MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Au Chili, tout pour le lithium, rien pour l’environnement


Par Bruno Bourgeon, aid97400.re - Publié le Mercredi 1 Décembre 2021 à 07:53

Au Chili, tout pour le lithium, rien pour l’environnement
Bassins de saumure de lithium dans le désert d’Atacama

Animaux, plantes, eau... Au Chili, la vie disparaît avec l’extraction du lithium. Un homme, indigène, en a fait son combat. Le pays, lui, compte augmenter la cadence de production de cet « or blanc ».

Le lithium, c’est la star de la transition énergétique. Indispensable à la construction des batteries des voitures électriques. Mais ces ressources sont loin d’être infinies. Les conséquences environnementales de son extraction sont peu étudiées. Car sur place, au Chili, l’impact est lourd. Alors, le lithium, « or blanc » de l’économie verte ? Voire…

Elles sont presque sans limite. Des étendues d’une terre blanche et ocre, à perte de vue. Pas du sable, du sel. Et en dessous, le lithium. Nous voici au cœur du salar d’Atacama, le désert de sel le plus aride au monde, à plus de 2 500 mètres d’altitude, où la production de lithium bat son plein. Christian Espindola, agriculteur, en a fait son combat. Situé en bordure de ce désert de sel, son village subit les affres de cette activité. « Le salar d’Atacama est un lieu sacré qui appartient à l’histoire ancestrale de mon peuple. On y trouve des animaux, de l’eau, des microorganismes, mais les mines comme celles de lithium détruisent cette vie unique. » Il n’espère qu’une chose : « Que les mines partent et laissent mon peuple vivre en paix, pour que notre culture perdure. »

Un souhait pas près d’être exaucé. Le Chili fait partie du « Triangle de l’or blanc », avec l’Argentine et la Bolivie, qui rassemble à lui seul 60 % des ressources mondiales en lithium (20 % pour le Chili). Et le pays compte bien suivre le filon : l’entreprise minière Soquimich (SQM), détenue par Julio Ponce Lerou, neveu de Pinochet, prévoit de tripler sa production d’ici 2030 pour atteindre 180000 t d’équivalent carbonate de lithium par an.

« Le Chili a basé son économie néolibérale sur la vente des ressources naturelles, explique Cristina Dorador, scientifique chilienne élue en mai 2021 à l’Assemblée constituante, qui a pour mission, après la révolution sociale d’octobre 2019 au Chili, d’écrire une nouvelle constitution. Le salar d’Atacama est un territoire qui contient beaucoup de minéraux, et donc de gisements miniers. La région était autrefois inondée de lacs, qui se sont asséchés, puis évaporés et formé des bassins, dits “salars”. » C’est la « Silicon Valley » de l’or blanc. Tout le reste passe au second plan. Résultat : les mines ont entraîné des problèmes de santé et des changements sociétaux, avec une difficulté de l’accès à l’eau.

L’exploitation se fait en plein désert. La région connaît l’un des plus hauts stress hydriques, étant le désert le plus aride du monde. Or l’eau est indispensable à l’extraction. Dans ces bassins d’évaporation est disposée la saumure, un liquide transparent extrait des puits et composé à 70 % d’eau et 30 % de sel. L’évaporation laisse en place le sel, essentiellement récolté pour le potassium. Le reste du liquide est déplacé de piscine en piscine, et après un long bain de soleil douze à dix-huit mois, on obtient enfin le minéral tant convoité, sous forme de chlorure de lithium.

Les piscines de près de 5 kilomètres de long, dont la plus grande couvre 280 000 m2, nécessitent donc des quantités très importantes en eau. L’entreprise SQM n’y voit aucun problème : « L’eau extraite du salar est sept à dix fois plus salée que l’eau de mer, elle n’est donc pas utilisée pour l’usage domestique ou pour l’agriculture, explique Alejandro Bucher. Ce que nous devons trouver, c’est un moyen de ne pas polluer l’eau qui se trouve en dehors du salar. Pour cela, nous avons un robuste système de contrôle. » En 2020, le tribunal environnemental chilien a en effet obligé SQM à mettre en place un contrôle permanent en ligne.

De plus l’écosystème des salars a été très peu étudié, et les seules études accessibles sont celles des entreprises elles-mêmes. La plupart des scientifiques s’accordent néanmoins à dire qu’il s’agit d’un écosystème très fragile, où tout est interconnecté. L’eau douce qui vient des lagunes recharge le salar sur un temps long. Qu’on extrait les saumures ou l’eau douce du salar, on assèche le même aquifère.

Face à cette problématique, l’entreprise s’est fixé l’objectif de réduire de 65 % l’usage d’eau continentale et d’atteindre la neutralité carbone pour 2040. Une grande ambition pour une entreprise qui a fait face à des affaires de financement occulte de campagnes politiques, de condamnations pour pollution environnementale et de non-respect des droits des peuples originaires. Elle se présente désormais comme le « bon voisin » et clame que le développement durable est central dans sa stratégie pour le lithium.

Une opération séduction dont Christian Espindola n’est pas dupe : « SQM est en train de détruire le salar d’Atacama, et en même temps, dans sa campagne de « bon voisin », elle occupe notre culture, nos traditions, nos ancêtres. Pourquoi ? Pour laver son image d’entreprise extractiviste, sale et corrompue. Ils vendent le lithium comme un minéral propre et vert, mais c’est un mensonge. Toute mine endommage et détruit son environnement. En plus du désastre écologique, ils génèrent des conflits profonds dans les communautés. On se retrouve à se bagarrer entre nous à cause de la mine. » Au sein des villages indigènes, certains travaillent avec la mine ou acceptent son argent, d’autres refusent la collaboration. Une situation qui crée de fortes tensions au sein de ces communautés qui, traditionnellement, fonctionnent comme une grande famille.

L’agriculteur est l’un des rares à s’opposer à l’activité minière. Les enjeux économiques semblent beaucoup trop élevés pour prendre des risques. Christian a toutefois su maintenir son coin de paradis. Dans la vallée de Soncor, à une quinzaine de kilomètres de son village, il continue à cultiver les terres de ses ancêtres : « C’est un lieu d’agriculture en plein désert d’Atacama qui est occupé depuis 14 000 ans. L’élément le plus important, c’est l’eau. Et mes ancêtres ont pu cultiver ces terres depuis plus de 10 000 ans, parce qu’ils ont pris soin de cette ressource. »

L’eau si vitale au maintien de l’agriculture ancestrale dans cette vallée, à deux pas du salar d’Atacama, vient du volcan Lascar, le plus actif du Chili et qui culmine à 5 592 mètres d’altitude. Christian raconte en observant le « Père des volcans », comme il l’appelle, que « de là-haut, l’eau vient et court librement. Elle termine dans le salar au pied de la colline Mulla ». L’endroit précis où SQM a installé une pompe. L’homme reste saccageur de son propre monde.

---

D’après Reporterre, https://reporterre.net/Au-Chili-tout-pour-le-lithium-au-detriment-de-l-environnement

 




1.Posté par bruce le 02/12/2021 12:30

mouais en même temps les voitures électriques sont censées remplacées celles à pétrole et chacun sait que la production de pétrole n'est pas écologique. Et encore moins aujourd'hui avec l'exploitation des schistes bitumineux. Aucune énergie n'est propre. Il faudrait faire un bilan global, chiffré, scientifique, et ça n'est pas possible tant qu'on reste dans l'idéologie, l'émotionnel et le sensationnel.

2.Posté par A mon avis le 02/12/2021 21:17

Lithium, cobalt, nickel ....
et autres plastiques nécessaires à la fabrication des voitures (mais pas que)

Toujours plus ...

Ralentissement, décroissance ! Mots bannis de notre civilisation moderne.

3.Posté par Hegel le 03/12/2021 09:46

@A mon avis: nous (occidentaux) sommes incapables de renoncer à notre confort. On pointe du doigt les autres, la Chine, la déforestation en Afrique ou Amazonie alors que nous sommes les SEULS responsables car c'est notre consommation qui produit la pollution, la destruction de l'environnement dans les pays pointés du doigt. Jusqu'à faire repartir les déchets issus de notre consommation dans ces pays victimes de notre folie.
Pire nous les avons contaminés avec notre mode de vie en leur imposant et en leur faisant croire que le bonheur est dans la consommation effrénée sans limite.
Tout le monde dit "c'est pas bien" mais personne ne veut se remettre en question à tous les niveaux. Sauf quelques "marginaux" pointés du doigt.
En ce mois de décembre, la période de Noël est le symbole ultime de cette orgie, de notre déraison et de ce qui va conduire à notre perte imminente: Orgie de lumières (énergie gaspillée), orgie de bouffe (dont on jette la moitié à la poubelle), orgie de cadeaux (dont 90% ne servent à rien), Orgie de vêtements et chaussures (que l'on ne mettra plus)... Qui a conscience de ça?
On va me dire que je suis rabat-joie mais je pose la question: "ne pourrait-on pas fêter Noël dans la joie et de façon festive de manière plus raisonnable?"
Bonne journée

4.Posté par A mon avis le 03/12/2021 17:54

@ 3.Posté par Hegel
Après Noël, fête du commerce, c'est les soldes de printemps, puis Pâques, la belle saison pour changer de voiture ! puis les projets de vacances et de voyages etc. etc.
Avec ça, les besoins de matières premières explosent.

Oui mais, sans consommation, plus d'emplois, vous rétorque-t-on !

Comme vous le dites :
" Tout le monde dit "c'est pas bien" mais personne ne veut se remettre en question à tous les niveaux. Sauf quelques "marginaux" pointés du doigt. "


On a dit 1,5 °C ; On n'y arrivera pas. Qu'importe, on se fixe 2°C ; puis ensuite on trouvera une bonne raison de se fixer comme objectif 2,5°C etc .

Une recette (un peu barbare comme beaucoup de recettes de cuisine) de préparation des escargots consiste à les placer dans une bassine d'eau froide et de chauffer doucement : les escargots sortent de leur coquille tout heureux. Jusqu'à ce que la chaleur les tue en pleine extension !

La planète n'est elle pas notre bassine ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes