Océan Indien

Affaire Harte : Pas de traces d'ADN des accusés sur le corps de la victime

Mardi 29 Mai 2012 - 07:57

Affaire Harte : Pas de traces d'ADN des accusés sur le corps de la victime
Le procès du meurtre de l'Irlandaise Michaela Harte, retrouvée morte en janvier 2010 dans sa suite nuptiale, à Grand Gaube à Maurice, a repris lundi. A la barre des assises de Port-Louis, Susan Woodroffe, une experte en analyse ADN d'un laboratoire anglais, révèle qu'aucun des échantillons prélevés sur la touriste irlandaise n'a permis d'incriminer les deux accusés, Avinash Treebhowon et Sandip Moneea. Des traces d'un ADN non identifié se trouvent sur plusieurs parties du corps de la victime. Les seules traces identifiables sont celles de son mari, John Mac Areavey et d'un vigile, un temps suspecté mais aujourd'hui hors d'affaire.

Une bonne nouvelle pour les deux accusés, qui plaident non coupables du meurtre de la fille du célèbre footballeur irlandais. Les avocats de la défense ont pointé les manquements de la police, qui n'aurait "pas fait son travail convenablement". Les avocats de la défense pensent que les deux accusés ont été interpellés car il fallait trouver un coupable rapidement, laissant entendre que l'enquête a été bâclée. Le procès suit son cours, et a même pris du retard.

Un dénouement pourrait avoir lieu la semaine prochaine.
Lu 866 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues