MENU ZINFOS
Faits-divers

Assises : 30 ans de réclusion criminelle requis contre l'assassin de Vanina


Après la plaidoirie de la partie civile, l'avocate générale a requis une peine de 30 ans réclusion criminelle assortie de 20 ans de sûreté à l'encontre de Ridaï-Mdallah Mari. Ni l'abolition ni l'altération du discernement n'ont été retenues. Le verdict devrait tomber en fin de journée.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 7 Février 2022 à 13:10

Le 3 mai 2018, dans l'appartement de son bourreau à Sainte-Marie, Vanina Galais, âgée de 19 ans, était sauvagement assassinée. Victime de 17 coups de couteau puis découpée et éviscérée, la jeune fille a succombé à la folie de son meurtrier qui avait vu en elle "le diable".

Les jeunes gens s'étaient rencontrés par hasard quelques mois plus tôt dans le centre-ville de Saint-Denis où l'accusé, Ridai Mdallah Mari, vendait des tee-shirts à la sauvette. Elle l'appelait "le Mahorais", le trouvait "gentil" et avait mentionné cette rencontre à sa mère et à sa sœur.

Trahison puis prophétie

Pour expliquer son geste, Ridai Mari avait d'abord invoqué une trahison dans le cadre d'une relation amoureuse qu'ils auraient entamée. Alors qu'il était parti à Mayotte avant les faits, la jeune femme lui aurait alors signifié la fin de leur relation : "Elle ne voulait pas d'un Mahorais". Une version que les éléments de l'enquête n'ont pas confirmée. Plus tard, Ridai Mari a évoqué une prophétie selon laquelle "il fallait tuer la jeune fille afin de sauver l'humanité".  À la barre de la cour d'assises devant laquelle il est jugé depuis lundi dernier - le procès a été interrompu par le cyclone Batsirai -, le trentenaire s'est expliqué de façon quasi-chirurgicale sur la façon dont il avait agi.

Des aveux insoutenables pour la famille de la victime qui est restée digne tout au long de l'audience. Appelée en premier à la barre, Noéline Férard a décrit sa fille comme une jeune étudiante en médecine "studieuse, empathique et à qui l'avenir tendait les bras". 

Cette mère meurtrie à jamais n'a eu aucun regard pour l'assassin de sa fille. Solide comme un roc, la sœur de Vanina a vaillamment tenu son rôle, même lors de la déposition du médecin légiste. Celui-ci a commencé son rapport en présentant au préalable des excuses à la famille avant de décrire "des faits dignes d'un boucher".

La famille de Vanina a fait preuve d'exemplarité pendant toute la durée du procès.
La famille de Vanina a fait preuve d'exemplarité pendant toute la durée du procès.
Abolition, altération : les experts ne sont pas d'accord

Restait donc à savoir si le discernement de Ridai Mdallah Mari, condamné 13 fois pour des faits de graves violences et un viol, était altéré voire aboli au moment des faits. Plusieurs experts l'ayant examiné ont présenté des conclusions différentes : bipolarité, schizophrénie, mosaïque psychiatrique ont été diagnostiquées, certains déclarant le discernement aboli et d'autres l'altération.

Ridai Mari souffre vraisemblablement d'une maladie mentale doublée de troubles de la personnalité depuis son jeune âge. Sa mère, avec neuf enfants à charge, avait préféré l'exiler chez une grand-mère, témoignant en visioconférence de Mayotte d'un enfant particulièrement difficile. Le soir des faits, le fils ingérable avait appelé sa mère. Face à ses délires, cette dernière avait conseillé à Vanina de quitter immédiatement les lieux. "On a voulu l'interner plusieurs fois. En mai, quand il a quitté Mayotte, on n'a pas réussi à le convaincre. Il voulait à tout prix partir pour aller se marier".

À la reprise de l'audience ce lundi matin, Me Fabrice Saubert, conseil des parties civiles, a rappellé les détails d’un crime "horrible et insoutenable" tout en rendant hommage à la famille qui endure le procès. La robe noire a indiqué qu’une cellule psychologique était présente à l’audience pour assister la famille. "Au moment des faits, Ridai Mari avait-il conscience de ses actes ou a-t-il eu une abolition de ses fonctions psychiques ?", questionnait Me Fabrice Saubert. Pour le conseil, "on ne saura jamais ce qui s’est passé dans ce huis clos.". Il faut donc que la justice donne sa vérité en fonction des éléments du dossier, de l’enquête, des expertises. 

C'est un féminicide

"Vanina n’a pas été tuée par un fou !", a estimé le conseil, pour qui l’accusé avait un mobile. Il avait compris que Vanina ne serait pas jamais en couple avec lui. "Elle le lui avait dit ce jour-là. C’est un féminicide. Toutes ses premières déclarations ainsi que ses lettres écrites au juge d’instruction le prouvent", explique l’avocat. "Il n’y a ni manie délirante, ni folie. C’est un mégalomaniaque qui a des troubles de la persécution, une intolérance à la frustration. C’est quelqu’un d’agressif et de toujours borderline. Quand il a tué Vanina, il était conscient. Au moins en partie". 

Vanina avait 19 ans. Elle était étudiante en médecine et révait de devenir pédiatre
Vanina avait 19 ans. Elle était étudiante en médecine et révait de devenir pédiatre
"Son meurtre cruel est-il l’œuvre d’un fou?"

"Je n’ai aucun regret. Que de la nostalgie". C’est par cette déclaration de Ridai Mari juste après les faits que l’avocate générale  a commencé ses réquisitions."Qui est cet homme capable d’éviscérer méthodiquement une jeune fille sans défense ? Son meurtre cruel est-il l’œuvre d’un fou?", a posé Emmanuelle Barre qui a évoqué un personnage "qui surjoue la folie."

La magistrate  est revenue sur la chronologie des faits. "C’est lui qui alerte les gendarmes, parlant d’emblée d’un crime passionnel. Puis il a décrit le déroulement précis de son crime, donné son adresse. Il avait toute sa tête et a fait monter la pression volontairement lors de l’intervention des gendarmes". Même constat pendant sa garde à vue où Ridai Mari raconte sa rencontre avec Vanina avec force et détails. "Ce ne sont pas les propos d’un dément".

Ridai Mari a maintenu ses déclarations jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il faut changer de stratégie afin d’éviter un procès et se faire interner "pour sortir plus vite ou pour s’échapper", explique la magistrate. Il invoque alors "avoir été missionné par Dieu pour tuer le diable" et "simule la folie en multipliant les déclarations délirantes".

Il a compris que son rêve ne se réaliserait pas

Quant aux expertises, selon le ministère public : le premier professionnel intervenu en garde à vue n’avait pas connaissance de tous les faits lorsqu’il a décrété l’abolition. Le second a examiné le criminel seulement vingt minutes. "Il a eu l’honnêteté de dire à la barre que s’il avait eu connaissance de tous les éléments de cette histoire, ses conclusions d’abolition du discernement auraient été différentes", a rappelé Emmanuelle Barre, pour qui la barbarie de l’assassinat n’est en aucun cas la signature d’un malade mental. Pour la parquetière générale, il s'agit plutôt de quelqu’un souffrant d’une psychose paranoïde doublée de troubles de la personnalité, ainsi que l’a diagnostiqué le docteur Coutanceau. "Il a ressenti une blessure d’amour propre lorsqu’il a compris que son rêve avec Vanina ne se réaliserait pas", lance l'accusation. 

"Il avait le fantasme de tuer. Il l’a assouvi sans regret et en évoquant Dieu pour qu’on s’intéresse à lui. Toute sa narration est de la provocation et de la perversité. Son inhumanité n’a rien à voir avec de la folie", conclut la représentante de la société qui, à l'issue d'une démonstration d'une logique imparable, a requis une peine de 30 ans de réclusion criminelle, assortie de 20 ans de sûreté et d'une rétention de 7 années avec surveillance électronique à sa sortie éventuelle de prison . 




1.Posté par Brosse à dents le 07/02/2022 13:12

l'euthanasie serait la solution

2.Posté par boul le 07/02/2022 13:25

20 ans au club med était le minimum pour ce déchet de la société. Zemmour Marine au secours , venez rétablir le bagne et la peine de mort

3.Posté par MôvéLang le 07/02/2022 14:10

'' Ridai Mdallah Mari, condamné 13 fois pour des faits de graves violences et un viol, ''

Elle a été très imprudente cette Vanina, élève très studieuse on a pas idée à fréquenter la vermine,

4.Posté par .. le 07/02/2022 14:18

Paix à elle maintenant.

5.Posté par Zébulon le 07/02/2022 16:52

Toute cette racaille provenant de Mayotte,arrivant de plus en plus sur l'île pour foutre leur merde dans tous les quartiers avec la bénédiction des élus.

6.Posté par Batofou974 le 07/02/2022 17:12

J'espère que la justice va faire son travail et les jurés aussi ! Marre de voir ces homicides au nom de la folie ou autre appels intersidéraux ! 30 ans, jette la clef et on n'en parle plus...Mais bon quelle utopie ! On risque de le trouver des circonstances atténuantes et s'en sortir à bon compte !
Plus rien de m'étonne dans cette république où tout fout le camp.....

7.Posté par polo974 le 08/02/2022 09:39

""" "des faits dignes d'un boucher" """

Les bouchers devraient poursuivre l'avocat...


5.Posté par Zébulon le 07/02/2022 16:52
bien sûr, jamais un réunionnais n'a massacré son ex...

8.Posté par Kevin le 08/02/2022 11:48

La peine de mort rien d'autre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes