Faits-divers

Baston chez les lapins crétins : Pour fêter l'aïeule en fin de vie, ils se pètent la gueule... avant de péter celle des flics

Mercredi 14 Mars 2018 - 11:13

Correctionnelle Sud - Mardi 13 mars 2018


Baston chez les lapins crétins : Pour fêter l'aïeule en fin de vie, ils se pètent la gueule... avant de péter celle des flics
Difficile de faire plus con ! 

On sait comment commencent les repas de famille et comment, hélas, souvent cela finit. Car il y a toujours dans le tas un cousin, un beauf, un arrière-cousin, un ami qui, avec un verre dans le nez, se prennent immanquablement pour les maîtres de Bruce Lee. 

Ce qui n'est pas loin d'être le cas ici, le beauf en question, plus beauf que nature (si vous voyez ce que je veux dire), pratiquant le kick boxing. Cela n'a rien à voir avec le jeet-kun-do (l'art de Bruce Lee), le shaolin kung fu ou le wu chu mais ça cogne sévère : l'autre doit pisser le sang ! 

Autrement dit, des arts dits "martiaux" où on vous montre comment taper sur la gueule de gens qui ne vous ont rien fait. Je déteste.

Le beauf en question ne supporte pas l'alcool. Autant dire que lorsque ça arrive, vaut mieux se garer les miches.

Il a cogné sa femme ? Où est le mal ?

Ce jour-là, le 3 septembre 2017 à Saint-Pierre, une trentaine de membres d'une même famille décide de fêter la fin prochaine d'une aïeule souffrant d'un cancer en phase  terminale. L'idée est honorable : au lieu de pleurer, mieux vaut organiser le départ dans la joie. C'est ce que nous avions fait avec Willy Keller sauf que ce jour-là, une bande de nervis m'a fait cadeau d'un coup de 4X4. Passons...

Sauf... sauf qu'ils auraient mieux fait de choisir leurs convives. Las ! Ils ont invité JPS. Pas forcément mauvais bougre... si l'on oublie son casier judiciaire : une condamnation pour violences sur sa femme. Mais ce genre de détail, il semble que tout le monde s'en fout.

"Il a cogné bobonne, et alors, où est le mal ?"
Ben le mal, il vient de là : bonhomme est violent.

La soirée commence bien. Mettons à peu près normalement. Jusqu'à ce que JPS s'aperçoive de la présence de son propre frère avec qui il nourrit un litige vieux de plusieurs années.
La suite est aussi simple que débile.

JPS commence par se disputer avec son frère, puis avec sa femme et enfin avec son beau-frère, lequel est l'organisateur de la soi-disant fête.

Les policiers seraient tombés tout seuls !

JPS "aurait" menacé son beau-frère. Le beauf "aurait" saisi un tesson de bouteille de bière et en aurait porté un "coup de défense" à son irascible beauf... etc. etc.

Les policiers de Saint-Pierre seront sollicités par deux fois ! Ayant ramené l'ordre la première (fois), ils reviendront pour embarquer les plus énervés.

La défense de JPS ? : "Ils sont tombés les uns sur les autres. Je les ai juste bousculés sans comprendre. Moi ? Rien fait d'autre, moi !"

Bref, à la barre, les accusés n'ont fait que balbutier des mots sans suite et, surtout, sans rapport avec les questions pourtant précises de la présidente Peinaud.

Nous avons pleinement apprécié la remarque du substitut Benoît Bernard :
"La femme est l'avenir de l'homme. Heureusement qu'ici, la femme contribue à amenuiser les faits".

Parce que les témoignages de ces femmes vont en totale contradiction avec les déclarations de "leurs" prétendus hommes. Pour peu qu'ils en soient encore. Lesquels n'osent pas affronter les réalités et, encore moins, leurs responsabilités !

Les avocats de la partie civile ont eu le beau rôle et les défenseurs le mauvais ; tout juste ont-ils pu solliciter l'indulgence du tribunal.

Prison avec sursis pour tout le monde. Quant à l'aïeule en l'honneur de laquelle la fête avait eu lieu, elle n'a même plus ses yeux pour pleurer. Elle s'en est allée peu après cette grotesque altercation. Sans doute achevée par autant de bêtise ?
Jules Bénard
Lu 7344 fois



1.Posté par L'Ardéchoise le 14/03/2018 11:30

Excellent compte-rendu : du Jules "pur jus 100%" !

2.Posté par SITARANE le 14/03/2018 11:42

N'est pas AUDIARD ou michel MARY qui veut !!!!!!!!!!!!

3.Posté par Philip le 14/03/2018 12:00

Monsieur Bénard,

Que vous n'aimiez pas les arts martiaux c'est votre droit et je le respecte. Mais ne donnez pas une fausse image de cette catégorie de sports. A la base il s'agit de sports de contact et de combat certes mais une majorité de gens les pratique dans le but de ne jamais s'en servir en dehors d'un Dojo. Ca peut sembler paradoxal mais c'est ainsi qu'un bon prof vous l'enseignera. Après on ne pourra jamais empêcher quelques énergumènes de rouler des mécaniques mais ce n'est pas le sport de combat qui est en cause, c'est la bêtise du gars. Bêtise soi-dit en passant que l'on retrouve ailleurs dans d'autres sports. La qualité de l'enseignement des sports de combat est essentielle et doit véhiculer des valeurs notamment le respect. C'est une des lignes du code moral, il y a aussi les autres.

4.Posté par Jp POPAUL54 le 14/03/2018 12:11

Surcis pour tous !!!!
Et violences sur représentant(s) des forces de l'ordre !!! Alors .

5.Posté par nat le 14/03/2018 12:38

excellent journaliste félicitation

6.Posté par Marie le 14/03/2018 13:05

bjr l'Ardéchoise, je vois que vous avez repris votre vie souriante et légère......:) c'est ce qu'il y avait de mieux à faire :) !

7.Posté par Jose le 14/03/2018 13:06

Pour répondre à Philip, oui les sports de combat peuvent être honorables, et le sont très souvent.
Dans les Dojo sérieux, la racaille ou l'abruti belliqueux est détecté dès le départ, on cogne bien dessus, afin qu'il comprenne que ça fait mal.
Et s'ils ne veulent ou ne peuvent toujours pas comprendre, on monte le curseur, et il quittent d'eux même l'aventure.

8.Posté par Kingkafgong le 14/03/2018 13:11 (depuis mobile)

L écriture est bonne... Plus court ne serait pas un luxe

9.Posté par noe le 14/03/2018 14:22

Pas grave si ça se passe en famille ....
De quoi se mêlent les flics ? des empêcheurs de s'amuser ... entre hommes saouls ...

10.Posté par paulux le 14/03/2018 15:39

juste quelques semaines?mois ? avec sursis!!!et ils ont tapé sur des policiers? essayez de faire ça aux usa...

11.Posté par titi974 le 14/03/2018 17:58

Du sursis encore une preuve de laxisme de notre belle justice quelle misère de voir de telles familles si on peut encore les qualifier ainsi qui fêtent dans l alcoolisme, les vieilles rancunes et la violence la mort prochaine d une condamnée qui aura rejoint le néant avec un bien triste image ....post 9 noe toujours aussi idiot si les flics sont intervenus c’est peut être que pour éviter un drame certains ont jugés opportun de les appeler quand on a l’esprit aussi étroit on évite de commenter....

12.Posté par Veridik le 14/03/2018 20:37 (depuis mobile)

Autrement dit, des arts dits "martiaux" où on vous montre comment taper sur la gueule de gens qui ne vous ont rien fait. Je déteste.

Parler de choses dont on ignore.

Mieux vaut s'abstenir

13.Posté par L'Ardéchoise le 14/03/2018 20:58

Bonsoir Marie, tout à fait !
J'ai profité du soleil pour travailler dans le jardin, je suis allée à la truite, mais l'Ardèche est trop haute et trop rapide, c'est pas top, et j'attends sereinement l'arrivée de la pluie (vigilance orange) qui va me permettre de faire à l'intérieur des choses que je n'ai pas envie de faire quand il fait beau.
@ +...

3 et 12 : ce ne sont effectivement pas certains arts martiaux qu'il faut mettre en exergue, mais plutôt certains malotrus qui les pratiquent : il y a des brebis galeuses, hélas, dans ces sports, qui n'en respectent pas l'esprit !!!

14.Posté par Le Savoir Lire le 15/03/2018 15:06

Zinfos accorde à la rubrique faits divers un traitement décidément sensationnel. Je n'ai pas fait d'école de journalisme, mais il me semble qu'en terme de style, la sobriété, la simplicité, restent parmi les qualités à rechercher pour un journaliste. En ce sens, que cela aide à la précision du récit, et donc à la compréhension des faits. Le journaliste est censé nous rapporter l'information. La plus précise et impartiale possible, afin que le lecteur puisse lui même, et au mieux, se construire sa propre opinion. C'est là un idéal évidemment. Je sais possible, que ces définitions ou qualités, n'ont peut-être plus vraiment de sens aujourd'hui. Puisque plus rien ne semble avoir de sens... Mais je le regrette néanmoins. Et si j'estime que de façon général, le bon journaliste fait preuve de retenue, je crois alors que celui-ci redouble de circonspection lorsqu'il traite cette partie de l'information. Les faits divers provoquent des émotions qu’il n’est pas nécessaire d’amplifier par des effets d’écriture. A sujets délicats, mots justes. J'invite l'auteur de l'article à vérifier quelles pourraient être ces bonnes pratiques. Pierrot, la largeur de tes bandeaux publicitaires ne grandissent pas le site.

15.Posté par mace le 17/03/2018 19:21

Jules Bénard ?je ne connaissais pas,mais j'aime beaucoup sa façon de traiter les infos.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter