MENU ZINFOS
Faits-divers

Alcool, jalousie et violences : "Le cocktail à trois têtes" des violences intrafamiliales


Ce mardi, le tribunal correctionnel de Saint-Pierre s’est penché sur de trop nombreuses affaires de violences conjugales. Toutes avaient pour ingrédients une bonne dose d’alcool et une pointe de jalousie, avec pour résultats des violences commises envers des femmes et parfois des enfants.

Par - Publié le Mardi 29 Mars 2022 à 19:01

Le cas de Tony, 42 ans, illustre ce "cocktail à trois têtes" décrit par le président du tribunal. Tony s’en est pris à celle qui partage sa vie et à sa fille le 7 septembre 2021. Parti boire à vélo, le quadragénaire est revenu chez lui complétement ivre vers 23H en réveillant toute la maisonnée. Madame lui demande alors d’aller dormir sous la véranda. Les insultes pleuvent. Tony la traite de pute et la violente jusqu’à ce que sa fille appelle la police. 

Ce n’est pas la première fois que la violence est utilisée comme méthode de communication chez Tony. Trois mois auparavant, il avait tenté d’étrangler sa compagne et lorsque la jeune adolescente de 12 ans s’était interposée il l’avait poussée violemment sur un miroir. Sa tête avait cogné le rebord du lit. Ivre là encore, sans faire plus aucune distinction, il avait traité l’enfant de pute. Tony avait aussi rabaissé et humilié l'adolescente. "C’est une merde. Elle n’arrivera à rien", cite le président du tribunal.

"La société ne pardonne pas" 

Malgré ces violences, la mère a décidé il y a deux mois de donner une chance à Tony. "Quand il a bu, il est quelqu’un d’autre", le défend-elle, refusant de se porter partie civile pour elle ou pour sa fille. Comment reconstruit-on une vie de couple après ce genre de faits, questionne le président . "On a discuté, on oublie le passé. Je vis chez moi", répond Tony qui peine à convaincre le tribunal d’une prise de conscience. 

"J’entends 5 à 10 fois par jour les mêmes faits et les mêmes explications", doute la procureure qui tient à s’adresser à la mère et la fille assises sur le banc des victimes. "Si vous pardonnez ,moi je ne pardonne pas, la société ne pardonne pas", tance Caroline Calbo qui souligne la nécessité pour un enfant de vivre dans un environnement sain et respectueux envers les femmes.

Pour Me Bruno Raffi, son client a déjà entamé le travail de prise de conscience et de soins puisqu’il n’a pas bu durant les fêtes. 

Suivant les réquisitions du parquet, le tribunal condamnera Tony à 8 mois de sursis. Il devra également suivre des soins et un stage de responsabilisation pour les auteurs de violences conjugales.


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Mamode le 29/03/2022 22:15

Un alcoolique reste et restera toujours un alcoolique. Un misérable....

2.Posté par Mais LOL le 30/03/2022 10:41

A coté de ça, un mec va vendre 2 boulettes de shit et se prendre 8 mois FERME !
Il faut nettoyer la "justice" de ses frères obscurs...

3.Posté par MICHOU le 06/04/2022 13:35

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-faites-aux-femmes-quel-outil-judiciaire-efficace-inventer/ar-AAVUhkF?ocid=msedgdhp
Et si on arrêtait de classer sans suite et qu'on sanctionnait dès les prémices, harcèlement ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes