Blog de Pierrot

Baisse de la vitesse sur les routes : La fausse bonne idée

Lundi 8 Janvier 2018 - 21:35

Le Premier ministre Edouard Philippe s'apprête à annoncer demain une diminution de la vitesse sur les routes, de 90 à 80 km/h.

Officiellement, il s'agit d'oeuvrer afin d'obtenir une diminution des morts et des blessés sur nos routes.

Chaque vie perdue ou brisée est un drame et on peut comprendre que le gouvernement fasse tout pour diminuer leur nombre. Mais il ne suffit pas d'habiller une décision des habits de la lutte contre la mortalité pour qu'elle soit nécessairement bonne.

Ca arrange nos dirigeants de faire croire que c'est la baisse de la vitesse, et la répression qui va avec, qui sont à l'origine de la baisse du nombre de morts sur nos routes.

Si le nombre de morts a régulièrement diminué, c'est essentiellement dû à l'amélioration permanente de la sécurité sur nos voitures : airbag, renforts de sécurité latéraux, matières absorbantes de chocs, ABS, amélioration des pneus, etc...

La Sécurité routière, sous la pression de certaines associations intégristes qui ressemblent fort à de véritables sectes, n'hésitent pas à mettre en avant la vitesse.

La vitesse est rarement la cause principale d'un accident. Si elle l'est, c'est parce qu'elle est aggravée par la présence de consommation d'alcool ou de stupéfiants.

J'ai récemment subi deux contrôles de vitesse et j'ai perdu à chaque fois un point pour quelques km/h au dessus de la vitesse autorisée. Cela fait-il de moi un délinquant?

Par contre, à chaque fois, je n'ai subi aucun contrôle d'alcoolémie ni de stupéfiants.

Pourquoi? Parce qu'il est beaucoup plus facile de faire payer la vache à lait d'automobiliste qui a roulé à 57km/h au lieu de 50, que de courir derrière ceux qui roulent bourrés ou sous effet.

Déjà que la situation était devenue insupportable, elle va maintenant devenir invivable.

Résultat plus que prévisible? Une inflation exponentielle des procès-verbaux et des points perdus, avec comme conséquence un nombre de plus en plus important de permis perdus.

Et d'automobilistes qui continueront à rouler sans permis, avec tous les risques que ça comporte.

Pour eux tout d'abord car s'ils blessent ou tuent quelqu'un, il faut qu'ils s'attendent à payer des indemnités toute leur vie à la victime ou à sa famille.

Et pour les automobilistes qui roulent en face car, en cas d'accident, ils auront toutes les difficultés à se faire indemniser du fait que l'assurance d'un conducteur sans permis refusera automatiquement de le prendre en charge.
Pierrot Dupuy
Lu 1388 fois



1.Posté par t''''as raison!! le 09/01/2018 07:34

Pour une fois je suis complètement d'accord avec le Pierrot!!!
déjà que les gens ne roule plus, ça énerve les gens, du coup, ça risque d'être encore bien pire.

si, les gens était bien concentré sur la route et non alcoolisé ou autre, il n'y aurait pas de débat...

les gens qui ne roulent pas beaucoup, ou les politiques, ce n'est pas un problème pour eux , mais nous???

encore une fois , de bonnes vaches à lait bien dociles!!!

LANÇONS UNE PÉTITIONS DE L ORDRE NATIONAL, ON VERRA BIEN .... PIERROT??? c'est tout à toi..

2.Posté par Toby or not Toby le 09/01/2018 07:55

Tu racontes n'importe quoi Pi(poteur)errot ou plutôt P(opuliste)ierrot !

"Et pour les automobilistes qui roulent en face car, en cas d'accident, ils auront toutes les difficultés à se faire indemniser ..."

Si ceux qui roulent en face sont assurés, ils seront remboursés ! N'oublies pas que quand tu payes ton assurance, c'est pour toi principalement ! Et c'est donc toujours ton assurance qui te rembourse (pas celle de l'autre conducteur) ...

Toujours aussi Démago ...

3.Posté par Pascal MURAT vieux motard le 09/01/2018 09:37

Bientôt une interdiction de rouler sous la pluie? Et pourquoi pas lorsque les bouches d'égout sont mal positionnées. Et pourquoi pas lorsque la peinture du marquage au sol -ayant, dit-on, fait l'objet de marchés douteux- est dangereuse car glissante? 45 ans de permis moto, responsable, pas alcoolique, pas zamalé, avec gants et casque et surtout surtout suffisamment d'expérience pour savoir quand et où il faut rouler ou pas: je voudrais en trouver un qui viendrait me la faire! Alors quand deux ou trois comiques inconséquents interdisent la route du littoral aux motos, j'enrage. J'enrage car je prends la route pour aller bosser et pas pour faire des rodéos illégaux. J'enrage car ces mêmes comiques savent, et s'en foutent, que la route de la montagne, alternative, est sale de boue "rouge" extrêmement glissante; s'en foutent également que la route des Plaines dégorge d'hydrocarbure sous l'effet conjugué de la chaleur et de la pluie et...de la qualité douteuse du bitume et solvants utilisés.. Hey les comiques, bientôt encore baisser le froc pour autoriser un rodéo de zamalés non casqués, non gantés sur des motos volées et en toute impunité? Dans le genre, il n'y a pas que les 80 km/h qui sont aberrants: c'est bloquer la route du littoral aux motos alors que les conditions permettent un roulage dans des conditions satisfaisantes (en tous les cas, plus qu'à d'autres endroits en conditions "normales". Salut les comiques!

4.Posté par Mouais bof le 09/01/2018 10:23

Tout d'abord, ce qui m'étonne, c'est que dans cet article de blog et dans l'autre article, personne ne voit la conséquence au niveau profesionnel: des déplacements plus longs.... Etonnant.

Ensuite, officiellement, l'alcool est mêlé ou responsable dans 29 % des accidents.mais la vitesse semble le facteur premier:

"La vitesse excessive ou inadaptée reste la cause première de la mortalité sur les routes de France. Elle apparaît dans un accident mortel sur trois. Le facteur vitesse est maximal chez les jeunes auteurs présumés d’accidents mortels (45% des 18-24 ans auteurs). Les vitesses moyennes pratiquées par les automobilistes témoignent d’un moindre respect des règles, avec +6 km/h par rapport à 2012 sur les autoroutes limitées à 130 km/h et +4 km/h sur les autoroutes et les routes limitées à 110 km/h.
L’alcool est présent dans 29% des accidents mortels. Parmi les automobilistes impliqués, les jeunes de 18-24 ans et les conducteurs âgés entre 25 et 49 ans sont davantage concernés
"

http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/espace-presse/publications-presse/bilan-definitif-de-l-accidentalite-routiere-2016://

Quant à contrôler souvent alcool et stupéfiant: euh, ça va coûter cher à l'Etat et lui rapporter aussi plus d'argent: c'est ce qu'on veut? Sans compter que ça fera râler davantage...

Par contre, plus de contrôles pour vérifier assurance et permis, ça oui!

Enfin, personnellement, quand je roule, je constate le comportement "courant" et dangereux de nombreux automobilistes: vitesse: distances de sécurité non respectées très souvent, absence de clignotant, dépassement en collant au train, sortie d'une bretelle sans se préoccuper des autres .... Sans compter le comportement de beaucoup de motards (2 ou 3 = suicidaires).

Maintenant, je suis plutôt d'accord avec le fait que les améliorations techniques des véhicules contribuent à la sécurité, mais je crains que ce soient aussi voire surtout les limitations de vitesses et les contrôles routiers qui jouent aussi un grand rôle.

Vous pourrez avoir des super véhicules, mettez-y des irresponsables = accident

Pour rappel: tout conducteur d'un 2 roues ou d'un 4 roues est RESPONSABLE de sa vitesse et doit adapter sa conduite aux circonstances (voir code de la route, et voir bon sens primaire). La route est ce qu'elle est, à chacun de s'adapter.

Donc, cette mesure va certainement calmer légèrement le jeu mais aussi pénaliser les conducteurs "réglos" qu mettront plus de temps de parcours.

Mais quid du comportement de nombreux automobilistes dangereux?

5.Posté par Marc le 09/01/2018 17:09

4. Méfiance, toutefois, il y a une limite méthodologique à cette statistique: l'alcoolisation des conducteurs n'est pas systématiquement mesurée. Par exemple, si on regarde en 2016 dans les statistiques officielles, il y a eu 819 personnes tuées dans des accidents impliquant l'alcool, 2003 dans des accidents dont on sait qu'ils n'impliquaient pas l'alcool pour un total de 2822 morts dans des accidents où l'on savait si oui ou non l'alcool était impliqué. Mais il y avait 3477 morts sur les routes cette année là, donc il "manque" 650 morts au décompte qui sont donc morts dans des accidents où l'on n'a pas vérifié la présence d'alcool (ou uniquement sur une partie des conducteurs sans que ceux qui ont été vérifiés n'aient consommé). Mais même en supposant que l'ensemble des accidents mortels dont on ne sait pas s'ils impliquaient la consommation d'alcool en ait impliqué, l'alcool ne peut être au maximum responsable "que" de 1469 décès sur 3477, soit entre 23 et 42% des décès sur la route. A noter au passage que dans ces statistiques, vous trouverez certains accidents où le conducteur était à jeun mais le piéton était bourré (68 piétons morts dans un accident de la route en 2016 étaient alcoolisés, sans qu'on sache pour la voiture). Notez également que la présence d'alcool dans un accident ne signifie pas que le chauffeur était dans l'illégalité: "seulement" 17% des conducteurs alcoolisés impliqués dans un accident mortel étaient au delà des limites légales.

Au delà des accidents mortels, il y a les accidents tout court. D'après le bilan 2016 de la sécurité routière, la présence de l'alcool n'est présent que dans 9% des accidents corporels (soit un accident survenu sur une voie ouverte à la circulation publique, impliquant au moins un véhicule et ayant fait au moins une victime ayant nécessité des soins). Donc en réalité l'alcool n'est impliqué que dans une toute petite fraction des accidents mais ceux-ci sont fréquemment mortels (24% des blessés dans un accident impliquant l'alcool meurent contre 11% s'il n'y a pas d'alcool). Mais là aussi, la statistique publique n'est pas vraiment complète puisque l'on ne sait pas quelle proportion des accidents corporels impliquent de l'alcool sans que des alcootests n'aient été passés à l'ensemble des personnes impliquées.

Il faut aussi rajouter à ça la consommation de stupéfiants pour laquelle les statistiques sont très incomplètes, encore aujourd'hui. Environ 22% des accidents mortels impliquent des stupéfiants mais là encore ce n'est pas systématiquement vérifié, cela peut vouloir dire que c'est le piéton qui avait consommé et en plus certains accidents impliquent l'alcool et les stupéfiants. Donc il est difficile d'en tirer une conclusion.

Pour la vitesse, les statistiques publiques sont également franchement déficientes puisque tout ce qu'on sait c'est que c'est environ 32% des accidents mortels où la vitesse excessive a été constatée.

En résumé, j'ai la sensation que l'auteur de l'article n'a pas complètement tort: vu la faiblesse de la statistique publique et si on regarde ensemble stupéfiants et alcool, il est vraisemblable que l'usage de substances soit la cause de plus d'accidents mortels que la seule vitesse. En revanche, je pense que la vitesse est impliquée dans plus d'accidents tout court et on peut avoir sa vie brisée dans un accident sans en mourir. Particulièrement, la statistique publique montre les ravages de la vitesse excessive en zone urbaine (là où c'est limité à 50 km/h) puisque c'est là qu'on croise motos, vélos, scooters, ... qui n'ont pas les mêmes protections que les automobilistes.

6.Posté par Simandèf le 09/01/2018 18:13

Même avec de la bonne volonté, les réflexes d'aujourd'hui vont nous porter préjudice, nos automatismes vont nous coûter cher et rapporter beaucoup d'argent au caisse de l'Etat et c’était bien le but.

7.Posté par Fidol Castre le 09/01/2018 21:34

Un seul bénéficiaire : le vendeur de panneaux.

8.Posté par klod le 09/01/2018 21:58

avec mon expérience : les plus assassins en puissance sur les routes : ceux qui ne respectent pas les DISTANCES DE SECURITE . Après ............

9.Posté par chikun le 10/01/2018 11:15

Salut Kloklod ! Effectivement beaucoup de conducteurs ne respectent pas les distances de sécurité . En cas de freinage brusque du véhicule qui est devant, l'inconscient qui suit de trop près percute immanquablement l'arrière de celui-ci . En plus, le suiveur se croit dans son bon droit et les injures et les coups peuvent pleuvoir . Mais les distances de sécurité ne sont pas responsables des morts. Le téléphone, l'envoi de SMS !!!! , l'alcool , la fatigue et l'impression de toute puissance sont des facteurs déterminant . Beaucoup de gens ne se respectent pas, ne respectent pas les autres et se foutent de tout , C'est cela le véritable problème : Ils se prennent pour des cadors jusqu'au jour où ......
C'est valable aussi pour les politiques , les religieux etc...

10.Posté par polo974 le 10/01/2018 11:27

c'est débile d'imposer toujours plus de limitations (tant par les panneaux que par les ralentisseurs si déjà au départ les limitations initiales (oui, je pléonasmise) ne sont pas respectées...

d'autre part, le critère vitesse est trop simpliste, car souvent, c'est un problème de respect de distance de sécurité ou d'attention, mais ces derniers sont bien plus difficiles à mesurer actuellement.

(quoi que, un enregistreur vitesse et distance ne doit pas coûter plus cher que 50 euros de nos jour... soit bien moins qu'un plein)

11.Posté par Jean-Claude le 10/01/2018 16:19

De toute façon avec notre réseau routier très encombré peut-on faire du 90 souvent.
Exemple : Ce mardi 09 janvier 17.30 h - trajet Tampon St-Denis par les plaines - routes dégagées , peu de voitures ( c'est les vacances). Nous sommes 3 voitures à nous suivre à distance respectable - une grosse cylindrée nous rattrape nous double avant le 23 em - nous le rattrapons sur le plateau de la soucoupe volante bloqué par un bus. Il disparait à nouveau dans la descente vers la plaine des palmistes. Nous le rattrapons dans le village ( face à la mairie) , à cause du trafic. re-perte de vue nous le rattrapons ainsi plusieurs fois jusqu'a St-Benoit- Donc 80 ou 90 quelle différence ?

12.Posté par pipoteur le 11/01/2018 10:29

@post8: C'est effectivement une tare dans ce pays le non respect des distances de sécurité ainsi que les changements de direction ou dépassements sans clignotant.
Mais plus la vitesse est basse moins les conséquences du non respect des distances de sécurité sont graves. Par conséquent l'abaissement de la vitesse est une bonne décision même si elle nous emmerde.
Quant à Pierrot démago hors paire et scientifique statisticien de la sécurité routière il impute les accidents liés à la vitesse à l'alcool! Allez comprendre!
Alcool = 30% des accidents mortels
Vitesse = 25% des accidents mortels (sans alcool ni stupéfiant)
la vitesse est un facteur accidentogène majeur, n'en déplaise à Pierrot...

13.Posté par Marc le 11/01/2018 13:54

12. Vous êtes sûr que les 25% d'accidents mortels impliquant la vitesse sont sans alcool ni stupéfiant? Ce n'est pas comme ça que j'avais compris le rapport de la Sécurité routière, pour moi ces causes s'additionnaient, un même accident pouvant être référencé à la fois pour le délit de vitesse, l'alcoolisation, ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Janvier 2018 - 18:00 Certains demandent le départ du préfet...

Jeudi 18 Janvier 2018 - 17:20 TAK, la main à la pâte, les pieds dans l'eau