Courrier des lecteurs

Alerte au sommet de l'Etat et dans les médias

Samedi 20 Janvier 2018 - 13:00

Alerte au sommet de l'Etat et dans les médias
Le gouvernement le claironnait depuis des semaines : dès cette année, tous les ménages devaient  engranger  les bénéfices de la politique fiscale et budgétaire voulue par  le  chef  de notre  gouvernement Macron.

Et puis  patatras : l’OFCE vient  d'affirmer le contraire : "les mesures du budget  2018,  seront, globalement et en moyenne, quasiment neutres sur le pouvoir d’achat des ménages en 2018" et , qui plus est, devraient creuser les inégalités dans le pays.

Cela s’explique notamment par la hausse immédiate de la  CSG et des droits indirects (tabac, essence, gaz...) non  compensée par la baisse des cotisations sociales salariales, ou la suppression échelonnée de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages.

Résultat : le pouvoir d’achat global devrait donc diminuer au premier trimestre 2018  (–0,5 %) et stagner après.
Pire encore ces chiffres ne sont que des moyennes et les effets sont bien différents selon le niveau de vie des ménages.

"Les mesures nouvelles seraient en 2018 largement au bénéfice des 2 % des ménages du haut de l'échelle.  Au final, les 5 % de personnes les plus aisées en France verront leur pouvoir d’achat grimper de 1,6 % en 2018 (1.730 euros par ménage) et même de 4,8 % pour le 1 % des Français le plus riches.

Et puis il y a les perdants absolus !

Ce sont d’abord les 5 % les plus modestes, qui devront attendre la revalorisation des minima sociaux et la réforme de la taxe d’habitation alors qu’ils subiront dès le début de l’année la hausse des taxes sur le tabac et l’alcool. Leur pouvoir d’achat pourrait donc baisser de 0,6 % (60 euros par an et par ménage).

Et il y a  bien entendu les retraités  au dessus de 1200 €/mois qui subiront une hausse nette de leur  CSG  de  2%  (1,7% brut), non compensée pour la plupart par la  baisse partielle de leur taxe d'habitation. Pour eux  ce sera 4%  de pouvoir d'achat en moins en 2018, puisque leur retraite sera gelée jusqu'en 2019 et qu'on peut s'attendre à une inflation de près de 2%.

Ce  qu'il faut retenir de  l'étude OCDE, c'est que "les 5 % des ménages les plus aisés capteront 42 % des gains à attendre de la mise en place des mesures  Macron".

Branle bas de combat dans les revues économiques qui soutiennent Jupiter, pour éteindre l'incendie.

Le  gros  camion est de  sortie : l'OFCE est un think tank" de  gauche", proche  de Mélenchon, nous assène- t-on depuis  ce matin. Donc  son étude  est  partiale.

La  grosse  lance est remise  en service : en  2019  et  2020 ça  ira  mieux , nous promet-on.

Et puis il faut beaucoup d'eau : ce  sont les classes moyennes, qui auraient voté Macron, qui seront sacrifiées, affirme-t-on. Elles ont accepté  volontairement  ce  sacrifice  pour  le bien  être  de l'humanité. Donc hommage  au  vertueux  , génial  et divin Macron  et à  ses généreux  électeurs.



 
Pierre Balcon
Lu 1059 fois



1.Posté par Pamphlétaire le 20/01/2018 14:43

M. BALCON, Bonne Année. votre plume est exquise et je lui attribue la note de 20/20. Et par l'OFCE, j'en ajoute une couche par l'article BUDGET 2018 : PAS D'AUSTÉRITÉ MAIS DES INÉGALITÉS par Pierre Madec, Mathieu Plane et Raul Sampognaro OFCE Sciences Po Paris

Si le budget 2018 se caractérise par un très faible ajustement budgétaire structurel sur la période 2018-2019, il contient de nombreuses mesures fiscales et budgétaires générant de multiples transferts au sein de l'économie. Les mesures contemporaines issues de la politique fiscale et budgétaire nationale conduiraient à réduire le PIB, toutes choses égales par ailleurs, de -0,2 point de PIB en 2018 et -0,1 point en 2019 (par rapport à 2017). En revanche, les mesures mises en place les années antérieures
apporteraient un gain de croissance significatif en 2018 et 2019, permettant d'avoir au final une contribution positive de la politique budgétaire nationale au PIB (+0,1 point de PIB en 2018 et +0,2 point de PIB en 2019, par rapport à 2017). En moyenne sur 2018, les mesures fiscales et budgétaires auraient un effet quasi-nul sur le pouvoir d'achat global. En revanche, en ce qui concerne l'impact redistributif des
mesures nouvelles pour les ménages, celles-ci devraient être en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution des revenus qui sont ceux qui détiennent l'essentiel du capital mobilier. A contrario, pour les ménages du bas de la distribution, les revalorisations tardives des minima sociaux ne sauraient compenser les fortes hausses de la fiscalité indirecte. Globalement, pour les « classes moyennes », les mesures nouvelles devraient avoir un impact net nul. Les ménages situés au-dessus des « classes moyennes » mais en-dessous des 2 % les plus aisés verraient eux leur niveau de vie se réduire sous l'effet des mesures nouvelles. En fin d'année, et non en moyenne sur 2018, le diagnostic évolue en faveur des « classes moyennes » du fait notamment de la baisse complète des cotisations salariés. En 2019, les gestes supplémentaires adressés aux ménages se traduiront par une augmentation générale des niveaux de vie mais les gains enregistrés par les centiles les plus élevés de niveau de vie resteront, à la fin de l'année 2019, bien plus importants, tant en euros qu'en pourcentage de niveau de vie, que les gains enregistrés par les ménages du reste de la distribution.

(…) j'écris tant qu'il plaît à ma plume, c'est elle qui gouverne tout (…) Mme de Sévigné, 631,30 jlt 1677.
Moi, la plume à la main, je gourmande les vices (…) Boileau, Discours au roi

2.Posté par GIRONDIN le 20/01/2018 19:57

La presse économique écrira la vérité selon ToUtEnMaCrOn, le reste fake news !

La France et ces usines à gaz. Je vais comme d'habitude laisser des plumes.

3.Posté par klod le 20/01/2018 23:08

"Je vais comme d'habitude laisser des plumes. "................. yes Girondin ............................

laissons les "gloser" .bon week camarade !

4.Posté par Saucratès le 21/01/2018 00:40

Salut Pierre. Ils n'ont pas de chance les pauvres. Pauvres, alcooliques et fumeurs. C'est tout le problème des moyennes. Ils ne perdront que s'ils cumulent les vices. En moyenne, ce que vous dites doit être vrai ! (Je n'irais pas vérifié). Mais je suis d'accord avec vous, cette mesure de transfert de la CSG est une arnaque dont on ne verra pas la couleur. Cela nous a quand même permis d'échapper au prélèvement des impôts à la source. L'Ofce, un think tank de gauche : Lol ! La retraite vous va bien, en vous rendant votre liberté d'expression. Cela énerve-t-il quelqu'un à la préfecture ? Bien cordialement. Saucratès.

5.Posté par zanluc le 21/01/2018 12:08

selon le cabinet d'audit EY macron a crée 8 nouveaux impots

6.Posté par margouillat974 le 21/01/2018 13:51

Et pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus des gaspillages des deniers publics, je recommande le rapport officiel de l'annexe au projet de loi de finance 2018, dans la partie Personnels affectés aux cabinets ministériels : c'est ahurissant!

7.Posté par Pierre Balcon le 21/01/2018 17:53

à post 4

Deux observations :

1- Contrairement à ce qu e vous dites , l'impôt à la source sera bien mis en oeuvre en 2019 .
Donc soyez vigilant dans votre déclaration de revenus 2018 ( revenus gagnés en 2017 ) parce que c'est cette déclaration qui permettra de "caler " le niveau de prélèvement qui sera opéré sur vos revenus dès janvier 2019 , à partir du taux moyen d'imposition déterminé sur vos revenus 2017 .
Si vos revenus baissent en 2019 votre prélèvement restera proportionnellement identique pendant 12 mois et c'est là l'entourloupe .
Exemple supposons que vous perdiez 30 % de revenus en 2019 . Dans l'ancien système par le mécanise de l'impôt progressif ( tranches ) votre taux d'imposition aurait été ajusté . Eh bien là on continuera pendant un an à vous imposer au même taux .

2- La CSG est un impôt à la source établi suivant le principe d'une flat tax ( taux proportionnel.)
En France on a mis 100 ans à convenir de ce principe de justice fiscale qu'est la contribution progressive et non pas proportionnelle, ceci grâce au combat des socialistes et des radicaux ( voir à ce sujet les débats de 1914 à l'Assemblée Nationale .
Macron et sa bande en 1 nuit détricotent ce principe .

Et ce qui me désole le plus ce sont ces idiots utiles de 2018 , comme KLOD , soit disant de gauche , qui applaudissent .
L'homme est décidément une belle saloperie..

8.Posté par Lesseps le 22/01/2018 00:30

@ Pierre balcon : voilà ce qui est dit sur le site des impôts concernant les variations de’ revenus sur l’annee : « En cas de changement de situation conduisant à une variation significative de l’impôt prévisible (mariage, naissance, baisse ou hausse de revenus), le contribuable peut demander une mise à jour en cours d’année du taux de prélèvement à la source en accédant à son espace sécurisé sur le site impots.gouv.fr. »

Donc modulable , au contraire de ce que vous dites ...

9.Posté par JANUS le 22/01/2018 09:23

Je fais partie de cette classe dite "moyenne", qui va y laisser des plumes ... Et je l'assume complétement ...

Certains me trouveront "maso" ... D'autres penseront que je suis "responsable", en acceptant des réformes pour le bien-être futur de nos enfants et de nos petits-enfants ...

Je laisse à chacun le soin de me "juger", s'il l'estime nécessaire ...

10.Posté par Pierre Balcon le 22/01/2018 10:25

à post 8

Expliquez moi ce que veut dire ce qualificatif foireux utilisé par les technocrates :
" significatif " (1).
En fait ils veulent nous dire que c'est eux seuls qui apprécieront .

:
Concrètement vous ne connaissez pas l'administration !

Exemple : vous êtes licencié en mai 2019 ( ce que je ne vous souhaite pas naturellement) et perdez en conséquence 40 % de vos revenus .
Pour le coup vous pensez entrer dans les cas "significatifs " de perte de revenus .
Eh bien je parie qu'il vous faudra au minimum 6 mois pour faire enregistrer cette modification.
Le temps que toute la chaîne d'information actualise les attributs de votre situation fiscale.
Alors que vos revenus vont baisser drastiquement , vous allez voir votre allocation chômage être amputée de l'IRPP au taux antérieur pendant toute la période d'instruction de votre demande d'ajustement du taux .

Vous pensez sérieusement que votre patron sera informé en temps réel de la décision du service des impôts !!!!

Autre cas de figure : vous percevez des revenus fonciers ( par exemple loyers qui ne peuvent donner lieu à prélèvement à la source ) . Ils peuvent pourtant avoir ont un impact considérable sur le niveau de vos revenus imposables . Et ce sont pour l'heure ces revenus imposables globaux qui supportent la charge fiscale . La cible du prélèvement fiscal "a priori" sera celle qui sera le mieux à portée des services fiscaux Et ce sera inévitablement le salaire , la pension ou l'allocation .

Imaginez que vous cessiez de bénéficier des ces revenus fonciers . Pourtant ce seront vos revenus ( salaire , pensions etc..) qui seront ponctionnés , sur la base de l'année n-2 , impôt et CSG .

Vous allez voir le casse tête pour faire valoir vos droits. On vous demandera évidemment des preuves que vous ne pourrez pas transmettre par internet sur ce sacré espace sécurisé

Vous aurez de drôles de surprises.

Avez vous déjà fait l'expérience de reversement d'un trop perçu ?? Ce sera pire !

Ce prélèvement à la source va inverser la "charge de la preuve" : ce sera au contribuable d'apporter la preuve que la modification de sa situation aura un impact négatif sur son statut fiscal . Et les échanges avec l'administration peuvent s'éterniser , un arbitrage devant être fait entre les éléments en plus et les éléments en moins .

Et dites moi ! vous êtes un bon démocrate , je suppose .

Si les citoyens estiment que ce prélèvement à la source leur est favorable pourquoi n'ont ils pas massivement plébiscité la mensualisation. Car au fond le prélèvement à la source n'est que l'extension forcée de la mensualisation.

Bon libre à vous de continuer à figurer dans la liste de gogos macroniens . Le chef ne vit d'ailleurs que de l'ignorance publique. C'est son fond de commerce .

(1) j'ai lu que le gouvernement ne voulait pas fixer d'avance de seuil mais qu'il considérait qu'il fallait perdre au moins 10 % de ses revenus pour être recevable à demander un ajustement du taux de prélèvement .

11.Posté par Pierre Balcon le 22/01/2018 13:07

à post 9

Je vous rassure , vous n'êtes pas "maso".
vous êtes peut être un" idiot utile"
Vous êtes peut être même un gros égoïste , tartufe , à double face , comme le suggère votre pseudo , et à vrai dire comme tous les bons français .

L'auto- rattachement à la "classe moyenne" peut être une pirouette pour se faire passer pour victime .
Il est dans la nature des " moyennes" de recouvrir une large diversité de situations .

Pour ne pas qu'on se méprenne sur votre vertu ou votre vice et qu'on "passe à côté de votre héroïsme , pouvez nous dire :

- quel est la nature et le niveau exact des revenus de votre foyer fiscal ;
- quel est la nature et le niveau de votre patrimoine ;
- quel est la nature et le niveau de vos charges .

A combien évaluez vous vos sacrifices et en quoi ils préparent l'avenir de nos enfants .

J'ai lu plus surement dans la presse de ce matin que, dans le prolongement de l'étude Piketty , l'ONG OXFAM vient de nous éclairer sur l'accentuation des inégalités au niveau mondial :

- en 1 année le nombre de milliardaires a connu la plus forte hausse de l'histoire moderne ; leur richesse s'est accrue de 762 milliards ; en 17 ans , soit entre 2000 et 2017 , leur nombre est passé de 300 à 2000.
- les salariés ont vu en moyenne leurs revenus majorés de 2 % par an , tandis que ceux des milliardaires ont grimpé de 12% par an ;
- 42 personnes les plus riches détiennent plus de richesse que le 3,7 milliards les plus pauvres ;
- l'évasion fiscale annuelle des 1% les plus riches est évaluée à 200 milliards .


Pour la France j'ai décrit la situation que nous prépare Macron.

Je visais dans mon propos la fiscalité punitive. Mais j'aurais pu parler de l'autre versant , de la fiscalité bienveillante envers les plus riches :
- la suppression de l'ISF ,
- la baisse de l'IS ;
- l'institution d'une flat tax à 30 % , se substituant à l'IRPP et à la CSG sur les revenus financiers , qui aura pour effet d' abaisser pour les plus riches la pression fiscale de plus de 25 % tandis qu'on va majorer de 25 % les prélèvements sur les pensions.

Il faudrait lever à cet égard un gros mensonge qui sous tend aussi la justification de vos supposés sacrifices :
- la baisse de la pression fiscale sur les revenus financiers n'est pas focalisée sur les valeurs mobilières françaises ,
- la baisse des cotisations salariales , corollaire à l'augmentation de la CSG , concerne tous les salaires y compris les hauts revenus et pas seulement ceux des jeunes comme on nous le serine . Certains verront leurs salaires augmenter de 500 € tandis que les "petits vieux moyens" verront leur pension baisser de 100 euros .

C'est donc ainsi que vous prétendez préparer l'avenir .
Dites nous donc par quel mécanisme de redistribution spontanée.

12.Posté par Lesseps le 22/01/2018 14:34

@10: le seul truc foireux que je lis pour l’instant c’est votre prose :) Car vous ne faites que supputer ... Apanage des esprits simples ... pour info , nombre de pays sont au prélèvement à la source et ne s’en plaignent aucunement :) ils n’ont pas attendus qu’un BALCON mal embouché leur explique l’economie Mondiale vu du fond de son canapé... Il ne suffit pas d’être un filloniste aigri pour faire la morale au monde entier (sa morale chretienne a d’ailleurs fait la une des journaux ) ...

13.Posté par Pierre Balcon le 22/01/2018 17:04

à post v 12 le méchant bienveillant .

Vous avez déjà tous les symptômes de la macronite aigue .
Je rappelle, pour les profanes , la physionomie générale de ces patients là :
- culte du mandarin et de tous les chefs de service ;
- mimétisme ( dans la clinique d’à côté ils font comme ça alors pourquoi pas nous ) ,
- préférence pour l’anonymat , convaincus qu’il sont d’avoir contracté une maladie honteuse et repli sur eux mêmes ;
- impatience à l’égard des infirmiers qui voudraient pourtant leur délivrer quelques soins ;
- acharnement à soutenir que le traitement qu’on leur a prescrit est le seul possible et le meilleur ;
- fascination pour les patients fortunés qui ont eu droit à une chambre « seule » ;
- réticence à payer les honoraires à la sortie , leur mutuelle devant y pourvoir ;
- lâcheté quand l’amputation s’impose ;
- propension à contaminer leur environnement ;
Bon trêve de plaisanterie , je suppose que Lesseps a opté lui-même pour le prélèvement automatique . Qu'il me donne son identifiant fiscal que je vérifie ce point , puisque j’ai la base de données sous le nez .
Comment il n'est pas mensualisé !.
Alors là c’est la meilleure . Il veut imposer à tout le monde ce qu'il se refuse à lui même !
Au moins qu'il argumente pour le plus grand bénéfice de nos lecteurs . Qu'il nous dise, sans regarder ses notes, quel est l’avantage du prélèvement à la source pour les contribuables, par rapport à la mensualisation ou encore plus simple par rapport à l’ouverture d’une espace privé qui permet de suivre en temps réel ses transactions .fiscales
Et puis qu'il arrête de regarder chez les voisins , comme les propagandistes l'y invitent .
L’impôt à la source n’y est pas pratiqué comme on l’envisage chez nous .
Ce système ne fonctionne bien que quand on a une « flat tax » .
En France nous avons un IRPP avec quatre modalités particulières de calcul qui rendent complexes son établissement :
- il est progressif ( existence de tranches) et donc les variations de revenus peuvent avoir un impact important sur le niveau du prélèvement ;
- un quotient familial fait varier le niveau du revenu net imposable ;
- de nombreuses exonérations ponctuelles ou structurelles viennent moduler l’impôt.
- il consolide des revenus de nature différente.

Attendons les arguments de Lesseps..

14.Posté par Lesseps le 22/01/2018 17:56

Provenant d’un ancien haut fonctionnaire de la préfecture de la Réunion , la phrase : culte d’un mandarin et de tous ses chefs de service prend toute sa valeur :) Tout le monde connaît la propension des hauts fonctionnaires à lécher tous les derrières qui passent à leur portée pour se faire reluire les mocassins en cuir... Il y a un bal de trop dans votre nom cher haut fonctionnaire sur rémunéré et qui a peur de tout ceux qui pourraient lui enlever ses multiples avantages napoléoniens !!!

15.Posté par margouillat974 le 22/01/2018 21:21

Devons-nous en conclure, Lesseps, que vous approuviez et justifiez : l'augmentation de la C.S.G sans contrepartie( puisque si diminution des prélèvements de sécurité sociale, mais augmentation des mutuelles, du forfait hospitalier et des consultations ).
Le don à l'état de 75 %des revenus de votre travail ( T.V.A., taxes sur l'eau, l'essence, assurances, électricité, parking,taxe d'habitation , bref, pour chaque action de votre vie: une taxe) n'est pas pour vous excessif?
Je pense que vous devez avoir un très gros salaire et un joli parc immobilier pour accepter encore une amputation supplémentaire avec le sourire!
Quant à l'avenir de nos enfants : ça fait 35 ans que je cotise, et je n'ai vu aucune amélioration, je dirais même que les conditions de vie, de soin, d'accès au marché du travail, d'accès à l'autonomie pour nos jeunes deviennent de plus en plus " compliquées"
Et n'oubliez pas, pour la petite histoire : Jupiter n'a pas d'enfant, Mme Merkel,M. drunker non plus : comment peuvent-ils se sentir concernés par l' avenir?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 11:10 Ils nous prennent pour des cons