MENU ZINFOS
Faits-divers

Attaque à main armée au Port : braqueurs et complices sous les verrous


Deux des individus mis en cause dans le braquage d'un fourgon de cigarettes ont retrouvé ce jeudi les geôles du palais de justice de Champ Fleuri, avant de comparaitre devant la juge des libertés et de la détention. Malgré le délai accordé pour préparer leur défense, ils viennent d'être écroués et rejoignent leurs acolytes présumés à Domenjod.

Par Isabelle Serre - Publié le Jeudi 6 Mai 2021 à 17:16

Après les trois interpellations de dimanche 3 mai dernier, quatre suspects ont été déférés au palais de justice de Saint-Denis le lendemain. Une information judiciaire a été ouverte et l'instruction de l'affaire est désormais entre les mains d'une juge d'instruction.

Un des deux braqueurs présumés et un complice ont été incarcérés en milieu de soirée lundi, à l'issue d'un débat devant la juge des libertés et de la détention (JLD), pour une durée d'un an, le temps que l'enquête se déroule.

Emmanuel R. est soupçonné d'avoir organisé le braquage du fourgon de cigarettes en pleine journée au Port. Ce jour là, deux individus armés avait forcé le conducteur du véhicule à leur donner les clés et s'étaient enfuis avec la marchandise qu'ils avaient transférée dans une autre camionnette, avec l'aide d'un ou plusieurs complices. Pour l'heure, la cargaison et l'arme n'ont pas été retrouvées, malgré les perquisitions menées notamment au domicile des suspects.

Alexandre B. est soupçonné d'avoir fourni cette arme qui serait un pistolet à bille. Devant la JLD, il a affirmé ne pas être au courant que cette arme serait ensuite utilisée pour commettre un vol à main armée. Contrairement aux autres mis en cause, il est mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un crime", un délit puni de 10 ans d'emprisonnement.

Cigarettes et arme envolées

Ses acolytes présumés sont, quant à eux, suspectés de "vol à main armée en bande organisée" et de "complicité de vol à main armée en bande organisée", un crime puni d'une peine de réclusion pouvant aller jusqu'à 30 ans et 150 000 euros d'amende.

Deux d'entre eux, Alexandre M., un quadragénaire appartenant à une famille défavorablement connue des services de police et de la justice, et Kevin G., dont le casier ne plaide pas en sa faveur, sont en état de récidive légale et encourent la perpétuité. Ces deux là avaient demandé un délai pour préparer leur défense. Ils ont comparu devant la JLD ce jeudi 6 mai.

Alexandre M. aurait réceptionné la marchandise aux alentours du centre commercial du Port. Le véhicule subtilisé était géolocalisé et devait être abandonné le plus vite possible au risque d'être repéré. "La police n’a fait aucune vérification", s'est-il défendu celui qui est mis examen pour complicité de vol à main armée en bande organisée. Son argument : son emploi du temps montre que les horaires ne correspondent pas à une éventuelle participation.

Tous deux nient les faits

Mais ses alibis ne tiennent pas la route, selon la JLD, qui lui a rappelé les 459 appels passés entre lui et Kevin G. les jours précédents le braquage. "Il m’appelle pour commander du pain et des cigarettes car j’ai un commerce et lui un bracelet, donc il peut pas sortir", a tenté le quadragénaire au casier déjà bien fourni : 14 mentions pour des faits de violence.

Le parquet a rappelé que le prévenu avait essayé de fuir au moment de son interpellation. Difficile de lui accorder une quelconque confiance, et ce malgré un travail, une famille et un logement. Pour préserver l’enquête et éviter les pressions sur les victimes et témoins, il a requis la détention provisoire. Son avocat, Me Iqbal Akhoun, demandait quant à lui le contrôle judiciaire. En vain.

Kevin G. serait le deuxième braqueur présumé. Mis en examen pour vol à main armée en bande organisée, il s’est contenté de contester sa participation. Le procureur a souligné que le prévenu avait refusé de donner le code de son téléphone pour cacher des éléments, notamment les appels passés aux autres. À 25 ans, Kevin G. a déjà 5 condamnations au compteur pour vols aggravés depuis 2018, ce qui lui vaut le port d’un bracelet électronique. Le procureur a requis la détention provisoire.
 
Pour son avocat, Me Julien Baracco, les communications téléphoniques ne sont pas des indices. "Il était sous surveillance électronique avec autorisation de sortie  de 7 à 11 heures. Personne n’a vérifié si le jour des faits il était rentré à l’heure... On veut juste sanctionner la bande", a-t-il plaidé. 

La JLD a suivi les réquisitions du parquet. Tous deux ont rejoint leurs acolytes à la maison d'arrêt de Domenjod.
 




1.Posté par Logos le 07/05/2021 06:31

Avocats corrompus, juges corrompus et peureux.
Voilà les abrutis de pseudo caïd règnent... La police pendant ce temps distribue des amendes pour non port du masque a boucan en mattant les demoiselles sur le sable....
Bravo messieurs, encore bravo.
Entre le covid et les mafieux qui règnent sur la voie publique ou dans les mairies, compté sur moi pour vous la mettre profond...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes