Social

Baisse des contrats aidés: Les maires déposent une déclaration commune

Mercredi 9 Août 2017 - 10:57

Alors que les maires manifestent depuis 10 heures devant la préfecture, Stéphane Fouassin a pris la parole : "Nous sommes réunis pour déposer une déclaration commune des maires et des présidents d'agglomération relative à la situation de crise de la rentrée scolaire".

Pour le président de l'association des maires, l'enveloppe de 1800 contrats aidés annoncée par le préfet ne représente que "la moitié des besoins en personnel pour le fonctionnement normal des écoles" et "la surveillance, l'hygiène et la sécurité des enfants dans les transports, cantines et écoles ne pourra pas être assurée dans de telles conditions". Il insiste : "Les maires et les présidents d'agglomération déclarent ne pas pouvoir assurer la rentrée scolaire dans les conditions requises".

Les manifestants demandent ainsi les 3298 contrats nécessaires et appellent le gouvernement "à prendre la pleine mesure de la gravité de l'urgence de la situation économique et sociale à La Réunion". 

Les élus sont reçus depuis 11 heures par le préfet, Amaury de Saint-Quentin.


Soe Hitchon sur place
 


Photo : Pierre Marchal (Anakaopress)
Photo : Pierre Marchal (Anakaopress)
Zinfos974
Lu 2424 fois



1.Posté par JORI le 09/08/2017 11:43 (depuis mobile)

Comment faisaient ils avant les contrats aidés ?. C'est comme pour nos grands parents qui ont su faire sans les allocations en tout genre. Les aides appellent des aides et trop d'aide tue les aides. Nous y sommes.

2.Posté par rr47 le 09/08/2017 11:43

Je me suis permis un petit calcul : à la Réunion, les fonctionnaires (municipaux et autres) sont rémunérés 50% de plus qu’en métropole, une sur-rémunération qui ne se justifie pas vu que la plupart de ces personnes bénéficient aussi d’extra, tel que véhicule ou logement mis à disposition ! Tout cela payé par le contribuable, taxe d’habitation, impôts fonciers, octroi de mer …
Par contre les emplois aidés ne devraient être qu’une aide au retour à l’emploi et non des emplois pérennes sous-rémunérés. Ou est le principe d’égalité écrit dans la constitution ?

Si l’on supprime la sur-rémunération, soit 50% du cout de la masse salariale, ont peut très bien embaucher du personnel compétent, voir multiplier par 1,5 le nombre de fonctionnaires municipaux sans que cela ne coûte un centime au contribuable.

3.Posté par reunionnais le 09/08/2017 12:16

Il faudra commencer à faire des économies Messieurs les Maires, Mettez de l'ordre dans vos finances et arrêter de voyager sur le dos du contribuable ! congrès des Maires etc...chaque commune envoie combien de personnes 8,10....

4.Posté par méthode coué le 09/08/2017 12:29

iils peuvent toujours chanter ça et nous avec :

5.Posté par cmoin le 09/08/2017 12:32

Ils mentent pour garder les emplois politiques!
Aucun maire manifeste en france en disant ne pas pouvoir assurer la rentrée!
Ils ne savent rien faire ceux d'ici!

6.Posté par ouais le 09/08/2017 12:43

c'est cela du n'importe quoi, déjà faites bosser votre personnel communal payé à ne pas faire grand chose!

7.Posté par Avec la droite local retour au 2O eme siecle. le 09/08/2017 21:12

Cette droite locale archaïque qui aime la politique de l'assistanat afin d'assoir leur pouvoir sur le petit peuple créole ne doute de rien.
J 'espere que l Etat ne pliera pas sur cette question. L Etat a déjà fait un effort considérable avec + de 1600 contrats je crois, que l effort s arrête la.
Heureusement que le Fillon s'est lamentablement rétamé sinon le pays aurait été foutu. Il n 'aurait mesure d économie, il aurait plié comme sarkozy a l époque à la première manif dans la rue.
OUof le pire est passé.

Avec Macron notre chef le pays va mieux, la france réexiste au niveau international,

ps= un effort considérable vient d être fait de la part de l Etat pour sauver le CHU de la Réunion géré de manière dramatique par tous les leaders de la droite réunionnaise. Saluont nos président de penser à la santé des réunionnais c est pas avec Fillon que le créole aurait continuer d être soigné.

8.Posté par URE - CGTR le 11/08/2017 11:57

(extraits du dernier bulletin hebdomadaire de l'Union Régionale Est de la CGTR)

OUI A LA FIN DES CDD... PAR LEUR PERENNISATION EN CDI !

Si la menace de suppression des emplois aidés se confirme, les travailleurs concernés doivent se mobiliser, non pas pour sauvegarder ce système injuste qui impose aux concernés bas salaires et précarité permanente, mais pour que les patrons et l'Etat pérennisent ces emplois, transforment les CDD en CDI et les temps partiels non choisis en temps pleins, car ces emplois sont indispensables au fonctionnement de l'économie, indispensables dans les écoles, les mairies et les associations et pas seulement pendant quelques mois, mais de façon permanente.

L'autre raison, et pas la moindre, est que ces travailleurs ne paient pas leur loyer « en pointillé », ne remboursent pas leur « crédit l'auto » en pointillé, ne mangent pas «en pointillé ». Alors assez de contrats « en pointillé » !

Il faut en finir avec la prise en otage des travailleurs précaires et imposer au patronat, privé comme public, la pérennisation de ces emplois, par la lutte !


OU QUAND L'HISTOIRE RATTRAPE CERTAINS...

La suppression annoncée de 75 % des contrats aidés a provoqué la réaction immédiate de la classe politique réunionnaise et des associations utilisant ces contrats précaires pour fonctionner.

Les maires en particulier se sont mobilisé et parmi eux le président de l'AMSR (Association des Maires de la Réunion), le maire de Salazie, Stéphane Fouassin.

Voilà qui étonne de sa part, car il faisait partie des premiers élus locaux à soutenir le candidat François Fillon aux primaires de la droite. Un candidat dont un des principaux projets était précisément la « suppression totale des contrats aidés » ! (Interview de celui-ci sur France Inter le 24 novembre 2016)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter