MENU ZINFOS
Faits-divers

Agression sexuelle : Pourquoi le menteur, infidèle et violent a-t-il été relaxé ?


Un trentenaire était jugé ce lundi au tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits d'agression sexuelle sur conjoint ainsi que des violences. Si les faits pouvaient paraitre entendus au regard des éléments, c'était sans compter sur la brillante intervention de la robe noire en charge de ce dossier.

Par - Publié le Lundi 16 Mai 2022 à 18:39

Le 5 mai dernier, Johan F. retrouve sa "compagne" chez elle dans la commune du Port. L'homme de 32 ans, bien connu des services de police, avait omis de dire à cette dernière qu'il était sous bracelet électronique dans le cadre d'un aménagement de peine.

​Une dispute éclate et agacé, il décide de partir de chez elle. Vers minuit trente, et quelques textos d'excuses, elle accepte de le laisser revenir. Elle remarque qu'il a bu. Il veut se faire pardonner et, alors qu'elle est assisse, il se positionne debout devant elle pour l'enlacer. Dans son élan et sachant qu'elle est fâchée, il ouvre sa braguette et met son sexe dans sa bouche. Très énervée, elle lui demande d'arrêter et se met à vomir. Contrarié, Johan F. lui porte une gifle au visage. 

La victime lui ordonne de quitter son domicile et va déposer plainte. Le 11 mai, elle retourne au commissariat et veut retirer sa plainte. Compte tenu des faits, le parquet décide de poursuivre et de présenter le prévenu dans le cadre de la comparution immédiate. À la barre, le prévenu choisit une ligne de défense qu'il gardera jusqu'au délibéré : "Je préfère rien dire, j'attends juste mon jugement. Je préfère garder ces choses pour moi", indique-t-il à la présidente. La victime, également présente, décide sur les conseils de sa défense de maintenir finalement sa plainte et de se constituer partie civile. "J'ai dit non, je n'avais pas la tête à ça. Il a fait ça sous l'effet de l'alcool. Quand il a sorti son sexe, j'ai dit 'non' mais il l'a quand même mis dans ma bouche", explique-t-elle à la barre. 

"Ce n'est pas un casier qu'il a, c'est le catalogue de la Redoute"

Ce soir là, elle avait aussi appris qu'il était en couple depuis un certain temps. Elle, l'avait rencontré il y a un mois via les sites de rencontre. Elle demande juste "à ne plus entendre parler de lui" au tribunal. "C'est sa compagne qui a demandé à ma cliente de retirer sa plainte, elle me harcèle au téléphone. Ce n'est pas un casier qu'il a, c'est le catalogue de la Redoute. Je suis affolée par cette escalade de violence", indique la partie civile. Plus mitigé au départ, le parquet enchaîne : "au début, je me suis posée des questions sur le consentement au vu des éléments mais avec le témoignage de la victime, je n'ai plus aucun doute. Elle a dit 'non' et elle l'a repoussé. Il est énervé et lui assène une gifle. Elle fait ça depuis dix jours donc il ne se soucie pas de ses désirs, il ne fait que ce qu'il a décidé de faire", requiert la procureure qui demande 1 an de prison, la révocation de 4 mois du sursis précédent et le maintien en détention. 

Me Nicolas Normand, qui assure la défense du prévenu, n'a pas la même analyse du dossier : "Si mon client ne veut pas parler, je ne vais pas plaider alors. Trêve de plaisanterie, il y a matière à défendre dans ce dossier. Ils sont ensemble depuis 15 jours et ils seraient conjoints ? Il est déjà en couple et il ne vit pas chez elle, la notion de conjoint ne tient pas dans la prévention. Si il l'a forcée à lui faire une fellation, c'est un viol et non une agression sexuelle, alors que fait-on ici ? Elle le repousse après, c'est ce qu'elle déclare en audition, c'est dans le dossier. Il n'y a pas d'agression sexuelle, les échanges de SMS le prouvent. Elle lui dit, "si tu repars chez ta femme, je vais porter plainte à la police". C'est quand même essentiel dans ce dossier. Il ne veut pas s'exprimer, tant pis pour lui. Je vous demande la relaxe pour les faits d'agression sexuelle. Il faut qu'on se pose la question : conjoint ou pas conjoint ?

Alors que le parquet avait mis à exécution une peine ferme de 4 mois, le prévenu a été placé en détention pour des faits plus anciens. Pour ces nouveaux faits, le tribunal prononce la relaxe pour l'agression sexuelle - le bénéfice du doute ayant été retenu. Les violences sont, eux, considérés comme contraventionnels car il est retenu qu'il n'est pas conjoint de la victime. Le prévenu est condamné à une contravention de 300€ pour les violences et 300€ de dommages pour la victime. Il a 18 mentions à son casier. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Question ? le 16/05/2022 23:25

Elle lui dit, "si tu repars chez ta femme, je vais porter plainte à la police".
..................................

Si c'est pas du chantage..................

2.Posté par LAMPION le 17/05/2022 00:45

Le sexe ne se met pas dans la bouche

3.Posté par Mi lé fier le 17/05/2022 07:11

Pauvre France....

4.Posté par Ouais... le 17/05/2022 11:40

Pour se faire pardonner il impose une fellation ? Purée c est un génie ce type, moins qui essayais avec des fleurs...

5.Posté par Momo420 le 18/05/2022 04:01

si elle se retrouve le sex dans la bouche donc elle a ouvrir sa bouche

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes