Education

Agir contre l’illettrisme dès la naissance

Samedi 28 Novembre 2015 - 17:50

Le Rotary Club de Saint-Denis soutient l’action régionale de prévention « 1Bébé, 1Livre ». A la Réunion, plus de 110000 personnes sont en situation d’illettrisme, et il est important d’agir sur tous les leviers afin de lutter contre ce fléau, indique le Rotary.
 
Depuis 5 ans, afin d’agir en amont, et cela dès la naissance, les orthophonistes mettent chaque année leurs compétences au service des parents. Elles ont ainsi rencontré le jeudi 19 novembre chaque maman dans plusieurs maternités de l’île afin de les sensibiliser sur leur rôle dans le développement du langage de leur enfant.
 
Des petits livres souples adaptés aux bébés sont ainsi remis avec un livret expliquant les différentes étapes du développement du langage et expliquant aux parents comment bien communiquer avec les enfants, dès le plus jeune âge. La présidente du syndicat  a notamment expliqué que le livre est un objet que les enfants vont manipuler, que c’est un objet de partage et aussi un moyen d’échange entre la maman et le bébé. Le discours est même élargi afin d’en faire profiter toute la fratrie du bébé.
 
Cette action de partenariat entre le Club Rotary et le syndicat des orthophonistes de la région Réunion (SORR) a démarré il y a 5 ans, et touche entre 150 et 200 jeunes mamans.
 
Lu 1386 fois



1.Posté par lorema le 28/11/2015 17:05

Je connaissais un bébé d'une livre chez les prématurés , mais jamais entendu parler d'un bébé un livre. Vous me livrez une info exclusive !

2.Posté par Isis le 28/11/2015 19:21

Les réunionnais ne sont pas illettrés. Il leur manque de mieux apprendre la grammaire et les conjugaisons. En prononçant mieux le Français, ils devraient arriver à faire moins de fautes d'orthographe...

3.Posté par JEAN le 29/11/2015 06:24

pou post2 aret taz a nou! lr rénioné na son valer son kultur inee§ki zot y les po esay lav nout cervo???

4.Posté par Roger le 29/11/2015 06:33

Un bébé, un livre... On explique à la maman l'importance du développement de langage... et le papa ? Je croyais qu'on devait travailler à l'égalité homme/femme. Pourquoi le père est-il systématiquement oublié lorsqu'on parle des enfants ? Le sexisme est aussi dans ces détails là !

5.Posté par noe le 29/11/2015 06:54

Le mieux c'est d'installer une puce intelligente dans chaque cerveau ...
Plus besoin d'apprendre !
ça devient automatique pendant le sommeil !
Plus besoin de perdre son temps à aller à l'école (on perd 10 ans de sa vie , assis sur les bancs d'une classe à écouter des bobards scolaires pondus par des profs amateurs !!!!

6.Posté par jean-fritz dijoux le 29/11/2015 08:19

Et si on mettait une puce à Noé ???

7.Posté par dègue le 29/11/2015 12:53

Le langage ne fait il pas parti des bases pour s'exprimer ?
Et plus il est riche, plus il permet à chacun de partager le lien social, le vivre ensemble.
Rien n'empêche de parler plusieurs langues correctement, encore faut il avoir un peu de volonté et la 'kultur' ouverte...

8.Posté par boucanlà le 29/11/2015 13:07

1 moma 10 popa qui a di sa la ??.. situation parfois ambigüe dans notre ile.... Oui il faut aussi impliquer les papas quand ils sont reconnus dans cette démarche éducative sans pour autant retirer zalocasion moman izolé à celle qui qui déclare élever seule l'enfant.. Ha bon sa exist dan' ma rue ben là mi tomb' su mon derièr!!

9.Posté par EKOLO le 29/11/2015 18:59

Foutez donc la paix aux bébés.
On apprenait très bien à lire il y a encore 30/40 ans.

Moi j'ai commencé l'apprentissage de la lecture à l'âge de 6 ans, en rentrant au CP.
Il faut dire qu'avant la rentrée, ma mère m'avait appris l'alphabet "à la dure" ; dans mon esprit, il s'agissait d'une question de vie ou de mort.
Du coup j'avais aucun problème ensuite à l'école.

Tout irait bien mieux si tous les parents s'impliquaient sérieusement dans l'éducation générale de leurs enfants.
On attend trop sur les maîtres, sur les professeurs ; ils ont aussi leur carrière à gérer (des fois en politique aussi).

Après, c'est vrai que quand les parents ont eux-mêmes des difficultés avec la langue, on peut comprendre.
C'est là qu'il faut avoir recours aux services extra-scolaires (associations citoyennes par exemple, à creuser), et sans attendre l'entrée au collège.
Ou bien aux dadas et nénènes qui ont réussi à franchir le cap, s'ils ne croulent pas eux-mêmes sous les devoirs.

Solidarité familiale ou/et citoyenne, la solution à beaucoup de maux ?
Comme le dit chaque instant mon cousin Barak : yès wi kane.

10.Posté par Interlude le 29/11/2015 19:54

@3.Posté par JEAN

Pour que l'on puisse te laver le cerveau, il faut déjà que t'en aies un ! En tout cas, ton baragouinage ne plaide nullement en ta faveur.
De fait, voilà un lien qui risque fort de t’intéresser : https://youtu.be/BXKAV0FrHNI://

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter