MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises - Ridaï-Mdallah Mari : "C'est le diable, je l'ai tuée pour sauver l'humanité"


Le deuxième jour du procès de l'assassin de la jeune Vanina a débuté ce mardi matin par l'audition du médecin légiste. Ce dernier a commencé son propos par des excuses à l'adresse de la famille de la victime en raison de l'insoutenable description qu'il s'apprêtait à faire suite à l'autopsie de la jeune fille de 18 ans.

Par - Publié le Mercredi 2 Février 2022 à 10:56

Assises - Ridaï-Mdallah Mari : "C'est le diable, je l'ai tuée pour sauver l'humanité"
Des excuses, c'est comme cela que le médecin légiste débute son propos ce mardi, lors du procès de Ridaï-Mdallah Mari pour le meurtre de Vanina. Car la description qu'il s'apprête à faire est insoutenable, même si bien évidemment, il n'est pas question de reprendre dans le détail la longue liste d'éléments, par respect pour la famille. Présentes à l'audience, la maman et la sœur de Vanina font de leur côté preuve de dignité et d'abnégation en présence du bourreau de la jeune fille.

"Je ne sais pas s'il a des notions de boucherie, mais on dirait", indique le médecin légiste à la cour, avec beaucoup d'émotion dans la voix. "L'ouverture du corps nécessite des notions, c'est de la violence, de la férocité ! C'est quelque chose d'exceptionnel qui appartient à la cruauté, à la barbarie", conclut le chef de service de médecine légale du CHU de Bellepierre. 

Ridaï-Mdallah Mari se perd dans une logorrhée dont il a le secret

Le moment tant attendu de ce procès vient ensuite avec l'audition de l'accusé. Une question simple lui est posée par le président : "Pourquoi vous la tuez ?". En guise de réponse, Ridaï-Mdallah Mari se perd dans une logorrhée dont il a le secret et raconte l'histoire de sa rencontre avec la jeune fille. Il explique ensuite son retour à Mayotte pour finir par une histoire de prophétie dans laquelle une femme serait le diable et qu'elle serait à l'origine de la fin de l'humanité. Il indique qu'il avait compris que cette femme était l'une de ses voisines avant d'avoir une révélation et de découvrir que finalement le diable était Vanina. Le président finit par l'interrompre afin de poursuivre les auditions. 

"Ce n'est jamais de sa faute", conclut l'enquêtrice

L'enquêtrice de personnalité apprend à la cour que Ridaï-Mdallah Mari se définit comme un meneur, un caïd violent qui s'affranchit de l'autorité. Il est décrit comme étant une personne agressive emprunte d'un fort mysticisme. Il a fait de nombreuses peines de prison pour des violences, mais à chaque fois, tout le monde lui en veut. Il se vante également d'un trafic de chimique qu'il a monté à la Réunion. "Ce n'est jamais de sa faute", conclut l'enquêtrice. 

"J'accepterai une sanction, quelle qu'elle soit je ne ferai pas appel"

L'abolition ou l'altération du discernement est, bien entendu, au cœur de ce procès. Les auditions des experts débutent avec un psychiatre qui l'a examiné en 2018, peu de temps après les faits. "Il est tout à fait précis et marqué par le détail. Sa mémoire des faits est fidèle et précise", indique-t-il à la cour. "Ce que j'ai fait, il n'y a pas de mots. J'accepterai une sanction, quelle qu'elle soit je ne ferai pas appel", lui avait dit Ridaï-Mdallah Mari, qui n'a jamais parlé de prophétie à cette époque au psychiatre. Il est, selon lui, intolérant à la frustration, avec une personnalité extrêmement dangereuse facilitant le passage à l'acte.

Ridaï-Mdallah Mari a une personnalité hautement dangereuse et sociopathique

Le deuxième psychiatre entendu s'est entretenu à deux reprises avec l'accusé en octobre 2018. Il indique que l'examen a été compliqué car l'accusé avait beaucoup de logorrhée. Selon lui, Ridaï-Mdallah Mari a une personnalité hautement dangereuse et sociopathique. Il conclut que l'accusé est bipolaire. Selon lui, c'est une maladie qui dure. Son état de santé mentale au moment des faits était délirant. Il rappelle que Ridaï-Mdallah Mari avait présenté, deux ans avant les faits, des signes de décompensation avec accès manique sur des thèmes mystiques et messianiques. "C'est le diable, je l'ai tuée pour sauver l'humanité", avait dit l'accusé lors de sa garde à vue, rappelle le psychiatre. Il conclut devant la cour, comme en 2018 dans son rapport, à l'abolition du discernement. 

"J'ai dit ça car c'est ce que le juge voulait entendre"

Interrogé à nouveau, Ridaï-Mdallah Mari se voit poser une nouvelle fois la question par le président : "Pourquoi l'avoir tuée ?" Sans aucune hésitation, l'accusé répond : "Pour sauver l'humanité, c'est une question de temps, on sera libre". Pourquoi avoir voulu faire croire qu'il s'agissait d'un crime passionnel alors ? "J'ai dit ça car c'est ce que le juge voulait entendre. J'ai dit ça car je voulais être jugé, je ne voulais pas être interné. C'est Dieu qui m'a guidé". Celui-ci étant reparti dans une logorrhée, le président le coupe et lui demande d'être précis. L'accusé s'agace et tance la cour en lançant : "Il n'y a que moi qui peux vous dire ce qu'il s'est passé ! Laissez moi parler". Il explique alors comment il a procédé puis repart dans une digression. Le président intervient immédiatement et met fin aux débats pour la journée. 

À cause des conditions météorologiques, le procès devrait trouver son épilogue le lundi 7 février. Altération, abolition ou entière responsabilité pénale, Ridaï-Mdallah Mari sera fixé sur son sort dans la soirée. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par LAMPION le 02/02/2022 11:13

Lu là tué po sov' lumanité, mi ve bien aitr' son bouro , ma sov a li de la précion ke lu nana .

2.Posté par zarzuela le 02/02/2022 08:28

Dc la peine de mort oui pour des cas avérés comme ça

3.Posté par Mad Max le 02/02/2022 14:27

Jetez moi ça aux requins !!!!!!!

4.Posté par MôvéLang le 02/02/2022 17:11

'' 3.Posté par Mad Max le 02/02/2022 14:27 ''

Tu plaisantes, tu vois ses avocats tuer la poule aux œufs d'or, l'idéal serait qu'il part chez les fous et comme par miracle il redevient normal et il pourra recommencer à sauver le monde.

5.Posté par rachpei le 03/02/2022 06:58

la peine capitale ...c est tout ce qu il mérite

6.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 03/02/2022 11:10

"C'est le diable, je l'ai tuée pour sauver l'humanité"
On devrait faire pareil avec ce porc.

7.Posté par Funny le 03/02/2022 12:24

🤣🤣 li sa pa rente la geôle non c des cas protéger par le procureur de la République c sa i fai rentre l'argent l'union européenne ds la caisse l'état 😈😈

8.Posté par Ouais... le 03/02/2022 22:08

Se pose la question de la reinsertion. Peut on tout réinsérer ? Que faire d un mec irrécupérable ? Moi perso je suis prét à lui accorder le bénéfice du doute quant à sa santé mentale, mais je n en veux plus dans la même société ou je vie. Donc que fait on de lui ?

9.Posté par Choupette le 04/02/2022 18:24

"... pour sauver l'humanité ... ". En ce qui le concerne, ce n'était pas une grande perte. Personne ne l'aurait regretté.

En attendant, la voisine a eu chaud aux fesses ... .

10.Posté par Indien le 08/02/2022 04:26

La peine de mort a été abolie dommage ..............

Il ne doit plus sortir de prison car il recommencera .................

Condoléances aux familles et aux proches.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes