Courrier des lecteurs

Après le rassemblement du 26 mai : Où en sommes-nous ?

Lundi 28 Mai 2018 - 17:55

Après plus d’un mois de grève, on observe toujours un équilibre du rapport des forces entre le gouvernement et les syndicats, pas seulement à propos du conflit majeur qu’est celui de la SNCF, mais aussi ceux concernant les trois fonctions publiques (État, hospitalière et territoriale), Air France, les EHPAD, les chômeurs, les étudiants, EDF… 

Le gouvernement, malgré la multiplication des offensives qu’il développe ; malgré la mobilisation hystérique des grands médias ; n’est pas parvenu à diviser radicalement et massivement la société entre ceux qui sont pour la grève à la SNCF et ceux qui sont contre.
 Les syndicats de leur côté, ne sont pas encore parvenus, contrairement au mouvement de 1995, à faire franchement basculer l’opinion publique en leur faveur. 

Les météorologues disent que lorsque deux systèmes météo sont en équilibre le battement d’aile d’un papillon peut déclancher un cyclone … 

Il faut donc que quelque chose se passe, pour faire basculer le rapport de force en faveur de toutes les victimes du néolibéralisme. 
Comment y parvenir ? Plusieurs pistes doivent être envisagées : 

-Dénoncer l’illégitimité du programme de Macron. Comprenons bien que c’est seulement lors du premier tour de l’élection présidentielle que les candidats défendent leur programme. Les citoyens qui votent pour eux, votent par conséquent pour leur programme. Quel a été le soutien au programme de M. Macron ? Il a été de 8,7 millions d’électeurs sur 47,6 millions d’inscrits, soit 18,19 %. Nous sommes très loin d’un choix majoritaire. Le programme de M. Macron ne bénéficie que d’un faible soutien dans la population. La légitimité n’est donc pas du côté de M. Macron qui veut appliquer un programme très minoritaire ; mais du côté des 80 % qui n’ont pas voté pour ce programme et qui n’en veulent pas…

- Ne pas alimenter le piège des médias. Ne donnons pas au pouvoir des bâtons pour nous faire battre ! La tactique de M. Macron est parfaitement lisible et connue. Il cible « deux extrêmes » opposés qu’il fait apparaître comme des épouvantails (ce n’est parfois pas très difficile…) : Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Le Président, se plaçant au centre, peut alors apparaître comme le point fixe, la référence et l’incarnation paisible des institutions. Il personnalise sur eux…

-  Élargir la mobilisation à toutes les victimes du néolibéralisme et éviter que ce rassemblement apparaisse comme une récupération du mouvement par la gauche et l’extrême gauche… En effet toutes les catégories sociales affectées par les politiques néolibérales ont de bons motifs pour entrer en lutte. Toutefois, un raisonnement obsolète pourrait conduire certains à considérer que ces catégories, victimes du néolibéralisme, traduisent leur mécontentement par un soutien, y compris électoral, à la gauche. Et qu’il faut donc s’adresser aux seuls électeurs de gauche. Ce serait une erreur fatale. Des millions de citoyens, appartenant aux classes populaires, ont fui la gauche depuis bien longtemps. Et à juste titre puisque la gauche au pouvoir a pratiqué le néolibéralisme comme la droite. Ces citoyens se retrouvent principalement dans l’abstention et aussi dans le vote FN. Evidemment d’autres pistes sont à explorer (… )
Mais pour gagner, il faut faire alliance sur le terrain, dans les luttes, dans les grèves, les manifestations, avec ceux qui ne sont pas forcement dans l’électorat de la France Insoumise, de Benoît Hamon, du PS, des Verts, du PCF, de l’extrême gauche… 

Le refus, par la CGT et le NPA, d’accepter la signature du Parti de la démondialisation à l’appel du 26 mai, est un très mauvais signal. Faut-il, pour participer aux manifestations, se réclamer exclusivement de la « gauche » ? Faut-il obligatoirement être favorable au maintien de la France dans l’euro et l’Union européenne ? Faut-il être contre la souveraineté de la France comme semble le dire la réponse de la CGT au Pardem ? Est-il totalement incompatible d’être à la fois favorable à l’indépendance de la France et de soutenir les salariés de la SNCF, d’Air France, etc. ? D’ailleurs, à la SNCF ou à Air France, faut-il être obligatoirement « de gauche » et favorable à l’Union européenne pour être admis à faire grève ?

Qui veut faire de nous les bons toutous obéissant aux directives Européennes inspirées par les lobbyistes des plus grandes entreprises mondiales ? Serons nous demain les bons sujets dociles aux verdicts du capitalisme financier mondialisé, puisque parler de souveraineté populaire ou souveraineté nationale devient un gros mot…
Didier Le Strat Parti de la Démondialisation (PARDEM)
Lu 644 fois



1.Posté par JORI le 28/05/2018 19:51 (depuis mobile)

Rappelez moi juste quel président aurait eu une quelconque majorité au premier tour d'une élection le rendant légitime au sens que vous citez. Que dire aussi du coup de le légitimité de nos parlementaires ?.

2.Posté par JORI le 28/05/2018 19:56 (depuis mobile)

C'est quoi la demondialisation et quelle en est l'organisation de son parti ?.

3.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 07:32

On met en effet souvent le chiffre du rapport entre le nombre de voix obtenu par Macron au 1er tour des dernières présidentielles et le nombre des électeurs inscrits , pour contester la légitimité de son élection
Ce taux a été de 18,19% ( soit 8 656 346 voix sur 47 582 183 inscrits ) .

Mais on oublie trop souvent que ce nombre des inscrits ne reflète pas entièrement le corps électoral :

L'INSEE étudie régulièrement le phénomène de non inscription sur les listes électorales , phénomène qui va en s'aggravant dangereusement .

Dans son numéro Focus n° 80 du 6 Mars 2017 l'INSEE établit ainsi que seulement :

" 88,6 % des personnes majeures résidant en France et de nationalité française sont inscrites sur les listes électorales.
Les jeunes - en particulier les hommes et ceux ayant un parent né à l’étranger - les personnes peu diplômées, les habitants des pôles urbains et les  Français nés à l’étranger sont moins souvent inscrits "

Ce taux de 11,4% de non inscrits est encore plus fort dans les DOM et chez le français de l'étranger . Il y atteindrait plus de 13 % .

Moralité le nombre de français en âge de voter est de 53,7 millions d'électeurs et seulement 16 % des citoyens ont donc choisi Macron .

Mais au delà de ces chiffres ce qui remet en cause la légitimité et même la légalité de l'élection c'est la transgression permanente de notre Constittution .
Il y a une tromperie permanente sur l'objet du vote :

On a voté en 2017 pour pourvoir à une instance dont les compétences sont décrites à l'article 5 de notre Constitution et qui dit ceci ::

ARTICLE 5.
Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État. 
Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités.

On n'a pas voté pour un individu qui s'investit dans la conduite de la politique de la Nation , tel que le prévoit l'article 20 , qui lui dit ceci :

ARTICLE 20.
Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation. Il dispose de l'administration et de la force armée. 
Il est responsable devant le Parlement dans les conditions et suivant les procédures prévues aux articles 49 et 50.

Donc à supposer même que nous ne contestions pas l'obtention d'une faible majorité relative , le coup d'Etat permanent auquel nous assistons remet en cause la validité du scrutin.
.

4.Posté par JANUS le 29/05/2018 08:27

Encore un qui n'a toujours pas compris qu'il n'y a plus de Gauche et de Droite dans notre pays ...

Et que les Syndicats (malheureusement) ne représentent plus qu'une poignée d'énergumènes en FRANCE ...

5.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 29/05/2018 08:31

Je ne vais pas m'étaler sur le fond de ce courrier mais uniquement sur AIR France :

Résolution de votre parti :
La troisième raison qui justifie la présence de candidats du Parti de la démondialisation aux élections de 2017, présidentielle et législatives, est la nécessité de dépasser le clivage gauche-droite devenu inopérant, et de le remplacer par le vrai clivage, celui entre les classes dominantes et les classes dominées, entre l’oligarchie et le peuple


Ok c'est une bonne idée elle est défendable, mais franchement le personnel d'Air France est une classe du bas peuple de Gaule dominée.....
SIC

6.Posté par JORI le 29/05/2018 11:21

3.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 07:32
Rappelez nous comment et sur quoi est élu un président de la République en France.
Rappelez nous qui désigne le gouvernement en France.
Fort de ces deux rappels, rappelez nous du coup quel programme, quelle politique est censé mener le gouvernement.
Hormis lors des cohabitations, donnez nous le nom d'un président qui aurait suivi vos conseils.
Enfin, votre candidat fillon aurait il fait autrement?.

7.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 29/05/2018 12:51

POst 3 :
Est-ce de la faute aux personnes qui se présentent si le nombre de votant est faible ?
Je comprends pas votre analyse, d’ailleurs il y a pire en terme de représentativité, les syndicats. Rendez-vous compte qu'un délégué syndical peut signer un document en ne représentant pas plus que lui même, vous en connaissez un rayon sur le sujet ? non !

8.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 15:04

Imaginez que , délaissant les librairies locales , vous alliez sur Amazone et commandiez le livre de bande dessinées "Oui oui" et qu'on vous livre à la place " Sournois et Finaud " .

Vous renverriez l'article n'est ce pas !

Eh bien on a voté pour un citoyen pensant qu'il serait chargé de mettre en oeuvre l'art 5 de notre Constitution et voilà qu'il se trompe d'article et investit l'art 20 .
.
Vous renverriez l'individu n'est ce pas !

9.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 15:13

à post 7

Ma réflexion s'adressait aux véritables démocrates , pas à vous évidemment .
Donc vous ne pouvez pas comprendre ..

Reprenons à la base et voyons ce que cache le fétichisme de l'élection , qui au delà d'^tre un piège à con, manipulé par ceux qui ont les moyens de fabriquer l'opinion , est évidemment à classer parmi les systèmes "aristocratiques ".

Je vous propose une petite expérience
Imaginez que vous présentiez les symptômes d'une maladie , dont le diagnostic est "indécidable" .
Vous vous présentez au CHU et le médecin de garde décide d'organiser un référendum dans le service et de se conformer à l'opinion majoritaire.
Seriez vous rassuré ?
Non !
Moi non plus ..
Alors ...

10.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 29/05/2018 15:51

Non je ne comprends pas, c'est triste d'être aussi con (merci d'ailleurs)

Eh bien contrairement à vous Mr le condescendant si j'étais aux urgences et que je me trouvais dans cette situation, je ferai confiance aux diagnostics partagés, comme quoi chacun a une vision différente ! autrement vous vous auriez fait quoi vous auriez couru et vous vous seriez ..... je vous laisse méditer

Et je ne vois pas dans mon poste ce qui vous fait penser que je ne suis pas un démocrate ?
Pour moi il n'y a pas plus démocratique que les élections du président de la France mais si vous avez mieux ailleurs je suis curieux !
Je ne crois pas que l'opinion soit autant manipulé que ce que vous en pensez.
Le problème aurjourd'hui c'est que nous entendons uniquement ceux qui sont en colères, les gens comme vous en gros et pas du tout la majorité silencieuse qui n'est pas d'accord avec vos gesticulations.....

11.Posté par NIVET le 29/05/2018 16:11

Personnellement, la démonstration du post 3, Pierre Balcon, est claire et ses références sont constitutionnelles, donc incontournables. Jupiter s'affranchit éhontément de cette constitution. S'il ose ce culot, c'est parce-qu'il n'y a plus d'opposition politique, ni syndicale en France.pour le botter en touche. Regardons comment fonctionne la gouvernance de l'Italie en ce moment, avec la difficulté qu'ont les deux partis coalisés à former un gouvernement. Là, le Président est dans son rôle, même si la constitution italienne diffère quelque peu de la nôtre.

A.N.

12.Posté par JORI le 29/05/2018 16:11

8.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 15:04
0ù est la subtilité de votre réponse?. J'ai beau la mettre en face de chacune des lignes de mon post et je n'y vois aucune réponse!!.
Auriez vous un problème avec la compréhension du français?.

13.Posté par JORI le 29/05/2018 16:14

8.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 15:04
Je vois que vous êtes tout aussi incompréhensible pour d'autres contradicteurs. Ou plutôt que vous ne savez peut être pas vous exprimer clairement!!.

14.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 17:17

à post 10 .

Je veux bien être condescendant à la condition de ne pas descendre trop bas tout de même..
A mon âge j'ai le dos fragile .
Donc essayez de vous élever un peu

Le régime de désignation des gouvernants par l'élection est classé par tous les politologues parmi les régimes dits "aristocratiques" .
D'où le terme "d'élection" dans l'autre sens du mot ...
La véritable égalité supposerait le tirage au sort dans la mesure où cette formule consacrerait l'indifférence totale des attributs et conditions..

Bon ! certains voudraient que la Reine gouvernât , puisque c'est elle qui nomme aussi les ministres

15.Posté par JORI le 29/05/2018 17:26

11.Posté par NIVET le 29/05/2018 16:11
Rappelez moi comment cela fonctionnait sous les autres présidents, hormis au moment des cohabitations et dîtes moi pourquoi votre candidat fillon aurait fait autrement s'il avait été élu??.

16.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 17:26

En Russie , en Tchétchénie, en Turquie au Venezuela , en Algérie et dans tous les pays d'Afrique les présidents sont désormais élus au suffrage universel .
Merci de me dire si vous n'y trouvez rien à redire .

Ah mais oui la bas la presse n'est pas libre me direz vous .
Et les cerveaux sont de véritables pâtes à modeler

C'est exactement ce que je pense ( de la France ) ..

17.Posté par JORI le 29/05/2018 19:23

16.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 17:26
Je ne savais qu'en France on éliminait ou emprisonnait les opposants au régime comme dans les pays que vous citez !!. Merci pour l'info.
Peut être que cela vous permet d'éluder mon post 6. Je vous pensais plus réactif mais peut être avez vous un problème,.

18.Posté par JORI le 29/05/2018 19:26

16.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 17:26
"C'est exactement ce que je pense ( de la France )", waouh, heureusement que vous êtes là pour élever le niveau de la France!!. Il est vrai que tout le monde ne possède pas une aussi forte dose de suffisance que vous, ça c'est certain!!.

19.Posté par NIVET le 29/05/2018 19:31

15, Ahhhhhhh Jori ! Je m'absente une semaine et je vous retrouve toujours aussi obsédé, voire malade de Fillon. Vous l'avez évoqué deux fois encore dans vos babillages. Putain, j'en suis ravi.! Comme l'aurait dit Francis Blanche dans un sketch bien connu avec Pierre Dac : "il vous...merde" ! (Grand classique).

Ceci dit, et pour répondre à votre question, à l'époque, nous avions des 1ers ministres et ministres à forte personnalité : Pompidou, devenu Président, Giscard, ministre des Finances, devenu Président, Sarkozy de l'Intérieur devenu Président, et mon préféré Chirac qui a démissionné sous la présidence Giscard...Devenu Président: et j'en oublie. En clair, ces gens là avaient une forte personnalité et ne s'en laissaient pas compter. Et puis j'oubliais Pasqua et Pandreau que je verrais bien de nos jour à l'intérieur. Les gouvernements, alors étaient forts, et le divers Présidents de la République, ainsi que ceux des deux Assemblées géraient la France d'un seul homme.
Aujourd'hui c'est Waterloo morne plaine. Jupiter est aux commandes, le premier ministre est aux ordres,sous le joug, insipide, inodore, les ministres bafoués (Hulot, Collomb, etc....), et les députés LaREM, le doigts sur le couture. "oui chef, bien chef !
Jori, si c'est ça votre idéal, il n'est pas le mien.
J'oubliais aussi l'incapacité de Jupiter à mettre de l'ordre dans la maison : cf NDDL, la SNCF, Les manifs de syndicalistes, les agitations destructrices des étudiants etc.....
Dans mon pays , on aurait dit en espagnol " mucha langua y nada mas" ! Traduit," tu parles tu parles, mais au bout...rien"

A.N.

20.Posté par JORI le 29/05/2018 20:29

14.Posté par Pierre Balcon le 29/05/2018 17:17
"Bon ! certains voudraient que la Reine gouvernât , puisque c'est elle qui nomme aussi les ministres", rappelez nous le régime de la Reine et celui de la France.
Votre Reine est elle élue au suffrage universelle, elle??.

21.Posté par JORI le 29/05/2018 21:18 (depuis mobile)

19. Nivet. Quand Vous citez Sarkozix, vous croyez réellement que son collaborateur fillon n'était pas à ses ordres??. Vous auriez dû rester en vacances. Ça ne vous réussit pas. Mdr

22.Posté par JORI le 29/05/2018 21:22 (depuis mobile)

19. Nivet. Vous dites l'assemblée d'aujourd'hui le petit doigt sur la couture et bien rappelez moi quand la droite LR ou ump majoritaire aurait contesté une proposition de loi d'un gouvernement de droite. Juste pour que je rigole un bon coup.

23.Posté par JORI le 29/05/2018 21:28 (depuis mobile)

19. Nivet. J''en déduis donc que c''est votre idéal puisque vous ne pourrez me donner de contre exemple, hormis les cohabitations. Vous trouvez qu''il y a du désordre!!. C''est vrai qu''il n''y a pas eu de manif sous votre droite. Comment a t elle pu perdr

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 11:44 Collusion ARS, departement et ... SANOFI