Société

Attribution des logements sociaux: Vers la fin du clientélisme grâce à un système de cotation

Mercredi 27 Février 2019 - 16:57

"C’est une nouvelle page du logement social qui s’ouvre". Ce mercredi matin, à l’occasion de la signature au siège du TCO de la convention intercommunale d’attribution du logement social, l'élu délégué à l'aménagement et à l'habitat Erick Fontaine a salué l’arrivée d’une nouvelle ère plaçant "l’humain au centre des préoccupations". TCO, Etat, Département et bailleurs sociaux se sont en effet engagés à "remettre le demandeur au cœur du dispositif", avec l'ambition notamment de contribuer à lutter contre les phénomènes de ségrégation territoriale et de "ghettoïsation".
 
"Il s’agit de rendre l’attribution plus juste, plus digne et plus humaine", a commenté le sous-préfet de Saint-Paul Olivier Tainturier, rappelant le "méta-objectif" : "le mieux-vire ensemble".  "Aujourd'hui on salue l'intelligence collective. 2019 sera une année test, qui permettra ensuite d’affiner le process", a précisé le représentant de l’Etat. 
 
Parmi les nouveautés, l'obligation pour les communes et bailleurs sociaux d'informer les administrés qui en font la demande sur la situation de leur dossier, mais aussi la mise en service prochaine d'un site internet dédié. "De quoi donner plus de visibilité et faire ainsi gagner du temps, en évitant certains refus", estime Erick Fontaine, également administrateur de la CNL (Confédération Nationale du Logement).
 
Autre avancée : l'instauration prévue cette année d’un système de cotation qui permettra de respecter les principes de plus grande équité et de meilleure efficacité instaurés par le législateur. "Aujourd'hui il y a du clientélisme dans l'attribution des logements. Cela devrait y mettre fin en verrouillant les demandes par un système de points, attribués en fonction de la situation du demandeur", précise l'élu possessionnais.
 
"Un blocage entre les élus et les bailleurs sociaux"

Des avancées bienvenues eu égard aux besoins criants de la population en termes d'habitat. La demande sociale est en effet très forte puisqu'elle concerne 11% des ménages du territoire, et demeure constante. Le parc social reste tendu, avec peu de rotations pour satisfaire la demande. À titre d'exemple 18% des demandes concernent des locataires en sur-occupation et certaines demandes remontent parfois à une dizaine d'années.

Conséquences : des tracas quotidiens pour bon nombre de bénéficiaires. "Je suis dans un logement indécent et depuis 2017, je relance, rien n'est fait. Seuls les toilettes et la baignoire ont été réparées. Mon enfant fait des allergies et moi une grosse dépression. Cette situation n’est pas normale", a notamment exprimé Audrey ce mercredi devant les différents acteurs.
 
Des témoignages qui ont déclenché une vive réaction de Joseph Sinimalé, qui s’est dit "fatigué" de cette situation. "Je sais qu’il y a un blocage quelques part entre les élus et les bailleurs sociaux. Je lance un appel aux bailleurs sociaux. Il faut que le logement soit traité humainement". Et d’ajouter au passage à destination de la Sodegis que certaines constructions "n’auraient pas dû être faites comme ça". De leur côté, les bailleurs sociaux ont affirmé leur "engagement fort au quotidien". 

La feuille de route partenariale signée ce mercredi matin engage les différentes parties sur une durée de six ans, dont le respect des engagements fera l'objet d'une évaluation annuelle présentée en CIL (confédération intercommunale du logement).
Marine Abat
Lu 6553 fois




1.Posté par Saint-Paul Handisports le 27/02/2019 17:52

En ce qui concerne le logement accessible pour les personnes handicapées ? Ou la mise en accessibilité de logements anciens pour les locataires PMR ?

2.Posté par ben tiens le 27/02/2019 18:11

Moi ce que je vois surtout dans cet article c'est que les gens en charge de l'attribution des logements sociaux avouent publiquement qu'il y a du clientélisme. Soit un délit puni par la loi. Que fait la justice?

3.Posté par Mettre fin au favoritisme pour l'emploi le 27/02/2019 19:22 (depuis mobile)

A quand la fin du clientélisme pour les emplois dans les collectivités. Il n''est pas concevable que l''argent des contribuables ne sert qu''aux intérêts de quelques familles par le bon vouloir d''un élu. Cela ne peut plus durer . Justice sociale

4.Posté par klod le 27/02/2019 20:01

"Vers la fin du clientélisme "............... comme en toute chose , vive la pseudodémocratie ................ ha, ha , ha true democratie ?

5.Posté par Aurore le 27/02/2019 20:02

@ 2 Je suis dans ce cas...

6.Posté par A2.ben tiens le 27/02/2019 21:34

Ils avouent publiquement qu'il y a des problèmes de clientélisme sur l'attribution des logements sociaux ... mais bien sûr c'est pas d'eux dont ils parlent, c'est des autres ...

7.Posté par vérité le 27/02/2019 21:47

depuis la nuit des temps il y aura toujours du clientélisme ,les élections approchent a grand pas ,des élus commencent a etre les messieurs propres au tco

8.Posté par Graine Goutte Feuille Flamme 974 le 27/02/2019 23:56

"l'humain au centre des préoccupations...."remettre le demandeur au cœur du dispositif", avec l'ambition notamment de contribuer à lutter contre les phénomènes de ségrégation territoriale et de "ghettoïsation". "Il s’agit de rendre l’attribution plus juste, plus digne et plus humaine"..
STOP au clientélisme.etc...WAOUH!!!" J'ADORE!!! QUE DE BONNES DÉCISIONS !!!

9.Posté par Alexandre Lorion le 27/02/2019 22:57

A post SH :
Bonne suggestion, faut s'adresser à votre député.
Il ou elle propose une loi imposant dans le privé comme le public un pourcentage de logement adapté.
Une loi soutenue par une autre loi portant au pénal la responsabilité du maire et de son service urbanisme en cas de non respect.
Et non pas des amendes comme c'est le cas aujourd hui.

Pour le reste, la stratégie est rodée, l'homme de terrain est aussi expérimenté que stratège. La campagne bat son plein.



10.Posté par Jp POPAUL54 le 28/02/2019 06:54

Toujours placer "l'humain sur le devant de la scène"" avant une période préélectorale...
Ce n'est pas une question de points mais de bulletins !

11.Posté par Réalités 974 le 28/02/2019 07:51

Recaser d'ancien locataire dans de nouveau logement et refiler leur ancien logement au nouveau demandeur ce n'est vraiment pas juste.

12.Posté par MON CHOIX 974 le 28/02/2019 11:10

Parlez moi des logements sociaux et de la laïcité. Personnellement je n'aimerais pas habiter dans un logement où on a souvent effectué des rites religieuses "profondes et sérieuses" différentes de ma foi discrète et personnelle ou même dans un logement ou je serais souvent "arrosé" par des rituels, en haut, en bas, à droite ou à gauche. BONJOUR LES ÉNERGIES. VIVE LA PAIX et LA LIBERTÉ!

13.Posté par Lakouène le 28/02/2019 12:34

Si c'est pour réparer une vérité indigne : bravo ! Sur Saint-Denis par exemple les cas de favoritisme ont atteint des niveaux insoupçonnables parait-il et les gens en parlent !

A la Montagne par exemple, sur une opération de logements en accession à la propriété, il semblerait que tout a été fait pour écarter des gens du quartiers (jeunes couples avec enfants, décohabitation ) pour des motifs qui frisent l'incompréhension générale à cause de critères régulièrement revus.

Juste à côté de ce projet, une opération de ventes de terrain a connu un doublement du prix au m² (hors frais de notaire) entre le projet initial et le projet final privant toujours de nombreuses familles de la Montagne qui répondaient aux critères pour le projet initial, de tout espoir d'acquérir un bien !

A la place, nous avons constaté l'installation de familles, déjà propriétaires dans d'autres localités, alors que cette opération aurait dû servir en priorité aux primo-accédants (à un logement principal), d'après les informations véhiculées à l'époque.

Il serait bon de savoir si la Sodiac, promotrice de ces opérations, a bénéficié au passage de subventions dédiées, auquel cas, elle serait hors cadre.

Il serait tout aussi intéressant de connaître le rôle des élus de ce quartier dans ce que l'on peut appeler, sur la base des informations collectées, de mascarade organisée.

Peut-être un droit de réponse de la Sodiac !

14.Posté par Gajamuk le 28/02/2019 14:38

Hi hi hi ...

15.Posté par La vérité vraie... le 28/02/2019 19:25

Ils admettent aujourd'hui donc qu'avant c'était à la tête et en fonction de la couleur politique du demandeur !
QUE FAIT LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie