MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises : une femme jugée pour le meurtre de son amant


Alison Rato, 23 ans au moment des faits, est dans le box de la cour d'assises ce lundi pour répondre du meurtre de son compagnon de passage à qui elle a assené un coup de couteau mortel en avril 2019. Elle encourt 30 ans de réclusion criminelle et sera fixée dès ce mardi sur son sort.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 13 Septembre 2021 à 18:01

Jean-Patrice Dosité, 32 ans, a succombé en moins de 15 minutes (DR)
Jean-Patrice Dosité, 32 ans, a succombé en moins de 15 minutes (DR)
Une fois n'est pas coutume, c'est une femme qui se trouve ce lundi, et jusqu'à demain mardi, dans le box des accusés de la cour d'assises. Alison Rato, née en 1995 à Saint-Benoit, est accusée d'avoir mortellement poignardé son amant de passage, Jean-Patrice Dosité. Le trentenaire qui partageait momentanément la vie amoureuse de la Bénédictine a reçu un unique coup de couteau mortel, le 9 avril 2019 en début d'après-midi.

"J'ai jamais eu l'intention de le tuer", a déclaré l'accusée dès les premières minutes de l'audience criminelle. La veille du drame, Alison se trouvait chez son amie Muriel dans le quartier de Petit Saint-Pierre. Elle avait invité son compagnon occasionnel qu'elle connaissait depuis longtemps et fréquentait depuis deux mois à se joindre à elles pour partager une soirée faite d'alcool et de stupéfiants.

Perturbée par une enfance dépourvue d'affection et ponctuée de traumatismes, Alison Rato avait l'habitude de faire appel aux paradis artificiels pour masquer son désenchantement et sa personnalité décrite par les experts comme "antisociale". Par deux fois dans le passé, la vingtenaire s'est retrouvée derrière les barreaux à cause de ses accès de violence favorisée par la consommation massive d'alcool.

Paradis artificiels

Toute la nuit qui a précédé la tragédie, les protagonistes ont mélangé des alcools forts, du zamal, du Rivotril et de l'ecstasy. Mais ce n'était pas suffisant. Au petit matin, Jean-Patrice Dosité était allé acheter du whisky à la demande d'Alison. Ils avaient consommé toute la bouteille. Muriel était ensuite partie se coucher. Elle avait été réveillée par une dispute. Alison venait de passer du temps au téléphone avec son compagnon officiel. "Il était en prison alors c'est pour ça que j'ai eu une autre relation". Relation dont la victime se montrait régulièrement jalouse. "On se prenait souvent la tête à cause de ça quand on avait bu. Mais après quand on était à jeun, ça allait mieux", a expliqué l'accusée interrogée dans l'après-midi. Vêtue d'une robe blanche à gros motifs noir imitant une marque de prêt-à-porter connue, Alison Rato s'est montrée coopérative. Elle n'a jamais cherché à se dérober face à ses juges et aux jurés. 

Il se vide de son sang, elle est comme possédée

Dans la cuisine de chez Muriel, la dispute entre le jeune couple avait dégénéré. "Je lui ai donné une gifle parce qu'il m'insultait et qu'il me frappait", a poursuivi Alison Rato. Cette dernière s'était emparée du plus grand couteau de la maison qui se trouvait en train de sécher sur l'évier. Menacé, Jean-Patrice Dosité avait quitté la maison et avait été poursuivi dans la cour puis, dans la ruelle. Trois témoins directs ont chacun raconté leur version de la scène. Revenu dans la cour, le couple s'était fait face et Muriel avait tenté de s'interposer en vain.

Alison Rato avait porté un coup au thorax. Le poumon gauche avait été touché, provoquant une hémorragie interne fatale. "Il s'est vidé de son sang" a diagnostiqué le médecin légiste. "Elle était hors d'elle, comme possédée", a témoigné Muriel.

Une tradition de violence féminine

A l'issue de son interrogatoire, Alison Rato a essuyé quelques larmes. Derrière son physique corpulent aux allures masculines, la jeune femme au visage poupin est une sensible. L'expert psychiatre qui l'a examinée a très bien su décrire ses ambivalences. La jeune femme a vécu au sein d'un couple de parents violents et a toujours vu sa mère très remontée contre son père.

Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la grand-mère d'Alison a tué son grand-père. "C'est une tradition de violence féminine que cette jeune femme a vécue. C'est ce qui explique ses addictions. Là, en prison, il n'y a ni alcool ni drogue et tout se passe bien. Mais si elle devait reprendre, ses comportements pourraient de nouveau avoir des conséquences tragiques", a développé le psychiatre.

Ce mardi, l'audience reprendra avec les réquisitions de l'avocate générale et les plaidoiries. Le verdict devrait tomber en fin de matinée. Alison Rato encourt 30 ans de réclusion criminelle.




1.Posté par jojo le 13/09/2021 19:27

poor lady !... son canard lé noir .....

2.Posté par cenkorli le 13/09/2021 18:38

chronique d une violence ordinaire de notre ile.

3.Posté par Miyah le 13/09/2021 20:40

N'importe quoi cet article, cette personne est une meurtrière et on la dépeint comme une victime haha .

4.Posté par Ste suzanne le 14/09/2021 06:22

Il y A beaucoup coup elle
Se sont des brodeuse se ménages qui se font passer pour des victime
Que se soit lui ou elle ils ont pas compris quand ils ont répondu oui pour le meilleur et le pire
Il y a d autre aussi qui envoi leur amant agresser les autres pour cacher leur infidélité la nuit
LE JOUR UN VISAGE LA NUIT UN AUTRE EN OUBLIANT ILS JOUE AVEC LA SANTE DES AUTRES

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes