MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises : Un braqueur au grand cœur et trois menteurs


Au troisième jour de leur procès, Ludovic Fontaine, le sentimental, et Anthony Robert, le dur à cuire, sont d'accord sur un point : Charles Latchimy n'a participé à rien. Pour le reste, les versions des deux accusés diffèrent, malgré les éléments à charge.

Par Isabelle Serre - Publié le Mercredi 10 Novembre 2021 à 22:00

La vie de Rudolphe Blagnac, vigile au Super U de St-Paul lors du hold up avorté, a basculé ainsi que celle de sa famille
La vie de Rudolphe Blagnac, vigile au Super U de St-Paul lors du hold up avorté, a basculé ainsi que celle de sa famille
La tension est montée d’un cran ce mercredi dans le box des accusés de la cour d'assises. Installés à quelques mètres l’un de l’autre,  Anthony Robert et Ludovic Fontaine auraient pu s’empoigner tant ils sont en désaccord. Ce dernier a déclaré, "on était des amis, on s'est connu au collège. Maintenant on est fâché".

Au troisième jour de leur procès, ce sont les faits de vol avec arme et séquestration, qui se sont déroulés à Piton Saint-Leu quelques jours avant le hold-up avorté du Super U, qui ont été abordés.

La veille, les membres de la famille Ah Leung ont témoigné du cauchemar vécu, un soir de début août 2017. « On avait  besoin d’argent. On a fait le coup avec Robert qui connaissait très bien le quartier. La dame, je lui ai dit de pas bouger pour qu’elle coopère. Elle criait et se débattait, alors je l’ai ceinturée pendant que Robert lui attachait les mains. Je lui ai tenu le menton trop fort et son dentier a cassé. Robert m’a donné un chiffon pour lui mettre dans la bouche. Elle m’a dit que j’avais cassé son appareil alors je lui ai mis le doigt entre les dents pour lui enlever un morceau et je lui ai proposé à boire. On lui avait attaché les pieds. Robert a fouillé la maison et est revenu avec trois fusils », a raconté Ludovic Fontaine, engoncé dans une chemise à fleurs, le col remonté dans le cou. 

Ensuite, plusieurs membres de la famille qui vivaient à côté avaient été mis en joue: « Ne bougez plus, c’est un braquage » avaient sommé les agresseurs.

"Ne bougez pas, c'est un braquage !"

Ludovic Fontaine a donné de très amples détails et ponctué son discours de gémissements, d’excuses, tout en invoquant Dieu. Comme pour le braquage du Super U, il a dédouané son « ami Dada», Charles Latchimy, de toute participation.

Les empreintes de celui-ci sur la bombe lacrymogène que portait Fontaine, un hasard. Leurs téléphones coupés au moment des faits, une des marques de fabrique de la bande, une coïncidence. Autre point commun avec le reste de l’affaire : les multiples versions données pas les accusés au cours de la procédure ainsi que lors de l’audience criminelle. « Moi, je me suis confessé comme devant un prêtre. Maintenant, c’est au tour de Robert », a conclu Fontaine.

Une mémoire puzzle

 Absolument pas d’accord, Anthony Robert s’est défendu bec et ongles face aux incohérences de ses arguments. Incohérences relevées sytématiquement par le président de la cour d’assises. Le Saint-Paulois a affirmé n’avoir jamais été présent à Piton Saint-Leu. Qu’il ait vécu pendant 4 ans à côté du libre-service appartenant à la famille volée et agressée : un hasard. Qu'un des voleurs ait été décrit coiffé de la cagoule de camouflage militaire qui lui appartenait, comme lors d’autres nombreux vols reprochés : une coïncidence.

Robert n’en démord pas. Un coup il travaillait à Boucan Canot dans un restaurant de plage. Une autre fois, il était à Saint-Pierre en famille au bord de la mer. Pendant ce temps, son téléphone bornait au domicile de Latchimy. Et après les faits, le même portable bornait entre Piton Saint-Leu, l’Etang Salé et Saint-Louis au même titre que celui de Ludovic Fontaine. Encore un coup du sort!

Le vigile du Super avait reçu quatre tirs de fusil le blessant grièvement. (DR)
Le vigile du Super avait reçu quatre tirs de fusil le blessant grièvement. (DR)
Les téléphones coupés pendant les vols : une marque de fabrique de la bande

Tout comme l'appel de sa compagne sur son portable en début de soirée, alors qu'ils étaient censés être ensemble. Là aussi, Anthony Robert se perd dans de longues explications peu crédibles : "elle avait oublié son téléphone à la maison. C'est nos enfants qui étaient restés chez nous qui ont voulu nous joindre", avance l'accusé.

Quant au déroulé exact de son après-midi, il ne se souvient plus vraiment. "Vous avez une mémoire puzzle", lui fait remarquer le président. Et comme la veille, lorsqu'un argument factuel lui est présenté, Anthony Robert change de version. Plusieurs fois, la remarque lui sera faite. Alors le jeune de 28 ans s'agace et refuse d'admettre l'évidence. On sent la violence qui n'est guère loin.

Les jurés ont-ils déjà une intime conviction?

A l'issue de trois jours d'audience, si certains faits reprochés ont été reconnus, il reste aux jurés à déterminer qui a fait quoi. Est-ce qu'Anthony Robert était présent à Piton Saint-Leu? A-t-il participé activement à ce vol avec séquestration? Et lors du braquage du Super U, y avait-il une ou deux armes? Et est-ce Robert seul qui a fait feu ou bien Fontaine, qui portait un gomm cogne, a t'il tiré aussi ? Quant à Charles Latchimy, que ses deux co-accusés veulent innocenter, cette version est-elle crédible malgré les éléments qui tendent à prouver le contraire?

L'audience marathon s'est terminée tard dans la soirée, après les plaidoiries des parties civiles. Les avocats ont chacun montré leur détermination à convaincre le jury populaire de sanctionner sévèrement Ludovic Fontaine, déjà incarcéré pour des faits plus anciens et libérable en 2029, Anthony Robert, menteur et habile instigateur au casier constellé de faits de vol, et Charles Latchimy, chez qui les deux autres se sont toujours rendus avant et après les casses.

Vendredi, Bérengère Prud'homme, aura la parole en premier pour ses réquisitions. L'avocate générale ne devrait pas manquer de prendre en compte la personnalité des accusés, tous trois décrit par les experts psychiatres comme des asociaux, capable de récidiver. 
Puis, ce sera le tour des quatre avocats de la défense avant le verdict qui devrait tomber en fin d'après-midi.




1.Posté par vraimentcon le 11/11/2021 14:14

avec ce titre , j'ai cru que c'etait un article sur nortre gouvernement....

vraiment con...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes