MENU ZINFOS
Municipales 2020

Alexandrine Araye (Parti Croire et Oser) pas candidate à Saint-Benoit


Par Nicolas Payet - Publié le Dimanche 2 Février 2020 à 07:44 | Lu 1966 fois

Alexandrine Araye (au centre), entourée de Vanessa Payet-Pignolet (g.) et de Julie Aroubani (d.), candidates de Croire et Oser à St-Denis et à St-André (© Facebook / Croire et Oser)
Alexandrine Araye (au centre), entourée de Vanessa Payet-Pignolet (g.) et de Julie Aroubani (d.), candidates de Croire et Oser à St-Denis et à St-André (© Facebook / Croire et Oser)
Alexandrine Araye, du Parti Croire et Oser, tient formellement à démentir la rumeur qui la voyait se présenter aux prochaines élections municipales à Saint-Benoit. "Mi risk de décevoir deux ou trois moun, ou peut-être, rassurer certains...mais mi informe zot tout, que mi sera pas candidate, à ces élections municipales, ni, su Saint Benoit, ni, su aucune autre commune", insiste la porte-parole du PCO dans un communiqué à lire ci dessous:
 
Clarification sur les candidatures du Parti : "le cas Saint Benoit"

Suite aux articles du 31 décembre 2019 et du 03 janvier 2020 parus dans la presse écrite. Je tenais à m'exprimer sur certaines inepties qui ont été évoquées dans le cadre de ces parutions.  En effet, ces journaux ont avancé que j'étais candidate aux prochaines élections municipales de 2020 sur Saint-Benoit. Mais mi risk de décevoir deux ou trois moun, ou peut-être, rassurer certains ... Mais mi informe zot tout, que mi sera pas candidate, à ces élections municipales, ni, su Saint Benoit, ni, su aucune autre commune.  En définitive, mes interventions publiques, mes prises de parole, ou autres (photos, commentaires sur les réseaux sociaux), relayées ou non par la presse, s'inscrivent dans mon engagement, et actions, au sein du Parti Croire et Oser (PCO), dont je suis la porte-parole.  

Enjeux municipales 2020 : " démocratie à géométrie variable et alliance contre-nature"

Je profite de l'occasion pour vous informer que je soutiens avec force les candidats du PCO qui se présentent sur différentes communes de l'ile, pour les échéances municipales prochaines.  Je tiens à rappeler un point important concernant les élections en général et ces élections municipales de 2020, en particulier. Vous devez comprendre que la politique est l'affaire de tous, mais n'est jamais à la portée de tous!  Le candidat qui se présente devra consacrer tout son temps pour mettre toutes les chances de son côté. Mais en plus du temps consacré, ce candidat potentiel, ou déclaré, ainsi que ses colistiers, doivent aussi trouver, des ressources financières suffisantes pour mener campagne, diffuser de façon la plus large possible leur vision, leur proposition. Ainsi, leur démarche doit respecter des règles bien précises, pour garantir, une candidature sérieuse, sincère, et honnête. Mi pense aussi que le législateur sous couvert de filtrer les candidatures referment aussi les portes de la démocratie, aux petits candidats indépendants, et, de tous ceux qui veulent changer les choses, de manière trop forte "Ceux qui aspirent à transformer la Société en profondeur" Mais na soubat dési ce pwin in ote fwa !   En ce qui concerne les ressources financières,  l'exemple du dispositif, qui découle du document, intitulé, Memento aux Candidats, "le fameux", Guide des Élections Municipales et Communautaires, des 15 et 22 Mars 2020, est éloquent. Par exemple, le candidat qui se présente à Saint-Benoit, et ce, en raison du nombre d’habitants, devra faire appel à un mandataire financier, autrement dit un expert-comptable, pour surveiller la régularité des comptes de campagne. Compte ouvert obligatoirement dans une banque.   La question est oussa y tire l'argent pou paye bann boug la kan oulé un ti candidat indépendant.  

L’effet Gilet Jaune : "la remise en cause du système de démocratie représentative"

De telles règles et contraintes en matière électorale, conduisent nécessairement ces scrutins locaux à une cascade de mise en scène politico-électorale, avec comme seul enjeu : la conservation du pouvoir par quelques dynasties, ou quelques clans. Le mouvement du 17 novembre 2018, et le désaveu populaire du statut de l’élu, aura consacré deux principes : l’anonymat politique, et le reniement des identités politiques (celle des partis traditionnels). En effet, le candidat qui se présente aujourd’hui comme indépendant ou sans étiquette (« S.E ») politique ne l'est que très rarement. Bien souvent zot lé, les émissaires directs, ou indirects, de gros partis politiques institutionnels, ou de politiques influant.  A ce titre, je rappelle que l'une des doléances, des Gilets jaunes (G J) était la mise en place de plus transparence dans les institutions publiques et notamment le train de vie des élus. Je vous rappelle que le mouvement GJ, est un mouvement populaire horizontal (pas de chef, pas de représentant à l'origine). Au départ la contestation portait sur l'augmentation du prix du carburant mais très vite, la contestation est devenue plus générale et le combat a porté sur le problème de la vie chère, notamment à la Réunion.  A ce titre, nos représentants locaux (en voyage au congrès des maires) restaient sourds et aveugles à la situation de pauvreté et parfois de la population réunionnaise. Certes, le blocage était un moyen –on ne peut plus - contestable pour attirer l'attention des élus nationaux, mais c'était un mal  nécessaire. Là où la doxa (l’opinion publique) pouvait voir des exactions, des dérapages (ô combien condamnables), le barrage s’apparentait davantage à un lieu de vie, un espace d’échange et d’expérimentations, en somme, une réappropriation de l’espace public par la population. Ces méfaits ne doivent pas enlever la légitimité du mouvement, qui je rappelle VOULAIT freiner le cercle vicieux de l'augmentation des prix, supportable pour certains mais terrible pour la plupart des Réunionnais, les plongeant dans une incertitude financière très tôt dans le mois, ou dans une extrême pauvreté. Nous avons souvent été critiqués par le manque d’organisation sur l’ensemble du territoire réunionnais. Mais comment un mouvement embryonnaire (de trois semaines) pouvait-il être optimal ? Quand des partis politiques qui existent depuis plus de 70 ans de départementalisation ont encore aujourd’hui du mal à rassembler.  La finalité était de changer les choses pour la population, avec elle, soit la perspective même d’une émancipation territoriale.  Mon expérience des GJ, c'est  la solidarité, l’échange antre domoun, nou té partaz sé sa viv ek domoun...  

4) Le sens de l’engagement politique : "Pour une transformation du Grand Est"

Aujourd'hui beaucoup utilise cette étiquette "Gilet Jaune"  comme un "passeport doré" de légitimité, pour se présenter aux élections municipales de 2020,  ou pour rallier purement et simplement d'autres politiques, perpétuant un système, toujours plus confiscatoire de liberté, de démocratie, et soutenant directement ou indirectement, des réformes gouvernementales, qui cassent  toujours plus l’identification entre le Pouvoir et le Peuple. Ces personnes nous trahissent, trahissent le Peuple, trahissent l’esprit des GJ, trahissent l'idée même de changer les choses pour la population réunionnaise dans son ensemble.  L'avenir ne sera ni rose ni bleu, on ne choisit pas un candidat(e) par dépit, on ne vole pas au secours d'une victoire. Il faut agir et lutter contre l'injustice, avec ou sans mandat. Je pense que chaque Femme ou Homme politique devraient, au préalable, s'engager dans la Vie de la  Cité, pas comme politique  MAIS de manière désintéressée, par rapport aux échéances électorales, et en dehors de toute motivation politicienne !

Par exemple, ces femmes et hommes pourraient intervenir en fonction de questions plus personnelles, liées notamment à la culture, à l’histoire, au patrimoine ou des domaines comme l'économie, le droit, l'éducation, les questions sociales en général, l’environnement. Et on peut imaginer, qu’ils utilisent le cadre associatif. Chacun agirait  avec ses capacités propres, en fonction de ses disponibilités, afin de réfléchir sur des questions, problématiques et, éventuelles solutions,  portant sur la ville ! Cela  aiderait entre autre à animer un quartier,  expliquer et rendre accessible des informations pour les administrés, etc.

Bref agir avec altruisme pour la ville Saint-Benoit !

Dans tous les cas, même si je ne suis pas candidate en tant que tel, mon Parti, ses membres et ses dirigeants ont vocation à occuper l’espace politique dans la région Nord-Est, ce qui inclue nécessairement Saint Benoit. Nous avons élaboré un "Programme de Cohérence Territoriale" (PCOT), qui établit une perspective politique, au-delà des seuls enjeux électoraux à venir, qui transcende les clivages politiques traditionnels. Nous militons pour une refonte de modèle, un changement de logiciel politique, dont la zone d’expérimentation serait préalablement : le territoire continu Nord-Est. En somme nous appelons de nos vœux : la mise en place d’une (voire deux) métropoles administratives (super agglomération) (pour le "Grand Nord Est" / pour le "Grand Sud-Ouest"). Nous y travaillons depuis un certain temps, notamment sur le constat reconnu par l’ensemble des observateurs institutionnels : la logique de rattrapage économique et structurel de la zone Est. Nous croyons fermement que la plupart des enjeux du territoire réunionnais se joueront dans cette région, sur les dix années à venir. Pour ma part, j’ai toujours eu à cœur de changer les choses à Saint Benoit, et ai toujours voulu servir par l’action, les idées et le poids politique du PCO pour un jour y parvenir. Et ce malgré, les différents obstacles, embuches que nous avons rencontrés sur notre route.

Diagnostic territorial :
Saint Benoit dispose de suffisamment de ressources pour connaitre un essor à la hauteur de son territoire. Néanmoins, cette ville – et partant l’ensemble de la zone Est – a pâti de l’emprise d’un clan saint-andréen, qui a concentré et monopolisé les moyens étatiques et de la décentralisation uniquement pour son compte patrimonial. Il s’agit en effet, de recenser les atouts de cette ville, et lui fixer comme cap politique : la bataille contre l’enfermement dans le système dynastique, contre l’immobilisme, la léthargie. Autant d’entraves qui empêchent la ville d’être attractive sur le périmètre est. Nous recensons entre autres les atouts suivants :

Un littoral à aménager, la disponibilité foncière - passant de la rivière des roches aux orangers par l'abondance -, pont payet, la confiance, cambourg, sainte anne etc. Nous sommes la 2éme Commune de l’Ile par sa superficie avec : deux zones économiques (Bras Fusil et vers Ste Anne) ; l'environnement, les espaces publics, des sites touristiques et du patrimoine communal et culturel.

En matière d’infrastructures publiques : une antenne Est CG, la santé, Un Pôle sanitaire, une clique Privée, une maison de retraite, 3 casernes de gendarmerie, une sous-préfecture, une gare routière, un centre de finance publique, Pôle Emploi, Mission Locale... Un personnel qualifié : les médecins, les spécialistes, les infirmiers. Saint benoit c'est l'activité maritime Des terres agricole avec une l’histoire, l’histoire de la canne, le sucre, La distillerie, Un projet d’aménagement et de rénovation de l’habitat social (Anru) Mais quel bilan les mandatures des différentes instances (CCIR, CIREST, Mairie de St Benoit) peuvent elle dresser ?

En ce dernier jour du mois de janvier 2020, j’adresse aux bénédictines, et bénédictins mes vœux Politique d’un Saint-Benoît à l’écoute de sa Population et des préoccupations de ces Administrés, d’un Saint-Benoît Capital de l’Est, d’un Saint-Benoît Ville des Eaux Vives et d’un Saint-Benoît plus fort dans la CIREST.

Pour cela nous invitons les forces Vives du Territoire, à venir échanger avec nous pour "Aimer et faire aimer Saint Benoit ! Domin lé Azot, Domin lé Anou !"




1.Posté par Cloclo le 02/02/2020 08:11 (depuis mobile)

Elle dit la même chose que tous les autres candidats, mais elle, elle est la meilleure. Et en quoi ? Quelles sont ses actions pour le peuple ? Elle voulait profiter de l'élan des GJ mais par manque d'organisation, de réalisme... elle n'arrive pas.

2.Posté par la di la fé le 02/02/2020 13:20

Elle accuserait la CIREST de favoriser Saint André? Ce n'est pas sans rappeler les accusations de Payet-Gangnant Valérie...
Elle ne se présente pas mais soutiendrait la candidate issue de la majorité actuelle? On prend les mêmes et on recommence?
La droite, oui mais pas n'importe qui!

3.Posté par bob le 02/02/2020 15:14

3 CANONS... DOMMAGE MI HABITE PAS SAINT ANDRE SINON MOIN TE I VOTE POU CES 3 DROLES DE DAMES POU VIRER VIRA...

4.Posté par Mister440 le 02/02/2020 20:57 (depuis mobile)

« Garantir une candidature sérieuse, sincère et honnête » c’est beau sur le papier... Peut-on en déduire que votre candidat se présentant sur Ste Suzanne a honnêtement fait savoir à ses potentiels électeurs qu’il vit dans une autre commune ?

5.Posté par babar run© le 02/02/2020 21:12

post@3.....pas faux....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes