Courrier des lecteurs

Au Tampon, tout va très bien Madame la Marquise....

Jeudi 28 Septembre 2017 - 11:13

Maman d'une toute petite scolarisée au Tampon, j'ai suivi avec attention l'annonce surprise, à quelques jours de la rentrée, de la baisse de dotation des emplois aidés.

Catastrophe, car au niveau régional, les "taties" sont principalement recrutées par ce biais !

Au Tampon, les effets ont été immédiats : dès le premier jour, l'école de ma petite ressemblait à une grande colonie de vacances anarchique, que le personnel tentait de recadrer.  Pas de tatie pour la classe de mon enfant et l'enseignante se retrouve responsable de 28 enfants en bas âge. J'ai pris peur.

 Qui consolera mon enfant ? Qui l'emmènera aux toilettes quand elle en aura envie ? Qui veillera à sa sécurité ? Et surtout, que va t'elle apprendre pendant cette année ?

Car j'ai la prétention de réclamer de l'école de la République, un enrichissement intellectuel, tout comme j'en ai bénéficié. Je ne me satisfais pas d'une garderie en sous effectif.

A force d'organisation et avec beaucoup d'aide des proches, j'ai donc gardé ma petite en sécurité à la maison.

Mais pour beaucoup d'autres, les choses n'ont pas été aussi simples. Au travail, on n'a pas toujours la possibilité de s'absenter pour pallier au manque de sécurité de l'école, il faut remplir le frigo !

Complètement désemparés, les parents ont décidé de réclamer à notre élu le plus accessible, notre Maire, qui de surcroit détient le pouvoir de recrutement des emplois aidés, de prioriser nos jeunes enfants. Après un bras de fer, la mairie a débloqué 1 million pour le recrutement de taties supplémentaires. Mais les dysfonctionnements scolaires sont toujours d'actualité. Aujourd'hui, les parents demandent de la transparence dans la répartition de ces emplois, puisqu'il semblerait que tous les emplois aidés n'aient pas été affectés aux écoles.

Je comprends très bien que la situation ne soit pas de la responsabilité du Maire, mais je suis sidérée de constater qu'il fasse passer des querelles politiques imaginaires et des comptes de boutiquier au détriment du désarroi de nombreuses familles. J'en conclus que nos plus petits ne sont pas une priorité pour lui...

Aujourd'hui, les parents sont dans la rue depuis un mois et demi, les enseignants et les taties débordés et déprimés de faire leur beau travail dans de telles conditions. Les premiers congés maladies tombent et désorganisent un peu plus un chaos déjà sans nom. Et tout cela dans l'indifférence la plus totale. Aucune avancée concrète. Nos chers élus, à tous les niveaux qu'ils soient, ne se sentent manifestement pas concernés.

Je ne remercie pas non plus les décideurs de l'Education Nationale. La situation ne semble pas les préoccuper non plus. Et puis quelle solidarité intra-professionnelle pour leurs collègues !!!

Pire encore ! La municipalité a pris les rouspéteurs en grippe et mène à leur encontre une campagne visant à semer le trouble. La population est divisée et n'ose pas se prononcer sur un sujet devenu tabou, car politique.

Les enseignants sont taxés de fainéantise, on leur demande de faire plus d'effort pour justifier leur salaire (un seul adulte pour 28 enfants, je rappelle !!)

Les parents eux, seraient "manipulés" par les opposants et les syndicats. Ils manifesteraient, non pas pour le bien-être de leurs enfants, mais pour discréditer l'équipe en place.

La mairie estime qu'elle en a déjà suffisamment fait, et que pour plus d'emplois, il faudrait augmenter les impôts ( récemment, la municipalité se vantait d'un excédent de 30 millions !). Les pas contents n'ont qu'à aller s'adresser ailleurs.
Au dernières nouvelles, le Maire menace même les enseignants.

Drôle de combat...

Les partisans les plus zélés du Maire se chargent de répéter la "bonne parole" et gare à ceux qui ne seraient pas d'accord avec eux !
On raconte même que des nervis ont tenté d'intimider les manifestants.

Côté enseignants, quelques courageux se montrent aux meetings, mais la plupart ne veulent pas se mouiller faute de prise de position claire de leur hiérarchie. Et puis, ils ne sont pas en odeur de sainteté dans cette guéguerre !

C'est sûr, l'année prochaine, il y aura un départ massif des enseignants les plus aguerris de maternelle. La maternelle est-elle amenée  à devenir la punition des jeunes enseignants (moins bien notés) dans ce métier ? Charlemagne et Jules Ferry doivent se retourner dans leur tombe...La grande institution qu'est l'Ecole est devenue une garderie au rabais.

Je n'ai pas les réponses ni les solutions pour sauver un organisme qui prend l'eau. Je m'inquiète, comme de nombreux autres dans mon cas.

Face à cette situation ubuesque, où tous les décideurs se rejettent la balle, je me demande quelle est la place du simple citoyen dans cette société ?

Nos élus ne doivent ils pas faire remonter nos revendications, et pallier aux situations d'urgence  (car pour nous c'est le cas !) ? A quoi serviraient ils autrement ?

Pour ceux que ça intéresse, au Tampon, rien n'est réglé à ce jour...
Sophie
Lu 2469 fois



1.Posté par lollll le 28/09/2017 11:29

Le premier a avoir politisé tout çà est bien évidemment TAK. Il a d'abord utilisé tout son quota d'emplois aidés disponible juste avant les élections. Tout le monde se doute bien pour quelles raisons. Il menace ensuite d'augmenter les impôts si l'état ne bouge pas. Cela dit la menace est son seul mode de fonctionnement mais on n'est plus 20 ans en arrière. Quand une commune est à ce point dépendante des décisions de l'état, je me demande à quoi sert le maire. Personnellement, je m'en fous de gagner une glace le dimanche, je veux que mes impôts soient bien utilisés. C'est à dire un personnel communal compétent recruté sur CV et non politiquement. Il faut savoir que les ATSEM ne sont pas des vraies ATSEM au Tampon, ce sont des agents polyvalents, donc aucune obligation d'avoir un diplôme de petite enfance, possibilité de les réaffecter ou la volonté du maire s'exprime. Cet abruti ne se rend pas compte que au final ce n'est pas lui qui décide, au bout d'un moment les urnes ou dans son cas le tribunal parlent.

2.Posté par Cimendef le 28/09/2017 12:39 (depuis mobile)

Votre bafouille montre que derrière cette histoire de tatie se cache une carabistouille politicienne de la députée Bassire et de son mentor (menteur ?) Régional.

3.Posté par L État peut tout..et les communes? le 28/09/2017 13:24 (depuis mobile)

La commune a largement de quoi payer les effectifs manquants, et de ne pas faire oublier non plus aux parents qu'ils ont eux aussi un prix juste à s'acquitter auprès de la caisse des.ecoles..

4.Posté par JORI le 28/09/2017 14:25

Avec de tels propos à charge contre la mairie, je ne demande juste comment ou ce que vous auriez dit si fillon avait été élu, lui qui voulait carrément supprimer tous les emplois aidés, vous savez vos taties!!.

5.Posté par Ti Pierre le 28/09/2017 15:43

Joli courrier d'un(e) enseignant(e) syndicaliste.
1) Nous verrons bien l'année prochaine combien d'enseignants demandent à quitter effectivement le Tampon. Cela ne concernera que les enseignants qui préfèrent la salle à café plutôt que leurs classes et qui laissent très souvent leurs classes sous la surveillance d'une seule personne: la tatie
Un départ de ces enseignant(e)s qui sont venus en maternelle pour ne pas avait de cahiers à corriger serait en définitive une bonne chose: peut être plus de place pour des jeunes compétents, moins fatigués, plus motivés qui ne seront pour une fois pas envoyer faire leurs premières classes loin du Tampon, dans l'Est généralement.
2) Il est urgent que le Rectorat prenne pleine mesure de la situation et crée des classes de 15 eleves au maximum. Voilà un vrai combat d'actualité pour les syndicats et les parents. Ce qui est possible pour les CP doit l'être pour toutes les classes. C'est avec plus d'enseignants que nos enfants réussiront. Les taties ne sont pas là pour faire classe, ni pour surveiller. C'est dans aucun texte.
3) Bien entendu qu'il y a de la manipulation politique derrière tout cela. Un élu de l'opposition,directeur d'école lui même, ancien patron d'un syndicat enseignant, surpris à distribuer des tracts anti mairie sur fonds de crise des atsems, et qui met en scène sa sortie préparée et filmée et "outré" du conseil municipal juste avant que les faits ne soient révélés.
Des parents d'élèves "meneurs" (qui ont tous des différents privés avec le maire ou d'autres élus) d'actions qui regroupent tout au plus 40 à 50 parents et parmi lesquels une bonne dizaine ont fait du porte à porte ou tenus des bureaux de vote (si ça ce n'est pas du militantisme politique qu'est ce que c'est?!) pour une députée dont le silence commence à devenir assourdissant.

6.Posté par louis le 28/09/2017 18:12

c'est vrai qu'il y a une dizaine d'années et un peu plus pour la petite section il y avait 2 atsem et pour la moyenne et la grande une atsem dans chaque classe du tampon car pendant la maitresse s'occupait à faire travailler une quinzaine d"éleves ,la tatie s'occupait des autres
je ne suis pas enseignant mais je comprends qu'il doit difficile pour une maitresse de gerer seule une classe de maternelle ,

7.Posté par Karine le 28/09/2017 20:17

Un FAIT ! UNIQUEMENT UN FAIT !
Manque d’ATSEM au Tampon depuis la rentrée scolaire 2017-2018
Conséquences:
1- Atsem, Cantinières faisant fonction d’Atsem (pour la sieste des petits), instits, employés polyvalents usés.
2- Parents inquiets
3- ENFANTS oui je dis bien ENFANTS et je le répète encore ENFANTS subissant ce manque d’encadrement (on ne va pas refaire la liste d’incidents et d’accidents). Des petits fragilisés par un encadrement ne permettant plus autant d’attention que lors des années précédentes, ou par rapport aux autres communes.

Vos commentaires sur le courrier de cette maman: révoltant !!!
A vouloir salir les instits, les parents, les pros-TAK ou anti-TAK vous oubliez (ou cela vous importe peu) le vrai sujet UN ENCADREMENT NORMAL pour nos enfants.
Quand je lis des commentaires surtout celui de ti-pierre je me dis qu’il est exactement comme ceux qu’il critique. il protège son parti politique et ne parle pas une seule fois de nos enfants. Et pour protéger son parti ça salit les autres.
Je suis parent et je m’inquiète de l’évolution de cette société, je m’inquiète de la sécurité de mon enfant et de ses camarades de classe. Je suis à des années lumières de vos prises de position pour tel ou tel parti politique ce n’est pas mon combat.
Un retour à la raison serait-il envisageable dans cette problématique d’Atsem ?
A bon entendeur, chers élus, à l’heure où cette société prône la BIENVEILLANCE, nous sollicitons la vôtre pour nos enfants.
HELP !!!! S.O.S !!!!

8.Posté par margouillat974 le 28/09/2017 20:30

Aujourd'hui, ce sont l'école, les hôpitaux qui pâtissent des restrictions budgétaires, demain, à qui le tour?

9.Posté par jaco le 28/09/2017 20:41

allez ti pierre , on t'a reconnu: adepte du gourrou houhouhou

10.Posté par et juste avant une dizaine d''''années le 28/09/2017 21:23

vers 70/80 c'est pas si loin
pas de taties dans chaque classe, des bâtiments vétustes et peu dotés, des classes sans équipements
sophistiqués, pas d'ordinateur, de bibliothèque digne de ce nom,
en moyenne 36 élèves par classe
depuis un réel confort
faut-il aller jusqu'à 12 élèves en maternelle - 8 - 6 peut-être?????

11.Posté par Diversion le 28/09/2017 22:08

Ce courrier sert à noyer le poisson.
Le FAIT c'est qu'un enfant s'est retrouvé sur a route alors que sa PROFESSEUR grévait avec un parent.
Le FAIT c'est que cela se passait sur le temps scolaire, ou la PROFESSEUR devait surveiller le marmaille.
Le FAIT c'est que ces profs ont mis la pression sur la tatie pour lui faire porter le chapeau.
C'est ce FAIT dont parle la motion du Conseil municipal.
TAK va saisir le Recteur qui sera obligé d'enquêter.
Et les irresponsables ont peur.

12.Posté par GIRONDIN le 28/09/2017 22:27

Vive les municipales...... 😆

2 semaines d'activité pour la députée, oui elle est occupée...... 😆

13.Posté par JORI le 28/09/2017 23:11

8.Posté par margouillat974 le 28/09/2017 20:30
Quelles sont vos solutions??.

14.Posté par GROS GAG le 29/09/2017 05:54

J'aimerai bien voir la tête de "Marie"....

En tous cas, au vu de son émouvant courrier - si si, j'ai eu une larme à l'oeil - elle se méprend lourdement, car l'école ne lui a manifestement pas apporté "l'enrichissement personnel" dont elle prétend avoir bénéficié.

De deux choses l'une :

Soit nous avons affaire à une parfaite inculte qui n'a rien compris au dossier et reporte bêtement la responsabilité de tous les malheur du monde sur les larges épaule du Maire;

Soit nous somme face à un individu - qui est probablement autant mère de famille que je suis physicien nucléaire - qui entretien cette guéguerre politique contre la Maire du Tampon.

Dans les deux cas cela nuit à nos enfants, aux taties et aux enseignants qui bossent.

Le Maire a raison, il est temps que tout cela s'arrête et que l'on remette ces quelques faignants au boulots

15.Posté par Malcom le 29/09/2017 06:03

Toujours les mensonges manipulations désinformations de la mairie.

16.Posté par yab le 29/09/2017 08:54

Il me semble que l'école est obligatoire de 6 à 16 ans. Et si avant cet âge, c'est les parents qui devaient TOUT prendre en charge ? Arretez de faire des gosses et pleurer ensuite parce que la société ne s'en occupe pas si vous n'en avez pas les moyens !

17.Posté par JORI le 29/09/2017 12:49

15.Posté par Malcom le 29/09/2017 06:03
Lesquels??.

18.Posté par bob le 03/10/2017 15:47

Voilà la propagande municipale en action, comme les visiteurs des parents en manif devant une école. Ma femme était là pour essayer de faire comprendre à tout le monde que la situation des enfants étaient dangereuse. Et qui est arrivé ? Des parents ? Des agents de la mairie? De la préfecture ? Non, des supporters du maire, qui en sont venus à menacer une maman et un prof.
Alors refaites l'histoire, diffâmer, inventer, mais sachez que TAK comme le gouvernement à sa part de responsabilité, sauf que lui est un beau parleur qui ment, ment ment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?