MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises : Coup de théâtre 4 ans après les faits


Depuis ce lundi, deux sœurs sont accusées d’avoir porté des coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Ce mardi après-midi, l’occasion leur était donnée de s’expliquer devant les jurés sur les circonstances et le rôle de chacune d’elles lors du décès de leur sœur Mariame.

Par Régis Labrousse - Publié le Mercredi 8 Septembre 2021 à 09:18

Sophia l. est la première à être appelée à la barre. C’est une petite dame d’un mètre cinquante pesant environ 45 kg. Elle reconnaît avoir porté des coups à sa sœur Mariame qui, en raison de ses soucis de santé, était devenue incontinente : "Elle avait déjà pris plusieurs bains à cause de ses incontinences. Elle avait encore fait dans son linge et ne voulait pas prendre un autre bain maintenant, elle voulait dormir. J’étais énervée, je l’ai frappée avec le Ping et des claques. Elle faisait des crises où elle se frappait elle-même, on l’en en empêchait. La seule chose qui la calmait, c’était de la frapper. Elle se cognait la tête elle-même." 

"Depuis quand elle avait ces crises ?", demande la présidente. "Depuis qu’elle avait quitté son mari. Avec les médicaments, ça s’est calmé mais elle ne voulait plus les prendre", répond-t-elle. La présidente enchaîne alors une série de questions notamment sur la raison de lui avoir coupé les cheveux le jour de sa mort. "Oui, on a coupé ses cheveux. Elle n’était pas d’accord mais elle a laissé faire", dit Sophia. Alors qu’elle minimise la portée de ses coups, la présidente décide de lui montrer les photos de sa sœur le visage tuméfié, sans vie, à même le sol.

"Je l’ai frappée avec la main et le poing - pouce rentré - car elle avait fait dans son linge", reprend Sophia.

"Pourquoi vous aviez des marques sur les bras ?", Poursuit la magistrate. L’accusée n’a pas d’explication. "Vous avez tellement changé de version ! Comme dit le proverbe antillais, les menteurs n’ont pas de mémoire !", fustige la présidente avant que l’accusée ne reconnaisse avoir perdu son sang froid ce jour-là. Elle enchaîne : "Le fils de Mariame a parlé de gourou, expliquez nous ?" 

"C’est pas vrai, il n’y a pas de gourou, je ne suis jamais allée en Inde et je ne parle que français et créole", répond l’accusée avec certitude. "Vous pensez quoi de tout ça ?" 

"Pour nous elle était sur le chemin de la guérison"

"Je regrette beaucoup ce qu’il s’est passé, nous on voulait être ensemble, on s’entendait très bien. Ses enfants disent que c’était compliqué de la voir et jamais seuls mais quand ils venaient, ils parlaient de ce que faisait leur père. C’est elle qui nous avait demandé. Ça la rendait agressive avec nous", conclut Sophia qui a été déscolarisée en CM2, n’a plus quitté la maison familiale après et a dormi avec le cadavre de sa tante pendant 23 ans. 

Sabeira I. s’approche ensuite de la barre pour s’expliquer. "Vous êtes d’accord avec votre soeur ? Pratiquement oui", répond-t-elle. "Elle était dépressive avant le décès de maman. On l’a aidée, on lui a appris à se débrouiller. Elle avait même fait son passeport toute seule pour aller voir sa fille en métropole. Ça s’est dégradé avant le décès de ma mère. Elle faisait des crises légères au début et en décembre - le mois de sa mort - plus violentes. En crise, elle perdait le sens des choses", explique-t-elle à la cour. "Elle se cognait, se tapait et se tirait les cheveux, pourquoi  vous n’avez rien dit au médecin ?", demande la présidente.

"Je n’y ai pas pensé , pour nous elle était sur le chemin de la guérison, on pensait que c’était les effets secondaires des médicaments. On n’arrivait plus à se contenir, on avait beaucoup de problèmes qui venaient se greffer les uns sur les autres", répond Sabeira. "Ce jour-là, vous étiez deux à frapper ?". L’accusée répond non de la tête puis enchaîne : "Je la tenais, j’étais derrière Mariame".

"Vous pensez quoi de tout ça ?". Sabeira, qui ressemble à sa sœur, est face à la présidente et répond : "Je ne sais pas". La présidente sent que Sabeira peut lui apporter des réponses. Elle insiste en lisant un passage de la lettre qu’elle a écrite à sa sœur en prison, lui faisant remarquer qu’elle ne parle presque pas de Mariame. Elle ajoute habillement que Sabeira avait déclaré en audition avoir porté des coups de pied, de poing et de tête à sa sœur mais elle vient de dire à la barre qu’elles avaient donné cinq bains ce jour-là à Mariame et qu’elle n’était pas là pour les deux premiers. Elle est formelle sur un point : sa sœur n’avait alors aucun hématome avant les bains.

"Oui, je voulais protéger ma soeur"

"C’était donc après ? Vous avez menti pour protéger votre sœur", ajoute la présidente. Un long silence s’ensuit avant que l’improbable ne se produise. "Oui, je voulais protéger ma soeur", chuchotte Sabeira. Il aura fallu 4 ans pour qu’elle avoue ! C’est un coup de théâtre dans cette affaire. Cet aveu est un véritable coup de théâtre dans cette affaire. Sabeira, 4 ans après les faits, laisse entendre à la cour que seule Sophia aurait porté des coups à Mariame. 

La présidente revient sur l’épisode de la momie indiquant que Sabeira avait aussi vécu 23 ans avec le corps momifié de sa tante. À ce sujet, les deux accusées n’ont pu exprimer le moindre ressentiment à la barre, faisant comprendre à la cour que pour elles, c’était une situation normale. "Elles ont été victimes de violences elles aussi, mais elles ne le comprennent pas !", conclut la magistrate. 

Le troisième et dernier jour de procès aura lieu ce mercredi avec pour point d’orgue le délibéré. Il sera précédé des réquisitions de l’avocat général puis des plaidoiries des deux défenses, aucune partie civile ne s’étant manifestée.

SUR LE SUJET :
Assises : Les deux sœurs sous l’influence d’un gourou




1.Posté par Frigidaire le 08/09/2021 11:22

Ce qui est bizarre est que le fils qui incrimine ses tantes avec un gourou ne soit pas partie civile. Est-ce à comprendre que lui également était au fait des coups que recevait sa mère ? pourquoi sa mère ne vivait pas chez lui s'il avait eu des soupçons sur ses tantes ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes