Education

Bac pro sur 3 ans : Mostafa Fourar veut "lui donner ses lettres de noblesse"

Mardi 18 Août 2009 - 12:02

Le Recteur de la Réunion, Mostafa Fourar, est allé ce matin à la rencontre de l'équipe pédagogique du lycée professionnel Amiral Lacaze à Saint-Denis, afin d'y rencontrer les élèves qui ont fait le choix d'un bac professionnel sur trois ans et devenir des techniciens de bureau d'étude en industrie.


Mettre le baccalauréat professionnel sur trois ans, "c'est une mesure de justice", affirme Mostafa Fourar, qui souhaite par ailleurs donner à la filière "ses lettres de noblesse". Ce dernier s'est adressé aux élèves en leur disant de ne pas écouter les préjugés qui dévalorisent leur formation. Il a rappelé que ceux de la première session, en 2006, sont sortis majors de leur promotion en BTS construction métallique ou autre, alors que leurs homologues provenaient pour la plupart d'un cursus général.

Dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle, le bac pro EDPI (Étude et définition de produits industriels) est la première filière professionnelle qui s'effectue sur trois ans, tout comme le cursus général. Il prépare les étudiants à devenir des techniciens de bureau d'étude. Selon sa spécialité, le technicien contribue à la définition d'un produit ou d'une pièce à partir d'un cahier des charges. "C'est un architecte mais dans le domaine de l'ingénierie industriel. Il étudie les systèmes mécaniques", assure Mickaël Mouniama, professeur en génie mécanique et construction.

La plupart des élèves de la filière ont ensuite effectué un BTS avant de trouver rapidement un travail. Débéry Robert a 25 ans. Après le bac pro EDPI, il a effectué un BTS construction métallique et est aujourd'hui dessinateur dans un bureau d'étude en charpente métallique. Un exemple à suivre...
Karine Maillot
Lu 2293 fois



1.Posté par Garou le 18/08/2009 17:41

Il faut absolument (égalitude oblige) qu'à terme tout le monde puisse avoir un "bac".
Et si l'existence d'un bac "pro" ne suffit pas, on créera un bac "amateur".

2.Posté par AéRo Freak le 18/08/2009 18:47

Mostafa FOURAR a parfaitement raison de promouvoir ou mettre à l'honneur, les filières professionalisantes.

Ces formations restent les plus adaptées à la logique et au marché de l'emploi actuellement, et TRèS certainement pour les années à venir. A savoir, des cadres et des diplômés, ce n'est vraiment pas ce qu'il manque, je dirais même que c'est gavache et overbooké, et en terme d'embauches à ce niveau, en revanche, crise ou évolution, appelez ça comme vous voulez, et bien c'est plus que maigre.

L'industrie veut des professionnels très spécialisés, et manque cruellement de ce type de mains d'œuvre.

N'allez pas croire que j'encourage la formation d'ouvriers spécialisés au détriment de celles plus prestigieuse pour la formation de grds économistes ou d'ingénieurs par exple. C'est d'ailleurs avec cette lecture franco-française, datant des années 80, de ce qui mérite le respect ou pas, qu'on en arrive à de tels embouteillages, ds certaines filières...

Alors soyez intelligents les jeunes : Le monde change... Changez avec lui !!!!

Ouvrier, ou technicien, cela n'a rien de péjoratif. Au contraire. Bien au contraire. Et ce d'autant plus, que rien n'est figé... Car le savoir-faire SERA de plus en plus valorisé.. presque je dirais ENFIN !!!!

La fin des technocrates et un retour à l'essentielle lucidité ?? En route pr le FUTUR !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter