Océan Indien

Agression de Saïd Larifou: Une marche blanche pour dénoncer la violence

Lundi 7 Juin 2010 - 14:56

Agression de Saïd Larifou: Une marche blanche pour dénoncer la violence
Passé à tabac, hier, alors qu’il s’apprêtait à se rendre à Mohéli, le leader du parti Ridja, Me Said Larifou, irait mieux. Il est sorti de son état d'inconscience et reprend peu à peu ses esprits. Des membres du parti Ridja ont organisé ce matin une conférence de presse aux Comores afin de dénoncer cet acte de violence.

Demain, une marche blanche est organisée à Moroni. Saïd Larifou participera à la manifestation, à pied ou en voiture selon son état physique.

Arrivé à l’aéroport hier, des policiers lui ont signifié qu’il n’était pas autorisé à effectuer le voyage sans pour autant fournir le moindre document justifiant cette interdiction. Après une brève résistance de l’avocat, des militaires lui ont sauté dessus et l’ont sérieusement agressé, jusqu’à le plonger dans un état complet d’inconscience. Il a ensuite été transporté aux urgences de l’hôpital El-Maarouf où, jusqu’à hier soir, il était encore inconscient.
Melanie Roddier
Lu 7826 fois



1.Posté par momolesavoyard le 07/06/2010 16:32

Hier mourant, aujourd'hui il participera à une manifestation demain à pieds ou en voiture selon son état de santé...
D'abord, je lui souhaite un bon rétablissement si son état le nécessite et ensuite je voudrais qu'il arrête son cinéma mais c'est vrai qu'avec sa profession... C'est la deuxième fois qu'il a des "soucis" aux Comores. il faudra bien qu'un jour il choisisse d'être Français ou Comorien et ne pas jongler sans cesse.

2.Posté par Fabien le 07/06/2010 16:46

Tiens bon Saïd, tu restes le seul rempart devant l'obscurantisme et le despotisme!!!

3.Posté par Bayoune le 07/06/2010 17:55

E si so boug la lété in nazan fransé konm Bob Denard, sate la lé pétèt in Bob Denard pa blan. Zot i rapèl lot ti fanm lété an Iran, èl lété ofisèlman étidiante, ziska se kin nazan fransé i rokoné èl i fez& parti dé serviss ransèyman fransé.

4.Posté par lol! le 07/06/2010 18:51

A force de vouloir bouffer à tous les rateliers , notre obscur héros a le droit à sa marche blanche !

5.Posté par aerococo roi du pipo ! le 07/06/2010 18:57

E si so boug la lété in nazan fransé konm Bob Denard, sate la lé pétèt in Bob Denard pa blan


Ou le boug lé un lespéce zak vergès pas zaune !

6.Posté par Choupette le 07/06/2010 18:59

Pauvre Chou, va.

Les caméras seront là à la manif' ?

7.Posté par EURYALE le 07/06/2010 21:30

Tenez bon monsieur Larifou, prenez soin de vous et courage pour mener à bien ce beau combat.

8.Posté par Joseph le 07/06/2010 22:24

Bien d'accord que si Sambi n'est pas un cadeau pour les Comores, Larifou n'est pas beaucoup mieux placé. Pas d'idéologie mise en avant, seulement sa personne, toujours le culte des personnes, et où sont les idées pour un changement profond? Où sont ses idées pour que la France et Sambi cessent d'envoyer des milliers de gens mourir dans le fond de la mer entre Anjouan et Mayotte ?

Encore 34 morts il y a 8 jours. Qui a parlé de tous ces morts anonymes offerts en holocauste aux monstres marins pour que les Mahorais puissent devenir de bons Français bien méprisants pour leurs frères des autres îles ?

Ce Maître Larifou, quelle solution a-t-il pour initier autre-chose qu'un changement de personnes et briser ce cercle vicieux hypocrite d'une "indépendance" qui n'est en fait qu'une dépendance, comme pour Mayotte envers la France ou maintenant envers le Qatar ?

9.Posté par isabelle euryale le 08/06/2010 02:28

Bouffer à tous les rateliers ou avoir diverses compétences? Français ou Comorien: depuis quand faut-il choisir un pays pour défendre la démocratie??? Go on Mr Larifou, courage, tous les partisans de la LIBERTE sont derrière vous! Et j'espère bien en effet que les caméras seront là pour témoigner de ces abus inadmissibles!

10.Posté par chikun le 08/06/2010 10:57

Est-il Français ou Comorien ?
Vise-t-il la présidence des Comores ?
Veut -il annexer les Comores à la france en créant ultérieurement 3 nouveaux département Français ?
Aux Comores c'est comme en Israel ou en Iran ; le cinéma médiatique ne passe pas......comme en France

11.Posté par mcomori le 08/06/2010 12:18

Nous ne sommes pas du tout étonnés de voir Me Larifou dans ce nouveau film qu'il est entrain monté contre le peuple comorien. On dirait que Me Larifou n'a toujours pas payé ses dettes fiscales à la Réunion. Il est donc prêt à mettre sa vie en danger pour atteindre ses objectifs, pauvre à lui... Ne nous cachons pas la vérité, nous savons que ce Monsieur qui a trahi plusieurs fois sa conscience, n'a aucun souci pour les Comores pas plus que la France. Après avoir sympathiser avec Sambi sans pour autant..., il cherche maintenant à faire croire aux comoriens qu'il est l'homme mal aimé de Sambi. Heureusement que les comoriens ont compris cela. Nous souhaitons bien que la tournante puisse se réaliser d'ici quelques mois pour voir les vrais visages des ces Messieurs. Pauvre au futur Président de l'Union qui n'aura à ses côtés que des vautours prêts à tout, mêm pour vendre les Comores à la France...

12.Posté par MZUNGU le 08/06/2010 13:07

courage Maître Larifou.Dommage que d'autres n'ont pas compris que c'est pour le bien des commores et des commoriens que vous vous battez en vous accusant de vouloir vendre les commores à la France.J'espère que par vos actions, vous arrirverez à évincer ce dictateur barbu qui veut mettre les commores en sang et en flamme.Il faut que certaines personnes comprennent que les comores n'ont besoin de dictateur.On est dans une démocratie et il faut qu'elle pronne au dépens de tout autre régime.
Le pouvoir n'appartient à personne.Celui qui prend le pouvoir par les armes périra par les amis.

13.Posté par isabelle euryale le 08/06/2010 15:17

Il est vrai que nous sommes malheureusement TRES PEU informés en métropole de ce qui se passe aux Comores (et même pas du tout), mais toutes les personnes qui critiquent Monsieur Larifou auront peut-être la gentillesse de me renseigner : QUI d'autre se bat pour empêcher que la dictature ne s'installe? Quelles sont VOS propres idées sur le sujet, VOS solutions ou propositions? Car pour le moment, je ne lis que des critiques, évidemment c'est plus facile que d'agir ou de réfléchir...

14.Posté par pierrot 974 le 08/06/2010 16:22

bonjour a vous tous a se jour M larifou si a chaque fois qui va la ba il luis arrive que des problème pour coi qui demeur pas la bas moi can je vai a Madagascar je ne fais pas de politique voila bonne journee

15.Posté par Joseph le 08/06/2010 23:53

Une précision sur ce kwassa qui a encore envoyé 28 personnes au fond de la mer, femmes, enfants, personnes âgées, commanadant du kwassa-kwassa ...

Aucune info dans les media, tout le monde s'en fout, y compris Larifou, y compris Sambi : ces 28 personnes sont toutes de DOMONI sur la côte Est face à Mayotte, à cent kilomètres de là.

Que va faire la France pour arrêter cet holocauste ? des milliers de disparus, jamais comptabilisés qui passent pour aller à l' hôpital ou pour accoucher (non pas pour la nationalité comme disent les ignorants au coeur de pierre, car il n'y a pas de droit des étrangers à Mayotte) pour bénéficier des soins médicaux, des gens qui ont parfois vécu toute leur vie à Mayotte et ont été expulsés alors que leur famille est parfois française ou réside depuis toujours sur Mayotte ...

Maître Larifou, quand vous serez réveillé, allez sur les côtes d'Anjouan et expliquez aux gens ce que vous proposez pour régler durablement cette question qui mène tant de gens à la mort dans l'indifférence générale. Que les gens de la Réunion se mobilisent comme ils ont su le faire pour Anfifou au Port, pour dire non à ces crimes, non à ces mafia qui fabriquent des bateaux en polyester sans lest, qui sont inaptes à naviguer en haute mer.

C'est çà un vrai problème, une vraie question : comment faire pour que plus jamais des femmes, des vieux, des enfants, des bébés, des hommes dans la force de l' âge ne meurent noyés, engloutis dans l'indifférence à cause de deux politiques de non coopération.

L'annexion de Mayotte, contraire aux lois internationales a plongé les Comores dans une situation politique et sociale inextricable.

Larifou, si il aide à régler définitivement cette affaire autrement que par la multiplication des radars qui poussent les commandants de kwassa à prendre de plus en plus de risques pour traverser, ou par les lois Dati sur la récidive qui envoient ces chauffeurs en prison pour 4 ans dans une prison qui explose de surpopulation, il gagnera le coeur des Comoriens des Comores comme des Comoriens de Mayotte.

C'est quoi les solutions ? un Droit des étrangers appliqué avec humanité et une régularité digne des Lois Françaises, des personnels pour la Préfecture, pour la Justice, pour la CREC, un Consulat de France à Anjouan qui délivre des visas en lien avec Mayotte qui soient suivis de contrôles, des accords de coopération plus forts, de développement, de commerce, conjoints avec le Nord de Madagascar ... Pour un homme politique qui prétend changer les Comores, quel est le programme du Ridja pour le développement des trois autres îles dans le cadre de la COI ?

Je n'y connais personnellement rien en affaires commerciales mais il y a bien sans doute des moyens pour aider Anjouan à se développer tout en permettant que cette île, la plus peuplée et la plus appauvrie des 4 îles, sorte du sous développement. Le Qatar s'y met. Que propose donc le Ridja pour Anjouan ?

Plus que la tournante en faveur de Moheli, la vraie question, la vraie urgence est celle de tous ces gens qui meurent noyés. Comment éviter çà ? En envoyant des drônes pour surveiller, comme le suggérait un Ministre de passage récemment ? ou bien en ouvrant des procédures de visas souples conjointes à une application du Droit des Etrangers pour tous ceux qui sont à Mayotte depuis petits : ils ont droit à une carte de séjour sans doute. Certains sont là depuis bien avant la création du visa Balladur en 1995.

Les expulser en les séparant de leurs enfants, de leur femme ou de leurs parents, alors que souvent ils ont des Mahorais dans leur propre famille ou des enfants français, n'est-ce pas un risque certain de les voir revenir en kwassa au risque de leur vie ?

Voilà, Maître Larifou des sujets à plancher pour vous faire aimer des gens. Tous les Mahorais ne sont pas d'ignobles enfants prodigues vendus à la France, achetés à coup de discours sur les pluies d'EURO de Sarkozy : pas mal de Mahorais ont honte du comportement de certains parmi eux qui dénoncent, humilient, exploitent leurs frères des autres îles et profitent de cette main d'oeuvre d'esclaves modernes courageux et forts.

Ils aimeraient sans doute eux aussi voir Maitre Larifou se pencher sur la Paix sociale de Mayotte, sur la question des enfants sans papiers qui trainent par centaines dans la rue. Voilà quelques idées d 'un programme électoral vraiment populaire.

16.Posté par isabelle euryale le 09/06/2010 00:54

Joseph, mais c'est quoi ce kwassa? Pourriez-vous m'expliquer mieux? Que se passe-t-il et que peut-on faire?

17.Posté par le Congo chez Tintin le 09/06/2010 09:45

15.....non pas pour la nationalité comme disent les ignorants au coeur de pierre, car il n'y a pas de droit des étrangers à Mayotte


Ah bon, le droit du sol prévaut sur toute la France sauf Mayotte....vous êtes sur que votre coeur d' intellectuel bisounours de ne vous fait pas raconter n'importe quoi ?

Mayotte n'est pas la plus grande maternité de France par hasard, la suppression du droit du sol s'impose sur ce territoire trop perméable à la misère environnante....trop facile pour les prolifiques Comoriennes d'arriver en misouk juste pour donner naissance, de se retrouver comme par magie...maman d'un petit français....donc inexpulsable !


http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2008-02-22/droit-du-sol-mayotte-pourrait-devenir-une-exception/920/0/225233

18.Posté par isabelleeuryale le 09/06/2010 11:56

Merci à Joseph pour les précisions, je comprends mieux la situation. Et je ferai tout ce que je peux pour que les français de métropole soient informés et se bougent. J'espère aussi en discuter avec monsieur Larifou. Pour que les Comoriens comme tout être humain de la planète puissent vivre librement , décemment, et en sécurité.

19.Posté par Joseph le 09/06/2010 23:44

Hep le Congochezletintin, cette histoire de "venir accoucher à Mayotte pour être inexpulsable" est la plus grosse bêtise que j'aie jamais entendue. Je vois que vous confondez la situation de la Guyane et du Suriname. Ce n'est pas le Maroni qui sépare les deux îles !
Si je dis que le droit des étrangers n'est pas au point à Mayotte, c'est parce que les Mahorais eux-mêmes n'avaient pas de papiers jusqu'à ces dernières années et que pour les étrangers c'est pire, c'est une tâche titanesque de prendre le temps d'étudier les demandes de séjour, d'enquêter, de respecter les procédures.

Allez voir si un enfant de parents étrangers qui naît sur le sol devient Français par le droit du sol. C'est totalement faux. C'est à 18 ans qu'il devra en faire la demande. Il est peut-être présumé Français, mais çà c'est du pipeau pour les autorités. Allez voir si avoir un enfant né dans une maternité de Mayotte donnerait aux mères Anjouanaises une carte de séjour ! vous ne savez pas, alors ne dites pas des choses dont vous n'avez pas la preuve.

On voit que vous ne connaissez pas la réalité Mahoraise. La première raison pour venir accoucher à Mayotte est un problème de santé. Une grossesse à risque à Anjouan peut amener à la mort ou au handicap à vie pour l'enfant. Toutes les études sur les raisons de l'immigration des Anjouanais vers Mayotte infirment vos dires. Ils ont des liens familiaux très ténus avec des Mahorais(es). Beaucoup sont mariés religieusement mais pas civilement et sont dans des situations précaires après une expulsion lorsque la famille est séparée. Les procédures de renvoi ne sont pas suffisamment judiciarisées et sont souvent faites sans une véritable voie de recours. Vous pensez bien que Mayotte ne dispose pas d'une armée d'avocats de fonctionnaires et d'interprètes pour instruire correctement en Droit et dans toutes les règles de la procédure toutes les demandes de séjour.

Des mineurs sont renvoyés en toute illégalité. Le rapport de la défenseure des Enfants a mis au jour ces procédures expéditives qui parfois poussaient les autorités Françaises à renvoyer ces gens sans vêtements corrects après une période d' entassements indignes dans un Centre de Rétention inapproprié. Une vidéo en est sortie et le scandale a été rendu public.
On voit que la défenseure des enfants a payé sa tendance à trop défendre le droit des mineurs par la suppression de son poste il y a quelques jours.

Combien de fratries dont l'un est Comorien et l'autre Français ? Un véritable cauchemard pour l'Etat Civil. Le nom se transmet différemment en Droit Français et en Droit Caïdal ou Comorien, çà introduit encore plus de complications et d' erreurs. Même les Mahorais ont des difficultés pour obtenir la rectification de leur nom. Il ne faut pas oublier que les dits Français ont même eu beaucoup de mal à obtenir un Etat Civil fiable pour protéger leurs droits de Français. La CREC (Commission de Révision de l'Etat Civil) manque de personnel. Je crois que sur 160 000 Mahorais il y aurait environs 50 000 habitants originaires des Comores. Une vraie pagaille qui a été induite par l'instauration du visa et surtout mal gérée en 1995 lorsque Balladur a instauré ce visa du jour au lendemain sans les mesures d'accompagnement et de régularisation des étrangers devenus du jour au lendemain des clandestins. ces mêmes clandestins qui sont souvent utilisés par des Mahorais qui profitent de leur situation précaire pour les faire travailler dans les métiers les plus pénibles pour des payes dérisoires.

Isabelleeuryale, kwassa-kwassa est le nom d'une danse africaine qu'on a transposé aux barques de polyester trop légères pour supporter la pleine mer, donc dangereuses parce que çà secoue à l'intérieur. Je ne sais pas qui construit ces embarcations , qui paye les moteurs, probablement des gens qui font des gros profits et ne sont jamais inquiétés. Les chauffeurs, eux, sont des braves gars, des paysans, des pêcheurs pauvres qui risquent eux-mêmes leur vie (pas le commanditaire) et jusqu'à 4 ans de prison s'ils sont pris pour un salaire de 500 Euro la traversée, de quoi nourrie leur famille pendant 10 mois. Ils partent parfois à deux chauffeurs. Il y a des barques VIP, plus sûres, au nombre de passagers plus réduit et donc au prix du passage bien plus cher bien sûr. Les barques populaires sont au raz de l'eau tellement elles sont en surcharge. Tout le monde sait que c'est dangereux mais ils sont fatalistes et prennent ce risque car il paraît impossible d'obtenir un visa pour visite familiale et sans doute les deux pays ne coopèrent plus malgré un essai pour permettre des échanges normaux entre les deux îles.

C'est très compliqué parce que ces gens ont de nombreuses raisons de traverser. Ce peut être pour retourner chez eux après une expulsion mal évaluée par les autorités qui travaillent "à l'abattage", parce qu'ils ont à Mayotte leur femme, leurs enfants, parfois Mahoraise, mais les papiers n'ont jamais été régularisés. Chaque cas est une histoire particulière mais la question est réglée en masse. On ne fait donc que repousser ces gens à revenir lorsqu'on a mal évalué qui peut être régularisé et qui ne peut pas l'être. La Justice manque sans doute de personnel aussi. En attendant des gens meurent chaque mois engloutis par la mer et chaque mort est un drame qui malheureusement ne touche pas grand monde, dotés parfois d'une sensibilité primaire comme l'est celle de lecongocheztintin avec ses discours méprisants sur les "prolifiques comoriennes" etc ... On a entendu çà à une autre époque avec les Juives puis avec les Arabes en Europe, les étrangères prolifiques, çà fait un peu péril jaune, çà date, je n'avais pas entendu çà depuis longtemps.

Pour vous raconter enfin, si vous ne la connaissez pas, la genèse de cette affaire, l' ONU avait prescrit une décolonisation qui ne déchirerait pas en lambeaux les nations décolonisées, la France avait besoin de garder une base dans le Canal du Mozambique, Madagascar ayant repris son Indépendance en 1960, et de conserver aussi des milliers de kilomètres carrés de mer autour. Elle a donc instrumentalisé une division entre les îles après une période où Moroni (Ngazija) a volontairement négligé le développement de Mayotte sur fond de vieilles histoires remontant à Andriantsoly un Chef Sakalava qui a vendu cette île aux Français en échange d'une pension et de trois cacahouettes ... (A Mayotte on parle un dialecte Malgache le Shibushi et Swahili le Shimaoré et vous trouverez d'ailleurs quantité de bons Français qui ne parlent pas un mot de leur langue "nationale" !)

Ces spécificités entre des îles distantes comme l'est Maurice de la Réunion étaient faciles à manipuler. Les Mahorais ont suivi les femmes, les Madame Bé qui ont vu la manne des aides financières arriver sur Mayotte et ont défendu becs et ongles cette annexion de leur île par la France. Le referendum aurait dû être global et non île par île. Mais la France fait partie du Conseil de Sécurité de l'ONU et possède un INIQUE droit de veto, donc lorsque l'ONU a pondu sa résolution contre l' annexion de Mayotte par la France, le gouvernement s'est assis dessus, comme Israël le fait en Palestine depuis des décennies, à l'abri du droit de veto des USA.

Balladur a donc décrété l'instauration d'un visa en 1995 et a clandestinisé en un seul jour des milliers de résidents étrangers sur Mayotte, créant un problème insoluble encore aujourd'hui.

Je vous fais grâce du reste.

Aujourd'hui un consensus de l'UA, de l' ONU et Occidentaux s'est créé autour de la position Française dont la présence à Mayotte freine l'Iranisation des Comores (Sambi est un Anjouanais qui a étudié à Téhéran bien que Sunnite, mais voyez son costume ...) ou sa salafisation. le Qatar et d'autres pauys dont la Lybie investissent mais pour l'instant il n'y a pas de risque de voir des mollahs diriger les Comores. Il en serait peut-être autrement aussi si l'Islam "africain" des Comoriens n'était pas ce qu'il est c'est à dire tolérant et ouvert.

Vous pouvez aller consulter le site du Réseau Education sans Frontières (tapez sur Google ou autre moteur : RESF Mayotte) Il y avait un site "STOP KWASSA" mais il n'est plus accessible. Je vais vous faire un copié collé d'une lettre ouverte de ce Collectif "stop kwassa sur un prochain post.

20.Posté par Joseph le 09/06/2010 23:46

Voici ce doc de 2007 qui redit ce que je vous ai expliqué plus haut. Bonsoir.

"Stop Kwassa" : Lettre ouverte aux Français

Chers concitoyens,

Voilà à peine douze ans, la France et le reste du monde sont indifférents aux conséquences de l’immigration clandestine entre les îles de Mayotte et d’Anjouan. Un drame humain sans précédent, accentué par la traversée clandestine de 70 km de côtes séparant l’île de Mayotte, collectivité départementale française, et l’Union des Comores. Plus de 4.500 morts !
L’Archipel des Comores, situé entre le Sud-Est du continent africain et Madagascar, est constitué de quatre îles : la Grande Comore, Anjouan, Moheli et Mayotte. Anciennes colonies françaises, ces îles partagent une langue, une culture et une population homogènes. Leur destin politique fut commun jusqu’au lendemain de l’année 1974. Le résultat d’un référendum d’autodétermination, contesté par l’ONU, scinde l’archipel en deux entités politiquement différentes : d’une part, la République fédérale islamique des Comores aujourd’hui Union des Comores, et d’autre part, la collectivité française de Mayotte. Malgré d’incessantes résolutions onusiennes, l’île de Mayotte reste dans le giron français. Les inégalités de développement, la croissance démographique galopante, la fracture sociétale et l’instabilité politique des Comores engendrent un déplacement massif de Comoriens vers Mayotte.
Pour contenir cette migration, la liberté de circulation entre Mayotte et le reste des Comores est entravée en 1995. Un visa est requis pour les ressortissants comoriens pour toute entrée ou séjour à Mayotte. Cette barrière politico-administrative engendre une frustration conduisant à l’immigration clandestine à bord d’embarcations de fortune - kwassa kwassa - à la source de nombreux chavirages. En l’absence d’observatoire, l’on estime à plus d’un millier de morts par an, dont 21 morts et 46 disparus pour le seul été 2007. Un phénomène devenu la première cause de mortalité au sein de l’Archipel des Comores. Combien de vies brisées ? Combien d’enfants n’ayant pas vu leurs parents revenir à la maison ?
En dépit de ce cimetière marin, les migrants à Mayotte, estimés à 55.000 sur une population totale de 160.265, selon l’INSEE, sont victimes de patrons voyous qui les emploient sans la moindre protection sociale. Face à une population mahoraise désabusée, désemparée et dépassée, les migrants deviennent des boucs émissaires au point qu’un maire ait ordonné l’incendie de leurs habitations. Nous ne sommes pas loin de l’affaire des paillotes corses. De fortes tensions sociales restent palpables. Néanmoins, brisons les tabous et exigeons l’arrêt de ce fléau par des solutions pérennes et humaines.
N’est-il pas temps de dire tout simplement stop à cette traversée de la mort ? N’est-il pas temps que la politique de coopération bilatérale franco-comorienne investisse dans l’amélioration des infrastructures hospitalières déjà existantes aux Comores ? N’est-il pas temps de privilégier l’éducation par l’amélioration de la formation du corps enseignant, par la relance d’une augmentation des infrastructures d’accueil ? N’est-il pas temps d’apporter des solutions face aux jeunes Comoriens ayant quitté le système scolaire sans aucune qualification ? N’est-il pas temps de revoir la rigueur douanière que subissent les denrées comoriennes à l’entrée de Mayotte afin de favoriser l’artisanat au sein de l’archipel ? N’est-il pas temps d’établir des partenariats d’échanges universitaires pour favoriser l’émergence de pôles de compétences et de recherches scientifiques ?
Chers concitoyens, cette traversée clandestine demeure un véritable drame humain, stoppons ce phénomène en exigeant de nos élus et représentants d’Etat d’inscrire les solutions humaines à l’ordre du jour à l’Assemblée nationale.
Signons la pétition pour dire NON à la traversée de la mort : www.stop-kwassa.org.

Stop Kwassa !
Collectif des jeunes franco-comoriens contre la traversée de la mort

21.Posté par isabelle euryale le 10/06/2010 02:21

Oh mon dieu je n'étais absolument pas au courant de tout ça, merci Joseph de ces précisions, c'est très clair maintenant, je ne sais pas ce que je peux faire mais je vais réfléchir, m'organiser et je ferai tout ce qui est possible à mon niveau. Pour commencer je signe la pétition, et si vous pensez à quoi que ce soit où je puisse agir pour arrêter cette horreur, j'écoute.

22.Posté par Tcherno-Bill le 10/06/2010 07:53

La départementalisation de Mayotte ? La plus grosse C....RIE du 21 eme siècle !
La France , qui réduit drastiquement ses aides aux départements existants , ne trouve rien de mieux que d'en
créer un de plus ! Mayotte , c'est........les Comores , point barre !

23.Posté par le Congo chez Tintin le 10/06/2010 10:15

Hep le Congochezletintin, cette histoire de "venir accoucher à Mayotte pour être inexpulsable" est la plus grosse bêtise que j'aie jamais entendue. Je vois que vous confondez la situation de la Guyane et du Suriname. Ce n'est pas le Maroni qui sépare les deux îles !



VRAIMENT ??? tu me sembles soit bien naif...soit bien loin de la réalité...ou alors tu fais le troll !!!


De très nombreux Comoriens (brésiliens) viennent donc à Mayotte (en guyane), souvent clandestinement, pour se faire soigner ou pour accoucher. Avec 7.500 naissances par an, dont 65% de parents non français, la maternité de Mayotte (st laurent du maroni) affiche le plus fort taux de natalité de la République.


http://www.temoignages.re/mayotte-ne-veut-plus-de-ses-sans,11736.html


Si tu as des liens prouvant tes élucubrations à publier cher Joseph, ne te géne surtout pas....ce sera bien plus productif que tes grossièretés...

24.Posté par Joseph le 11/06/2010 11:49

Aux dernière nouvelles
( voir le très intéressant site qui rassemble tout ce qu'on doit savoir sur la question de Mayotte île Comorienne :
http://www.migrantsoutremer.org/Naufrages-de-kwassa-entre-Anjouan )
le kwassa de DOMONI aurait peut-être été retrouvé sur NOSY LAVA (l'île longue) au Nord de Madagascar ?
On voit dans cet article du 9 JUIN 2010, que le gouvernement Local n'est pas vraiment pressé de donner des nouvelles aux familles. Une honte !

Dans cette affaire, la honte est bien des deux côtés des deux gouvernements, c'est certain.

Voir le contre rapport du Collectif Migrants Mayotte en réponse au rapport officiel du Sénateur Henri Torre fin 2008 sur les aspects budgétaires de la dite immigration clandestine à Mayotte :

http://www.migrantsoutremer.org/IMG/pdf/contre-rapport_migrants-mayotte_2008-09-03.pdf


25.Posté par isabelle euryale le 11/06/2010 14:13

Merci pour tous les renseignements Joseph.

26.Posté par amdjadi le 12/06/2010 16:39

QUI PAIE LA RECONDUITES A LA FRONTIERE DES IRREGULLIERS DE FRANCE.
JE VOUS INVITE A REPONDRE INTELIGEMANT .

27.Posté par Joseph le 12/06/2010 19:31

Ce sont les "irréguliers", comme vous dites, qui "payent" d'abord les reconduites à la frontière.

Vous voulez une réponse intelligente, alors soyez le d'abord vous-même en allant lire le rapport TORRE et le contre-rapport avec le lien suivant.
Après vous aurez peut-être un raisonnement intelligent en ne réduisant pas cette question d'humanité et de respect des droits humains à une mesquine histoire d' argent.

Pour aller un peu dans votre sens, les millions engagés par l'Etat à Mayotte dans la surveillance ne résolvent pas la question mais au contraire, l'aggravent. La question, comme en Israël n'est pas d'investir dans un mur entre les hommes et dans le sur armement, mais dans les solutions de PARTAGE et de COOPERATION EQUITABLE. Hors de cela, ce sont les lobbys de l'armement, de vidéo détection, des pompes funèbres et du terrorisme réactionnel qui font, seuls leur profits de telles politiques aveugles.

http://www.migrantsoutremer.org/IMG/pdf/contre-rapport_migrants-mayotte_2008-09-03.pdf

Cà vous va comme réponse intelligente ?

28.Posté par folio josian le 31/07/2010 20:32

courage maitre larifou 'vous savez ce que vous faites,chaque chose en son temps,bientot quand vous serez president des comores élu par votre peuple .

29.Posté par Joseph le 31/07/2010 21:22

Difficile d'être élu aux Comores lorsqu'on n'y vit pas.

Sambi le retient parce que sans doute il veut démontrer aux Comoriens que Larifou se sent en prison dans son propre pays. N'est-ce pas la vérité ?

Pourquoi vivre à la Réunion alors que cet homme pourrait très bien avoir un cabinet d'avocat aux Comores, qui lui rapporterait certes moins d'argent, mais lui permettrait de vivre correctement ?

Si j'étais Comorien je me méfierais de quelqu'un qui prétend aimer son pays et représenter ses habitants comme élu et vit ailleurs. On peut le comprendre pour un immigré pauvre qui serait vraiment dans la misère aux Comores et doit, pour la survie de sa famille, vivre à l'étranger. Mais ce n'est pas le cas de Larifou à ce que je sache.

Aucune chance que Larifou puisse paraître un jour meilleur que Sambi aux yeux des Comoriens, même si Sambi l' Anjouanais coloré d'Iranien n'a pas non plus une super côte à force de jouer le mollah. Tout le monde sait que les ambitions de Larifou sont davantage pour le poste et les honneurs que pour le bien du Peuple.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >