MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Association Prévention Suicide: Jeudi 26 septembre 2014 a été un "jeudi noir"


- Publié le Lundi 29 Septembre 2014 à 09:44 | Lu 245 fois

Jeudi 26 septembre 2014  a été un « jeudi noir ». Si vous avez écouté les radios locales ou lues les journaux locaux vous n’avez pas pu rester insensibles à ce constat. En une journée, 4 tentatives de suicide et un suicide autour de nous sauf que les médias n’ont pas tout dit. En effet, notre association prévention suicide a dû traiter   6  appels ce jeudi 26  pour  des tentatives de suicide. Autrement dit, en une journée  nous avons eu  connaissance de 10 tentatives de suicide  sur notre île et un suicide , précédé d’un autre la veille. Chaque année, en cette période de l’année de septembre à décembre  , les passages à l’acte augmentent. Pourquoi autant de suicides autour de nous  et pourtant nous ne souhaitons  pas en parler, sauf dans les espaces spécialisés (hôpitaux, associations…) ? Comment aborder la question du suicide autour de nous ? Doit-on continuer à nier cette vérité qui  fait partie de notre quotidien : la présence du mal vivre  est bien réelle et elle peut aboutir jusqu’au suicide ? Bien  que le geste suicidaire reste encore parfois imprévisible, devons -nous  pour autant baisser la garde familiale et citoyenne ? Des interrogations qui méritent réflexions et actions. 
 
Essayons tout d’abord de comprendre comment on arrive à la tentative de suicide et au suicide. 
Par notre expérience  associative depuis presque 14 ans, nous constatons qu’une personne meurt par suicide tous les 3 jours et 10 personnes font  une tentative de suicide par jour dans notre île. Ces chiffres ne tiennent pas compte des  actes non répertoriés mais nous pouvons dire qu’il y  des suicides considérés comme « masqués » tel un accident de la route ou une disparition. 
 En effet,  les causes du suicide sont multifactorielles. Un traumatisme dans l’enfance,  le vécu de la maltraitance du groupe familial, de l’entourage proche, la violation de son identité, la violation de son intimité, le refus de la reconnaissance  par les autres de ce qu’on est, la négation de son existence parmi les siens, la trahison, le mensonge, la frustration, la perte de confiance en soi etc. Souvent la personne en crise suicidaire évoque  ce cumul de facteurs de destruction de « sa vie » par «  les siens » ceux là mêmes qui devaient la protéger. 
Selon une enquête réalisée entre 2010 et 2014  par notre association sur 2000 jeunes  âgés de  12 à  18 ans  scolarisés    à La Réunion, 1 sur 4 dit avoir déjà au des idées noires  et avoir tenté une tentative de suicide (scarification, fugues, consommation de comprimés, de drogues, sauts dans le vide …). Ces chiffres  ne peuvent nous laisser indifférents. Ces actes de tentatives de suicide ne sont pas non plus anodins. Emile DURKHEIM disait « ce n’est pas la société qui éclaire sur le suicide mais c’est le suicide qui éclaire sur la société »
Mais alors quoi penser quand un jeune  veut se suicider ? Comment se fait-il  qu’un jeune puisse déjà avoir subi autant de souffrances au point de vouloir en finir avec sa vie ? Pourquoi ne peut – il pas non plus exulter cette souffrance alors qu’on dénombre, à priori,  plusieurs structures d’aide  et d’écoute dans l’île ? Pourquoi déjà l’insoutenable déjà à 11 , 12 ans ? 
 
Selon les dires des personnes qui nous appellent à APS , c’est qu’il n’y a pas assez de facteurs de protection autour d’elles  et leur territoire de vie affective et intime est trop souvent violé sans qu’elles  puissent agir et réagir. Elles deviennent vulnérables, fragiles  et  se trouvent dans l’incapacité de pouvoir rebondir lors de confrontation avec les difficultés de la vie (échec scolaire, rupture amoureuse, trahison familiale, harcèlement moral en milieu professionnel, frustration personnelles et professionnelle). De plus, elles  ont le sentiment que personne n’est en mesure de leur venir en aide et par conséquent s’enferme, s’isole et s’enfonce dans leur désespoir. 
L’acte de suicide n’est pas une fatalité comme on pourrait le croire mais bel et bien un acte de désespoir total, engendré pas seulement par une forme de maladie mentale mais par  les formes d’organisation sociale qui défont les liens sociaux. Une personne en crise suicidaire  ressent le lien social comme étant  noué, rompu et brisé et l’expression  de sa souffrance n’est plus possible. Nous avons eu de multiples exemples de rupture de lien social à  APS. Plus de reliance avec les autres , mère, père, frère, sœur, famille élargie, milieu professionnel etc… 
 
C’est pourquoi notre association crée  en l’an 2000  propose une écoute téléphonique 24h sur 24h pour reconstruire un   peu ce lien rompu par la famille et la société. Nos bénévoles ne sont pas des spécialistes médicaux ou sociaux mais des personnes qui ont envie  tout simplement de faire savoir que quelqu’un peut écouter pendant un petit instant ce qu’on à dire qu’on ne veut ou  ne peut pas dire. 
 
Enfin, le suicide pourrait être évité si nous développons des facteurs de protection autour de nous, de nos enfants et de  nos citoyens. Soyons  des sentinelles pour notre entourage. Observons les signes que les personnes nous montrent :
- Un changement d’humeur de la personne  renforcé par de l’apathie ou de l’agressivité
- Une tension anormale avec irritation ou pessimisme qui s’installe et qui freine la vie sociale
- Des manifestations physiques, psychiques qui interpellent et non habituelles
- Des prises importantes de médicaments avec un sentiment d’enfermement, d’isolement, d’agacement, de tristesse  ou d’euphorie ou d’hystérie
- Des comportements non conformes au groupe social (achats compulsifs, vols à répétition, achats de produits toxiques ou d’armes …)
 
Pleins de signes précurseurs qui peuvent nous alerter sur la situation de la personne. Osons en parler avec la personne et n’hésitons pas à lui demander si elle pense au suicide. C’est en parlant  avec elle que nous pouvons l’aider à ne pas commettre l’irréparable. Nous pensons que le suicide est l’affaire de nous tous et évitons des jeudis noirs.   
 
N’hésitez pas d’appeler APS  au 0 800 62 01 62 ou 0262 35 69 38 pour avoir de l’aide pour vous ou pour quelqu’un qui en a besoin. 
 
LA DIRECTRICE D’APS
Mme ODAYEN Danon Lutchmee



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes