MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises: Une voiture mal garée, une dispute et un homme tué


Par - Publié le Vendredi 26 Janvier 2018 à 14:50 | Lu 1951 fois

Une Clio qui bloque le passage, une barre de fer, des coups violents à la tête et la mort d’un père de famille… tout cela déclenché par la voiture mal garée d’un voisin devant un portail, le 3 octobre 2015 à Saint-Paul. Amada Bacar Assani, 30 ans, d’origine mahoraise, comparait devant la cour d’Assises ce vendredi, jugé pour meurtre.
 
Il est 6 heures du matin lorsqu’une dispute éclate entre deux voisins, Amada Assani et René-Paul Tatel, 55 ans. La femme de René-Paul Tatel est dans sa voiture et doit quitter le domicile mais sa voiture est bloquée par la Clio du neveu de l’accusé, qu’il vient de déplacer dans le chemin commun à toutes les maisons de la rue. Les tensions déjà existantes et le taux d’alcool dans le sang d’Amada Assani d’environ trois grammes n’arrangent pas les choses.
 
Selon Amada Assani, René-Paul Tatel lui crie dessus et se montre agressif avant de rentrer chez lui, "pour prendre quelque chose", selon l’accusé. Lui décide donc de prendre une barre de fer dans la voiture mal garée "pour (se) défendre". La victime avait-elle un bâton en bois dans la main comme avait affirmé l’accusé devant le juge d’instruction? Aujourd’hui, il ne sait plus. Il reconnaît néanmoins avoir asséné plusieurs coups, mais sans l’intention de tuer.
 
Intention ou pas, René-Paul Tatel parvient à rentrer chez lui, s’assoit un instant dans le salon, recouvert de sang. C’est là que sa femme le voit. Il va se rincer le visage dans la cuisine, puis s’affale devant sa maison et perd connaissance. Il décèdera vers 15h à l’hôpital.
 
Une victime raciste et colérique ?
 
Le frère de René-Paul Tatel, également propriétaire de la maison que louaient Amada Assani et sa famille était fâché avec la victime: "On n'arrivait pas à discuter avec lui". Il affirme que son frère "ne supportait pas les Mahorais". Jean-Jacques Morel, avocat de la défense, tente de le présenter comme colérique et raciste, ayant eu des altercations physiques avec un autre voisin mahorais. Mais Laurent Payen ne manque pas de rappeler rapidement qu’il s’agit du beau-frère d’Amada Assani, expliquant d'éventuelles tensions.
 
Selon la femme de la victime, Amada Assani s’empare d’une barre de fer avant même que la bagarre éclate et se met à taper violemment sur les poubelles en criant "Je vais te tuer!" ; des mots qu’il aurait d’ailleurs proférés trois semaines avant les faits lors d’une première altercation. Elle entre alors appeler les gendarmes, à la demande de son mari. Quelques minutes plus tard elle le retrouve ensanglanté à l’entrée du salon. Elle raconte une histoire apprise et récitée, pour la présenter de la façon la plus claire, sans rien oublier, avant de s’effondrer en larmes sur le pupitre.

Selon le médecin légiste, les blessures à la tête et sur le corps de la victime concordent parfaitement avec des coups de barre de fer. Mais le doute règne quant aux deux blessures sur le visage d’Amada Assani qui pourraient provenir aussi bien d’un coup de poing, que d’une chute en état alcoolisé. Mais l'hypothèse d'un bâton en bois serait moins probable.
 
"Je regrette pour lui comme pour moi"
 
Les larmes coulent également sur les joues de l’accusé, qui décrit sa vie entre la prison et le tribunal. "Je ne savais pas que ça ferait autant de dégâts que ça, je suis désolé, affirme-t-il devant la cour, je regrette car quelqu’un n’est plus là aujourd’hui et je regrette autant pour lui que pour moi. Je suis malheureux aujourd’hui". Mais son récit des faits est peu clair. Le président du tribunal, Jean-Pierre Szysz, ne semble pas convaincu. La barre de fer a-t-elle été trouvée par hasard dans le coffre de la voiture ou savait-il très bien où elle se trouvait chez lui ? La bagarre a-t-elle eu lieu dans le chemin ou l’accusée a-t-il poursuivi la victime jusque dans sa cour ? A-t-il été provoqué ? Avait-il l’intention de tuer ?
 
Des réponses dont dépend le verdict, qui est prévu cet après-midi.


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par moin mi pense que... le 27/01/2018 05:14

Alcool alcool... Tiens ça me fait penser à mon voisin qui,quand il a bu avec sa femme, pense que sa maison est la discothèque du quartier ....
Et dis rien sinon , il menace ...

2.Posté par jlc le 27/01/2018 11:05

Bonjour! mayorais lé pas musulmans ,li doit pas boire l"alcool

3.Posté par Borgos le 28/01/2018 01:19

On s'en fout encore des histoires d'alcooliques à classer dans les faits divers.
Bande de soulards vous n'avez que ce que vous méritez.
Continuez à picoler vous êtes la honte de la Réunion déjà qu'elle a pas la côte.

4.Posté par Provocation le 28/01/2018 10:37 (depuis mobile)

Voiture devant l entée barre de fer dans le coffre voiture. PRÉMÉDITATION DE L ACTE.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes