Courrier des lecteurs

Appel du 18 juin 2018 au personnel communal de la mairie de St-Leu

Dimanche 17 Juin 2018 - 21:55

Appel du 18 juin 2018 au personnel communal de la mairie de St-Leu
Depuis 2008 à ce jour du 18 Juin 2018, le personnel communal a vu, tels les fellahs de l’Egypte antique, s’abattre sur leur dos moult catastrophes : harcèlement au travail, changements de poste sous prétexte de nécessités de service bidons, départs négociés abusifs, déplacements arbitraires, absence de dialogue social, etc…

Auxquelles viennent s’ajouter depuis le début de cette année 2018 :
   * l’arrêt de la subrogation pour les congés de maladie des agents non-titulaires.
   * la suppression du versement de l’indexation et de l’indemnité de vie chère pour les agents titulaires.
Ces deux mesures faisant suite à une délibération du conseil municipal en date du 11 Mai 2004, ont été appliquées avec l’aval des syndicats représentatifs du personnel, notamment le SAFPTR et l’UNSA, aux commandes depuis des décennies, faisant la pluie et le beau temps ð Cf. compte-rendu de la réunion de travail du 22 octobre 2012 N/REF :1768/CD/AH avec les représentants du personnel et ce, sans avis préalable du CTP. La forme est juridiquement contestable.
   * L’impact financier sur les salaires des agents aurait pu être atténué si la Convention de garantie maintien de salaire avec la MNT signée depuis le 18 février 2016 avait été appliquée.
La non mise en place des prélèvements sur salaire afin d’honorer les contrats d’adhésion vis-à-vis de la MNT par la DRH favorisée par l’inertie (la non saisie du juge administratif pour faire constater l’inexécution par le Maire d'une délibération du Conseil Municipal et du contrat passé au profit des agents de la collectivité) des syndicats représentatifs du Personnel (UNSA, SAFPTR, CFTC) pénalisent doublement les personnels (santé & finances).

A propos de la santé des agents, nous n’avons pu mettre la main, malgré moult demandes, sur les comptes-rendus des réunions du CHS-CT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail). Il semblerait que cette instance fantôme à la mairie de Saint-Leu hante les couloirs de translation de celle-ci.

Pour information le CHS-CT doit veiller à l’application des prescriptions légales et contribue à la protection individuelle et collective des personnels pour :
- la protection de la santé physique et mentale des personnels et à leur sécurité
- l'amélioration des conditions de travail, notamment en vue de faciliter l'accès des femmes à tous les emplois et de répondre aux problèmes liés à la maternité
- consulter les projets d'aménagement importants modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail et, notamment, avant toute transformation importante des postes de travail découlant de la modification de l'outillage, d'un changement de produit ou de l'organisation du travail
- consulter les projets importants d'introduction de nouvelles technologies lorsqu'elles sont susceptibles d'avoir des conséquences sur la santé et la sécurité des agents
- mise en place, voire amélioration de la protection collective et individuelle de tous les personnels
- l’étude des causes des accidents de service et des maladies professionnelles
- l’environnement physique du travail (température, éclairage, aération, bruit, poussière, vibration)
- la construction, l’aménagement et l’entretien des lieux de travail et leurs annexes
- l’aménagement du temps de travail (travail de nuit, travail posté…)
 
Par ailleurs, les registres de santé et de sécurité au travail qui devraient être ouverts dans chaque service sont introuvables. Ces documents contiennent les observations et suggestions des agents relatives à la prévention des risques professionnels et à l'amélioration des conditions de travail.
 
Nous n’avons pas pu, également, mettre la main sur les comptes-rendus du Comité technique (2 séances annuelles, soit 18 ou 19 CT depuis 2008). Une question se pose : qui est chargé de la rédaction de ces PV et de leur diffusion à l’ensemble du Personnel ?
 
      *Par ailleurs, la multiplication des procédures disciplinaires des séances de la commission interne de discipline, « cour de justice de la mairie de St-Leu composée paritairement des représentants de l’administration et des syndicalistes accompagnants » sous des prétexte fallacieux favorisent la détérioration de la sante des agents.
 
    *La présence de représentants syndicaux parmi les juges de cette instance illégale interpelle.
 
         *Quant aux forces vives de la CFTC, syndicat ayant pignon sur rue, et téléguidé depuis 2014, à la Mairie de Saint-Leuðð zoreil kochon dan’ marmite’ pois. C’est le grand silence. Ils sont tellement occupés à faire de la lèche aux instances dirigeantes (voir les courriers des lecteurs des différents journaux de l’île) de la commune qu’ils n’ont plus de langue pour expliquer aux personnels les bilans et résultats de leur mandature, ainsi que la lutte qu’ils auraient menée en faveur de ceux-ci.
 
A ce propos, aucune grève n’est venue troubler le sommeil et la quiétude de notre (toujours député maire) et de son dauphin dans leur règne ininterrompu. Pour nos syndicats représentatifs CFTC, UNSA, SAFPTR « tout va bien dans le meilleur des mondes à la Mairie de Saint-Leu ». Ces aveugles atteints de cécité devraient demander au Maire-dépité de leur payer des lunettes.
 
            *Pour en terminer, nous livrons ci-dessous un extrait de la charte nationale de l’UNSA dont apparemment, les syndicalistes UNSA de la mairie de St-Leu n’ont pas eu connaissance.

"L'organisation du travail ne peut se limiter aux objectifs de productivité ou de qualité. Elle doit prendre en compte les effets nuisibles des conditions de travail sur la sécurité, la santé et le bien-être des salariés. C'est dans ce cadre que doivent s'appréhender les améliorations ergonomiques et environnementales. Par ailleurs, l'entreprise ne doit pas peser négativement sur la santé publique en culpabilisant ou en pénalisant les bénéficiaires d'arrêts de maladie, ce qui a bien souvent comme effet d'empêcher des guérisons plus rapides et donc de développer des pathologies plus graves dont l'impact financier va obérer les comptes de l'assurance maladie. Il faut, au contraire, que l'entreprise soit un lieu privilégié de la médecine de prévention.

Les salariés, par le canal de leurs organisations syndicales, et les institutions représentatives du personnel doivent être associés plus étroitement à la vie de l'entreprise. Ils doivent connaître la situation de l'entreprise et ses projets. Il faut donner aux Comités d'Entreprise un champ d'investigation plus étendu dans le déroulement des procédures de licenciement, notamment, lors de la mise en place de restructuration ou de plans.

Il convient d'étendre et de revoir le statut de "conseiller du salarié" pour qu'il puisse intervenir efficacement dans les entreprises dépourvues d'institutions représentatives du personnel. Le travail important de conseil et d'assistance aux salariés en difficulté nécessite un crédit d'heures bien plus important que les quinze heures qui lui sont aujourd'hui dévolues. Il faut prendre en compte la multiplication des procédures et le temps passé en rédaction des rapports
".
 
Ce dernier paragraphe est évidemment parlant car nous n’avons pas de représentants du personnel à la mairie de Saint-Leu ð nous n’en avons pas vu car ce sont des lémures [*]

Il est temps de se bouger !
 
[*] Spectres, fantômes
 
                                                                 Mardé Kanou Anin
 
 
.
Lu 681 fois



1.Posté par Ouvriers de la NRL le 17/06/2018 23:01 (depuis mobile)

On croyait que c t destiné aux ouvriers de la NRL.

Didix Robertix paye des gens pour faire de la propagande ?

2.Posté par jacquie Michel le 18/06/2018 05:18

Ben sa alors le maire et son député qui soit disant se vante d’être meilleur dans tout

3.Posté par Franktionnaire le 19/06/2018 15:26

Est-ce que quelqu'un peut confirmer ce qui est dit sur la suppression de l'indexation et de la prime de vie chère?

Merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?