Justice

Alcoolisé à 2,56 g/l de sang, il frappe sa compagne à coups de casserole

Jeudi 8 Février 2018 - 16:33

[Comparution Immédiate] Ce matin, un homme, M.JP comparaissait pour des faits de violences avec arme, en état d'ivresse et de récidive. Une fois de plus, l'alcool est l'élément prédominant. L'homme, lors de son arrestation, est contrôlé avec 2,56 g/l de sang.

Les faits se sont déroulés au domicile conjugal où il vit avec sa compagne. Ils sont pacsés et le bail est au nom de madame. Ils se sont connus très jeunes et ont trois enfants ensemble. Après plusieurs séparations, elle a accepté de le reprendre à chaque fois. Comme elle le reconnaît de son côté, ils ont une addiction à l'alcool et boivent la plupart du temps tous les deux. D'ailleurs, conscients de leurs problèmes d'alcool, le couple a fait placer ses trois enfants. Les enfants étant hébergés à la Plaine-des-Palmistes, ils ont décidé de venir habiter depuis peu à Sainte Suzanne pour se rapprocher d'eux afin de les voir plus souvent. 

Ce lundi matin, le couple part faire des courses. Au retour, s'en suit une altercation verbale et JP quitte la maison. Il rentre en début de soirée, ivre et une dispute éclate. Pour bien restituer le contexte de vie du couple, il est important de savoir qu'une procédure est en cours pour violence réciproque, JP ayant reçu un coup de couteau... de sa compagne.

Il ne supportait plus ses réflexions

Ne supportant pas que madame lui fasse des réflexions, il devient violent. Alors qu'elle le menace avec une casserole, JP bloque son poignet et lui fait une balayette pour la faire tomber au sol. Il lui assène ensuite des coups des casserole au visage, des coups de poing et lui tape la tête au sol. C'est en se rendant compte que sa compagne gisait au sol, la tête en sang sans bouger, que JP prend peur et va chercher un voisin pour l'aider. C'est le voisin qui finalement appellera les secours et les gendarmes vers 20h30. À la barre, JP lance : "je l'aime, on s'aime mais quand elle a bu, je perds mon sang froid"

Présente lors de l'audience, la victime, invitée à s'exprimer, affirme à madame le Président : "Je ne veux plus vivre avec lui. Je veux aussi qu'il paie pour ce qu'il a cassé." Son avocate explique "elle a arrêté de boire pendant trois ans. Elle a finalement recommencé à force de le voir boire devant elle avec ses potes. D'ailleurs, elle rentre en cure de sevrage le 12 février prochain."

La procureur explique "si le prévenu a déjà été condamné à quatre reprises pour des faits similaires, l'équation n'est pas si simple. Il va falloir trouver la juste sanction". Elle rappelle aussi que l'alcool est un phénomène sociétal qui malheureusement est banalisé. Elle demande à la présidente une peine de 2 ans de prison dont 1 an de sursis et mise à l'épreuve, une obligation de soins et le placement en détention immédiat.

"Il a vu du sang, il a appelé les secours"

Pour sa part, l'avocate de JP, met en cause l'oisiveté du couple qui, selon elle, "entraîne l'alcool en distraction". Elle insiste "il a pris conscience de la gravité de ses actes, il a vu du sang, il a appelé les secours". Elle finit par "je vous demande de tenir compte du contexte alcoolique et des incohérences de madame qui reviennent à chaque fois."

La Présidente reconnaît JP coupable des faits qui lui sont reprochés. Elle prononce une peine de deux ans dont un an de sursis avec mise à l'épreuve. Une obligation de soins et une interdiction de rentrer en contact avec la victime. JP dormira en prison ce soir car un mandat de dépôt a été établi à son encontre.
Pascal Robert
Lu 2582 fois



1.Posté par Yann le 08/02/2018 16:39 (depuis mobile)

Bonjour Zinfos.
Pourquoi ne pas citer nom et prénom?
On le fait bien dans l article du vol de coffre de la JSSP.
Yann

2.Posté par JMR974 le 08/02/2018 16:39

Ce type est un vrai manche !

3.Posté par cmoin le 08/02/2018 17:10

Il faut mieux choisir son homme pour que ce genre de situation en se répète pas.

4.Posté par Hugh le 08/02/2018 17:23

Il va les trainer longtemps ses casseroles.
À sa sortie de taule, il n'a qu'à essayer la batterie.

5.Posté par Bad boy le 08/02/2018 17:35 (depuis mobile)

Encore un bad boy ?

6.Posté par titi974 le 08/02/2018 17:59

Encore une sacrée famille tuyaux de poêle, on nous dit qu’ils sont oisifs donc ne travaillent pas , les gosses sont placés et on suppose donc que l argent des rsa passent dans l alcool majoritairement un an de cure de désintoxication en geôle pour l homme devrait assainir un peu son foie c’est tout de même grave de voir les ravages de l alcool et qu’en faite peu de mesures sont prises pour endiguer ce fléau....

7.Posté par Marie le 08/02/2018 18:49

......et depuis sa femme chante comme une....casserole c'est çà????

8.Posté par Choupette le 08/02/2018 21:43

Ils admettent leur problème d'alcoolémie et placent leurs enfants.

Pour plus et mieux picoler en paix ... ?

9.Posté par Jean marc NAGES le 09/02/2018 08:41 (depuis mobile)

BALTRIQUE

10.Posté par Pamphlétaire le 09/02/2018 20:10

Dis mois qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es!
Qui se ressemble, s'assemble!
Les individus dotés de qualités et défauts semblables souvent s'associent ou forment des couples.

11.Posté par Pamphlétaire le 10/02/2018 10:28

Dommage que le texte de l'ancien code pénal n'ait pas été repris sa place dans son intégralité avec le nouveau code pénal en ce qui concerne l'ivrognerie habituelle devant des enfants mineurs par le ou les parents : Peuvent être déchus d l’autorité parentale, en dehors de toute condamnation pénale, les père et mère qui, soit par de mauvais traitements, soit par des exemples pernicieux d’ivrognerie habituelle, d’inconduite notoire ou de délinquance, soit par un défaut de soins ou un manque de direction, mettent manifestement en danger la sécurité, la santé ou la moralité de l’enfant.

Peuvent pareillement en être déchus, quand une mesure d’assistance éducative avait été prise à l’égard de l’enfant, les père et mère qui, pendant plus de deux ans, se sont volontairement abstenus d’exercer les droits et de remplir les devoirs que leur laissait l’article 375-7


Pour moi, l'utilisation du lance-flammes, avec modération, aurait été plus efficace, plus simple et il n'y aurait jamais eu de récidive, n'est-ce-pas?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >