MENU ZINFOS
Justice

Assises: Egorgé pour avoir dit qu'il avait faim lors d'une soirée


Dans la nuit du 19 au 20 décembre 2014, Patrick Dijoux alors âgé de 29 ans est sauvagement tabassé puis égorgé par son dalon de soirée. Hubert Leste a ensuite enterré le corps de sa victime dans son jardin.

Par Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com - Publié le Lundi 27 Mars 2017 à 18:09

Patrick Dijoux, un homme sans histoire, fossoyeur à Champ-Borne a eu le malheur de dire qu’il avait faim et que son paquet de cigarettes avait disparu pendant une soirée passée en compagnie de plusieurs amis chez Hubert Leste. Il n’en a pas fallu plus à ce dernier, sous l’effet combiné de l’alcool et du zamal et des cachets pour se défouler.
 
Il commence d’abord par asséner plusieurs coups de barre de fer, assommant sa victime. Les invités quittent alors les lieux et ne reste que la petite amie de l’agresseur. Puis, l’horreur. À l’évocation des coups de couteau, les proches de la victime quittent la salle d’audience. Le médecin légiste fait état "d’au moins trois aller-retours de la lame sous la gorge de la victime", au point d’atteindre les vertèbres.
 
L’arme du crime, un banal couteau de cuisine est à l’origine des blessures mortelles. Car les coups de barre de fer seuls n’auraient pas entraîné la mort de Patrick Dijoux. Ensuite, c’est la confusion. La victime, morte est d’abord traînée dans un congélateur, puis sommairement enterrée dans le jardin.
 
Les gendarmes arrivent sur place le 21 décembre, alertés par le voisinage et découvrent des traces de sang maculant le sol et les murs du domicile de Hubert Leste, qui est interpellé. L’accusé dans ses déclarations aux enquêteurs reconnaît avoir porté des coups "sous l’effet de la colère", après un coup de sang face aux insultes de la victime. Il nie également l’intention de tuer et déclare avoir agi sous le coup d’une impulsion.
 
Poursuivi pour meurtre, Hubert Leste risque 30 années de réclusion criminelle.
 





1.Posté par cmoin le 27/03/2017 19:57

Perpétuité pour lui et sa complice!

2.Posté par yabos le 27/03/2017 20:37

Voila l'homme Réunionnais dans toute sa splendeur. De l'alcool, de la drogue et l'homme au tempérament d'esclave au quotidien se déchaine. Il devient un homme libre, sans limite et violent . De préférence et en priorité, il tue ses amis, son épouse et j'en passe. D'une génération, ou chacun respectait autrui, j'ai honte ,de plus en plus, d'être Réunionnais et j'ai peur pour mes petits enfants. Dans quel monde vivront ils?

3.Posté par yab le 27/03/2017 21:35

Vivement le retour de la peine de mort pour des cas de ce genre

4.Posté par Anis le 27/03/2017 21:55

@ 1 Tout à fait d'accord avec vous. Aucun cadeau, que l'on soit sobre ou sous l'emprise d'une drogue quelconque...

5.Posté par bleu outre mer le 28/03/2017 00:26

Poste 2 restée à lire le nouveau détective et taisez vous vos commentaires sont déplacées.
Triste soirée

6.Posté par babar run le 28/03/2017 04:23

Le "mode de vie réunionnais".........surement......

7.Posté par Courage, fuyons et taisons nous? Leste: un tyran taré qui fait peur? le 28/03/2017 07:31

Qu'on m'explique, les faits se passent dans la nuit du 19 au 20 décembre 2014, et il y a un paquet de personnes présentes lors des coups à la barre de fer puis l'égorgement (assassinat) et les gendarmes n'arrivent que le 21 décembre 2014, un jour plus tard, alertés par le voisinage?

Mais toutes ces personnes présentes, elles ont fait quoi? Fuir et se taire? Et la compagne? Pareil?

Tout le monde s'enfuit et se tait et ne dit rien. Courage, taisons nous!


Ou alors, le Leste, c'était un gars assez dangereux qui faisait très peur, et il n'en était pas à son premier "coup"'.
Déjà des coups de barre de fer, c'est très grave, alors des coups de couteau à la gorge?

C'est quoi ce genre de "soirée" avec toutes ces personnes "amicales" et ce "dalon ?

Un taré de la terreur et des traitres et lâches qui ne font même pas l'effort de téléphoner aux gendarmes?

Ca se passe de tout autre commentaire, non?

8.Posté par titi974 le 28/03/2017 09:14

Je frappe à coup de barre de fer , j'egorge avec un couteau mais je nie avoir l'intention de tuer y a certainement que la justice française pour accorder du crédit aux propos de ce criminel , la perpétuité est un minimum et non pas 30 ans ou il en fera 15 avant d être relâché pour bonne conduite....

9.Posté par tanguy47 le 28/03/2017 09:18

le Zamal, l'alcool, l'oisiveté,....et le RSA, voilà un mélange détonnant qui conduit à de tels actes de barbarie,...rien d'étonnant...!!!!!!!

10.Posté par Crikotte le 28/03/2017 09:27

et dire que cet individu, ce sauvage va vivre à nos frais et sera relâché d'ici peu pour bonne conduite, très franchement il y a des cas où la peine de mort reste utile pour se débarrasser totalement de ces déchets!

11.Posté par Johnny rtz le 28/03/2017 06:51

a yabos pourquoi l'homme réunionnais? partout dans le monde il y a pire

12.Posté par Point Godwin le 28/03/2017 09:55

@8

Quel rapport avec les camps d'extermination et le menteur Elie Wiesel ? T'as vu un reportage sur la nouvelle religion de la république ou quoi et tu viens faire le beau ?

13.Posté par momo le 28/03/2017 12:28

alcool zamal cachet sans compter sur le manque de respect envers autrui et le resultat est la devant nous

14.Posté par Damned ! le 28/03/2017 14:42

J'adore cette phrase pleine d’empathie :
"Poursuivi pour meurtre, Hubert Leste "risque" 30 années de réclusion criminelle."

15.Posté par Choupette le 28/03/2017 18:57

8.Posté par titi974

C'est son baveux qui lui fait dire ça.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes