Océan Indien

Antananarivo : "C’est le chaos, on a peur !"

Mercredi 28 Janvier 2009 - 07:00

Selon une ressortissante française au sud d’Antananarivo à Tanjombato, les habitants de la ville pillent puis brûlent les magasins depuis lundi, en priorité les établissements qui appartiennent au président Marc Ravalomanana. Le manque d’information maintient la peur chez les étrangers.


Antananarivo : "C’est le chaos, on a peur !"
Dimanche dernier, le maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina dit "TGV" à cause de son tempérament  fonceur, a appelé les habitants de la ville à faire une grève générale. Ils s’étaient rassemblés lundi sur "la Place du 13 Mai", place de l’indépendance. Là, le maire a déclaré qu’il était prêt à assurer un gouvernement de transition.
Les manifestants se sont ensuite dirigés vers les médias nationaux pour y mettre le feu et montrer leur mécontentement au président.
Puis ce sont les magasins qui ont été pillés, d’abord ceux appartenant à Marc Ravalomanana, c’est-à-dire principalement les "Magro" qui sont des grossistes de produits alimentaires de première nécessité dont le président détient le quasi-monopole du marché.

Le manque d’informations et les consignes du consulat alimentent l’inquiétude grandissante des étrangers séjournant dans la ville."Restez chez vous et gardez contact avec vos voisins". C’est le mail qui a été envoyé par le consulat à tous les ressortissants français. Une Française qui séjourne à Tanjombato, au sud d’Antananarivo raconte : "C’est chaotique. La ville est à la population".
 
Les entreprises du groupe Tiko, propriété du président Marc Ravalomanana sont la cible des pilleurs. "Les magasins sont pillés puis brûlés. Je vois passer des sacs, de la tôle, du matériel hifi. La population vole pour revendre sur le trottoir. Nous avons quelques bribes d’information par la radio RFI, mais c’est tout. Il n’y a plus que quelques radios locales parlant malgache qui émettent. Tout à l’heure, devant SFOI (fabriquant de sacs et de bouteilles en plastique), on a pu voir trois corps gisant par terre. C’est pire qu’en 2002! Je sais que la société Galana Petroleum a évacué son personnel sur Maurice. J’ai vu des militaires tout à l’heure. Depuis, je vois beaucoup moins de gens courir avec de la marchandise. On ne sait pas ce qu’il faut faire. On a préparé un sac de voyage au cas où il faudrait partir".
 
Le couvre-feu instauré dans plusieurs villes, dont Antananarivo, a été respecté cette nuit même si les habitants ont entendu à plusieurs reprises des tirs, probablement des forces de l'ordre sur des pillards.
On évoque un bilan de 62 morts pour l'ensemble de la Grande Ile, chiffre malheureusement encore très provisoire.
Rien qu'à Antananarivo, les pompiers ont découvert hier 25 corps dans les décombres d'un grand magasin. Ils ont été piégés par l'incendie qui a gagné l'ensemble du bâtiment.
 
Aujourd’hui, les évènements risquent de suivre leur cours, Andry Rajoelina, le maire d'Antananarivo, ayant appelé la foule à se retrouver à nouveau sur la place du 13 Mai à 10 heures ce matin...
Karine Maillot
Lu 1732 fois



1.Posté par Indépendance le 28/01/2009 07:56

Zot la voulu l'indépendance et le président i rempli son poche.

I CHANGERA JAMAIS LA BAS.

Nou nana problème içi , occupe nout problème.


2.Posté par darkalliance le 28/01/2009 08:03

Un exemple concret des limites du libéralisme totalitaire.

3.Posté par kikose le 28/01/2009 12:05

Réponse à indépendance : si on t'écoute il fallait rester français, pourquoi pas "vive l'esclavage". Tu écris n'importe quoi. Comme si un peuple ne peut être indépendant et réussir. Le problème est ailleurs. Maintenant c'est pas parce que l'on a des problèmes que l'on doit dire aux autres "démerde a zot"

4.Posté par kikouyou le 28/01/2009 14:17

il faut peu être en arrivé a ce point avec notre despote national si çà continue
RÉVOLUTION !!!!

5.Posté par Lesagedesiles le 28/01/2009 19:20

Comme d'habitude tout est calme dans le Sud-est et notamment à Farafangana, Manakara et Fort Dauphin.

Ce matin, mon beau frère qui fait ses études à Tuléar, m'a confirmé que des "équipes" sont arrivés de Tananarive, et que quelques heures après la ville était aux mains des pilleurs.

Au lieu de se dépenser en force pour des raisons de partages des pouvoirs, pourquoi n'iraient-ils tous se défouler dans le Menabe où leurs frères meurent des suites du cyclone Fanele.

Il est vrai que pour les Imerina, à part quelques Betsilo, les autres comptent pour du beurre.


6.Posté par cris974 le 28/01/2009 19:55

Nous avons la solution pour Madagascar ENVOYER ANNETTE lui qui a très bien géré une situation identique en 1991 et 1992. Situation qui avait une même origine l'arrêt d'une radio Freedom Malheureusement elle a fait également plusieurs morts et plusieurs millions de dégâts. En outre comme il a beaucoup d'intérêts à Mada : son épouse, sa belle famille, sa propriété et ses actions, il a suffisemment de raisons pour se défoncer et pour une fois travailler....

7.Posté par Réveil le 28/01/2009 20:54

"Il vaut mieux tard que jamais". Depuis que Mr Ravalomanana est au pouvoir les malgaches "crèvent de faim" vraiment et le régime dictatorial de ce Président doit être aboli bien sûr. Mr Andriajatovo, le porte-parole de Mr Ravalomanana à la Réunion gagne bien ses "euros" à la Réunion et ne crève pas de faim bien sûr. C'est pour cela qu'il soutient son ami président, il devrait plutôt se calmer car le Maire de Tana a bien pu faire passer le message de dictature de Mr Ravalomanana et je pense que les institutions internationales vont trancher de façon juste et intelligente. Mr Ravalomanana a embelli Tana à l'image des pays européens pour "boucher les yeux des merinas" mais heureusement que tout le monde n'est pas aveugle. Il a instauré sa dictature dans toutes les provinces à tel point que les provinciaux n'ont aucun droit de s'exprimer car tous les ordres dictatoriaux viennent de Tana.... La roue tourne comme dit créole. C'est dommage pour les pauvres victimes des émeutes mais il fallait bien que çà explose un bon coup à Mada.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues