018 11:47 (depuis mobile)

Ça me rappelle a fable le La Fontaine ''Le coche et la mouche''

8.Posté par JORI le 01/02/2018 11:56 (depuis mobile)

C'est moi qui l'ai dit la première na na na!!. C'est ça une politique de cour d'école.

9.Posté par JORI le 01/02/2018 11:57 (depuis mobile)

Heureusement que tous les particuliers reunionnais sont assurés. Ils vont pouvoir avoir une case neuve. Mdr

10.Posté par HUG le 01/02/2018 12:13

Je n'ai jamais doute que nous passerions en catastrophe naturelle..


11.Posté par JORI le 01/02/2018 12:38 (depuis mobile)

3. Marine.
Ce sont les maires qui doivent faire le nécessaire pour qu'un événement soit classé catastrophe naturelle et non un ou une député

12.Posté par Luc le 01/02/2018 12:52 (depuis mobile)

Il était temps ! Merci madame Bassire pour vos interventions .

13.Posté par MARIE le 01/02/2018 16:21

Post 11 - je suppose que c est de l humour ton post

14.Posté par A mon avis le 01/02/2018 18:41

@ 13 MARIE : @11 Jori a raison : c'est le maire qui fait l'état des lieux et transmet la demande de déclaration de catastrophe naturelle au préfet, qui après avoir fait constater le bien fondé de la demande, transmet au ministère de l'intérieur.
Dans des circonstances exceptionnelles, les procédures sont accélérées.
Alors les lettres de députés, sénateurs ou autres avides de publicité, ce n'est que du vent, et ça ne peut qu'encombrer les administrations

15.Posté par moin mi pense que... le 01/02/2018 21:31

C'est bizarre quand même . Un Préfet qui décrète qu'il n'y a pas nécessité de déclencher alerte rouge et qu'ensuite l' Etat reconnaît l'état de catastrophe naturelle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter