Courrier des lecteurs

Azalées éditions liquidées dans l'indifférence !

Lundi 21 Octobre 2013 - 10:32

Azalées éditions liquidées dans l'indifférence !
Quelques chiffres simples suffisent à « résumer » les éditions Azalées : plus de 30 années d’existence (création en 1981), plus de 300 titres publiés, plus de 100 auteurs portés à la connaissance du plus grand nombre !

Tout cela va être balayé d’un revers de manchette par une justice qui ne fait que son travail, certes, mais cela aurait pu être évité.
Beaucoup est à mettre à l’actif de cette vieille entreprise. En vrac…

Le merveilleux petit ouvrage de Claire Bosse « Ca Bourbon même », plusieurs fois réédité – Les « Contes » d’Isabelle Hoarau, qui continuent de se vendre plusieurs décennies après la première édition – Les « Nouvelles chroniques » de Jacques Lougnon – L’intégrale de Leconte de Lisle – Le « Dictionnaire du peuplement » ou « Les 500 premiers Réunionnais », toujours en vente depuis 1994 – Trois tomes des « Dames de Bourbon » - Les extraordinaires romans historiques de Pascale Moignoux, dont « Graine de bagnard », auréolé de succès – Les « Trésors du patrimoine » de Daniel Vaxelaire – L’excellent Dictionnaire créole d’Armand Gunet – Une impressionnante série d’ouvrages sur les Indiens de Bourbon, de Jean-Régis Ramsamy – Plusieurs tomes d’une Histoire thématique que Frédéric Payet met à la portée du plus grand nombre – Une histoire exhaustive, richement documentée et illustrée du prince Vinh San, acteur essentiel de notre histoire récente, par son fils, Claude – De très nombreux albums de photos – Les succulents récits ou romans d’Albert Elie, Mussard, Douyère ou David Huet (Ti Krévèr) – Nombre de documents et romans concernant Madagascar et notre histoire commune – Les surprenants et émouvants souvenirs de Jean-Pierre Boyer – Des ouvrages culinaires à foison – L’achèvement par votre serviteur, 160 ans plus tard, du roman d’Eugène Dayot, « Bourbon pittoresque »…

Tous ces ouvrages, dès leur parution, ont toujours obtenu un accueil très favorable de la part de tous les organes de presse, tous supports confondus. Le public a suivi comme un seul homme tant que les habitudes de lecture n’ont pas évolué vers d’autres formes d’écriture, car on ne lutte pas facilement contre l’inéluctable.

D’autres titres de gloire sont à porter au crédit d’Azalées. D’abord un combat acharné contre les tentatives ridicules de créer de toutes pièces une orthographe contraire à la logique. Un combat plus que justifié quand pas moins de 4 tentatives de KWZ et autres trémas (pourquoi pas des doubles slashes //, tant qu’ils y sont ?) ont piteusement échoué. Mais les thuriféraires de ces essais abscons obtiennent malgré tout subsides sur subventions des pouvoirs publics, soi disant garants de la culture populaire ! Sans résultat, ça va de soi.

Autre combat, couronné de succès, avec d’autres intervenants, la lutte obstinée contre la MCUR de sinistre mémoire qui n’a pas enrichi la culture locale mais bien celle de ses promoteurs et directeurs fictifs !

Outre ses propres publications, Azalées assurait aussi la diffusion des ouvrages publiés par d’autres éditions, dont celles d’Océan et de notre vieil ami Firmin Lacpatia.

Enfin, je n’aurais garde d’omettre les actions humanitaires à Madagascar, qui n’ont jamais soulevé le moindre intérêt chez les pouvoirs publics mais ont reçu, en revanche, une adhésion enthousiaste du public.

C’est tout un fonds littéraire de plus de 300 000 euros qui va être dispersé aux quatre vents.
Il ne s’agit pas de nier les erreurs tactiques d’Azalées. Comme les nombreux livres de poèmes. Mais qui ne commet jamais d’erreur ? Faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ? S’il s’agit de remonter à la première erreur à l’origine de tous les maux, on aurait vite fait de guillotiner Adam et Eve, pendre Christophe Colomb et rendre Gibraltar aux singes !

Ce désastre culturel et commercial aurait été aisément évité si les pseudo responsables de l’éducation et de la culture avaient joué le jeu. Au lieu de dilapider des millions d’euros dans des Cases à Lire qui recueillent glorieusement 7 adhésions par an : il y a des centaines de bibliothèques primaires, secondaires ou municipales qui ne s’en porteraient pas plus mal.

Les clients d’Azalées sont catastrophés. Le public aussi. L’attitude des décideurs et autres financiers est impardonnable. Et ils en sont fiers ! Merci les présidents, présidentes, maires et mairesses et toute la galerie. Car vous n’êtes, au final, que ça, une galerie, une exposition d’immobiles figés, comme dans un Musée de cire.

Jules Bénard
Jules Bénard
Lu 1388 fois



1.Posté par vive Léonarda le 21/10/2013 15:10

Vite Léonarda, viens à la réunion montrer à monsieur julle bénare ce qu'est la tolérance et la solidarité. Viens nous faire voir comment aider Mada et surtout Diégo. viens nous écrire un vrai créole en français au lieu du kwz.

2.Posté par Jules Bénard le 21/10/2013 18:22

Réponse à Posté 1 : le jour où on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner !

3.Posté par Rendre abrouti le 21/10/2013 19:56

Oui c est totalement vrai on détruit tout ce qui est local on n'en veux pas, on veux pas instruire on veux abroutir les créoles c 'est la nouvelle politique , regardé st denis on na reculé de 20 ans c 'est voulu c'est une catastrophique !

on devrez prendre les rue est demandé compte a tout ceux qui finance avec notre argent certain association pour Rien, si peut être à maintenir les Réunionnais dans
l 'ignorance

VIVE LES POLITIQUES BOURRIQUE



4.Posté par lecteur averti le 21/10/2013 22:48

Quel dommage !!!

Arrivé à La Réunion en provenance de métropole avec ma femme et mes 2 enfants, nous avons découvert l'histoire de l'île et de son peuplement grâce aux ouvrages extrêmement bien documentés cités dans votre commentaire ...

Il est vraiment déplorable que les politiciens cumulards qui prétendent aimer leur Péï en clamant haut et fort la priorité à l'embauche locale ou en créant des partis mettant la Réunion dans leur sigle, soient une fois de plus aux abonnés absents !!!

5.Posté par pffff le 22/10/2013 11:38

Depuis quand les politiciens ont un quelconque pouvoir ou compétence dans la vie économique. Le jour ou nous comprendrons qu'il ne faut compter que sur nous même et bien nous aurons fait un pas en avant.

6.Posté par Zarin le 22/10/2013 12:43

Merci Monsieur Jules Bénard ...

7.Posté par Réunionnais normal le 22/10/2013 14:35

5.Posté par pffff

Qui gèrent les mairies; les communautés de communes; le conseil Général; le conseil Régional; qui financent la foultitude d'associations bidons ou réelles dans notre île,.... qui a le pouvoir de délivrer les permis de construire et de favoriser l'implantation d'entreprises commerciales ou industrielles .... en bref, qui grâce à la décentralisation gèrent ces milliards d'€uros ???

NOS TRES CHERS ELU-E-S CUMULARDS mis en place PAR NOUS !!!

8.Posté par patrice le 27/10/2013 14:14

Vous avez oublié un point important post 7 "qui gèrent ces milliard d'euros" versés par les contribuables, c'est à dire nous tous...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie