Société

Agression d'un SDF à l'Hermitage: Encore "sous le choc", René-Paul de nouveau à la rue

Jeudi 2 Novembre 2017 - 14:16

C’est une formidable solidarité qui opère dans le quartier. À l’Hermitage, dans le secteur du mail de Rodrigues, riverains et commerçants prennent soin de René-Paul, un sans domicile fixe de 36 ans. Il y a une dizaine de jours, le sans-abri s’est fait violemment agresser, en pleine nuit, par au moins deux individus. "J’étais en sang", raconte-t-il en articulant avec difficulté, conséquence de ses blessures à la mâchoire. Son œil gauche, qui nécessite encore des soins, le brûle encore.
 
Sorti de l'hôpital ce mercredi, après une semaine de séjour, René-Paul est de nouveau à la rue. "Ils (le SAMU social ndlr) ont voulu me placer une nuit à Saint-Denis. Juste une nuit, ça ne sert à rien. J’ai préféré revenir ici", fait-il savoir. C'est donc de nouveau dehors, dans la rue, qu'il a dormi. "Mais je suis encore sous le choc. J’ai très peur", confie-t-il. 
 
Pour que cette situation d’insécurité et de précarité cesse, René-Paul et les habitants qui prennent soin de lui sont à la recherche d’un hébergement durable. "Il souhaiterait trouver une famille d’accueil à proximité du mail Rodrigues", indique Christiane, une riveraine.

Insécurité du quartier la nuit

"Il pense que ça lui permettrait d’être moins seul et de moins boire". Car le trentenaire à un problème avec l’alcool et a du mal à se sentir enfermé, raison pour laquelle il n’a pas supporté sa précédente cure de désintoxication, qu'il a préféré quitter. "J’aime ma liberté", souligne-t-il.

"L’assistante sociale nous a dit qu’elle lui cherchait un tuteur et qu’elle enverrait un signalement au procureur", précise Christiane, son dossier dans les mains. Presque une "maman" pour René-Paul, qui lui est très reconnaissant et ne cesse de la remercier, lui qui n'a jamais eu de véritable mère.

Les séquelles de l'agression sont encore bien visibles
Les séquelles de l'agression sont encore bien visibles
"J’ai été abandonné par mes parents à ma naissance", raconte-t-il en effet, se remémorant son enfance difficile. "Après j'ai été placé dans des familles d’accueil, à droite à gauche". Jusqu’à ses 18 ans, quand l'adolescent qu'il était s'est retrouvé livré à lui même.


"Ce n'est pas facile pour moi"

René-Paul a tout de même entamé la construction d’une vie. "J'ai eu un CAP espaces verts. J’ai eu une femme, avec qui je n’étais pas marié, et un enfant", poursuit-il. Mais c’est aujourd’hui le désespoir qui semble l’envahir. "Je suis dans la galère. C’est pas facile pour moi. Je suis un bon marmaille, j'ai pas demandé ça". Et c'est malheureusement dans l'alcool qu'il se réfugie. 

Un alcoolisme qui le rend d'autant plus vulnérable. "Il se fait agresser presque tous les six mois", déplore Christiane. "C'est pourtant quelqu'un de très gentil, il n'est pas agressif et ne fait de mal à personne". Selon cette riveraine, ce quartier si paisible de jour se transforme la nuit. 

"Je n’ose plus sortir le soir"
, souligne-t-elle, rapportant des bagarres à répétition. Idem pour une de ses amies, également très inquiète, faisant part de voitures cassées. "Il faudrait des caméras de surveillance. Ça pourrait dissuader". Une mesure qu’aimerait également voir émerger Arnaud, un commerçant du quartier. "Avec la boîte de nuit à côté, les problèmes sont inévitables", déplore-t-il.

Si la commune de Saint-Paul a voté la mise en place d'un dispositif de vidéo-surveillance, la municipalité indique que "des caméras seront placées en amont et en aval du Score, qui dispose de caméras", mais pas sur la portion de l'avenue de Bourbon située à proximité du mail de Rodrigues, comme souhaité par ces riverains. 
Marine Abat - marine.abat@zinfos974.com
Lu 12232 fois



1.Posté par hoarau le 02/11/2017 15:41

La mairie de St Paul ne fait rien pour se pauvre homme et le députe Ratenon qui pourtant aime bien brasser de l'air pourrait dire quelque chose


2.Posté par Tuu le 02/11/2017 16:20 (depuis mobile)

Bon rétablissement mon amis

3.Posté par David le 02/11/2017 14:53

triste que cette homme soit toujours a la rue..

4.Posté par Jose le 02/11/2017 17:52

Pauvre bougre, comment peut-on s'acharner sur un pauvre type sans défense, et sans aucun bien ?

La méchanceté à l'état pur, la connerie la plus basse, fait de cerveaux de dégénérés !

5.Posté par krillin le 02/11/2017 18:00 (depuis mobile)

Et Robert Didire il distribut des millions a ces copains

6.Posté par David le 02/11/2017 16:24

heuresment qu 'il y a encore des gens avec un coeur..

7.Posté par Jungle le 02/11/2017 18:29 (depuis mobile)

Quelle misère de voir des trucs pareils serieux aucune solidarité et les flics font quoi?

8.Posté par une réunionnaise 97410 le 02/11/2017 19:23

il a 36 ans, c'est un réunionnais, il doit avoir de la famille sur notre ile?On dirait que c'est un plaisir pour lui de dormir dehors, car on dirait qu' il ne fait rien pour s'en sortir.Au moins faire un effort pour ce gamin qu'il a, et ne pas rester ainsi.36 ans c'est pas la vieillesse, on bouge, on court....on est fort si on n'est pas malade.
Déjà, il faut qu'il s'arrete de boire, pour avoir l'esprit clair, et non enfumé par l'alcool, à mon avis c'est primordial dans son cas pour bien réfléchir sur sa situation.Qu'un membre de sa famille l'aide à s'en sortir, s'il le veut bien.

9.Posté par mat dupont le 02/11/2017 20:59

A poste 6 passe par la on en reparle plus tard

10.Posté par kasseur lo ku le 02/11/2017 21:51

@ post 1 : l'assistance sociale est entrain de chercher une solution et
vous voulez encore l'aide de la mairie? de Ratenon ? de Didier Robert ? de Nassimah ?
Regardez - vous dans une glace, et vous verrez, exactement la tête de la personne qui brasse de l'air.

11.Posté par une réunionnaise 97410 le 03/11/2017 00:30

post 7 mat dupont, on peut en parler maintenant car j'ai 3 de mes proches qui vivent cette vie sur mon ile.Un peu moins dans la rue maintenant, car la famille les a pris en charge, mais ils ont perdu leur chemin à un moment de leur vie pourtant bien commencé sur notre ile.C'est pour cela je me suis permise de donner des conseils à celui là.

12.Posté par Adrien le 03/11/2017 08:37

@post 6

Cela semble si facile de trouver des solutions. Vous devriez vous presenter en politique! Le mec a un mal etre et l'explique pourquoi. Arretez de penser qu'il existe une solution miracle a tout. En particulier quand le probleme est mental!

13.Posté par Romain le 03/11/2017 08:57

Post 9 et 6
Bah évite de te permettre même si t as des proches dans cette situation, et puis si tu avais lu ce très court article, tu ne te demanderais pas si il a de la famille sur l'île, tu saurais que non...
Vraiment garde tes conseils foireux pour toi.

14.Posté par ja le 03/11/2017 13:15

S'il avait des problèmes pour les bourgeois de saint gilles, la mairie et les autorités faisaient intervenir des escadrons de gendarmes .

15.Posté par Tssss le 03/11/2017 20:12

Il n'aime pas être enfermé, il aime sa liberté : bah il est bien où il est, même pour la liberté totale il y a un coût à payer...
la la la ♫♪ ♫♪

16.Posté par Vincent le 04/11/2017 07:03 (depuis mobile)

On ne peut pas aider qqun qui refuse de s’en sortir

17.Posté par Jean le 04/11/2017 14:43

Allez essayer d'empêcher quelqu'un de fumer, ou de boire.

Non, il n'y a rien à faire, il n'y a que lui qui peut se donner le déclic, ce que nous, nous pouvons faire, c'est de ne pas l'agresser, ou l'aider si d'autres veulent le faire.

Facile à dire, pas facile à faire, mais l'union fait la force, et en général ces chacals agressifs sont très souvent des lâches.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter