MENU ZINFOS
National

Affaire Johnny Hallyday : la polémique enfle


Johnny Hallyday n' a vraisemblablement pas frôlé la mort après son opération d'une hernie discale par le Dr Delajoux, comme certains membres de son entourage l'avaient laissé entendre. Et ce dernier ne serait pas responsable des complications post-opératoires du chanteur. C'est ce qu'a révélé l'Express.fr mercredi en se procurant le dossier médical de la rockstar. Et il semble que les expertises médicales actuellement en cours accréditent cette version. Explications.

Par Renaud Daron - Publié le Vendredi 28 Mai 2010 à 13:24

Affaire Johnny Hallyday : la polémique enfle
Petit rappel des faits : Stéphane Delajoux, le neurochirurgien qui a opéré Johnny Hallyday d'une hernie discale le 26 novembre 2009, a été nommément mis en cause entre autres par le producteur de Johnny, Jean-Claude Camus. Le chanteur, âgé de 66 ans, s'était rendu aux États-Unis après cette opération et avait été admis en urgence le 7 décembre à l'hôpital Cedars-Sinaï de Los Angeles pour une infection. Il a été placé en coma artificiel à deux reprises. Son service de presse avait expliqué que cette décision avait été prise "pour l'empêcher de souffrir".

Et voilà que l'Express révèle que Johnny, loin d'avoir frôlé la mort, comme on l'avait annoncé, avait été placé en coma artificiel non pas "pour l'empêcher de souffrir" mais parce qu'il faisait des delirium tremens, et que, de son propre aveu, le chanteur serait lourdement dépendant à l'alcool.

Sans entrer dans les détails du "dossier" révélé par le journal en ligne, on y apprend que, contrairement au plan de communication mis en œuvre par l'entourage du chanteur, aucune faute ne pourrait a priori être imputée au docteur Delajoux. 

De plus, les experts français chargés de déterminer les causes des problèmes de santé post-opératoires de Johnny ont exprimé jeudi un avis "favorable" au chirurgien Stéphane Delajoux, selon son avocat. Lequel précise toutefois qu"aucune conclusion" définitive ne peut être avancée pour le moment.

Débat sur le secret médical

La polémique s'est déplacée et aujourd'hui, c'est la question de la violation du secret médical par l'Express qui est au cœur des débats. Les réactions sont très partagées. Si certains comme l'avocat Gilles Devers ("20minutes.fr"), appelle à la condamnation pénale et civile du journal (!) pour violation du secret médical et atteinte à l'intimité de la vie privée de Johnny Hallyday, d'autres s'interrogent. Car un homme a été sciemment livré à la vindicte populaire et quand on connaît l'amour (pour ne pas dire l'idolâtrie) des français pour Johnny, on imagine à quel point le Dr Delajoux, désigné comme responsable d'une véritable catastrophe nationale, a vu sa réputation professionnelle se ternir.

Dans ces conditions, le débat juridique opposant le droit à l'information à celui du respect du secret professionnel prend une tournure symbolique qui fera peut-être jurisprudence. Peut-on, en effet invoquer le secret médical quand on a livré précédemment des information erronées sur l'état de santé de Johnny Hallyday et accusé publiquement un médecin des pires négligences ?

Aujourd'hui, le mal est fait : les résultats des expertises médicales pratiquées actuellement sur le chanteur n'y feront sans doute pas grand chose. Ce chirurgien a subi et subira encore un préjudice économique et moral colossal.




1.Posté par nowonshow le 28/05/2010 13:54

Dans ce cas, il faut demander réparation à l'ensemble des médias qui se font fait immédiatement l'écho de la diffamation. Et qui, comme d'habitude., ont été du côté du sensationnel, au mépris de l'enquête, voire de la dignité.

2.Posté par Tcherno-Bill le 28/05/2010 14:01

Grandeur ? et .........décadence !

3.Posté par paranoïa procédurière le 28/05/2010 14:02

Alors comme ça avec la justice il ne suffit pas de crier l'assassin en regardant son nombril pour être reconnu victime ???


Pov' Jojo, non seulement son alcoolo dépendance est étalée sur la place publique, mais en plus il risque de devoir payer des dommages maousss à son toubib pour avoir dit n'importe quoi..., tout en dérangeant les juges pour des foutaises !!!!

J'ai un copain à Paname qui part en sucette aussi (j'ignore s'il boit, ou s'il abuse du kif ...lol )....pourvu que ça l'améne à réfléchir avant de faire n'importe quoi comme Jojo !

4.Posté par goureg le 28/05/2010 14:29

je suppose que l'alcoolisme de Johnny est considéré comme une maladie,ici chez nous celui qui boit est un rebut de la société un paria, donc un homme faible et de plus détesté.mais c'est Johnny me direz vous l'affaire est close.allez( would you like something to drink) allez sans rancune aucune

5.Posté par ASSENJEE.M le 28/05/2010 14:42

Voici ce que révèle l'express:L'Express a eu accès au dossier de la clinique californienne où le chanteur a été hospitalisé en décembre. Révélation: il n'a jamais été en danger de mort, mais placé en coma artificiel pour des problèmes respiratoires et une dépendance à l'alcool.

Pendant seize jours, du 7 au 23 décembre 2009, la France a retenu son souffle. Le grand public est resté suspendu aux bulletins de santé de Johnny Hallyday distillés par ses proches et les médias. On a même craint pour la vie du chanteur, opéré à la clinique Cedars-Sinai de Los Angeles (Etats-Unis), à la suite d'une infection. Le rapport des médecins américains, que L'Express a pu consulter, décrit, jour après jour, l'évolution de son état de santé, les véritables raisons de son hospitalisation et de son placement en coma artificiel.

Ce document, rédigé en anglais, apporte un nouvel éclairage sur l'"affaire Johnny", un psychodrame national dont on comprend, à la lecture du rapport, qu'il a pris des proportions extravagantes. Aujourd'hui, il est en effet possible de savoir avec précision ce qui s'est passé au Cedars-Sinai Medical Center, cet établissement fréquenté par les stars de Hollywood.
Travail d'experts

Le rapport de la clinique Cedars-Sinai est l'une des pièces majeures que doivent analyser cette semaine les experts médicaux chargés de rechercher les éventuels responsables de l'infection qui a touché le chanteur. Johnny Hallyday est rentré à Paris le 23 mai pour assister à cette réunion d'expertise.

Plusieurs questions seront abordées. Le chirurgien Stéphane Delajoux, qui l'avait opéré à la clinique du Parc-Monceau (XVIIe arrondissement), le 26 novembre 2009, pour une hernie discale, a-t-il commis une faute? Pourquoi le producteur de Johnny, Jean-Claude Camus, a-t-il qualifié cette intervention chirurgicale de "massacre"? Le rockeur a-t-il contracté l'infection - due à un staphylocoque doré d'après les médecins américains - après avoir quitté la clinique parisienne? A-t-il commis des imprudences?

Les experts ont jusqu'au 15 juillet pour remettre leur rapport à la justice. L'enjeu n'est pas seulement médical, il est également financier: l'interruption de la tournée du chanteur a coûté 11 millions d'euros.

JMP, BT

Le 7 décembre 2009, le premier médecin chargé d'examiner Johnny Hallyday constate: "Un homme âgé de 66 ans s'est présenté au service des urgences pour des frissons et des douleurs dans le dos [...] Il réside en France, où il a été opéré pour l'équivalent d'une laminectomie [opération de la colonne vertébrale destinée à soigner une hernie]." Cette intervention, effectuée par le neurochirurgien français Stéphane Delajoux, remonte au 26 novembre précédent, à Paris (voir l'encadré).

L'urgentiste américain s'interroge sur l'état de la cicatrice et relève, parmi les antécédents médicaux, une récente opération pour un cancer du côlon - une information que l'artiste a lui-même rendue publique. "Il est à noter que, étant chanteur de profession, des injections de stéroïdes lui sont administrées avant les concerts", poursuit le médecin. Un premier diagnostic est avancé: "Suspicion d'infection postopératoire."

Dans la salle d'attente, le patient paraît très agité, "se levant et tournant en rond". Le personnel l'installe alors chambre 36, dans une unité de soins intensifs. Sa femme, Laeticia, reste à son chevet. A partir de là, il est ausculté par une dizaine de spécialistes et subit une batterie d'examens. Les médecins le décrivent comme "un homme très agréable", signalent qu'il ne consomme pas de "drogues illicites".

En revanche, son bilan de santé révèle une dizaine de pathologies dont certaines sont liées à un long passé de tabagisme et à une "consommation excessive d'alcool". Le chanteur avait déjà évoqué le sujet dans le livre que lui a consacré l'écrivain et diplomate Daniel Rondeau. A Los Angeles, il précise lui-même la quantité d'alcool qu'il boit quotidiennement - une quantité jugée "incroyable" par un cardiologue.

Johnny est plongé volontairement dans un sommeil contrôlé

Très rapidement, cette addiction complique sa prise en charge. Plusieurs praticiens estiment même qu'elle "laisse craindre un syndrome de sevrage alcoolique". C'est effectivement ce qui va se produire, selon le compte-rendu rédigé par l'un d'eux: "Au cours de son hospitalisation, son état s'est altéré, le patient a éprouvé des difficultés respiratoires qui ont nécessité une intubation et une sédation justifiée par des signes évidents de sevrage alcoolique et de delirium tremens."

C'est à ce moment-là, le 8 décembre, que Johnny Hallyday est plongé volontairement dans un sommeil contrôlé, à la fois pour le soulager et pour le protéger. Cette forme de sommeil est aussi appelée "coma artificiel", un terme qui va être interprété en France comme un signe d'aggravation de son état de santé, voire comme un risque d'issue tragique. Or, à la lecture du document, rien ne laisse penser que les jours du chanteur sont en danger.

Il reste qu'il souffre bien d'une infection au niveau de la cicatrice résultant de l'opération à la colonne vertébrale subie à Paris. Un chirurgien de la clinique Cedars-Sinai l'explique d'ailleurs en détail dans le rapport: à l'arrivée du patient, le 7 décembre, la "plaie observée alors était propre [...]. Mais, le deuxième jour, un écoulement est apparu au niveau de la plaie". La décision est donc prise de l'opérer.

Le 9 décembre, un neurochirurgien ouvre de nouveau la cicatrice, note la présence d'un abcès, pratique une intervention sur une vertèbre pour libérer un nerf. La lésion est ensuite lavée "par l'irrigation de 3 litres d'antibiotiques". Et le spécialiste de conclure: "Aucune complication n'est survenue pendant l'intervention chirurgicale, que le patient a bien tolérée."

Quelques jours plus tard, un autre médecin revient sur l'opération "parisienne" en écrivant: "Cette intervention a été compliquée par une lésion de la dure-mère [membrane qui protège la moelle épinière], un épanchement du liquide céphalo-rachidien et une infection postopératoire de la plaie." A aucun moment, le document ne fait explicitement mention de fautes médicales attribuées au Dr Delajoux. Il reviendra donc aux experts médicaux français de dire si, à la lumière des explications de leurs collègues californiens, il est possible de déterminer d'éventuelles erreurs.

Retour à Los Angeles. Après l'opération du 9 décembre, le patient Jean-Philippe Smet séjourne encore deux semaines à la clinique. Il suit des séances de rééducation et subit, sans complications, un "sevrage alcoolique sévère". Les médecins constatent toutefois que la star "continue à bien se remettre" et se déplace "sans douleur ni faiblesse". Avant de quitter la clinique, le 23 décembre, une dernière recommandation lui est faite: consulter "un spécialiste en addictologie qui pourra le suivre pour ses antécédents d'alcoolémie". A sa sortie, l'état de Johnny Hallyday est satisfaisant. "Stable et en amélioration", précise le rapport. A deux jours de Noël, la France peut respirer.

6.Posté par chikun le 28/05/2010 14:46

Johnny en est presque à la danse de Saint-Guy.
un médecin américain qui l'a ausculté aurait même détecté une prise de stéroïde systématique avant chaque concert...
Alcool allors qu'on nous a parlé du phantasme de Johnny Halliday sur le danger de la grippe A ...

7.Posté par Cambronne le 28/05/2010 15:16

Qu'est ce que la carrière d'un Chirurgien devant affronter l'hystérie collective d'une meute de chacals enragés

, faut dire lorsque l'on a un Jean-Claude Camus, comme producteur je vous laisse imaginer les proportions pour sauver une tournée passablement compromise
Jean Claude Camus, le producteur du chanteur dans l'empressement avait déclaré "Les médecins américains étaient outrés en voyant l'opération de Johnny à Paris. Ils ont du réparer ce qui avait été mal fait en France. Je vous confirme également qu'aucun drain n'avait été posé, alors que cela se fait dans ce type d'opération !" no comment Pour CAMUS "l'important c'est de voir quand on pourra le remettre sur scène" ,

finalement le meilleur Johnny c'est lorsque Laurent Gerra

"Euh... Oh ! Euh... Bonjour c'est Johnny. Vous êtes là ?"
- "OUAIS !!!"
- "Moi aussi !"
Ma moto quand j'l'ai ach'té elle venait d'être purgée
Et Johnny... aussi !
Ma moto n'était pas moche, elle avait deux grosses sacoches
Et Johnny... aussi !
Quand j'ai allumé le feu, elle a fait une trace de pneus
Et Johnny... aussi !
Tout ça parce qu'y avait une tuile, c'est qu'ma moto perdait de l'huile
Et Johnny... aussi !

8.Posté par le TalibanS. le 28/05/2010 16:56

cheval d'acier ,cheval de fer ils iront en enfer.
Mais quand l'aigle est blessé ne revient -il pas vers le sien?
car les gens m'appelle l'Idole des jeunes. Mais quand mon corps sur ton corps lourd comme un cheval de mort. Comme dit Cambronne.
Le meilleur Johnny c'est Laurent Gerra.

9.Posté par Bitako le 28/05/2010 18:42

ça n'a rien à voir mais je connais un professeur Duledos qui m'a opéré de la joue !

10.Posté par Caton2 le 28/05/2010 19:33

Toute cette histoire c'est une tele novela. Le fric, le fric, le fric! Johnny dépense sans compter. Il a un état major mexicain (qui est devenu quasiment une armée) qu'il faut nourrir, gratifier, payer. Comme Mickael Jackson, c'est une pharmacie ambulante, depuis toujours. Sauf que lui, c'est surtout l'alcool. À l'ancienne. Pour alimenter toutes ces pompes à fric, les droits d'auteurs et les royalties ne suffisent pas. D'où "la" tournée. Comme pour Mickael Jackson. Une tournée qu'il n'était absolument pas en état de faire. Stéroïdes certainement mais aussi toute la panoplies des cyclistes, transfusions etc... Il n'y a pas de contrôle antidopage dans le show bizz.
Laetitia joue la maman, Camus joue le papa. Ils sont bien sûr tous deux intéressés. Il est bon de garder en vie la poule aux œufs d'or, car après la mort de J. H. tous les droits d'auteurs et une partie des royalties iront à ses enfants. C'est cette vision du monde et sans doute aussi (je l'espère) l'amour et l'amitié de ces deux êtres proches qui fait que Johnny est si couvé et soigné. Mais il n'arrive pas à tenir le coup. Trop d'excès.
Les enfants ont une autre conception du monde. Eux aussi l'aiment bien, humainement. Enfin, je le suppose. Mais leurs intérêts ne sont pas les mêmes d'où des divergences remarquées dans la com lors du "drame". Johnny, lui, il s'en fout. Il consomme, tous azimuts: gonzesses, alcool. Il satisfait son égo dans la mégalomanie. Ça a toujours été comme ça.
Tout le reste c'est de la foutaise. Le chirurgien "traîné dans la boue" ne vaut pas plus cher que le reste des courtisans permanents ou occasionnels. Quand on parle de monde de "requins" ou de "chacals" on insulte ces pauvres bêtes. C'est le monde des hommes, quand il y a du gros pognon à prendre...


11.Posté par Tcherno-Bill le 28/05/2010 21:00

caton 2 you're just RIGHT !

12.Posté par georgio le 28/05/2010 23:02

si on nous a menti, il faut faire une autopsie de Akeu johnny !

13.Posté par Tcherno-Bill le 28/05/2010 23:54

Assez de Glauque and Roll ! Pour ceux que ça interresse , BONO , chanteur de U2 , est sorti
de l'hosto pour une opé du dos , après avoir frôlé la paralysie suite à une gamelle en répète.
Il est tiré d'affaire mais leur tournée est reportée. Dick up BONO !

14.Posté par Under Ground le 29/05/2010 01:20

"...La polémique enfle...."
...
"...Sa rate aussi !..."

15.Posté par mu'adib le 29/05/2010 08:28

bref s'il n'est pas venu à la Réunion, ce n'est pas le moustique qui le faisait peur, ah sacré johnny

16.Posté par Bertrand le 29/05/2010 08:40

c'est connu son meilleur copain de Johnny .......... c'est Johnny........Walker.

l'heure de commencer à payer tous les excès

http://www.youtube.com/watch?v=QMAb5kDnuHk&feature=related

17.Posté par NOTRAMI le 29/05/2010 11:23

qui a bu aboiera....C'est ainsi qu'il chante

18.Posté par BECKER le 29/05/2010 23:20

L'opération de Johnny Hallyday aux USA a été payée par la sécurité sociale des Hauts de Seine
http://socialistes.canalblog.com/archives/2010/05/29/18040380.html

19.Posté par Caton2 le 30/05/2010 00:55

18. Mais mon pauvre ami, c'est ça la France. La sécu, c'est aussi pour les riches, pour les résidents français vivant à l'étranger, les polygames, etc...

20.Posté par le congo chez tintin le 30/05/2010 09:16

Becker, tout ceci est normal puisque jojo est résident à L.A. et qu'il bénéficie de la caisse ss des français de l'étranger !


Tes amis socialistes feraient mieux de s'inquiéter de tous les étrangers qui squattent les hostos français et se font soigner aux frais de la princesse !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes