MENU ZINFOS
Gilets Jaunes

Annick Girardin a demandé au préfet une baisse immédiate du prix des carburants


Par N.P - Publié le Lundi 26 Novembre 2018 à 06:37 | Lu 30668 fois

Annick Girardin a demandé au préfet de revoir à la baisse "le plus vite possible" le prix des carburants. C'est ce que la ministre des outre-mer a révélé dans une interview accordée à Outre-mer la 1ere/France Ô.

"On nous annonce un prix du baril moins cher, je souhaite que le plus vite possible soit annoncée aux Réunionnais une baisse du prix du carburant puisque c'est le préfet  qui fixe le prix maximal", déclare-t-elle dans des propos relayés par le média. Il s'agirait d'une anticipation de quelques jours puisque ce prix était censé évoluer au 1er décembre. 
   
La ministre arrivera à La Réunion ce mercredi, précisent nos confrères. Plusieurs annonces devraient être faites lors de ce déplacement.




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

98.Posté par JD974 le 27/11/2018 11:02

@Gratel

Formidable ton argumentation. Et avec cela une courtoisie de première classe.

Ce n’est pas parce que les gilets jaunes ont des propositions diverses et variées qu’ils sont dans leur tort et que l’on doive, ni les écouter, ni ne pas les entendre, encore moins ne pas les comprendre.

Ce n’est pas parce que les hauts fonctionnaires de la Préfecture et les ministres qui reçoivent des ordres de Paris et les appliquent de façon aveugle sont, pour autant, dans la faute. Ils obéissent.

Il ne faut écarter les propositions ni les uns ni les autres. Mais qu’est-ce qu’une médiation?

En fait, nous sommes au bout d’une période de mésententes économiques dont la solution ne peut pas venir d’une médiation d’interposition, mais uniquement d’une application raisonnée des règles économiques les plus raisonnables ici sur place.

Nous avons l’impression d’un aveuglement de ceux qui, aux ordres du gouvernement, nous dirigent. En fait, il faut rappeler aux uns et aux autres les notions économiques de base qui guident les actions.

Le cas de la révolte des gilets jaunes est un exemple d’une obligation de retour aux notions économiques de base, si l’on veut en finir non avec les événements présents mais avec les incertitudes sur notre avenir.

97.Posté par Gratel le 27/11/2018 10:03

JD974

Arrête de tout mélanger : tes copiés-collés ne te donnent pas raison.

Oui à la manipulation du gouvernement sur la fiscalité écologique.

Mais la planète se meurt de la pollution espèce de petit climato sceptique pays.

MDR

96.Posté par JD974 le 27/11/2018 07:57

9ème mensonge et dixième mensonge et conclusion :

Officiellement : « Quiconque a envie d’acheter une voiture à 5.000 € n’aura que 1000 € à sortir de sa poche après que la subvention eut été doublée en passant de 2.000 à 4.000 € ! ».

Le premier problème est qu’une voiture décente récente pour être vraiment moins polluante, pour une famille ordinaire de 4 personnes, ne coûte pas 5.000 € ! Mais six à huit fois plus !

A propos de cette prime à la casse ou à la reconversion, même poussée à 4.000 €, il faut savoir que l’Etat met des mois à la payer.

L’Etat compte en fait sur les constructeurs pour en faire l’avance au motif que l’incitation leur bénéficie puisqu’ils vendent des voitures en plus.

Ce qu’ils ont fait jusqu’ici tout en ayant déclaré qu’ils allaient cesser cet accommodement un peu trop facile pour l’Etat.

Non seulement l’Etat ment et manipule mais il est aussi un mauvais payeur !

10ème mensonge :

La fiscalité comportementale prouve surtout la rapacité d’un Etat prêt à taxer tout ce qu’il peut taxer : cigarettes, alcools, sodas sous des prétextes réels de santé publique alors qu’il sait que ces produits sont consommés dans le cadre d’une addiction ou d’un besoin alimentaire et que leur consommation ne diminuera pas malgré l’augmentation du prix.

C’est donc tout bénéfice pour l’Etat qui, au passage, se donne bonne conscience et couvre sa prédation sous les habits de la morale et du souci de la santé publique !

Evidemment, c’est la même chose pour les voitures à moteur diesel car les hauts fonctionnaires de Bercy savent qu’ils ont affaire à un marché captif de 15 à 20 millions de véhicules qui vont rouler encore au moins 10 à 15 ans. Là encore l’augmentation des recettes est assurée compte tenu du fait que la voiture constitue pour 80% de la population un usage nécessaire (c’est une dépense contrainte).

En conclusion :

Les français n’accordent plus aucun crédit à E. Macron et son gouvernement. Ce qu’ils voient, c’est que les impôts augmentent sans arrêt, leurs revenus stagnent, leurs dépenses contraintes augmentent et tous les ans c’est toujours pire avec le sentiment qu’on va dans le mur à terme ce qui est d’ailleurs une réalité ! En fait un cercle vicieux dans lequel nous tombons.

Décourager les gens qui travaillent au bénéfice de ceux qui ne prennent pas de risque, c’est amoindrir les recettes fiscales par l’effet LAFFER.

Ces français moyens, dont les budgets se tendent de plus en plus, ont aussi le sentiment que la hausse du coût d’usage de la voiture constitue quelque chose d’insignifiant pour des élites grassement payées qui ne subissent pas les mêmes contraintes notamment parce qu’elles profitent de nombreux avantages (voitures de fonction, allocations diverses) !

On verra si cette jacquerie aboutira ou non à une convocation des Etats-Généraux précédée de la rédaction par chaque français d’un cahier de doléances d’où devrait émerger un nouveau parti entièrement différent des partis actuels.

Ce sera une sorte de nouveau Tiers-État celui de 2018. Il en sortira des synthèses et des programmes ainsi que des meneurs comme Mirabeau.

On verra assez vite si les élus de MACRON vont ou non se désolidariser craignant de ne pas être réélus.

95.Posté par pas cool le 26/11/2018 20:53

je ne la baisse pas ,mais MACRON A nommé une femme qui vient d'un archipel de 8000 habitants QUI NE S,EST PAS S'EXPRIMER , une femme qui est la merci de son roi du soleil une béni oui oui ,a la réunion seulement on est + de 800000 habitants ,a en juger le nombre des aur=tres DOM ET des territoires c'est MACRON QUI DIRIGE TOUS ?MACRON LE PAYE COMME UNE PION ,tant mieux pour elle pour son salaire ,mais MACRON RENDEZ -NOUS NOTRE ABATTEMENT DE30% D'ABATTEMENT QUE VOUS AVAIT FAIT VOTER A LA LOI DES FINANCES AVANT LA VENUE DE VOTRE MINISTRE PION

94.Posté par JD974 le 26/11/2018 20:10

Voyons le sixième mensonge : Si le prix du carburant ne diminue pas malgré la baisse du prix du baril de pétrole brut c’est -selon l’avis des ministres -que les pétroliers et les distributeurs et surtout la grande distribution s’en mettent plein les poches sur le dos des pauvres français !

La vérité est que, dans les départements métropolitains, le prix du carburant est composé de 70% de taxes et que le prix réel du produit ne représente que moins d’un tiers (28,3%) soit 0.50 € sur un total de 1.50 €. Cela signifie que toute variation du prix du brut doit être divisée par 3 pour connaître son incidence réelle sur le prix du litre du carburant à la pompe !

A la Réunion, si je suis à la lettre l’exposé de MARC, c’est la Région qui fixe et abolit les taxes. Elle est totalement libre d'en fixer les taux comme elle veut et Elle n'a de comptes à ne rendre à personne d'autres que ses électeurs sur le sujet. Dire que l'Etat a forcé la Région à augmenter ses taxes est un mensonge que les juristes en droit public de l'île peuvent démonter.

L'Etat a seulement négocié avec la Région une trajectoire de baisse des émissions de CO². Cette trajectoire, à laquelle la Région a consenti et voté, n'implique pas forcément une hausse des taxes sur le carburant.

Elle aurait pu s'appuyer sur un développement des transports en commun. Lisons le III de l'article L.141-1-5 du code de l'énergie: "[...] Le président de la collectivité et le représentant de l'Etat dans la région élaborent conjointement le projet de programmation pluriannuelle de l'énergie. [...] Après avoir été mis, pendant une durée minimale d'un mois, à la disposition du public sous des formes de nature à permettre la participation de celui-ci, le projet de programmation pluriannuelle est soumis à l'approbation de l'organe délibérant de la collectivité. La programmation pluriannuelle est ensuite fixée par décret. [...]"

Le préfet fixe un prix hors taxe maximal sur toute la chaîne d'approvisionnement en carburant (importation, stockage, transport), tenant compte des prix, et un prix toute taxe comprise pour la distribution. Ce prix toute taxe comprise tient compte, évidemment, des prix hors taxe sur la chaîne d'approvisionnement qu'il a arrêtés préalablement d'une marge raisonnable accordée aux pétroliers en fonction de leurs coûts et des taxes décidées par le Conseil régional.

Il y a ainsi trois variables, pour résumer schématiquement, qui affectent le prix à la pompe: le coût du pétrole à l'importation, les taxes décidées par le Conseil régional et la marge des pétroliers décidée par le préfet (en supposant que les coûts sur la chaîne d'approvisionnement, comme par exemple le stockage et le transport, sont globalement stables dans le temps).

De fait, le conseil régional a décidé une hausse de la taxe sur les carburants à laquelle rien ne l'obligeait.: RIEN. Le préfet en a tenu compte dans sa décision finale. Peut-être que d'autres facteurs sont intervenus : hausse du coût du transport? Volatilité du marché d'approvisionnement ?

La Région tente de se dédouaner sur l'Etat montre un certain manque de colonne vertébrale.
Dans ces conditions, dans la mesure où la variation du prix du pétrole ne peut s’impacter que sur un tiers du prix final, elle reste forcément très faible puisque les 1 € de taxes ne diminuent évidemment jamais ! Cela explique évidemment pourquoi la baisse du prix final est toujours très faible !

Voyons le septième mensonge et le huitième mensonge. Benjamin Griveaux vient d’affirmer que l’argent prélevé au titre des taxes allait bien à la transition écologique. C’est faux ! L’argent de la transition écologique va déjà et ira encore au budget général de l’Etat dans un rapport de l’ordre de 80% !

Pour justifier sa politique fiscale désavouée par les français, Madame Emmanuelle Stoléru épouse Wargon et ci-devant secrétaire d’état à l’écologie n’a pas hésité à se mettre en scène pour affirmer que le diesel tue 38.000 personnes par an. Le problème est qu’il s’agit là d’une affirmation au doigt mouillé ne reposant sur rien d’autre que des évaluations fantaisistes !

Le diesel est sûrement toxique. Oui ! Mais pas plus que les autres carburants et surtout pas plus que le kérosène ou le fuel lourd des bateaux de commerce (lequel est un déchet pétrolier visqueux qui doit être réchauffé à 135° avant d’être injecté dans les moteurs des cargos) qui eux ne sont pas taxés et à propos desquels Madame Wargon n’a visiblement rien à dire !

Toute une série de mensonges qui mettent l’opinion publique en colère.

93.Posté par Grangaga le 26/11/2018 14:45

"On nous annonce un prix du baril moins cher, je souhaite que le plus vite possible soit annoncée aux Réunionnais une baisse du prix du carburant puisque c'est le préfet qui fixe le prix maximal",

Et kan lo pri lo baril' y og'mantt'........y arr' pran lo mèm', é y rokomanss'.........
Tou sa policyion èk' outt' tripp' 7, pov'ni di ryin k'sa mèm'.........
Arrrrr' zot' lé kapabb', ma fy !!!!!!!

92.Posté par sonic le 26/11/2018 14:38

ahahah ! SUPER NANNY essaie de raisonner le peuple réunionnais : "allez, tous au coin ! arrêtez les barrages, arrêtez de bloquer l'économie de votre ile et après on discute! c'est bien compris?" : sinon quoi?????
N'importe quoi !!!
ahahahah
"boboland" : commentaire inutile ! toi... tu dois te rationner ...laisse-moi rire ! vu ta façon de parler, tu n'as pas vraiment l'air dans le besoin...du coup ton discours reflète ton train de vie! ahahahah

"allez les jaunes allez les jaunes allez!" ahahahah!

91.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 26/11/2018 14:27

Messieurs qui pensent à la place des énarques. C'est vrai vous avez droit à la liberté d'expression mais il faut raison garder. Vous avez la liberté d'expression, nous les énarques, l'élite au pouvoir (et ce qu'importe le gouvernement, on est toujours là au coeur du pouvoir par nos résaux), nous avons la liberté supérieure de décision. Celle-ci est supérieure à votre liberté d'expression (c'est bien beau d'avoir une liberté de causer mais ça vous sert à quoi ? Juste à meubler le temps de l'apéro).

Mettez-vous çà dans le crane bien profondément. C'est nous l'élite qui décidons. Votre notion "au nom du peuple" ne sont que des mots abstraits, car si le pouvoir se faisait au nom du peuple, vous seriez aux commandes du pouvoir. Exemple flagrant: la Justice rend ses jugements "au nom du peuple" alors que le peuple n'intervient aucunement dans ces prises de décisions. D'ailleurs, ledit peuple ne se reconnait pas dans les décisions de justice puisque la majorité des français (+70%) n'a pas confiance en la justice. Dès lors, c'est une aberration de prétendre que la justice est rendue au nom du peuple quand dans le même temps ce même peuple n'a pas confiance dans ses propres décisions.

Je vous répète, vous êtes des gens de rien, des sans dents.

« Au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes » (4 octobre 2017. Emmanuel MACRON)

« Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » (8 septembre 2017. Président Macron est en déplacement à l’École Française d’Athènes)

« Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » (Emmanuel MACRON)

90.Posté par Marc le 26/11/2018 14:26

Bon, puisque manifestement il y a débat sur qui fixe le prix des carburants à La Réunion, explication:

- la Région fixe les taxes. Elle est totalement libre d'en fixer les taux comme elle veut et n'a de comptes à rendre à personne d'autres que ses électeurs sur le sujet. Dire que l'Etat aurait "forcé" la Région à augmenter ses taxes est un mensonge qui ne manquera pas de faire bien rigoler les quelques bons juristes en droit public de l'île.

Ce qu'a fait l'Etat en revanche c'est qu'il a négocié avec la Région une trajectoire de baisse de émissions de CO². Cette trajectoire, à laquelle la Région a consenti (et qu'elle a largement voté, d'ailleurs) , n'implique pas forcément une hausse des taxes sur le carburant (en particulier parce qu'il ne parle pas une seule fois des carburants) mais aurait pu par exemple s'appuyer sur un développement des transports en commun. Je cite le III de l'article L.141-1-5 du code de l'énergie: "[...] Le président de la collectivité et le représentant de l'Etat dans la région élaborent conjointement le projet de programmation pluriannuelle de l'énergie. [...] Après avoir été mis, pendant une durée minimale d'un mois, à la disposition du public sous des formes de nature à permettre la participation de celui-ci, le projet de programmation pluriannuelle est soumis à l'approbation de l'organe délibérant de la collectivité. La programmation pluriannuelle est ensuite fixée par décret. [...]"

- le préfet, lui, fixe un prix hors taxe maximal sur toute la chaîne d'approvisionnement en carburant (importation, stockage, transport, ... ) , tenant compte des prix, et un prix toute taxe comprise pour la distribution. Ce prix toute taxe comprise tient compte, évidemment, des prix hors taxe sur la chaîne d'approvisionnement qu'il a arrêtés préalablement, ,d'une marge raisonnable accordée aux pétroliers en fonction de leurs coûts et des taxes décidées par le Conseil régional. Il y a donc trois variables, pour résumer schématiquement, qui affectent le prix à la pompe: le coût du pétrole à l'importation, les taxes décidées par le Conseil régional et la marge des pétroliers décidée par le préfet (en supposant que les coûts sur la chaîne d'approvisionnement, comme par exemple le stockage et le transport, sont globalement stables dans le temps).

De fait, le conseil régional a décidé une hausse de la taxe sur les carburants à laquelle rien ne l'obligeait. J'insiste: RIEN. Le préfet en a tenu compte dans sa décision finale. Peut-être que d'autres facteurs sont intervenus (hausse du coût du transport? Volatilité du marché d'approvisionnement?) mais que la région tente de se dédouaner sur l'Etat montre un certain manque de.... colonne vertébrale.

89.Posté par pas cool le 26/11/2018 14:25

retour au francs français ou aux francs CFA, l'euros c'est pour la bourse des cac 40 des transactions des riches qui ne savent pas baisser les prix ,ET, on s'en sortira point barre.................

88.Posté par Dolly Prane le 26/11/2018 13:45

si ça ne va pas avec Girardin faudra faire venir Girardeux

et si le préfet De Saint-Quentin partait on aurait qui après ? De Cinquantedeux ...

87.Posté par Bleu outre mer le 26/11/2018 13:28

Un sujet sur ceux qui profite bien de la situation petit commerce qui vendent le double ou le triple du prix.
Comment font ceux qui sont déjà dans la précarité, et qui n'ont pas grand choses. Dans ce soit disant mouvement pour les Réunionnais, certains Réunionnais profite bien des Réunionnais. L'union n'est pas gagné, le profit pour certains oui.....

86.Posté par Zarin le 26/11/2018 13:27

Le lâcher prise et la métaphore des singes

En Asie du Sud-est on a coutume de piéger les singes en mettant dans une noix de coco évidées ou un panier ayant une petite ouverture, une banane, une orange ou une autre friandise dont les singes raffolent. L’ensemble est solidement arrimé au sol ou dans l’arbre. Le singe y introduit sa main pour attraper ce qui est à l’intérieur mais ne peut plus la retirer une fois fermée avec son contenu du fait de l’étroitesse de l’ouverture. Ne voulant pas lâcher ce qu’il a saisi il reste prisonnier et se fait attraper.

Après avoir réfléchi à ce qui est grave et à ce qui est important, posez-vous la question de savoir à quoi vous restez agrippé. La solution pour retrouver la liberté est de lâcher prise, autant dans le réel que dans le figuré !

85.Posté par JD974 le 26/11/2018 13:16

@Gratel qui adhère à la thèse du réchauffement climatique anthropique.

Quant aux quatrième et cinquième mensonges, voici que le moteur diesel est très dangereux pour la santé. Comment ? Par ses particules fines et par ses oxydes d’azote. C’est exact.

Solution ? Il faut donc s’orienter vers des voitures à essence ou à des véhicules hybrides ou électriques qui seraient « écologiquement responsables ». Bien ! Voyons de plus près.

En réalité, toutes les voitures polluent, quel que soit leur mode de propulsion, notamment par le biais de l’abrasion des routes, des pneus, des plaquettes de frein, sans compter le pire : le recyclage en fin de vie.

Nous touchons du doigt le pire avec le recyclage à terme qui comporte de millions de batteries au lithium, un métal extrêmement toxique utilisé dans l’énergie nucléaire (on transmute de lithium en tritium dans le cadre de la fusion et on l’utilise dans la bombe H).

Certes les voitures polluent. Ce faisant le gouvernement oublie de parler du chauffage domestique, de l’industrie (sidérurgique ou chimique), des avions au carburant non taxé, des cargos et paquebots de croisière, des centrales thermiques, de l’agriculture (engrais et pesticides).

Enfin, il faudrait s’entendre à propos de ce qu’on appelle pollution surtout lorsque l’on parle d’émission de gaz carbonique. Le CO2 n’est pas un polluant ; mais un gaz à effet de serre retenu et utilisé d’ailleurs dans les serres pour améliorer leur rendement. Elles gardent le CO2 ! De plus la vapeur d’eau a plus d’effet de serre !

On vous propose d’acheter, moyennant une prime, une voiture électrique qui coûte au minimum 50% plus cher à l’achat qu’une voiture thermique pour faire, au mieux, moitié moins de km.

Le problème c’est qu’on ne vous dit pas tout. Si vous désirez une voiture électrique vous pouvez vous orienter vers la Renault zoé vendue 23.600 € sans batterie avec un contrat de location de 69 € par mois ou 32.500 € avec la batterie en pleine propriété ; ce qui nous met la batterie à 9.000 € soit 6.000 litres de carburant à 1.50 €/litre ou encore 100.000 km à raison de 6 litres aux 100 kms.

Or, on a oublié de vous dire que la batterie, certes, coûte moins cher à recharger mais qu’elle a une durée de vie limitée à 500 cycles (charge/décharge) ; ce qui limite sa durée de vie à 2 ans d’utilisation. Il n’est pas sûr que le consommateur, en dépit de la prime, puisse s’y retrouver financièrement.

Par ailleurs, si vous vous orientez vers une voiture à essence vous allez découvrir que vous consommerez environ 50% de plus qu’avec un diesel ; ce qui fait que l’Etat va évidemment encaisser 50% de taxes en plus.

L’incitation fiscale vers l’essence est en fait très intéressée puisqu’elle rapporte plus de taxes ; compte non tenu du fait que l’Etat encaisse aussi la TVA à 20% sur chaque véhicule neuf vendu du fait des contraintes imposées aux consommateurs.

J’attends vos commentaires avec un grand intérêt..

84.Posté par La vérité vraie... le 26/11/2018 12:33

@le con Il a aussi répondu à cette question :

Je met le fil de discussion puisqu'il est très éclairant. Si quelqu'un connaît ce Monsieur, il faudrait peut-être lui tendre un micro non ? Cette période est géniale...j'adore le foisonnement d'idées !



PLBD - Il faut tirer les salaires vers le haut et non vers le bas. C'est pas en enlevant la surremuneration qu' on va faire baisser les prix. Qui vous dit que cet argent va revenir à la Réunion. Il faut baisser l'octroi de mer et baisser les taxes sur les carburants. Et pourquoi pas un SMIC à 1500 euros net et surtout baisser les charges patronales pour inciter les entreprises à embaucher. Et bien sûr revoir les prestations sociales à la hausse.

HC - Baissez l'octroi de mer revient à ruiner un peu plus les collectivités qui sont de gros employeurs à La Réunion. On a vu avec la suppression de la Taxe d'Habitation qui va arriver ce que les maires ont fait : compenser le manque à gagner prochain en augmentant soit taxe foncière soit TEOM ou je ne sais quoi d'autre. Ce que je propose c'est que l'octroi de mer en gros soit pris en charge par l'État...et que tous les Réunionnais en bénéficient par une baisse nette des prix. Ainsi, la Région garde un octroi de mer virtuel (la sur rémunération qui lui est versé au lieu des seuls fonctionnaires) et les Réunionnais voient les prix baisser. Tout le monde est gagnant = la région ne perd rien, les Réunionnais gagnent en pouvoir d'achat, 0 € de dépense supp. pour l'État.

HC - Je n'ai pas dit suppression de la sur rémunération mais basculement pour la rendre plus juste ! Comment justifier dans une île avec 42% de la population vivant sous le seuil de pauvreté que les fonctionnaires puissent bénéficier d'une indexation (53%) et le privé non ? Où est l'égalité républicaine ?
Dans un monde idéal, bien sûr qu'il faudrait augmenter les salaires mais qui paient ? Notre île est constituée d'un maillage de PME/TPE, les groupes du CAC40 comme HOLCIM/DE CHATEAUVIEUX n'emploient pas toute La Réunion.

LG - Je suis globalement d'accord, mais il y a deux points a préciser et un point a rajouter .. Le premier point concerne la baisse de la sur rémunération, celle ci ne pourra être que progressive ou que sur les hauts salaires, de nombreux ménages ayant des crédits et une coupure franche déclencherait une grève de grande ampleur, celle ci ne pourra se faire qu'avec l'accord des syndicats ...

HC - Les syndicats refuseront ! Un problème ? Une seule solution : LE PEUPLE ! Donc consultation populaire...

83.Posté par gaston le 26/11/2018 12:06

carburant oui mais je ne bois pas ce carbu , pour la voiture ok , moins on roule pas de pollution pour notre ile .

82.Posté par gaston le 26/11/2018 12:04

Baisse le prix poisson thon de 6 euros est passé a 14 ,15 euros , riz , huile

81.Posté par Zarin le 26/11/2018 11:56

Les Illuminati contrôlent-ils la planète ?

L'OBS

80.Posté par LEBEAU Angélique le 26/11/2018 11:56

https://www.20minutes.fr/societe/2378983-20181124-video-reunion-prix-carburant-grande-partie-fixe-etat pour mieux comprendre ce qui se passe dans notre île. Il faut sortir de son ignorance avant de crier. La Région perçoit une taxe spéciale de consommation. L'Etat a décidé de l'aligner à la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques qui est une taxe en France. Si les gilets jaunes n'avaient pas réagi devant la Région, le président de Région n'aurait jamais demandé à geler cette taxe qui a augmenté. Lui, l'arrange vu que ça le rapporte. Alors oui, l'Etat est fautif mais la Région n'est pas en reste.

79.Posté par Mi compris arien le 26/11/2018 11:54 (depuis mobile)

Un coup c''est DR qui fixe les prix et qui demande à l''ETAT si lui-même i peut baisser le prix que li la augmenté. L''ÉTAT i dit c''est son problème ,en sorte ali . Maintenant c''est l''ETAT qui demande au préfet d''État de baisser les prix

78.Posté par Dj974 le 26/11/2018 11:40

Baisse du carburant : c’est de la vaseline, le gouvernement réfléchit comment nous niquer encore plus et mieux.
Vous allez voir, ils vont nous niquer’,

Ou sont les deputes,
Ou sont nos acteurs economiques : president des consommateurs, president des importateurs, president des commercants, president de associations, president des commercants, president des banques, presidents des mutuelles, president des notaires, des avocats, de la securite sociale, des artisants, des PME, du Medef, des Maires, de la medecine, des agriculteurs, des marechais, de la pêche, des transports, des camionneurs ect...ect, où sont-ils ?

77.Posté par JD974 le 26/11/2018 11:34

Le gouvernement ne cesse de demander de changer de comportement et de freiner la consommation des énergies fossiles pour sauver la planète. La pauvre, elle en a vu d’autres.

Mais où est la vérité ? La comptabilité publique donne la consommation de carburant. Surprise : elle baisse depuis plusieurs années. Pourquoi ? C’est que les français roulent de moins en moins. C’est aussi que les voitures, bien qu’en augmentation, consomment de moins en moins.

Voilà ce qui est le fil rouge : il faut rétablir l’équilibre financier de BERCY. Mais l’échec est prévisible.
Voilà la vérité : l’Etat compensera la baisse de rentrées fiscales sur les carburants par une nouvelle augmentation de la fiscalité appliquée aux carburants.

L’argument de l’incitation pour sauver la planète est un mensonge. Stigmatiser exclusivement les voitures relève de la manipulation pure et simple. La transition énergétique n’est qu’un prétexte fallacieux : les vraies raisons sont les nécessités budgétaires !

Plus de taxes sur les carburants d’origine fossile, c’est chercher à diminuer les achats de ces derniers par les travailleurs, par les entrepreneurs, par l’économie de la circulation, c’est avec des voitures électriques sans consommation de matières fossiles, augmenter la sous-consommation et la baisse des recettes fiscales. D’où de nouvelles taxes. C’est le serpent qui se mord la queue.

Les radars vont essayer de rattraper la perte prévisible. Vous avez remarqué que les signalisations à 80 km/heure sont plus rares que les radars. J’espère que WAZE va s’occuper de ce problème, soit en nous avertissant des limitations de vitesse, soit en ralentissant à distance le moteur de nos voitures. Résultat : baisse des amendes et nouvelles taxes.

Toutes les taxes sur la circulation vont diminuer la production, la consommation. Et par conséquent les recettes fiscales d’une part et les ressources des personnes

Nous sommes dans un cercle vicieux.

76.Posté par miro le 26/11/2018 11:31

quan je vois la griardin, h'ai envie de VOMIR ..... !

75.Posté par lan le 26/11/2018 11:31

vieille excuse à la con ! faites en des emplois aidés Réunion de ces 35 % !

74.Posté par le con le 26/11/2018 11:08

la vie chere meme monsieur VERGES qui demandait sa suppression avait fini par se faire un raison que si on supprimait l'argent ne revenait pas à la REUNION

73.Posté par lan le 26/11/2018 11:08

faire plier la grande distribution et autres abuseurs aux marges indécentes gavés jusqu'à la glotte voire plus haut : ils serrent les dents pour ne pas vomir

72.Posté par Gratel le 26/11/2018 10:59

57.Posté par JD974 le 26/11/2018 09:36

Sur le détournement de la fiscalité écologique en France oui ok.

Mais sur le CO2, là il faut arrêter les mêmes délires que TRUMP.

C'est du grand n'importe quoi, à part quelques scientifiques clairement achetés par les lobby pétroliers, personne n'ose plus dire des choses pareilles.

71.Posté par lan le 26/11/2018 10:54

SO LI DA RI TÈ

70.Posté par lan le 26/11/2018 10:53

Récupérer les 35% de sur-rem et créer des emplois aidés avec. Y'aura de quoi faire du plein emploi

69.Posté par lan le 26/11/2018 10:51

on commence à trembler pour ses 35% de vie chère ? De vie quoi ??

68.Posté par La vérité vraie... le 26/11/2018 10:30

Vu sur RADAR974 ! Très intéressant : des idées développées. Un peu long à lire mais c'est pas mal (cette fois la page n'a pas supprimé le post). Je ne suis pas complétement d'accord avec tout : il faut faire sauter la surremunération point barre, les fonctionnaires se démerdent ! Sur l'amendement Virapoullé, je n'aurais pas dit mieux.


Depuis le 17 novembre 2018, l’île de La Réunion est paralysée par une contestation citoyenne de grande ampleur qui s’inscrit dans un contexte de mobilisation à l’échelle nationale (mouvement des gilets jaunes). Les événements qui se déroulent dans l’île depuis cette date illustrent l’ankylose sociale, politique et économique dans laquelle se trouve notre société insulaire. Nos politiciens ont préféré se concentrer sur leur sort personnel plutôt que sur celui de leurs concitoyens, trahissant ainsi leurs nombreux engagements : ils sont complétement discrédités et ne représentent plus qu’eux-mêmes et leurs bandes assujetties.
S’il ne s’agit pas de contester l’élan citoyen initial, on peut craindre une reprise en main forte du mouvement des gilets jaunes par des organismes politiques et/ou syndicaux et ce dans un seul but : que rien ne change pour préserver leurs multiples avantages. La ministre nous propose le Livre bleu outremer et ses propositions, les Réunionnais doivent être force de contre-propositions immédiatement et pas dans un mois.
Cinq propositions concrètes, loin du fourre tout utopique et surréaliste qui a été agité ces derniers jours :

1 – Prendre en compte les souffrances actuelles des familles réunionnaises. L’ouverture totale des barrages pour une durée de quatre jours afin de permettre aux familles réunionnaises de se réapprovisionner et permettre aux services publics de mener différentes missions nécessaires au bien êtres des plus fragiles et de la communauté (ramassage des déchets, encombrement des services hospitaliers, soins pour nos personnes âgées et nos enfants). Les leaders des gilets jaunes, si tant est qu’il en existe vraiment, doivent comprendre que leur mouvement s’essoufflera s’ils maintiennent leur asphyxie des familles. Cette semaine cruciale verra le mouvement perdre la bataille des images s’il ne change pas de stratégie.

2 - Une évolution statutaire de l’île tout en conservant sa place dans la République. Proposons aux Réunionnais un véritable changement institutionnel tout en conservant notre place au sein de la République française. Organisons referendum sur le maintien de l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution de la Ve République qui ne permet pas à La Réunion de mettre en place des dispositifs d’adaptations législatives. Soyons clairs, les Réunionnais sont responsables et ne veulent pas de l’indépendance. A terme, arrivons à la création d’une assemblée unique qui doit permettre une baisse drastique du nombre d’élus. Les Réunionnais ont assez payé les frais de leurs incompétences et de leurs engagements dans des projets pharaoniques loin du quotidien de la population.

3 – La sur rémunération. Ce dispositif décrié, datant de l’époque colonial et qui pèse sur la vie chère et le coût du logement à La Réunion (Cours des Comptes, Sénat) doit être repensé pour bénéficier à tous les citoyens de La Réunion et non aux fonctionnaires, dont nous imaginons la mobilisation pour faire en sorte que cette revendication n’aboutisse pas. Proposition : l’État reverse l’intégralité du montant de la sur rémunération (400-600 millions d’euros par an) à la Région Réunion. L’objectif est de faire baisser drastiquement l’octroi de mer et les prix (coût de la vie). Coût pour l’État = 0€ (ça compte dans un contexte de restriction budgétaire), Parallèlement, les services de la répressions des fraudes verraient leurs missions et pouvoirs de contrôle renforcés sur la grande distribution et l’accaparation de franchises dans le but de tuer la concurrence. De plus, l’importance du montant reversé pourrait permettre un élargissement et un meilleur accompagnement des dispositifs de formation à destination de nos jeunes les moins qualifiés et sans emplois. Demandons la publication par les administrations de l’intégralité des postes disponibles et/ou vacants dès janvier 2019. Tous les lauréats locaux de concours nationaux seraient prioritaires sur les postes disponibles dans l’île en échange de la perte de la sur rémunération. Les Réunionnais aiment leur île, ils privilégient leurs vies de famille plutôt que l’exil.
Sur ce point, le collectif représentatif des gilets jaunes proposer une indexation des minimas sociaux (qui va payer ça?). Le collectif ne résout pas le problème et l’aggrave : les finances publiques sont en berne et le message envoyé est contraire aux aspirations d’une large partie des Réunionnais. Nous ne voulons pas de l’assistanat indexé mais des emplois et de la dignité pour nos enfants.

4 – L’embauche locale. 70 % des cadres présents sur l’île de La Réunion sont extérieurs au département. Paradoxalement, l’île de La Réunion dispose de près de 100 000 diplômés du supérieur et accueille chaque année des centaines de diplômés supplémentaires. Le taux de chômage est de 28 % et nos entreprises créent chaque année près de 4 000 emplois. Ces chiffres montrent bien l’existence de réseaux parallèles qui ne se cachent plus, provoquant même les Réunionnais par l’organisation de cocktails de l’entre-soi axés sur l’emploi en métropole et réservés aux non-natifs de l’île. Pourquoi ces salons n’ont-ils pas été organisés dans l’île ? Pour régler ce problème et favoriser une baisse du chômage dans l’île demandons une augmentation des cotisations sociales employeurs ou l’application de pénalités (à définir) sur tous les CDI et CDD non proposés initialement à un profil local présentant les compétences nécessaires à l’emploi.

5 – L’avenir de nos enfants dans leur environnement régional est une priorité. Notre territoire offre des atouts indéniables : nous demandons que La Réunion devienne un laboratoire national de la transition énergétique. Cela pourrait passer par la création de nouvelles classes de BTS à haute valeur scientifique (une classe par grande région de l’ile) et l’ouverture d’un lycée maritime (Le Port, Saint-Leu). De même, par l’article 73, La Réunion pourrait davantage développer les programmes d’échanges avec les pays de la zone, renforcer la transmission de son histoire et de sa culture aux plus jeunes, accentuer l’apprentissage des langues et des sociétés du bassin indianocéanique, etc.

67.Posté par Zarin le 26/11/2018 10:28

"Baisse le prix l'ESSENCE. Augmente le prix le riz (...) Mon vieux Papa l'est cultivateur, mais li gagne pas achet' un tracteur (...) Li gagne pas un instant repos".

JEAN-CLAUDE THEVENIN

(petite modification !)

66.Posté par Taxe le 26/11/2018 10:23 (depuis mobile)

C l''''état qui fixe le prix, c la région qui fixe la taxe.

65.Posté par LeRunFou le 26/11/2018 10:22

..Ils vont rien baisser du tout .. !
Regarder cette vidéo
https://www.facebook.com/groups/1178770518942074/permalink/1281144332038025/

64.Posté par cheche le 26/11/2018 10:19

Ce sont les cies petrolieres installées a RUN qui fixent les prix en fonction de l'achat à Singapour en dollars des produits petroliers auxquels sont ajoutes,fret,assurance,stockage,marge gerant,taxes.Le Prefet ne fait que fixer un prix maximun pour la Reunion le 1er de chaque mois prix idem pour toutes les stations de l'ile .A noter qu'il y a pres de 1800 pompistes a RUN et que le gerant de station ne prend que 12 cent/l pour les payer et impots,frais,..La Region ne fait qu'encaisser les taxes via le service des douanes. En Metropole rien de tout ça les prix sont libres plus eleves qu'ici et chacun se sert à la pompe..voilà qui est precisé contrairement à des commentaires farfelus.

63.Posté par Gratel le 26/11/2018 10:13

De combien la baisse ? 1 centime ?

Ah ah ah ah ah ah ah !

62.Posté par TIALOUP le 26/11/2018 09:55

Foutage de gueule. Le prix du baril de brut n'a jamais été aussi bas. Automatiquement il y a aura une répercussion sur le prix à la pompe. Et la ministre ose dire au préfet de baisser le prix de l'essence. Pourquoi vous n'annoncez pas la SUPPRESSION DE L'OCTROI DE MER

61.Posté par dh le 26/11/2018 09:49

Comprend plus rien, sur les prix des carburants tant tôt j’entends c'est MACRON après c'est la REGION maintenant c'est le PREFET ???

60.Posté par jean claude97 le 26/11/2018 09:47

beaucoup d'incomprennant ici -
Le prefet ne fixe pas les prix mais fixe les prix maximums - libre à chaque gérant ou compagnie de vendre moins chere ( comme en france), mais ce que personne ne fait ( monopole ).

59.Posté par Môvélang le 26/11/2018 09:41 (depuis mobile)

En attendant, même pendant la crise, les français continus à voter macron. Alors qu''ils auraient pu virer au moins un.
Et pour les négociations, il y aura t il oui ou non des politiques comme intermédiaires

58.Posté par Titi or not Titi le 26/11/2018 09:39

Une Sinistre Qui va Repartir Aussi Fissa ! 😂
En Repartant, Enmenne Dans Tes Bagages L'Autre Vendue De Zébu
De La Possession !! 😂😂
(Miro ville)

ANouLa©®

57.Posté par JD974 le 26/11/2018 09:36

Comment MACRON, mardi, va garder ou non les mensonges de son gouvernement ?

« Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent » (J Chirac). Voilà la ligne de conduite choisie par cet excellent élève d’Henri Queuille (les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent).

Nous savions tous que la sincérité n’est pas, et n'a jamais été, auparavant, le fort des politiciens de droite comme de gauche. Nous voici avec Macron, ni droite ni gauche, dont on espérait plus de sincérité.

Or il se trouve que, ces derniers temps, le nouveau gouvernement met les bouchées doubles dans les taxes. Notre méfiance revient, redouble et triple. Cette méfiance se répand sans les syndicats désertés, les partis désorientés, les medias restés aux ordres, ces derniers n'étant plus, ni vus, ni lus, ni crus.

Macron va tenter mardi de réécrire les mensonges qui tournent en boucle dans les médias de service. La loi sur les fake news doit seulement empêcher la circulation de fausses informations contrariantes !

Les mensonges actuels portent tous sur la fiscalité comportementale. Les impôts ont pour prétexte d’orienter le comportement des français sans tenir compte des effets collatéraux non négligeables.
Le meilleur exemple qui nous soit donné en ce moment est la fiscalité écologique. Oui en effet c'est dur d'être écolo ces jours-ci.

Premier mensonge : après avoir incité les français à acheter des voitures à moteur diesel, a décidé que le diesel était l’horreur. Ces voitures, désormais invendables, vont tomber dans une dépense contrainte.
Or les moteurs diesel ne polluent pas plus que les véhicules à essence sans plomb. Depuis septembre 2015, la norme Euro 6 fixe des seuils d'émissions de gaz polluants suivants : NOX (oxydes d'azote), CO (monoxyde de carbone), particules fines et hydrocarbures imbrûlés. En revanche, cette réglementation ne fixe aucune limite en matière de rejet de CO2. Curieux non ?

On incite donc les consommateurs à s’orienter vers des véhicules, soit électriques, soit à essence, soit hybrides : la transition énergétique. Or dans tous les cas il faut brûler des énergies fossiles.

Pour beaucoup de français aux revenus modestes, c’est vivre avec un vieux tacot. Pire sans voiture du tout, faute de pouvoir suivre financièrement la surenchère fiscale gouvernementale. Or la voiture est le bien matériel le plus répandu de la population française en oubliant que la voiture n’est pas le seul pollueur. Il faudrait aussi savoir ce que l’on entend par pollution alors que le malus dit écologique est calculé sur les seules émissions de CO2 en oubliant les normes Euro 6.

On nous annonce que le monde court à sa perte avec une augmentation de la température terrestre qui va entraîner des catastrophes climatiques. Or la France ne produit que 0,9 % du CO2 mondial. La norme Euro 6 ne va rien changer. Faire passer pour des certitudes scientifiques de simples hypothèses qui ne sont absolument pas vérifiées !

De plus le CO2 est un carbone indispensable à la vie sur terre. Les plantes convertissent le CO2 en matière organique avec de l’H2O grâce à la photosynthèse. En retour elles nous donnent de l’oxygène.

Le CO2 est lourd. Au-delà de 2800 mètres il n’y a plus de végétation, reste le caillou. Par contre vous n’avez pas besoin d’oxygène à cette altitude car étant plus léger, on le trouve jusqu'à 8000 mètres. Seul l’Himalaya nécessite une bouteille d’O2 pour atteindre son sommet.

Et puis d’où nous viennent le charbon, le pétrole, le gaz ? Du CO2 qui était en grande quantité dans l’atmosphère d’autrefois. Au pliocène (-2.5 à -5 mds d’années) le taux de CO2 dans l’atmosphère était bien plus élevé. Ce qui n’a pas porté préjudice de quelque manière que ce soit à la terre !

Sauver la planète, voilà une affirmation présomptueuse quant à la capacité du français d’interférer sur le climat à l’échelle d’une planète. Il ne fait aucun doute que la terre survivra à l’homme !

La vérité est que le réchauffement climatique d’influence anthropique sont des élucubrations pour culpabiliser la population et la rendre réceptive aux injonctions fiscales, du gouvernement !

Tout est là !

56.Posté par Fabrice le 26/11/2018 09:32 (depuis mobile)

Et moi qui croyais que c'était Didier Robert qui fixait le prix du carburant à la Réunion.
Karine Nabenesa nous a manipulé !

55.Posté par Bleu outre mer le 26/11/2018 09:29

Certains Gj négocie en misouk poulet, contre ouverture, déjà cela progresse vers la non crédibilité de certains et leur interêt malheuresement personnel. Chassez le naturel il revient au galop......

54.Posté par Fanfan le 26/11/2018 09:27

Avoir tirer à boulet rouge sur le Président de Région , or que c'est l'état qui a la main sur les décisions d'augmentation ou de baisse
Le PS nous a manipuler , utiliser ses moyens pour faire de la récupération politique , les socialistes sont tombés aussi bas pour en arriver là

53.Posté par Alain le 26/11/2018 09:22

Pardon ???
Je lis ce que j'ai vu écrit noir sur blanc... pas que sur ce site, mais aussi sur d'autres sites de médias !!
C'est le Préfet, à qui est demandé UNE BAISSE IMMÉDIATE du prix de carburant.

MERCI Madame Girardin d'avoir enfin daigné nous répondre sur ce point.
Tout s'éclaircit pour moi....

Ceux qui ont lancé le mouvement et continuent d'abreuver les commérages, m'amène à penser que ceux-là, veulent tout simplement et purement la tête du Président de Région.
Les gilets jaunes sont tellement manipulés qu'ils ne discernent plus la vérité !!

52.Posté par Bleu outre mer le 26/11/2018 09:17

Si les GJ souhaite une mobilisation massive et quelle dure. Il va falloir que les GJ fassent des jours libres circulations, sinon leur mécontentement va créer un gros mécontentement dans la population et se retourner contre eux, en créant non pas une unité mais une grosse division. Certains ne peuvent pas travailler et perdent de l’argent même si pour l’instant certains sont solidaire, cela risque de ne pas durer. Avec l’arrivée de la Ministre qui en gros va nous expliquer de nous prendre en mains et le désengagement de l’état qui est prévu sur les DOM, va écouter les points qui intéresse le gouvernement en nous disant je vous est compris. Nous aurons l’impression d’avoir été entendu, et nous nous rendrons compte plus tard que les terrain lui aura été préparé. La proposition de retirer la surèm peut interésser l'état vu que l'idée est en cours, parcontre si les prix et d'autres choses ne baissent pas cela rique d'être beaucoup plus problèmatique. N'oublions pas aussi que Kréol en profite aussi de la surém.....

51.Posté par Tikaf le 26/11/2018 09:16 (depuis mobile)

La ministre i veut qd iI arrive, l'atmosphère lé plus calme... Malone maline

50.Posté par zara le 26/11/2018 09:11

Au final c'est pas la région qui décide Alors !!!!!!
C'est le président MACRON , Mme BELLO et Mme BAREIGTS et votre clan vous êtes des menteurs !!!!
Mentir et manipuler le peuple quel HONTE !!!
Avoir le pouvoir juste pour davantage remplir ses poches personnels avec les sous des contribuables

49.Posté par lan le 26/11/2018 09:04

vous êtes où les antis gilets jaunes là. Bouz pi koué. C'est une baisse du prix maximal qui est demandé vous pouvez continuer à payer le prix fort si vous voulez. Libre à vous. Vous qui êtes entravés dans votre liberté.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes