MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Barrages de routes de quelques heures… pour lever les barrières de toute une vie…


Par Amandine RAMAYE - Publié le Mercredi 30 Septembre 2015 à 22:16 | Lu 786 fois

Barrages de routes de quelques heures… pour lever les barrières de toute une vie…
              
"Pris en otage" par des jeunes manifestants ? Être pour ou contre les barrages ? Qui est derrière cela ? Est-ce là le véritable débat ?
 
Un seul constat, aujourd’hui, toutes les conditions ont été créées en faveur d’une jeunesse totalement stigmatisée, abandonnée et oubliée partiellement par la classe politique car la problématique de la jeunesse, ou la jeunesse problématique, on y repense à chaque élection.  Une jeunesse sur laquelle on porte de l’intérêt, est considérée comme un réservoir potentiel de voix par ceux qui nous gouvernent et qui jusque-là, ont fait trop de promesses rarement tenues.
 
Les dernières manifestations montrent et ce n’est un secret pour personne qu’il ne s’agit que de l’arbre qui cache la forêt. Il y a la partie émergente de l’iceberg : une jeunesse qui essaie de s’organiser, de s’exprimer par ces et ses moyens pour faire valoir ses revendications et ses projets en criant au scandale (au secours), car trop souvent et depuis trop longtemps des promesses de « pti contrats » sous couvert de clientélisme, ont été proposées comme solution à la pauvreté. L’espoir né de la promesse,  le rêve d’une vie meilleure prennent place et apaise cette triste réalité à laquelle on se résout. Mais tout comme un médicament, l’effet n’est que de courte durée.
 
Et résultat des courses, pendant que certains jeunes se mobilisent pour réclamer l’application de leurs promesses ou s’organisent pour faire valoir leurs revendications et leurs projets, d’autres plient bagage pour s’expatrier dans l’espoir d’avoir un emploi et pire encore, beaucoup se replient dans un silence qui en devient presque’ assourdissant. C’est un silence ravageur, qui consume à petit feu ces jeunes hommes et jeunes femmes en devenir, pleins d’espoir à la base et très vite, confrontés aux difficultés de notre société.
 
C’est pour cette raison que je souhaite m’adresser à notre jeunesse réunionnaise en leur disant : Oui il faut se révolter mais soyons plus intelligent qu’eux, donnons des leçons aux donneurs de leçons, ayons conscience que l’avenir de notre pays est aussi dans nos mains et que nous avons le pouvoir de décision, ne tombons surtout pas dans le fatalisme et l’impuissance, mais agissons ensemble ou séparément mais agissons pour une cause commune à savoir, l’inclusion sociale pour tous.
 
Disons-leur arèt koz de nou san nou, causons ensemble de manière solidaire et responsable. La Réunion pou nout tout et non pour une poignée de gros zozos égoïstes et manipulateurs sans scrupules. Lors des élections ne votons plus pour des promesses mais votons pour des principes, des valeurs, ne votons plus pour des séducteurs et séductrices d’opinions, votons pour des groupes d’individus désintéressés du pouvoir mais totalement intéresser de l’être humain et des valeurs qui l’entoure.
 
Pour ma part, j’ai pris conscience de tout cela pendant mes années de galère mais je sais combien c’est difficile quand on enlève nos repères. C’est pour cette raison qu’il nous  faut agir pour soi et pour ses semblables.
 
Les mères et les pères de famille que nous sommes, salariés, demandeurs d’emplois, chefs d’entreprises, fonctionnaires ou précaires, nous devons tous être solidaires car le bonheur de l’autre ne sera jamais étranger à notre propre bonheur. Il n’y a pas pire que d’arriver à barrer les routes pour se faire entendre face à une gouvernance sourde mais jamais muette quand il s’agit de mendier un bulletin de vote.
  
A la classe politique, réfléchissez et pensez à l’avenir des générations futures auxquelles appartiendront vos propres enfants. Par vos comportements, irréfléchis ne pensez-vous pas être entrain de les sacrifier sur l’autel de vos intérêts immédiats ?
 
Mon métier, me donne cette chance de comprendre et de prendre conscience que la souffrance existe et qu’elle doit être combattue par une nouvelle gouvernance composée d’hommes, de femmes politiques issues de tous horizons, qui ont en charge la destinée de notre société.  
 
Et tout au fond de moi, je garde espoir qu’un jour, notre quotidien s’améliore, parce que le chômage et l’inactivité sont des gangrènes que nous pouvons vaincre, car la détresse psychologique qu’elle engendre, amène avec elle son lot de difficultés et ce, quelle que soit sa couche sociale d’appartenance. C’est pour ces raisons que le politique ne doit pas laisser à la société la responsabilité d’apporter ses propres solutions. Luttons contre cet apartheid social grandissant, le travail c’est la dignité d’un peuple.
 
Quelques barrages de route et des dizaines de milliers de jeunes vies barrées.
 
Amandine RAMAYE
Membre du Comité jeune REZISTANS’/ARCP
amandineramaye@yahoo.fr
 




1.Posté par Pourquoi le 30/09/2015 23:35

tiens tiens...

un courrier dans l'intéret de qui ??

L'emploi est un problème.. mais comment faire avec un gouvernement qui nous soumet des charges, on ne peut pas embaucher sinon on ferme...

2.Posté par Bruno Martin le 02/10/2015 04:21

Mis à part les pléonasmes, les lapalissades et oxymores qui occupe 90% de ce texte, l'analyse est bonne, mais manque cruellement de propositions crédibles et réalistes.
Malheureusement, ce cheminement consistant aux rejets des intellectuelles ,des personnes compétentes qui ont des projets qui fonctionnent au profit des "gens du peuple désintéressés" certes honnêtes et pleins de bonne volonté, mais totalement inefficaces pour apporter des solutions concrètes ne peuvent conduire qu'à l'échec et à la déchéance de la population comme on n'a pu le constater au Cambodge, en URSS, en Corée du Nord ou à Cuba, je termine donc mon propos par une citation d'Albert Einstein qui illustre magnifiquement votre engagement: "Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre"...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes