MENU ZINFOS
Politique

Aide universelle d’urgence pour les victimes de violences conjugales : "Une avancée non négligeable", plaide Nathalie Bassire


Dans un communiqué, la députée de la 3e circonscription, Nathalie Bassire, est revenue sur la proposition de loi visant à la création d'une aide universelle d'urgence pour les victimes de violences conjugales. Le texte avait été adopté en première lecture par l'Assemblée nationale le 16 janvier dernier. Nathalie Bassire demande au gouvernement de l'inscrire le plus rapidement possible au Sénat "dans l'intérêt des victimes de violences conjugales".

Par NP - Publié le Lundi 23 Janvier 2023 à 12:42

Aide universelle d’urgence pour les victimes de violences conjugales : "Une avancée non négligeable", plaide Nathalie Bassire
Je suis intervenue en séance publique au Palais Bourbon le Lundi 16 janvier 2023, au nom de mon groupe LIOT, au sujet de la proposition de loi initiée par la Sénatrice Valérie Létard et de son groupe de l’Union Centriste au Sénat. Ce texte pour lequel j’ai voté favorablement a été adopté en 1ère lecture par l’Assemblée Nationale.
En effet, la prise de conscience autour des violences conjugales s’est accélérée ces dernières années. Notre arsenal juridique s’est renforcé depuis le Grenelle des violences conjugales et il faut s’en féliciter.
Mais reconnaissons que nous en sommes encore aux balbutiements. Malgré le renforcement des mesures, le nombre de victimes et de plaintes continue d’augmenter, preuve que le chemin est encore long.
En Outre-Mer, comme dans l’hexagone, aucun territoire n’échappe à cette terrible réalité de la difficulté d’accompagner au mieux les victimes. A titre d’exemple, les premiers retours sur les expérimentations pour améliorer l’accès au logement des victimes montrent qu’un nombre encore réduit de territoires s’est saisi des possibilités ouvertes par la loi.
Il faut donc faire mieux et vite !
Évidemment, la priorité doit être l'éviction de l'auteur des violences du domicile conjugal. Mais il est parfois plus urgent, voire préférable, de mettre les victimes à l’abri. C’est pour cela que notre groupe appelle le Gouvernement à augmenter le nombre de places en centre d'hébergement et de réinsertion sociale.
En effet, la dépendance économique dans laquelle les victimes se trouvent souvent vis-à-vis de leurs conjoints empêche cette étape essentielle de mise à l’abri. Et cette dépendance se constate quels que soient les niveaux de revenus des personnes.
Voilà une des raisons pour lesquelles nous avions plaidé pour la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé. L’indépendance économique est un préalable à toute protection, à toute émancipation.

Aussi, le « dispositif d’avance d’urgence », proposé par ce texte, découle d’initiatives locales, mises en place par certaines CAF et conseils départementaux, qui jouent un rôle fondamental dans l’accompagnement et la mise à l’abri des victimes.
Malheureusement, les prêts sur l’honneur et autres aides accordées par ces structures se trouvent aujourd’hui limités. C’est ce constat qui est à l’origine de cette proposition de loi.
Son objectif premier est d’élargir le nombre de personnes concernées actuellement par des aides soumises à conditions de ressources, et de leur garantir une aide immédiate. Il s’agit aussi de proposer aux victimes un accompagnement social et professionnel adapté, dans ce même objectif d’indépendance économique.
Comme je l’avais exprimé en commission, notre groupe est conscient que la forme d’un prêt n’est pas la solution parfaite. Nous considérions toutefois qu’il était une réponse utile pour permettre aux femmes de s’extirper rapidement d’un environnement dangereux. D’autant que le dispositif prenait en compte la situation financière de la personne pour échelonner, voire annuler les différents remboursements.
Aussi, nous ne cachons pas que notre souhait initial était de voter le texte du Sénat de manière conforme. Un vote conforme aurait permis une mise en œuvre immédiate du dispositif. Cela aurait été une avancée, une respiration pour ces femmes, y compris de manière temporaire, le temps de mettre en place un dispositif plus ambitieux.
Les députés de la commission des affaires sociales en ont décidé autrement, en adoptant des amendements, réduisant ainsi les chances d’une entrée en vigueur rapide.
Nous en avons pris acte, et avons décidé de nous saisir de cette opportunité pour aboutir à une mesure ambitieuse et consensuelle. Les amendements transpartisans de réécriture permettent ainsi de proposer un prêt ou une aide non remboursable, selon la situation de la victime. Nous nous en réjouissons.
D’autant que celle-ci fait peser la charge du remboursement sur l’auteur des violences, dans la même logique que le texte initial, qui permettait de faire payer l'auteur pour une situation dont il est responsable. Le débat qui s’ouvre nous permettra toutefois de proposer des pistes d’amélioration à ce nouveau dispositif.
Quoiqu’il en soit, notre groupe est convaincu que l’adoption de cette proposition de loi apporte une avancée non négligeable, sans épuiser évidemment les solutions qu’il reste à mettre en place.
Et j’en appelle particulièrement au Gouvernement : c’est aussi sa responsabilité de l’inscrire au Sénat le plus rapidement possible, pour parvenir à une adoption définitive de ce texte, dans l’intérêt des victimes de violences conjugales !


Nathalie BASSIRE
Députée de La Réunion





1.Posté par Le Jacobin le 23/01/2023 16:31

"D’autant que celle-ci fait peser la charge du remboursement sur l’auteur des violences, dans la même logique que le texte initial, qui permettait de faire payer l'auteur pour une situation dont il est
responsable."

Très très bonne idée au plus vite !

2.Posté par Tambi le 23/01/2023 18:55

Dans l'intérêt des victimes vous dites ? Pourquoi vous ne l'avez pas proposé au lieu de dire que l'adoption soit rapide aujourd'hui ?

3.Posté par Amédée le 24/01/2023 06:23

Nathalie, pas un mot pour les contrats emplois verts qui se sont fait virer par Huguette Bello a la Plaine des Cafres ?!

4.Posté par Nic-ta-lope et autres le 24/01/2023 12:49

Et on fait quoi contre les violences dans les couples politiques de circonstances , c'est à dire les mariages pour gagner des bulletins ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes