MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Faits-divers

Assises : La victime a 180 marques sur le corps indique le médecin légiste


"Je n'ai pas commis ces actes-là, je le dis une fois de plus" sont les premiers mots de Rachid S. pour son troisième passage devant la cour d'assises de La Réunion.

Par - Publié le Mercredi 6 Octobre 2021 à 23:01

Pour ce premier jour d'audience qui en comptera trois, six ans et demi après les faits et deux procès aux assises, le président appelle plusieurs témoins à la barre. Le premier est le directeur d'enquête. Ce dernier rappelle à la cour les constatations qu'il avait faites lors de ses investigations. Le médecin légiste témoigne ensuite en faisant un état exhaustif des blessures que la victime portait sur le corps. Il fait état de 180 marques, attestant au passage qu'il n'avait jamais vu ça sur un corps. C'est au tour de la victime d'être entendue tout en faisant montre de beaucoup de courage alors qu'elle est obligée de revivre pour la troisième fois cette confrontation avec son bourreau présumé. Elle fait preuve de beaucoup de courage pour répondre aux questions intimes, au regard de la nature des faits. 

"Elle arrive dans un état déplorable avec des marques encore rouge"

L'ex-amant et ami de l'accusé est ensuite entendu en visioconférence depuis la métropole. Il raconte qu'il a accueilli et caché la femme de Rachid S. le jour où elle s'est enfuie. "Elle arrive dans un état déplorable avec des marques encore rouge, elle avait du mal à marcher et était vêtue de loques. Quand on voit l'état dans lequel elle était, on pouvait craindre le pire", explique-t-il à la barre. Il confirme qu'il était amant de l'accusé avant de devenir son ami. "Je lui ai donné beaucoup d'argent, il était très fort pour ça. C'est un gros comédien, un très très gros comédien, il avait toujours les mots qu'il fallait", ajoute le témoin au sujet du pouvoir de persuasion de l'accusé. 

"Il était très jaloux, possessif, il m'a isolée"

L'ex-compagne de Rachid S. témoigne ensuite en visio. Tous les deux ils ont eu 3 enfants. Elle explique que son ex buvait beaucoup et qu'il était violent avec elle depuis le début de leur relation. "Il était très jaloux, possessif, il m'a isolée. Il fallait que je sois juste à la maison. Je me suis enfuie dès que j'ai pu", indique-t-elle à la cour. Elle témoigne de violences morales et physiques, affirmant qu'il avait toujours tendance à inverser les rôles. Rachid S., qui voyait déjà la victime lors de leur séparation, dira à son ex à son sujet : "je l'élève à ma façon"

Il a une explication pour toutes les marques qu'elle porte

Très frustré et se plaignant auprès du président de n'avoir pas pu parler depuis le début des débats, l'accusé est à son tour interrogé. À chaque question qui lui est posée, il part dans des explications en tournant autour du pot, feignant de répondre à la question qui lui est posée. Quand au bout du compte il répond sur des points précis, ce n'est jamais lui. Il a une explication pour toutes les marques qu'elle porte et il répète inlassablement qu'il a toujours voulu quitter la victime mais qu'elle n'avait que lui. Pour les blessures qu'il a lui même soignées, il est clair : "Elle a peur de l'hôpital, il fallait bien la soigner mais je m'en serais bien passé. Je soignerais n'importe qui dans la rue, je suis un humaniste !", déclare-t-il. Il explique ensuite qu'elle se fait ses blessures elle-même et se fend, sûr de lui, d'un : "faut prouver que les faits soient avérés, ça fait 6 ans et demi que je répète les mêmes choses".

"Nous avons toujours été un couple libertin"

"C'est un monstre, j'étais sous son influence", dit-il. Le président ne manque d'ailleurs pas de le mettre face à ses contradictions et ses changements de versions.  Le ton monte allègrement tour à tour avec le président, la partie civile puis l'avocate générale. Rachid S. se répète inlassablement pour se justifier et recommencer au final par dire qu'il n'a rien à voir avec ce qu'on lui reproche. "Je répète la même chose, je répète la vérité". Le président lui rappelle qu'il s'agit de sa vérité.

On passera sur l'épisode de zoophilie qu'il décrit, forçant la victime à sortir de la salle en pleurs. "Nous avons toujours été un couple libertin", indique-t-il, expliquant que la victime avait une sexualité débridée. "Demandez à un gynécologue, il vous donnera le kilométrage de son sexe", finit-il par dire. 

"Vous croyez à tout ce que vous racontez ?"

Le président, la partie civile et l'avocate générale n'auront cessé ce premier jour d'audience de mettre Rachis S. face à ses mensonges, ses changements de version et ses contradictions. L'accusé apparaît très bien préparé à ce qui lui est demandé mais ne perd pas une occasion de se présenter en victime : "Elle m'a fait enfermé avec mon ami", affirme-t-il. Ce sont toujours les autres qui le sollicitent et lui, il rend service. Le président finit par lui demander : "Vous croyez à tout ce que vous racontez ?". L'accusé réfute toutes les accusations de viol, affirmant au contraire que c'est lui qui a été violé. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes